Dernières lectures: fantasy, mangas, policiers…

Je n’ai pas parlé de mes lectures depuis belle lurette sur ce blog, voici une première partie sur mes lectures de ces derniers mois. Beaucoup d’urban fantasy, de mangas et de BD, des lectures plutôt légères et divertissantes…

4.5/5

Ce manga seinen (pour adultes) raconte le quotidien d’un petit boui boui qui n’ouvre que entre minuit et l’aube. Elle ne propose qu’un seul plat au menu mais le propriétaire peut vous cuisiner “tous ce que vous souhaitez du moment que j’ai les ingrédients pour le faire”. On y rencontre des artistes, des gens qui travaillent de nuit, des yakusas, des insomniaques…chacun y raconte un bout de sa vie, certaines personnes rencontrent leur moitié ou leur nouveau meilleur ami, tous le monde commande le plat qui lui fait envie et parfois ils découvrent de nouvelles saveurs en regardant ce que le voisin de comptoir mange.

J’avais repéré ce manga il y a un bout de temps mais j’ai jamais été plus loin. C’est l’ami d’une amie qui en a dit le plus grand bien et m’a donc convaincu de le lire et j’ai adoré! On suit le quotidien de ce restaurateur qui cuisine devant ces clients, en fonction des envies des uns et des autres. Une stripteaseuse cœur d’artichaut, un yakuza sympathique, un gérant de boite de nuit, une voisine obèse qui n’arrive jamais à mener à bien un régime, une star de la chanson, une catcheuse etc etc.

c’est souvent drôle, le temps passe, les relations entre les clients se font et parfois se défont, certains passent tous les soirs, puis silence radio pendant des mois. Et puis tous ces plats japonais qui donnent envie de se lancer dans la cuisine nippone ou d’aller se commander un des plats. Le manga est découpé en plusieurs histoires indépendantes mais dont certains personnages reviennent régulièrement, soit pour être le personnage principale de l’histoire, soit en arrière plan. Le tome 2 est déjà en cours de lecture.

Résultat de recherche d'images pour "la maison biscornue"

de Agatha Christie

4/5

A Londres dans les années 40, la famille Leonides, d’origine grecque, vivent tous dans la même grande maison familiale un peu biscornue. Le patriarche, Aristide, y vit avec sa seconde épouse, ses enfants, leurs conjoints, et leurs enfants respectifs, chacun ayant transformé une aile de la maison en appartement autonome. L’une de ses petites filles Sophia, a travaillé à l’étranger et y a rencontré Charles, qui souhaite l’épouser. De retour en Angleterre, Charles n’a pas perdu son envie de mariage et part rencontrer la famille de Sophia. Mais Aristide est retrouvé mort, empoisonné par une trop grande dose de médicament. La police est persuadée qu’il s’agit d’un meurtre et très vite on en conclut que seul un membre de la famille a pu agir. Sophia estime que tant que la vérité n’aura pas été établit concernant la mort de son grand père, elle ne pourra épouser Charles. Ce dernier se met donc a enquêter de son coté.

Il parait que c’est le roman qu’Agatha Christie a préféré écrire. L’enquête est intéressante à suivre, on découvre la personnalité des différents membres de la famille Leonides: la pulpeuse et naïve Brenda la seconde épouse de Aristide, Philip le fils ainé d’Aristide, froid et réservé, Roger le frère cadet, émotif et dépendant, sa femme, une scientifique au sang froid imposant, Magda, actrice de théâtre qui en fait trop, Edith, la sœur de la première madame Leonides qui est restée auprès de son beau frère pour s’occuper des enfants après la mort de sa sœur. Et enfin les deux enfants de Philip et Magda, Eustache et Joséphine. Cette dernière, malgré son jeune âge (12 ans) semble en savoir long sur les secrets de la famille et Charles tentera de devenir son confident.

La fin sans rien révéler, est surprenante! je ne m’y attendais pas. Une adaptation cinéma qui date de 2017 existe avec Max Irons, Gillian Anderson, Christina Hendricks, et Glen Close. Je ne sais pas ce qu’elle vaut mais je suis très curieuse de la voir.

Rick and Morty, T1

3.5/5

Pour ceux qui ne connaissent pas le dessin animé, l’histoire est celle de Rick, un scientifique de génie, qui a su inventé un moyen de voyager à travers les galaxies. Durant des années, Rick a disparu, parti à la découverte de l’univers sans penser à la famille qu’il laissait derrière lui, notamment sa fille Beth. Devenue à son tour maman de deux ados et mariée à un homme faible, elle retrouve un jour son père qui débarque comme si de rien. Rick fait donc la connaissance de ses petits enfants et se prend d’amitié pour Morty, le petit dernier qui vient de débuter son adolescence, qui est frêle, peu sur de lui, un élève moyen voir médiocre. Rick décide alors d’emmener Morty dans ses voyages intergalactiques.

On retrouve l’humour décalé, les personnages barrés, les histoires et décors farfelues. Beth la mère de famille vétérinaire, le mari un peu idiot, faible, peureux et lâche, la grande sœur, grande gueule et téméraire, et Morty. Moi qui adore le dessin animé, je ne pensais pas aimé la BD et bien si c’est tout aussi bien que la version animé et ça fait plaisir de retrouver les personnages entre deux saisons.

Résultat de recherche d'images pour "la dernière heure manga"

La dernière heure se passe probablement de nos jours au Japon, dans une réalité alternative. Le Japon est en guerre, mais les jeunes lycéens d’un coin paumé d’une ile éloignée des combats ne savent même pas contre qui leur pays se bat. Dans leur coin de paradis, les ado se sentent loin des problèmes de la guerre, ils espèrent au fond que tout se termine bientôt. Mais un jour leur professeur leur annonce que le gouvernement a décidé d’enrôler de force certains lycéens sur le front. Chaque lycée doit contribuer à l’effort de guerre: un élève sera chaque jour désigné au hasard pour se rendre sur le champ de bataille de l’autre coté de la mer, durant la dernière heure de cours, entre 16 et 17h. Le tirage au sort exclu cependant deux étudiants, un garçon et une fille, amis d’enfance. Pourquoi sont ils exemptés d’office? personne ne le sait et les adultes ne veulent pas en parler…

J’ai été attiré par ce manga, par l’histoire mais aussi parce que cette série ne contient que 5 volumes, je n’ai pas la patience de me lancer dans un manga aux nombres de tomes indéterminés.

Tout est assez mystérieux ici. On suit le quotidien des habitants d’une ile isolée, loin des conflits. Leur pays est en guerre, mais aucun habitant de l’ile n’a l’air de savoir qui est l’ennemi, quelle est la situation, pourquoi on en est arrivé là. Le manga nous raconte l’histoire du point de vue des ado, alors même si les adultes savent quelque chose le lecteur ne sais pas grand chose à la fin de ce premier tome. Les seuls éléments qui viennent perturbés le quotidien banal de l’ile, c’est le rationnement alimentaire et l’arrivée dans le lycée d’une ado qui était scolarisée sur le continent et qui a été témoin de certaines atrocités liées à la guerre.

Le tirage au sort quotidien pour désigner un élève dans le but de l’envoyer au front est assez glaçant. Ces ado qui ne sont pas encore des adultes et qui doivent partir comme ça, pour un lieu qu’ils ne connaissent pas, combattre des ennemis dont ils ne savent même pas la nature, sans savoir s’ils reviendront vivant le soir même. J’ai beaucoup aimé ce premier tome, les personnages, les passages qui nous parlent du quotidien banal dans lesquels l’héroïne essayent de préparer des repas dignes de ce nom avec le peu d’aliments disponibles, et les passages qui nous parlent des tirages au sort, du départ des étudiants, de l’attente de leurs camarades qui espèrent leur retour. A suivre.

Tokyo Alien Bros, Tome 1 :

L’histoire d’un extraterrestre débarquée sur terre pour étudier les humains. A Tokyo, sous la forme d’un jeune adulte, l’alien semble plutôt procrastiner qu’autre chose, passant ses journées à en faire le moins possible. Il reçoit alors la visite de son grand frère, venu inspecter son travail et estimer si l’étude de la terre et de ses habitants servent à quelque chose.

Ce qui m’a attiré, c’est d’abord l’histoire qui me rappelle un peu celle de Niea under seven, un manga animé que j’aimais bien. Ce qui m’attirait aussi c’est le coté un peu déjanté que laissais sous entendre l’histoire. Au final je suis un peu déçue par ce premier tome. Un frère qui a l’air trop léger, un autre qui semble trop sérieux et un fil conducteur qui laisse penser que le plus léger des deux n’est pas celui qu’on pense. Ce 1er tome reste agréable à lire, mais finalement j’ai un sentiment de déjà vu/lu avec ce manga et ces personnages, je ne pense pas continuer.

Résultat de recherche d'images pour "ivy wilde tome 1"

de Helen Harper

Tome 1 et 2

3/5

A Oxford, le monde connait depuis toujours l’existence des sorciers et sorcières et sont intégrés à la société. La grande majorité d’entre eux souhaitent tous intégrer l’Ordre, organisation qui gère la formation et la carrière des sorciers, certains deviennent des enquêteurs, d’autre des chercheurs, d’autres des scientifiques qui tentent d’œuvrer pour le bien de l’humanité. Ivy Wilde elle, ne fait pas partie de l’ordre et ne désir pas en faire partie. Autrefois, après un an passé en formation pour intégrer l’ordre, elle fut renvoyée pour tricherie et manipulation. En réalité Ivy a été victime d’un autre élève. Depuis Ivy a tourné le dos à l’ordre et elle est devenue chauffeur de taxi. Et ça lui va très bien, elle est son propre patron, rentre quand elle a fait la recette du jour et peut passer autant de temps que possible à exercer son activité préférée, à savoir se prélasser dans son canapé à regarder sa série télé préférée en compagnie de son familier, un chat. Mais un quiproquo et un malentendu l’oblige à s’allier à un sorcier puissant de l’ordre le temps d’une enquête pour vol.

J’ai été emballée par le premier tome. Ivy est une sorcière très attachante, qui ne se prend pas au sérieux. Elle a du surmonter son renvoi injuste de l’Ordre à cause d’un camarade sans scrupule et arriviste. Ivy adore sa vie de feignante, elle regarde sa série préférée, se prélasse dans son canapé. C’est aussi une sorcière très puissante, puisqu’elle a réussi à donner la parole à son chat mais à son grand regret, puisque ce dernier ne sait dire que “faim”, “manger”, “caresse connasse”!

il y a beaucoup d’humour. Sa rencontre forcée avec le sorcier Winter est assez drôle puisque leurs caractères sont diamétralement opposés. Ivy est feignante, partisan du moindre effort, adore toute activité qui permet de se détendre, alors que Winter est travailleur, sportif, ne sait pas rester sans rien faire et ne pense qu’à son boulot. Leur duo est plutôt sympa. J’ai également lu le deuxième tome. J’ai bien apprécié l’intrigue qui nous emmène sur le tournage de la série favorite d’Ivy, une téléréalité sur la magie. On retrouve les personnages du premier tome, l’humour toujours présent, une enquête. Ivy Wilde n’est pas une lecture qui restera inoubliable, mais ça détend, ça fait sourire, et le personnage principale est sympathique.

 

Résultat de recherche d'images pour "rules of redemption ta white"

de T.A. White

4/5

Dans un futur plus que lointain, les hommes vivent dans toute la galaxie et les races extraterrestres sont nombreuses. Kira Forrest est une “salvager”. En compagnie de son meilleur ami, une sorte d’intelligence artificielle qui l’accompagne partout, Kira arraisonne les vaisseaux de guerre en perditions et abandonnés afin de récupérer des pièces très recherchées ou parfois des renseignements conservés dans les ordinateurs de bord pour les revendre. Beaucoup de risque et pas souvent de jackpot, mais pour Kira qui fut autrefois une héroïne de guerre, rien ne lui parait bien dangereux. Une panne sur son vaisseau l’oblige à s’arrêter sur un satellite très fréquenté sur lequel elle va malencontreusement rencontrer des personnes de son passé qu’elle aurait préféré éviter.

J’ai adoré ce premier roman d’une nouvelle série écrite par TA White. J’ai découvert cet auteur sur le blog de l’écrivaine Ilona Andrews qui recommandait une autre série de l’auteur, pathinder’s way (voir plus bas). En regardant les romans de TA White, le résumé de Rules of redemption m’a vraiment attiré.

On entre tout de suite dans le vif du sujet. Une héroïne qui en a vu d’autre, forte et qui aime le risque mais qui évite la foule. Les satellites ou planètes connus de la galaxie, très peu pour elle, elle préfère les endroits retirés et peu fréquentés, surtout pour ne pas croiser certaines personnes de son passé. On découvre au fil des chapitres qu’elle fut autrefois un officier dans une guerre qui a fait des millions de morts à travers la galaxie. On découvre qu’elle était une héroïne aux yeux de ses collègues mais qu’elle a choisi de disparaitre avant la fin de la guerre pour des raisons qu’on nous dévoile petit à petit, décision qui a terni sa réputation.

On suit Kira qui ne se sent attachée qu’à son ami intelligence artificiel Jin, qui l’a suit depuis toujours. Il y a beaucoup d’humour, beaucoup d’action, les personnages secondaires sont tous assez attachants. La majorité de l’action se passera sur l’une des planètes du peuple Tuann, des extraterrestres aux pouvoirs extraordinaires, surnommé sorciers par les humains.

J’ai surtout beaucoup aimé le personnage de Kira, dont la personnalité est assez originale; Elle n’est pas sociale et n’a pas les caractéristiques d’une héroïne compatissante. Elle peut être dure. J’ai vraiment hâte de lire la suite.

Résultat de recherche d'images pour "pathfinder's way ta white"

de T.A. White

3.5/5

Dans un monde brisé par un cataclysme mystérieux des décennies plus tôt, chaque village, chaque région vivent assez indépendamment les uns des autres, les relations se rétablissant parfois dans un but de commerce et d’échange pour mieux vivre. Dans les Highlands, les villages vivent reclus les uns par rapport aux autres pour une raison simple, le Brouillard. Un phénomène mystique inexpliqué qui recouvre tout les chemins sans criée gare et qui enferme ceux qui s’y trouve pour ne jamais retrouvé leur chemin. La plupart s’égare indéfiniment. Celui qui est pris par le Brouillard, n’est jamais revu. Les pathfinders sont des personnes qui ont reçu une instruction et une formation leur permettant de relier les villages sans se perdre et même d’affronter le Brouillard. Les pathfinders ont aussi des connaissances très pointues concernant toutes les créatures souvent très dangereuses et agressives qui peuplent la terre depuis le cataclysme. Shea fait partie des pathfinders. Autrefois une élève très prometteuse pour faire partie de l’élite, une erreur lors de sa formation l’a rétrogradé et elle fut punie en devenant le guide d’un village reculé. C’est grâce à Shea uniquement que les habitants du village ne sont pas séparés du reste du monde et qu’ils peuvent commercer avec d’autres villages pour assurer leur survie, et pourtant personne n’apprécie Shea ni ne la respecte. Alors que trois hommes partis sans Shea pour négocier avec un autre village ne sont jamais revenu, le chef du village demande à Shea de partir à leur recherche…

Du même auteur que Rules of redemption, mais un tout autre univers, on est loin de l’espace et de la technologie des vols intergalactiques ici. Les Highlands, les Lowlands, un cataclysme qui a brisé les terres, un Brouillard mystique et malsain, des créatures dangereuses, des villageois arrogants et ignorants…Shea dans ces aventures pour sauver des hommes qui ne l’aime pas, découvrira les Trateris, un peuple de différents clans qui ont fusionné afin de conquérir toutes les terres libres et désolés. Les trateris sont un peuple nomade, organisé, performant, composé de guerriers endurant et dirigé par Fallon leur chef de guerre. Pour lui avoir sauver la vie, Shea est devenue  la cible de Fallon et elle est obligée de se cacher sous l’identité d’un homme afin de ne pas être découverte.

J’ai bien aimé l’histoire et les personnages, quelques touches d’humour, quelques rebondissements très réussis, mais cependant j’ai trouvé parfois certaines longueurs que je n’ai pas du tout eu avec Rules of redemption. J’ai lu également le second tome et j’ai bien aimé également, dans la même veine que le premier tome, avec les même cotés positifs et les mêmes défauts.

 

Résultat de recherche d'images pour "cartes sur table agatha christie"

de Agatha Christie

4/5

Monsieur Shaitana est connu de la bonne société londonienne pour ses fêtes, son excentricité, son coté mystique. Il aime jouer les hommes mystérieux et s’intéresse beaucoup aux criminels notamment aux meurtriers. Alors lorsqu’il rencontre le célèbre Hercule Poirot, il décide de l’inviter à un diner. Parmi les invités, madame Oliver l’auteure de romans policiers, le superintendant Battle de scotland yard, la jeune miss Meredith, madame Lorimer, le major Despard, ou encore le docteur Roberts. Après le repas, Shaitana décide de séparer ces invités en deux groupes; Dans le salon, il installe madame Lorimer, Miss Meredith, le docteur Roberts et le major Despard pour jouer une partie de bridge. Dans la pièce voisine, séparée par une porte close, madame Oliver, Poirot, Battle et le colonel Race jouent une autre partie. Mais quand les invités veulent prendre congé de leur hôte, on découvre monsieur Shaitana, poignardé à mort dans le fauteuil qu’il n’a pas quitter de la soirée; Il est clair pour tout le monde que seul l’un des quatre joueurs de bridge présent dans la pièce a pu assassiner shaitana, mais qui et pourquoi?

j’ai beaucoup aimé ce cru Hercule Poirot! Cartes sur table fait l’objet d’une adaptation dans l’un des épisodes de la série Hercule Poirot et j’ai été surprise de voir les grosses différences concernant l’intrigue, les personnalités des personnages et même le dénouement!

On retrouve tous les ingrédients des romans de Christie, Poirot qui enquête, les interrogatoires, la découverte des secrets des personnages, l’humour très british surtout avec le personnage de madame Oliver.

La fin est donc très différente de l’adapatation télé, le coupable n’est pas le même dans le roman et dans son adaptation, les relations entre les personnages sont elles aussi différentes, c’est assez surprenant, certaines choses étant même l’exacte contraire selon qu’on lit le roman ou qu’on voit l’épisode télé. Donc même si vous avez vu l’adaptation, n’hésitez pas à le lire, beaucoup de choses y sont totalement différentes;

 

 

Résultat de recherche d'images pour "sapphire flames ilona andrews"

de Ilona Andrews

3.5/5

Depuis le début du 20e siècle, un sérum crée par l’homme a permis à ceux qui se le sont injectés de développer des pouvoirs de différentes natures, les rendant plus puissant, plus fortunés, plus forts. Certains humains ne développent aucun pouvoir, d’autre se transforment en monstres incontrôlables. Les familles qui ont développées des pouvoirs constituent une sorte d’élite à part entière, mais les êtres humains dépourvus de patrimoines génétiques altérés par le sérum ne sont pas laissés de coté pour autant. Les familles qui possèdent ces facultés les transmettent de génération en génération, d’où des mariages arrangés entre personnes qui possèdent des pouvoirs complémentaires afin de renforcer la puissance de la famille. Chaque famille constitue une “maison”. Les Baylor sont tous détenteurs de pouvoirs puissants. Dans cette nouvelle série, Catalina, la petite sœur de Nevada (l’héroïne de la première trilogie) a repris le flambeau et dirige la maison Baylor. Elle est à la tête de l’agence de détective familiale. Possédant un pouvoir très rare, elle est appelée d’urgence pour sauver du suicide un jeune ado dont la mère vient d’être assassinée. Sa sœur survivante demande alors à Catalina de l’aider à découvrir qui sont les responsables. 

J’adore les romans d’urban fantasy de Ilona Andrews, j’ai beaucoup aimé la série des Kate Daniels (10 tomes), et j’ai aussi beaucoup aimé la série des Hidden Legacy (3 tomes). Comme souvent avec Andrews, les couvertures de ces romans sont d’une laideur repoussante, et c’est bien dommage! Heureusement le contenu n’a rien à voir. Ici, on reprend l’histoire des Hidden legacy, ce monde dans lequel une partie de l’humanité est dotée de pouvoirs surnaturelle grâce à la création d’un sérum modifiant les ADN, plusieurs décennies plus tôt. Catalina fait partie de ces familles qui ont des pouvoirs importants, c’est la petite sœur de Nevada, l’héroïne des trois premiers tomes, et l’histoire se centre autour de son personnage, qui a pris la tête de la famille à la suite du mariage de sa sœur ainée.

Comme pour tous les autres romans d’Andrews, on retrouve les mêmes ingrédients qui font que ça marche. Une héroïne à la personnalité très intéressante, pas forcément invincible mais qui a ses faiblesses et ses points forts, une flopée de personnages secondaires qui sont bien développés et bien intégrés à l’intrigue, une histoire policière intéressante à suivre, des rebondissements, de l’action, de la romance et surtout de l’humour.

 

Résultat de recherche d'images pour "kill the queen"

de Jennifer Estep

3/5

Au royaume de Bellona, Evie n’est personne ou presque. Fille d’un couple princiers, dans la lignée des rois et reines du trône de Bellona, elle est recueillie par la reine lorsqu’elle a une dizaine d’année, après avoir assistée impuissante à l’assassinat de ses deux parents, sur leur terre loin de la capitale. Depuis qu’elle a été recueillie, Evie est à peine tolérée par les gens de la cour. Elle n’a ni appuie, ni famille, et aucun pouvoirs magiques. Elle fait partie d’une minorité qui n’a pas eu la chance de naitre avec certains pouvoirs qui auraient pu lui assurer une situation à la cour royale de Bellona. Une grande fête se prépare au château, la reine va annoncée les fiançailles de sa fille ainée avec le fils du roi d’un royaume voisin. Mais alors que l’annonce n’est pas encore faite, la princesse abat ces cartes et avec l’aide de ses pouvoirs redoutables et de certains complices, elle tue toute l’assemblée, dont sa mère, sa sœur, son fiancé, et tout ceux qui l’accompagne. Evie survie in extremis grâce à son pouvoir qu’elle a toujours caché aux autres car trop rare, celui d’annulé par le toucher les pouvoirs des autres. Elle échappe ainsi à une mort douloureuse. N’ayant plus rien ni personne, elle se réfugie en ville dans les logements de l’arène. Elle décide alors de se faire embaucher comme aide cuisinière pour l’équipe de gladiateur de la ville.

Rien de bien originale pour cet urban fantasy, mais j’ai tout de même apprécié ma lecture, c’est vraiment pour se détendre. Un peu de roi, de reine, de royaumes qui cherchent alliance, d’un roi maléfique qui menace le monde, de château, de mariage royale; On ajoute à tout ça un gros morceau du scénario de Gladiator et on obtient Kill the queen.

L’héroïne évolue beaucoup dans ce premier tome. Orpheline après le massacre de ses parents par des tueurs mystérieux, Evie ne doit sa place au sein de la cour royale uniquement car elle fait partie de l’arbre généalogique des rois et reines de Bellona. Elle a l’opportunité de recevoir une éducation similaire à celle d’une princesse, mais est au mieux ignorée par les autres, car il n’y a aucun intérêt à s’allier d’amitié avec elle. Et pourtant, comme toute héroïne de ce genre de roman, elle possède en réalité un pouvoir très particulier, qui pourrait bien lui permettre de devenir très puissante.

La grande majorité du roman suit donc Evie dans sa nouvelle vie d’exilée, dans l’arène où en plus de faire des pâtisseries aux cuisines, elle s’entraine pour devenir un gladiateur. l’auteur s’est beaucoup inspiré du film de Ridley Scott, avec un copié collé d’une scène du film: Evie qui doit se donner en spectacle devant la méchante princesse devenue reine et qui porte un masque pour ne pas être reconnue.

Le tome 2 m’a moins plut, mais reste tout autant divertissant. Un 3e tome devrait paraitre en 2020.

 

 

Au revoir Monsieur Takahata

Résultat de recherche d'images pour "ISAO TAKAHATA"

J’ai appris la triste nouvelle, Isao Takahata est mort aujourd’hui à 83 ans. Il est connu pour être le co fondateur des studios Ghibli avec Hayao Myazaki. Il est un peu moins connu du grand public que ce dernier, mais il nous a donné de magnifiques films, à commencer par le plus connu, Le tombeau des lucioles. Le film est dure et difficile, mais il porte un message important que tous devrait entendre.

Résultat de recherche d'images pour "LE TOMBEAU DES LUCIOLES"

Contrairement à Miyazaki, les films de Takahata n’étaient pas portés sur l’onirisme, le poétique et le fantastique. Le tombeau des lucioles nous parle du quotidien difficile de deux enfants pendant la seconde guerre mondiale au Japon, jusqu’au bombardement d’Hiroshima et de Nagazaki.

Résultat de recherche d'images pour "POMPOKO"

Résultat de recherche d'images pour "MES VOISINS LES YAMADA FILM"

Mes voisins les Yamada est une comédie qui enchaine les petites anecdotes de la vie de tous les jours d’une famille japonaise ordinaire. Pompoko est moins réaliste, puisqu’il nous parle des Tanuki, un animal/esprit fantastique tiré de la mythologie japonaise, prétexte à un long message sur l’environnement et l’urbanisme excessif.

Résultat de recherche d'images pour "PRINCESSE KAGUYA"

La princesse Kaguya est une merveille visuelle, qui adapte un conte ancien japonais. Enfin, l’un de mes films préférés du monsieur, Omoide Poro poro.

Résultat de recherche d'images pour "OMOIDE PORO PORO"

 

Dernières lectures: Du policier, de la jeunesse, du manga et de la littérature anglaise

Afficher l'image d'origine

Le train bleu

D’Agatha Christie

4/5

Comme chaque année, les londoniens de la bonne société fuient les hivers anglais pour se rendre sur la rivièra. Et quoi de plus chic que de s’y rendre en prenant le luxueux train bleu. Dans les compartiments de luxe, on peut y croiser Mme Kettering, fille d’un millionnaire américain qui est décidée à entamer une procédure de divorce dès son retour de vacance. Elle voyage en compagnie de sa femme de chambre et de son cœur de feu, un célèbre collier de rubis, cadeau de son père. Mais lorsque le train arrive à Nice, Mme Kettering est retrouvée assassinée, et les rubis envolés. Malheureusement pour le meurtrier, se trouvait à bord du train un certain Hercule Poirot…

J’avais vu il y a un bon moment, l’adaptation bbc de ce roman, mais en commençant ma lecture, je ne me souvenais plus du tout du coupable, et c’est tant mieux!

On suit donc la belle et déterminée Mme Kettering monter à bord du train bleu en compagnie de ses rubis. J’ai beaucoup aimé les personnages qu’on croise dans ce roman, mr Kettering qui n’aime plus sa femme, et qui se rend compte que sa maitresse reste avec lui uniquement pour son argent, j’ai beaucoup aimé Katherine Grey, issu d’une bonne famille qui a été ruinée et qui a du passer les dix dernières années de sa vie comme dame de compagnie pour une vieille femme acariâtre, mais qui a eu la bonne surprise d’hériter de la fortune de la vieille dame, fortune dont personne ne soupçonnait l’existence. Elle décide de profiter de la vie en s’offrant un voyage en train bleu. J’ai aussi beaucoup aimé sa visite chez des cousins lointains, qui se rappellent à son bon souvenir quand ils découvrent sa nouvelle fortune. Lady Tamplin est agaçante au possible à la limite du supportable, alors que sa fille Lennox est attachante et sympathique.

J’ai adoré suivre l’enquête d’Hercule Poirot, très actif et très présent, les interrogatoires, les indices, les coups de colère, l’amitié, l’indulgence et l’attachement qu’il ressent pour les plus jeunes, notamment envers Katherine, Lennox et Zia. Un de mes Agatha Christie préféré!

Discussion entre Hercule Poirot et son majordome George:

– la personnalité d’un criminel, George, est une chose passionnante. Les meurtriers sont souvent des gens charmants.

– j’ai entendu dire que la compagnie du docteur Crippen était très recherchée. Et pourtant il a coupé sa femme en petits morceaux.

-vos observations sont toujours pertinentes Georges.


-l’écureuil mon bon George, ramasse des noisettes. Il les emmagasine à la fin de l’automne afin d’en profiter plus tard. L’humanité,  George, devrait tirer des leçon du comportement de ses frères inférieurs. C’est ce que j’ai toujours fait. J’ai été le chat guettant la souris, le bon chien flairant sa piste sans jamais la quitter. J’ai emmagasiné un petit fait par ci, un petit fait par là. Et à présent je vais dans ma réserve chercher une certaine noisette, une noisette que j’ai mise de coté il y a environ 17 ans. Vous me suivez George?

– J’étais loin de penser monsieur, que l’on puisse garder des noisettes aussi longtemps. Mais je sais qu’à présent on fait des merveilles avec les bocaux à conserves.

Poirot le regarda et sourit.


Afficher l'image d'origine

Les ombres de Kerohan

de NM Zimmermann

3.5/5

Au 19e siècle, Viola 12 ans et Sébastian 7 ans, viennent de perdre leur mère. Leur père les envoi chez leur oncle qui habite le manoir familiale en Bretagne, le temps de régler certaines affaires. Le plus dure pour les deux enfants, c’est qu’ils doivent s’installer pour un temps indéterminé chez un oncle qu’ils ne connaissent pas, seuls. Après un long voyage en train, ce n’est pas leur oncle qui les attends dans une gare déserte, mais un homme étrange, le docteur Vesper, un ami de leur oncle. Ils arrivent au manoir tard dans la nuit. Viola s’inquiète vite de leur quotidien dans ce manoir désolé. Son oncle est rarement présent, et sa tante et cousine toujours enfermées dans leur chambre. Seule la gouvernante s’occupe de les nourrir et de l es coucher le soir. Sebastian par contre ne parle que de créatures étranges et de fantômes qu’il aperçoit parfois. Viola pense que son petit frère a trop lu de contes mais elle se rend vite compte que le manoir renferme bien des mystères.

J’ai lu beaucoup de romans de cette romancière jeunesse, et j’ai beaucoup aimé la plupart de ces romans. J’avais eu notamment un gros coup de cœur pour sa trilogie Eden city, le premier roman que j’avais lu d’elle. Et j’avais aussi beaucoup aimé ces autres romans, Disparition, Alice Crane, Dream box ou encore Sous l’eau qui dort. NM Zimmermann a un univers originale et bien à elle, un univers sombre, parfois trop pour du jeunesse, mais en tant qu’adulte, j’aime beaucoup! Certaines histoires sont très sombres, d’autre vraiment flippantes.

Dans les ombres de Kerohan, on part s’installer dans un manoir de Bretagne au 19e siècle. Ce roman est destiné à un public plus jeune que les romans que j’ai lu jusqu’ici, c’est donc un peu moins sombre, moins dure, mais il y a toujours un univers fantastique, des personnages ambigus. C’est l’une des choses que j’aime énormément dans les romans de cet auteur, les personnages ne sont pas du tout manichéens.

On est tout de suite mis dans l’ambiance avec ce manoir perdu au milieu de nulle part, ce voyage en train presque fantomatique, et ces deux pauvres enfants, trop jeunes pour pouvoir s’en aller, mais assez grand pour se rendre compte que quelque chose cloche. J’ai beaucoup aimé Viola et son frère Sébastian, Viola très pragmatique, qui a les pieds sur terre, et ne veut pas se laisser influencer par l’imaginaire enfantine de son frère qui est beaucoup plus ouvert face aux choses surnaturelles.

C’est un huis clos de plusieurs semaines qui se déroule dans le manoir. Les deux enfants se sentent fragiles et dans l’insécurité suite au décès de leur mère et à la fuite de leur père dans les affaires. Les enfants doutent quant au retour de leur père. Et puis ces évènements surnaturels étranges, mystérieux et qui deviennent très vite angoissants.


Afficher l'image d'origine

Le bras de la vengeance

de Thomas De Quincey

3/5

1816, dans une petite ville allemande tranquille, des meurtres sanglants sont perpétrés. Les tueurs semblent attaquer que durant la nuit. Des vieilles personnes ou des personnes un peu plus jeunes, des femmes, des hommes, des célibataires, des personnes mariées, tout le monde y passe. Il semble que les tueurs n’agissent pas au hasard, puisqu’ils épargnent certains membres de la famille, quand ils s’attaquent à une maison. Mais qui se cache derrière ses meurtres horribles?

L’histoire est racontée par l’un des personnages du roman et il nous plonge dans un village allemand qui connait durant plusieurs mois l’horreur, avec des meurtres violents et sanglants, qui semblent frapper un peu au hasard. Les victimes sont toutes tuées dans leur propre maison. Alors que le narrateur nous relate ces meurtres qui secouent la ville et qui ne semblent pas se calmer, il nous raconte aussi en parallèle, l’arrivée d’un jeune homme remarquable, beau, intelligent, issu d’une bonne famille avec des origines anglaises, et qui a servit l’armée de l’empereur. Il est accueilli chez le narrateur, le temps pour lui de faire quelques années d’études bien méritées. Il nous raconte comment l’une des plus jolies et des plus gentilles filles de la ville est tombée sous son charme et vice versa, au grand désespoir d’un autre jeune homme qui espérait l’épouser.

C’est tragique, mélancolique, finalement les meurtres passent au second plan dans la deuxième moitié de l’histoire. Une nouvelle qui commence comme une histoire d’horreur et qui finit à la limite du roman gothique. Une lecture intéressante qui n’ennuie pas, l’écriture est fluide et on a bien entendu, envie d’aller jusqu’au bout et savoir le pourquoi de ces meurtres.


Afficher l'image d'origine

Orange tome 1

4/5

Naho, 16 ans, lycéenne ordinaire, reçoit une bien étrange lettre en ce premier jour de rentrée scolaire. La Naho du futur, âgée de 26 ans, lui écrit. Elle espère que la Naho de 16 ans pourra éviter de faire les erreurs qu’elle a commise pour ne pas avoir les même regrets. Chaque matin ou presque, Naho reçoit donc une lettre, dans laquelle son elle du futur lui raconte les évènements importants et les décisions qu’elle doit prendre.

Ce manga je l’ai découvert sur le blog d’ori, et son avis m’a vraiment donné envie de le lire. En générale, j’aime bien les mangas, mais je ne me lance dans quasiment plus de série, car la plupart du temps elles sont interminables, et au bout d’une dizaine de tomes, c’est souvent une lassitude que je ressens. Dans le cas d’Orange, la série ne comporte que cinq tomes, ce qui m’a encore plus motivée.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome, Naho est, comme souvent dans les mangas dits pour fille, une jeune ado peu sur d’elle, qui n’ose pas, mais finalement elle reste un personnage très crédible, et pas aussi fleur bleue et mièvre que certains autre mangas shojos que j’ai pu lire. On s’attache vite à son groupe d’amis, tous ayant des caractères différents. Voir Naho prendre le risque d’oser faire ou dire des choses parce que la lettre de son elle du futur le lui conseille, est intéressant à voir. Ces décisions changent finalement peu de choses, ou de manière très subtil, c’est un peu comme l’effet papillon, sur le moment ces choix différents n’entrainent que très peu de changement dans le quotidien de Naho, mais on devine qu’un effet boule de neige peut tout changer pour la Naho du futur. C’est aussi une lecture assez émouvante, notamment quand on lit les passages se situant 10 ans dans l’avenir et qu’on voit ce qu’il est advenu du groupe d’amis de Naho. Hâte de lire la suite.


Afficher l'image d'origine

Le bras atrophié et Les intrus de la maison haute

de Thomas Hardy

4/5

Le bras atrophié: Dans une ferme, Rhoda la laitière fut autrefois la maitresse du maitre des lieux, mr Lodge, mais pour des raisons qu’on ignore, il n’a jamais voulu l’épouser. Aujourd’hui Rhoda est solitaire parmi les autres laitières, et élève seule le fils qu’elle a eut avec mr Lodge. Un jour ce dernier revient en ville avec sa toute jeune épouse, Gertrude, jolie et joyeuse. Rhoda est aigrie de se retrouver mère célibataire. Une nuit, Rhoda rêve qu’elle agrippe violemment le bras de Gertrude. Le lendemain, Gertrude vient se présenter à Rhoda. Finalement entre les deux femmes, une certaine amitié est en train de naitre. Mais Gertrude découvre sur son bras, une marque laide qui ne fait que s’aggraver. Serait-ce une malédiction issu du rêve de Rhoda?

Les intrus de la maison haute: Darton, un riche fermier, se rend de nuit à la Maison Haute, pour rejoindre sa fiancée Sally. Dans quelques jours ils célèbreront leur mariage, pour le plus grand plaisir de la mère de Sally, contente de voir sa fille épouser un si bon parti. Mais voilà, alors que le fiancé tarde, le frère de Sally, parti plusieurs années auparavant faire fortune en Australie, débarque sans prévenir. Il revient chez lui aussi pauvre qu’un mendiant avec sa femme Hélène, et leurs deux enfants. Au même moment, Darton arrive aussi et semble être reconnaitre la jolie Hélène. Sally ne manque pas le regard que pose son fiancé sur sa nouvelle belle sœur…

J’ai beaucoup aimé ces deux nouvelles, l’auteur sait installé une atmosphère et sait développer des personnages en très peu de pages, c’est très réussi.

J’ai beaucoup aimé Le bras atrophié, l’amitié entre ces deux femmes qui n’étaient pas faite pour se rencontrer, une Rhoda aigrie d’être mère célibataire sans avoir pu se faire épouser par son amant, et la belle et jeune Rhoda, qui voudrait que son mariage marche mais dont le monde s’écroule doucement brique par brique, quand elle comprend que sa marque sur le bras ne disparaitra pas. On ressent le désespoir de Gertrude, ses visites chez le vieux sorcier, sa motivation à aller jusqu’au bout pour essayer de sauver son mariage, plutôt que de rester sans rien faire à attendre que le temps passe.

Mais je pense que j’ai préféré la seconde nouvelle. Dans Les intrus de la maison haute, on s’attache très vite aux personnages, on apprend à les connaitre, aussi bien que si on avait lu un roman de 300 pages, et c’est un vrai exploit je trouve. Sally est un personnage indépendant et intéressant à suivre, j’ai beaucoup aimé lire les rebondissements, l’intrigue, lire les choix malheureux de Darton. Deux nouvelles aussi riche que des romans, Thomas Hardy a un don pour raconter les histoires.

Fanfulla de Hugo Pratt

de Hugo Pratt, Mino Milani

Au 17e siècle, à Rome, Fanfulla, un mercenaire vient de participer au sac de la ville avec un groupe de sans foi ni loi. Après avoir sauver de ces compagnons de bagarre, une jeune femme et un prêtre, il sympathise avec un jeune soldat d’origine allemande. Fatigué de la guerre et gravement blessé, Fanfulla trouve refuge dans un couvent et avec son nouvel ami, ils décident de se faire moine. Deux ans plus tard à Florence, la ville est en état de siège. Les médicis, chasser de la ville par les républicains, espère reprendre le controle de leur ville. Fanfulla qui n’en peut plus de l’inaction, à soif de guerre et se met au service des républicains contre les médicis, toujours accompagné de son fidèle ami l’allemand. Mais il va devoir être rusé contre certaines traitrise au sein de son propre camp.

J’ai commencé à lire cette BD juste pour voir un peu le ton de l’histoire, sans vouloir la lire en entière et finalement, les pages ont tourné toute seule, et je n’ai pas reposé cette album avant la dernière page! Je connais Hugo Pratt pour son célèbre personnage, Corto Maltèse, mais je n’ai jamais lu les BD, seulement le film d’animation sortie il y a quelques années au cinéma et que j’avais beaucoup aimé.

Dans Fanfulla, j’ai tout adoré, les dessins, l’histoire, les rebondissements, la relation entre Simon l’allemand et Fanfulla, et bien sur Fanfulla lui même, un personnage fort, bruyant, bagarreur, fonceur, qui a beaucoup d’humour. L’histoire est bien construit, les personnages parfaitement amenés et approfondis, et à chaque page je me disais à quel point cette BD pourrait faire l’objet d’un excellent film d’aventure si elle tombait entre de bonnes mains bien sur.

En bref, c’est épique, drôle, prenant, romanesque, Fanfulla est un anti héros comme je les adores! Une excellente BD qui m’a donné envie de me lancer dans Corto Maltese.

Merci à l’école des loisirs et aux éditions Rue de sèvres pour cette BD.

Zita la fille de l’espace – tome 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

de Ben Hatke

3.5/5

Zita, petite fille espiègle, s’amuse dans les champs avec son meilleur ami, Joseph, quand ils découvrent un trou béant laissé par une météorite. Zita en ressors avec un petit appareil qui déclenche un vortex vers un autre monde. Joseph est emmener par une créature étrange, et Zita a le réflexe de les suivre avant que le vortex ne se referme. Elle débarque alors sur une autre planète, peuplée de créatures extra terrestres. Elle doit absolument trouvé son ami mais reste assez effrayée par ce qui l’entoure. Heureusement elle fera des rencontres amicales, qui l’aideront à retrouvé le petit Joseph.

Cette BD de science fiction est destinée aux jeunes enfants, il ne faut donc pas s’attendre à des choses complexes ou originales. Ici, le monde dans lequel évolue l’héroïne est peuplée de créatures étranges, mais qui ne sortent pas des sentiers battus. J’ai tout de suite beaucoup aimé les dessins, le point fort de la bd. L’histoire est simple, Zita doit retrouver son ami et rentrer chez eux au plus vite. Les péripéties qui surviendront ne sauront que des prétextes pour la rencontre avec ces alliés, des machines qui ont le défaut de conception d’être humain, un jeune humain intelligent qui deviendra un bon ami, ou encore un monstre flasque, trop gentil pour se rebeller contre son employeur qui le traite comme un esclave et que Zita libérera.

Au finale, mis à part les dessins que j’ai beaucoup aimé, c’est surtout la fin que j’ai apprécié: Zita renvoi Joseph chez eux, mais n’a plus de puissance pour se renvoyer elle même. Elle part donc à l’aventure avec son nouveau groupe d’amis, à la recherche d’un chemin plus long pour rentrer chez elle. C’est le début des aventure de la fille de l’espace.

Merci aux éditions École des loisirs qui lance une branche d’édition consacrée aux BD, Rue de Sèvres.

Sortie Octobre 2013