Dernières séances: Mourir peut attendre, Stillwater

MOURIR PEUT ATTENDRE - BOF - Genres musicaux - Musique

de Cary Joji Fujunaga

Daniel Craig, Lea Seydoux, Ana de Armas, Rami Malek, Jeffrey Wright, Ralph Fienes, Lashana Lynch, Ben Wishaw

3/5

Après les évènements de Spectre, Bond et Madeleine mènent une vie paisible loin des affaires d’états. Elle décide d’emmener Bond en Italie afin qu’il puisse se rendre sur la tombe de Vesper Lynd et faire ses adieux au passé afin d’aller de l’avant ensemble. Mais après un attentat de grande envergure, Bond évite de justesse la mort. Toutes les informations tendent à pointer du doigt Madeleine comme traitresse et Bond décide de se séparer d’elle. 5 ans plus tard, Bond s’est retranché en Jamaique, à la retraite, lorsqu’il est contacté par son ami, l’agent de la CIA Felix Leiter, qui lui demande son aide pour retrouver un scientifique enlevé quelques jours plus tot alors qu’il travaillait dans un laboratoire top secret du MI6. Bond finit par accepter.

https://static.actu.fr/uploads/2021/10/mourir-peut-attendre.jpg

Et voilà enfin le nouveau James Bond, après un an et demi de retard du au covid. C’est aussi le dernier James Bond incarné par Daniel Craig. J’avais adoré, mais vraiment adoré le premier film, Casino Royale avec Eva Green, j’avais bien aimé sans plus Quantum of solace, bien aimé Skyfall, et je n’ai pas trop accroché à Spectre.

Photo de Lashana Lynch - Mourir peut attendre : Photo Daniel Craig, Lashana  Lynch - AlloCiné

Qu’en est-il de ce dernier opus? et bien on se rapproche plus de mon ressenti pour Spectre que pour les autres film hélas. Bien sur, c’est un James Bond, et en cela certains éléments traditionnels sont bien présents. Beaucoup d’actions, des gadgets, du rythme, on voyage dans plusieurs pays, un peu d’humour, et l’entourage habituel de Bond, M, Q, Money Penney.

https://media.admagazine.fr/photos/615c1c5b201a797cd0b79382/master/w_1600%2Cc_limit/B25_32738_RC.jpeg

Mais je n’ai pas aimé le personnage de Madeleine. Déjà dans Spectre je trouvais son personnage prometteur au tout début et décevant au fur et à mesure que le film avance. Son personnage est un peu ringard, un peu passé, pas moderne. Et dans Mourir peut attendre, ça ne s’arrange pas. Sans parler que Lea Seydoux n’est pas une actrice qui marque les esprits, je l’a trouve insipide, peu expressive. Son couple avec Bond, on y croit pas trop.

https://imgr.cineserie.com/2021/10/nttd-b25_09602_rc2.jpg?imgeng=/f_jpg/cmpr_0/w_660/h_370/m_cropbox&ver=1

L’histoire en elle même n’a rien d’originale ou de nouveau, un gros méchant, une ile perdue au milieu de nulle part qui sert de base, un classique dans James Bond, mais Rami Malek joue très bien le méchant psychopathe.

https://www.ecranlarge.com/media/cache/1600x1200/uploads/articles/000/000/000/mourir-peut-attendre-photo-rami-malek-1350481-large.jpg

2h45, j’ai eu un peu la flemme de m’assoir dans la salle, appréhendant de m’ennuyer un peu, mais de ce côté là, c’est réussi. Beaucoup d’action, beaucoup de destinations différentes à travers le globe, des touches d’humour aussi. Ce que j’ai préféré, c’est Ana de Armas. Elle apporte une énorme dose de fraicheur, d’humour, le passage du film dans lequel elle apparait reste mon moment préféré du film loin devant, une vraie bouffée d’air frais. Dommage que ça ne dure pas plus longtemps ou qu’on ne revoit pas ce personnage.

SPOILER (texte en blanc ci-dessous)

(Et puis la fin, je n’approuve pas. James Bond doit rester un divertissement, et la tradition du personnage veut que tout le monde croit Bond mort alors qu’en fait il ne l’est pas. Le faire mourir c’est une solution facile et qui ne va pas du tout avec le personnage, la fin m’a donc déçu.

Photo de Léa Seydoux - Mourir peut attendre : Photo Léa Seydoux - AlloCiné

On ne s’ennui pas, c’est bien rythmé, ça reste un bon divertissement malgré les défauts. Daniel Craig aura été un excellent James Bond, et avec lui la franchise se sera modernisée et aura évolué, surtout avec Casino royale. Le rôle des femmes aura lui aussi évolué, bien que cela dépendent vraiment des personnages (Eva Green, Olga Kurylenko, Ana de Armas, Lashana Lynch), certaines resteront dans le modèle de la femme objet ou de la brebis égarée (Monica Belluci, Lea Seydoux, Berenice Marlohe). A voir maintenant qui reprendra le flambeau du plus célèbre agent secret de sa majesté.

Stillwater - film 2021 - AlloCiné

de Tom McCarthy

Matt Damon, Abigail Breslin, Camille Cottin

4/5

Depuis 4 ans, Bill Baker, foreur sur des sites pétroliers à Stillwater en Oklahoma, se rend régulièrement à Marseille rendre visite à sa fille unique Allison, emprisonnée pour 9 ans à la prison des baumettes. Alors qu’elle était étudiante, elle a été accusé et condamné pour le meurtre de sa petite amie, Lina. Bill Baker qui a épuisé tous les recours possibles, vient lui rendre visite dans l’attente de sa libération mais Allison, qui a toujours clamé son innocence, a entendu parler d’une nouvelle piste menant à un homme qui pourrait bien être le meurtrier de Lina. Bill comprend vite qu’il ne peut compter que sur lui-même pour retrouver l’homme en question, mais il ne connait pas la ville et ne parle pas français. Il fait la connaissance de Virginie, actrice de théâtre qui élève seule sa fille Maya. Elle décide de l’aider en jouant les traductrices.

https://premiere.fr/sites/default/files/styles/scale_crop_1280x720/public/2021-05/Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202021-05-11%20a%CC%80%2017.54.28.png

J’avais très envie de voir ce film et j’aurais mis du temps avant de pouvoir y aller. On suit Matt Damon dans le rôle d’un père dont on comprend qu’il n’ pas toujours été là pour sa fille, qui a surtout été élevée par sa grand mère. Retrouver l’homme qui pourrait permettre de faire sortir sa fille de prison est pour lui le moyen de se rattraper, de se racheter.

https://www.benzinemag.net/wp-content/uploads/2021/10/Stillwater-e1633264623222.jpg

Les personnages sont tous plus complexes qu’il n’y parait, Bill n’est pas le père parfait, sous sa gentillesse et son sang froid, il a ses propres démons et ses propres faiblesses. Petit à petit, on découvre doucement le passé, le caractère de chacun. Personne n’est tout blanc ou tout noir, ni Abigail, ni Virginie. J’ai beaucoup aimé la relation de Bill avec la petite Maya, leur relation est très touchante, très humaine.

La bande-annonce de Stillwater suit Matt Damon en tant que père de  l'Oklahoma qui se rend en France pour sauver sa fille | FR24 News France

La quête de vérité de ce père est vrai, crédible, car difficile, longue, Bill reste de long mois sans la moindre avancée, reprenant le quotidien, espérant un miracle, une piste, une information. Et McCarthy film parfaitement Marseille loin des clichés touristiques, les immeubles vieillissants, les tags, les cités, les bars, les cafés, on ressent l’atmosphère de la ville, une petite excursion dans les calanques. Un bon film, des petites révélations, un peu de suspense, de très bons acteurs, Marseille en personnage à part entière du film, un duo touchant entre Bill et Maya, un film réaliste et maitrisé, à voir.

Dernières séances: Dune de Denis Villeneuve, Le sommet des dieux de Patrick Imbert

Après une longue période de vaches maigres au cinéma, enfin la programmation devient un peu plus folichonne. Je suis allée récemment voir deux films, Dune et Le sommet des dieux.

Dune

de Denis Villeneuve,

Timothée Chalamet, Rebecca Fergusson, Oscar Isaac, Zendaya, Josh Brolin, Stellan Skarsgard, David Baustista, Jason Momoa, Charlotte Rampling, Javier Barden

4/5

En l’an 10191, une galaxie est divisée en plusieurs grandes familles appelées “Maisons”, toutes sous l’autorité de l’Empereur. Les voyages interstellaires sont permis grâce à l’Épice, une sorte de substance qui possède énormément de propriétés dont celle de faciliter les voyages spatiaux. L’Épice est donc l’élément le plus précieux de la galaxie et elle ne se trouve que sur la planète Arrakis, une planète entièrement recouverte par le désert, l’épice se mêlant au sable. L’empereur accorda pendant 80 ans le monopole de l’exploitation de l’épice à la Maison Harkonen, qui oppressa le peuple autochtone, les Fremens. Mais l’Empereur a décider de retirer l’exploitation de Arrakis aux Harkonens pour la donner à la famille Atreides. L’empereur qui ne supporte pas la concurrence, estime que les Harkonens et les Atreides sont devenus trop dangereux, l’une étant trop riche grâce à l’exploitation de l’épice, et l’autre trop puissante grâce à une influence de plus en plus grande. L’empereur espère monter les deux familles l’une contre l’autre et se débarrasser ainsi des deux. C’est dans ce contexte difficile que la famille Atreides prends place sur la planète Arrakis. Paul, l’héritier du trône, est perturbé depuis des semaines par des rêves étranges en lien avec Arrakis mais aussi par l’épreuve étrange que lui a fait passer sa mère avant leur départ. Il serait selon une prophétie, une sorte d’élu pouvant amener les humains vers un meilleur avenir.

Dune: Oscar
        Isaac
Dune: Timothée
        Chalamet, Javier
        Bardem, 
        Zendaya, Rebecca
        Ferguson

Je n’ai pas lu le roman de Frank Herbert, donc je ne parlerais pas de l’adaptation en elle même. J’ai adoré le film, tout y est, une réalisation très réussie, de sublimes images, de sublimes couleurs, un casting très réussi. Malgré un contexte sociale, politique, historique, religieux, complexes, Denis Villeneuve arrive à nous faire comprendre l’univers de Dune et de ses personnages, sans être lourd ou trop didactique.

Dune
Dune: Josh
        Brolin, Timothée
        Chalamet

Si les personnages de Dame Jessica et de Paul sont assez bien développés, c’est un peu moins le cas pour d’autres, mais c’est compréhensible, Dune aura normalement droit à une suite. 2h35 sans que je me sois ennuyée une seule fois, c’est fluide, c’est beau, à voir sur grand écran, le tout sublimé par la très belle et originale musique écrite par Hans Zimmer ( qui a bien fait de ne pas travailler sur le Tenet de Nolan pour pouvoir faire Dune, ça valait le coup). On devine une complexité dans l’histoire de Dune qui me donne envie de lire le roman (peut être pas tout le cycle). Espérons que la suite se fasse comme prévu.

Le Sommet des Dieux

De Patrick Imbert

4/5

A Katmandou, le reporter photographe japonais Fukamachi spécialisé dans l’alpinisme, croit reconnaitre le célèbre alpiniste Habu Joji, autrefois une figure célèbre mais qui a disparu de la circulation depuis 8 ans. Il détiendrais l’appareil photo d’un autre alpiniste célèbre, disparu en montagne en tentant d’atteindre le sommet de l’Everest pour la première fois. Les photos prises par l’appareil pourrait bien remettre en cause l’histoire de l’alpinisme et désigner le véritable premier grimpeur à avoir atteint le sommet. Fukamachi devient obsédé par Abu et commence à retracer sa vie passé en rencontrant les gens qu’il a côtoyé, ces premiers succès, ces difficultés.

Le Sommet des Dieux

Le sommet des dieux fait partie des titres les plus connus de Jiro Taniguchi, célèbre auteur de bande dessinée japonaises. J’ai lu beaucoup de ces bd, Quartier lointain, L’orme du Caucase, Le journal de mon père, La montagne magique, mais je n’ai pas lu le Sommet des dieux.

Le Sommet des Dieux
Le Sommet des Dieux

J’ai beaucoup aimé cet animé, les images sont sobres, très réalistes, les paysages de montagne donnent parfois l’impression de voir une photo plutôt qu’un dessin. J’ai beaucoup aimé suivre le reporter remonter la trace de Habu et découvrir avec lui ce qu’à été sa vie, sa passion dévorante pour la montagne, ce besoin d’atteindre toujours et encore le sommet, sa façon absolue et sans concessions de voir les choses sans nuances ce qui l’a isolé des autres, de la société. C’est un jolie suspense jusqu’au bout, une poésie se dégage des images, des personnages, de l’histoire, on se sent touché par l’atmosphère dès les premières minutes, à voir.

Dernières séances: Drive my car – Reminiscence

La programmation n’est pas folichonne ces jours ci, je devrais même dire ces mois-ci. Si je regarde les quelques films que j’ai vu depuis janvier 2021, c’est un peu la tristesse niveau qualité. J’ai bien vu des films sympa mais rien d’exceptionnel et on est déjà en aout. Avec l’instauration du pass sanitaire et la grosse baisse de fréquentation des salles, certains films ont même été retiré de la programmation. Déjà qu’en été, en temps normal c’est jamais bien intéressant, mais là c’est vraiment la tristesse.

Drive My Car

De Ryusuke Hamaguchi

Hidetoshi Nishijima, Toko Miura, Masaki Okada, Reika Kirishima

3,5/5

Yusuke Kafuku est un acteur de théâtre et metteur en scène qui est en train de mettre une touche finale à une adaptation de Oncle Vania, tandis que sa femme est scénariste de séries télé. Le couple très complice dans leurs vies privées et dans leur travail respectif, s’aiment sincèrement. Quelques années plus tard, Yusuke, devenu veuf, ne s’est jamais complétement remis de la mort de sa femme, morte brusquement. Il ne peut d’ailleurs plus jouer le rôle principal de sa dernière pièce, qui lui rappelle trop sa femme. Aujourd’hui, un festival important lui propose de remonter sa pièce Oncle Vania. Il doit se rendre sur place plusieurs semaines durant pour participer aux castings des différents acteurs, la lecture de la pièce et enfin les répétitions. Alors que tout le monde espère que Yusuke reprenne le rôle principal, ce dernier s’y refuse toujours. Pour des questions d’assurance il est obligé d’accepter le réglement du festival et se faire conduire par un chauffeur. Il confie alors sa voiture à Misaki, une très jeune femme taciturne qui conduit à la perfection. D’abord réticent, Yusuke commence à s’habituer à la présence de Misaki, qui elle même a du mal à se remettre de la mort violente de sa mère.

Drive My Car: Hidetoshi Nishijima

J’étais un peu flemmarde pour voir Drive my car uniquement parce que le film dure 3h. Mais en lisant les critiques je vois que tous sont unanimes sur le fait que le film est un chef d’oeuvre, même télérama et première lui accordent 5/5 alors que c’est assez rare. Je me dis que je vais peut être voir mon film de l’année, mais finalement ce n’est pas encore ça.

Drive My Car: Hidetoshi Nishijima, Toko Miura

La première heure du film nous présente Yusuke et sa femme, leur vie, leur quotidien. Le réalisateur prend le temps de nous introduire dans leur vie de couple, leur intimité, leur complicité et leur travail. Tout semble aller simplement dans ce couple uni, cependant petit à petit on découvre les failles de ce couple, leur drame, leur blessure, leurs défauts. La 2e partie du film change de décor avec Yusuke qui a pour travail de monter la pièce Oncle Vania avec de nouveaux acteurs et surtout sa rencontre avec Misaki, la conductrice taciturne qui elle aussi a ses failles et blessures.

Malgré les 3h que dure le film on ne s’ennuie pas, je ne dirais pas que je n’ai pas vu le temps passé, mais je ne me suis pas ennuyée non plus. Bien que je peux comprendre que le réalisateur ait pris le temps de nous faire connaitre ses personnages, j’ai trouvé le film trop long et aurait très facilement pu ne durer que 2h.

https://images6.livreshebdo.fr/sites/default/files/assets/images/1623758674605_image.jpg

Du même réalisateur j’avais vu il y a quelques années Senses qui était sortie en 3 fois car d’une durée de plus de 5h. On y retrouve les mêmes caractèristiques, un film très long, qui prend le temps de faire connaitre en douceur les personnages aux spectateurs, qui prend le temps de faire découvrir les failles des personnages, mais une impression de vide concernant le scénario, l’histoire. On retrouve aussi cette façon étrange de nous montrer en temps réel des lectures de textes qui peuvent sembler interminables pour celui qui regarde le film. Dans Senses on avait eu droit à la lecture d’une nouvelle entière en temps réel et qui m’avait profondément ennuyée; ici c’est les nombreuses lectures du texte faites par les acteurs choisis pour la pièce devant le metteur en scène et ses adjoints. C’est malgré tout moins ennuyant à suivre que dans Senses.

Si pour moi ce n’est pas un chef d’oeuvre, j’ai aimé suivre le parcours du héros, Yusuke et découvrir le portrait de la jeune Misaki. Leur rencontre est intéressante au début, touchante au fur et à mesure qu’ils apprennent à se connaitre et à se dévoiler leurs blessures respectives. Un film qui parle du deuil avec beaucoup de subtilité interprété par d’excellents acteurs.

Reminiscence

de Lisa Joy

Hugh Jackman, Rebecca Fergusson, Thandie Newton

2,5/5

Dans un futur proche, Miami comme beaucoup d’autres endroit sur terre, est touchée par la montée des eaux. Nick Bannister gère, avec l’aide de son amie Watts, une petite entreprise qui exploite une technologie assez répandue, qui permet à une personne de se replonger dans ses souvenirs. Il participe ainsi parfois à des enquêtes policières, des interrogatoires et plus couramment à des gens nostalgiques de leurs passés ou qui ont des petits soucis de mémoire et on besoin de se rappeler certains détails. Un jour il reçoit la visite de Mae, une jolie chanteuse qui souhaite se replonger dans ses souvenirs récents car elle a perdue ses clés. Très vite Nick et Mae tombent amoureux l’un de l’autre mais un beau jour Mae disparait sans laisser de trace.

Reminiscence

En allant voir Reminiscence je ne m’attendais pas à grand chose et je n’ai pas eu grand chose. Rien de bien original dans ce film, un futur proche qui sort à peine d’une guerre violente suite à la montée des eaux et les nombreux problèmes que ça a engendrés, une population pauvre qui doit survivre dans des quartiers insalubres tandis qu’une très petite minorité très riche s’est encore plus enrichie sur le dos des autres, protégée des eaux derrière des digues qui contribuent à engloutir les autres. La technologie permettant de refaire vivre les souvenirs n’a rien de bien originale non plus tout comme le message du film, doit on vivre dans le présent et penser à l’avenir même si c’est plus douloureux, ou peut on choisir de ne pas affronter la vie en vivant constamment dans ses souvenirs?

Reminiscence: Hugh Jackman, Natalie Martinez

Reminiscence n’est pas bien originale, avec des personnages peu approfondis. On a du mal à s’attacher aux personnages, on nous les présente à peine, aucune profondeur. Un esthétisme sympa sans être révolutionnaire et une voix off du personnage principal qui nous parle sans arrêt, comme dans un film noir des années 40 qui mettrait en scène un détective au chapeau fatigué. Reste un film divertissant, sans longueur qui n’ennuie pas, mais vite vu vite oublié.

Dernières séances: Kaamelott et Black Widow

Kaamelott – Premier volet

De Alexandre Astier

Alexandre Astier, Anne Girouard, Joelle Sevilla, Lionel Astier, Franck Pitiot, Jean Christophe Hembert, Thomas Cousseau

4/5

A la fin de la série Kaamelott, le roi Arthur en pleine dépression décide de remettre excalibur dans son rocher et abandonne le trone. Il confie le pouvoir à Lancelot et part s’exiler seul à Rome. 10 ans plus tard, tous les chevaliers de la table ronde se cachent loin de Kaamelott et surtout loin de Lancelot. Certains on repris une vie ennuyeuse à l’abri de leurs chateaux, d’autres se cachent et organisent une résistance contre Lancelot, devenu un souverain despotique, brutal et sadique. Il dépense tous le trésor du royaume pour se payer les services des saxons afin de traquer les anciens partisans d’Arthur.

Anne Girouard (Guenièvre dans Kaamelott): "C'est comme si on s'était quitté  la veille"
Kaamelott - Premier Volet : un teaser et une date de sortie pour le film  d'Astier !

Et ben on l’aura attendu ce film. Alexandre Astier avait annoncé le projet d’un film dès la fin de la série Kaamelott mais depuis plus rien. Ce n’est qu’en 2017 que le projet est vraiment lancé, Alexandre Astier ayant eu du mal à réunir un budget suffisamment conséquent pour faire le film qu’il souhaitait faire, ce qui est étonnant au vue du succès de la série et de la communauté de fan qui reste très active. Le film devait sortir en mai 2020 mais pour cause de covid et de la fermeture des salles le film est repoussé à octobre 2020, mauvaise pioche encore une fois puisque seconde vague de la pandémie. Enfin sortie le 21 juillet, mais bizarrement le gouvernement décide de l’instauration d’un pass sanitaire pour accéder aux salles obscures comme par hasard le jour même de sa sortie….

Kaamelott – Premier volet: Caroline Ferrus

Alors qu’en est il du film? Je ne sais pas si j’arriverais à noter le film sans penser à la série. Car j’ai quand même eu l’impression de voir un épisode spécial plus qu’un film de cinéma. On retrouve l’ambiance, l’humour, les réparties, les dialogues de la série télé. Evidemment il y a une différence avec la série, ici Alexandre Astier se donne les moyens de ses ambitions. Les costumes sont plus travaillés (j’adore la tenue de Lancelot, aussi rigide que sa personnalité) et enfin on a des vues de Kaamelott, du chateau, on a également des prises de vues dans de magnifiques décors naturels.

https://www.cinechronicle.com/wp-content/uploads/2021/07/Kaamelott-%E2%80%93-Premier-Volet-.jpeg
https://images.lindependant.fr/api/v1/images/view/5e2aed933e454626746824d8/large/image.jpg?v=1

Certains plans m’ont rappelé le style du Livre V, une saison de la série plus sombre et que j’ai adoré. Ce n’est pas la saison que je revois avec le plus de plaisir dans le sens où l’histoire prend une tournure dramatique, mais j’ai adoré la réalisation de cette saison V, notamment les épisodes Le phare (les scènes d’Arthur sur la plage sont particulièrement belles), Le guide et Anton (très émouvant les retrouvailles d’Arthur avec celui qui l’a recueilli quelques temps dans son enfance joué par Guy Bedos).

L'intrigue du film Kaamelott – Premier volet dévoilée dans une nouvelle  bande-annonce | Radio-Canada.ca

Dans le film on a droit à quelques jolies scènes, on retrouve ce mélange d’humour, de moments plus dramatiques et de moments très touchants. J’ai aimé entendre les dialogues et les réparties toujours aussi bien écrits (notamment pour le personnage joué par Clovis Cornillac), j’ai adoré revoir les personnages, en particulier Léodagan et Dame Selie, Merlin ou Perceval. J’ai adoré l’humour, il y a des moments où j’ai vraiment ri. J’ai toujours eu beaucoup d’attachement et de tendresse pour le personnage de Guenièvre. Dans la série j’ai aimé son évolution, cette femme un peu idiote mais pas tant que ça, naïve, qui n’arrive jamais à se faire aimer de son mari et qui au fil des saisons devient plus indépendante, prend des décisions, choisie sa route mais reste toujours un soutien pour Arthur. J’ai toujours trouvé la relation entre Arthur et Guenièvre touchante et dans le film j’ai trouvé très émouvante la scène dans laquelle Arthur accompagne Guenièvre récupérer la couronne de fleurs de son mariage.

CRITIQUE de Kaamelott - Premier Volet : des premiers pas au cinéma  semi-croustillants pour Arthur et sa bande de joyeux lurons - GAMERGEN.COM

Il y a des moments saisissants dans le film, des moments très touchants et émouvants, il y a beaucoup d’humour. J’ai passé un très bon moment et contente de voir enfin ce que devient Arthur bien qu’on se demande comment Arthur est passé de Rome à esclave. J’aimerais aussi savoir pourquoi le père Blaise est passé du côté de Lancelot, et pourquoi l’épée d’Arthur ne fonctionne plus à la fin du film. Vivement la suite, en attendant j’espère pouvoir revoir le film au cinéma, et en dvd qui je suis sur, sera bourrés de bonus et de scènes supplémentaires (enfin j’espère!).

Black Widow

De Cate Shortland

Scarlett Johansson, Florence Pugh, Rachel Weisz, David Harbour

3,5/5

L’histoire se déroule après les évènements de captain america civil war. Les avengers sont en crise suite aux accords de Sokovie. Natasha Romanoff a pris le large et s’est mise au vert en Norvège. On découvre alors son enfance, son passé et des fantômes qui refont surface.

Rachel Weisz et David Harbour rejoignent «Black Widow» - Édition digitale  de Liège

Black widow, j’y suis allée sans conviction, car les Marvels, ça commencent à me lasser fortement. Et finalement, j’ai assez apprécié le film. On découvre l’enfance perturbée de celle qui est devenue Black Widow, Natasha Romanoff. Orpheline, elle a été embriguée dans une organisation secrète afin de servir de couverture à deux agents russes installés aux Etats Unis sous une fausse identité. Elle et sa “petite soeur”, une autre orpheline, devaient jouer les enfants du couple. Si leur vie de famille est en faite fausse, Natasha apprécie la stabilité et la présence de ces faux parents, jusqu’au jour où la mission s’arrête et où les deux fillettes sont violemment séparées l’une de l’autre et de leurs pseudo parents. Formées ensuite pour devenir de terribles tueuses, les deux filles ne se sont pas revues.

Black Widow: Scarlett Johansson, Florence Pugh

L’histoire n’a rien d’originale au fond deux anciennes soeurs qui se retrouvent après de longues années d’absence et qui unissent leurs talents et leurs forces pour aller détruire l’organisation qui a bousillée leurs enfance ainsi que le chef de tout ce réseau. Mais j’ai aimé voir le personnage de Natasha être approfondi, voir ses origines, son passé. Il y a certaines scènes très réussies, notamment toutes les scènes de famille, Natasha et sa soeur Yelena, leur discussion, leurs désillusions, la réunion des deux filles avec leurs faux parents dont le comportement est plus complexe qu’il n’y parait.

Why Black Widow was the 'perfect' first role for Rachel Weisz after giving  birth

J’avais peur que les scènes d’actions prennent le dessus sur le reste et me paraissent longuettes, mais en fait non, elles sont fréquentes mais pas ennuyantes. Par contre, aucun réalisme dans les scènes de combats, Scarlett Johansson en particulier, reçoit des coups et subit des chutes qui auraient tués au moins cent fois un être humain normal. Le film a tendance à oublier que le personnage de Natasha, aussi douée soit elle, ne possède aucun super pouvoir…Certaines scènes d’action sont tellement exagérées que ça en devient un peu ridicule.

Black Widow' Director Says Scarlett Johansson Will Pass the Baton to Florence  Pugh | Screen Realm

Heureusement il y a aussi beaucoup d’humour, notamment lors de la réunion de famille entre les filles et leurs faux parents. Il y a aussi pas mal d’humour dans la relation particulière qu’entretiennent les deux soeurs. Il y a un coté intimiste dans Black Widow que j’ai apprécié. L’autre point fort c’est le casting, outre Scarlett Johansson, j’ai adoré voir Florence Pugh, Rachel Weisz et David Harbour, excellent dans cet ancien agent russe déchu et papa plein de regret. Un bon divertissement.

Dernières séances: Gagarine et Médecin de nuit

Gagarine

de Fanny Liatard et Jeremy Trouilh

Alseni Bathily, Jamil McCraven, Lyna Khoudri, Finnegan Oldfield

4/5

Youri, 16 ans, passioné par l’astronomie vit à la cité Gagarine à Ivry. Très attaché au seul lieu qu’il n’a jamais connu, Youri est déterminé à sauver son bâtiment destiné à être démoli sur décision de la municipalité. Avec l’aide de ses amis Houssam et Diana, il fait tout son possible pour sauver la cité. Doué pour le bricolage, il répare tous ce qu’il peut, ascenseur, éclairages des parties communes, volets, mais rien n’y fait la décision est prise. Petit à petit les habitants déménagent, font leurs cartons et partent.

Gagarine: Jamil McCraven, Lyna Khoudri, Alséni Bathily

La cité Youri Gagarine a été construite au début des années 60 et comme beaucoup d’immeubles de cet époque, les bâtiments ont été construits à la va vite, avec des matériaux médiocres et en suivant des procédures de constructions obsolètes. Entre mauvais entretien et détérioration inévitable, la cité est destinée à être démolie pour faire place à de nouveaux projets aux normes énergétiques. A l’époque, la cité avait même reçu la visite de Youri Gagarine en personne.

Gagarine: Alséni Bathily

Le Youri du film, lui, est passionné d’astronomie et rêve de devenir astronaute mais en attendant il rêve surtout de sauver la cité. Les habitants entretiennent une relation amour/haine avec leur cité. Tous le monde se connait, les habitants y vivent depuis des décennies, chacun ont leurs habitudes. Mais en même temps, si tout le monde est attaché à leurs liens sociales, ils savent aussi que leurs logements sont devenus insalubres, inadaptés et difficiles à vivre au quotidien (problème de plomberie, ascenseur en panne un jour sur deux…).

Gagarine: Finnegan Oldfield

J’ai adoré le film. Il y a une atmosphère très particulière, on se sent emporté par l’histoire dès les premières minutes, envouté par Youri, sa passion, sa détermination, on explore avec lui les couloirs de sa cité. En découvrant la situation familiale de Youri, on comprend que quitter la cité Gagarine est plus dure pour lui que pour n’importe qui d’autre. Le film arrive à faire comprendre à quel point ça peut être douloureux de devoir quitter un foyer qu’on a toujours connu même si celui ci n’est pas en bon état, à quel point ça peut être un choc de voir démolir le lieu dans lequel on a longtemps vécu.

Gagarine: Lyna Khoudri

Les habitants qui quittent progressivement la cité, la vie que Youri se créee dans la cité fantôme, construisant un cocon basé sur les modules de la station spatiale internationale, l’amitié avec Diana et Dali le dealer de cannabis locale, j’ai adoré chaque moment du film, parfois drôle, parfois touchant, voir dramatique. J’ai adoré aussi l’esthétisme du film, c’est envoutant, ça vous emporte dans un autre monde. Une belle mise en scène, le tout porté par un très bon casting, tous excellents dans leurs rôles respectifs, seul bémol une fin un peu frustrante (les films français on souvent du mal à conclure leurs histoires); bien que compréhensible, on aurait aimé savoir ce que deviennent Diana, Youri et Dali.

Médecin de nuit

de Elie Wajeman

Vincent Macaigne, Pio Marmai, Sarah Giraudeau, Sarah Le Picard

3,5/5

Mickael est médecin de nuit. Il soigne les gens des quartiers populaires parisiens en fonction des appels que le dispatcheur reçoit. Il aide également régulièrement les toxicomanes en leur faisant des ordonnances du subutex. Mais en parallèle, il fournit certains dealers en fausse prescription de subutex pour aider son cousin Dimitri, pharmacien, qui est criblé de dettes. Mais un soir, Mickael remet tout en question. Après un ultimatum lancé par sa femme, Mickael décide d’arrêter les combines et de recommencer à zéro.

Médecin de nuit: Vincent Macaigne, Pio Marmai
Médecin de nuit: Vincent Macaigne

Décidément, en ce moment bonne pioche dans les films français. Après Gagarine que j’ai beaucoup aimé, voici Médecin de nuit. Le film se déroule sur l’espace d’une soirée et d’une nuit. Le film est court, le rythme bien soutenu, on fait connaissance avec Mickael, son quotidien de médecin de nuit, père de deux enfants, on est surpris par la violence physique qui sommeille derrière la bienveillance du docteur. On sent que le personnage est à un tournant de sa vie, et chacune de ses décisions le mèneront sur la bonne ou mauvaise voie. L’histoire est assez classique, je me suis laissée surprise par la fin, c’est sombre sans être pour autant déprimant, et malgré les gros défauts du personnage principal, on ne peut s’empêcher de le trouver sympathique et attachant. A voir surtout pour la performance de Vincent Macaigne dans le rôle de Mickael, excellent.

Dernière séance: Nomadland

Nomadland

de Chloé Zhao

Frances McDormand, David Straithairn, Linda May, Charlene Swankie, Bob Wells

4/5

Dans la petite ville de Empire, en 2011, la crise économique a entrainé la fermeture de l’usine de plâtre qui fait vivre la ville et ses habitants. Fern, déjà endeuillée par la mort de son mari, perd tous ce qui fait sa vie, sa ville, sa maison, les habitants, ses amis. La ville étant devenue vide de vie, Fern n’a plus d’autre choix que de partir. Ne sachant où aller elle s’installe dans sa camionette aménagée en camping. Après avoir travaillée comme saisonnière pour amazon le temps des fêtes de fin d’année, Fern décide de suivre une amie dans un camp installé dans le désert, dans lequel se réunit ceux qui vivent de manière ambulante, dans des camping car, van, camionette et qui parcourt le pays. Elle y récolte conseils et astuces. Ainsi Fern entame une nouvelle vie de nomade, parcourant le pays au gré des boulots saisonniers qui lui permettent de vivre

Nomadland

Dès les premières minutes du film on est touché par la violence discrète que renferme certaines scènes. Apprendre qu’une ville entière peut être définitivement rayée d’un pays suite à une crise financière, avec annulation d’un code postal, c’est violent. Fern déjà veuve, perd tous ce qui l’a rattachait à son passé heureux. Sa maison, sa ville devenue ville fantôme et les habitants qu’elle connaissait bien. Une maison qui ne vaut rien dans une ville qui n’est plus, quelques cartons enfermés dans un box et sa vielle camionette dans laquelle Fern décide de vivre.

Nomadland

Fern devenue nomade, parcours le pays dans sa camionette. Elle fait des rencontres, parfois éphémères, parfois plus longues, mais toujours prodondes. Les parcs nationaux en été où elle travaille comme agent d’entretien ou d’accueil, le Nebraska en automne pour le ramassage des betteraves, amazon à noel. On découvre un mode de vie qui rejette le traditionnel maison, voiture, enfants, métro, boulot, dodo. Certains n’ont pas vraiment le choix comme Linda May qui après avoir élevé deux enfants et avoir travaillé depuis l’âge de 12 ans, ne se voit proposer que 500 dollars de retraite, David lui fuit ses erreurs passées, Swankie cherche à vivre de jolies choses avant de rendre les armes, certains sont en quête de liberté en prenant la route, d’autres refusent d’attendre la retraite pour vivre de belles choses. Certains veulent changer de vie, d’autres veulent retrouver une liberté perdue, d’autres veulent fuir des drames personnels, ou se détacher de biens matériels. J’ai apprécié qu’il n’y ait ni drame exceptionnel, ni rebondissements mélodramatiques. Des touches d’humour, des liens qui se font ou se défont, de jolies moments, d’autres plus difficiles, l’occasion de voir de belles images.

Nomadland: Frances McDormand, David Strathairn

Contrairement à ce que je pensais Nomadland ne parle pas vraiment des effets de la crise économique; le film est plutot une critique du mode de vie des pays occidentaux qui aurait perdu tout sens. Le film aborde un peu les effets de la crise économique mais parle également de crise sociale, du mal être. Nomadland parle également de deuil sous différentes formes. Fern et beaucoup d’autre personnes qu’elle rencontre ne se remettent pas ou difficilement de la perte d’un être cher.

Nomadland

Chloé Zhao nous filme une amérique loin des sentiers battus, des paysages grandioses mais aussi des moments plus difficiles. Elle ne fait pas la publicité de cette vie nomade qui aurait pu être montrée de manière idéalisée. Ici la réalisatrice nous montre les bons côtés de cette vie atypique mais également les difficultés, le manque de confort, l’incertitude. Mais le plus gros point fort reste bien sur la présence de Frances McDormand. Toujours aussi excellente, elle nous emmène dans ce voyage, dans la découverte de qui elle est vraiment. Frances McDormand crève l’écran, elle sait faire passer des émotions avec peu ou pas de mots, elle est lumineuse. A voir.

Dernière séance: Nobody

Nobody

de ilya Naishuller

Bob Odenkirk, Christopher LLyod, Connie Nielsen, RZA

4/5

Enfin les cinémas ont réouverts. J’ai laissé passer les premiers jours et je suis enfin retournée dans les salles obscures. L’ambiance n’est bien sur pas la même, pas mon habituel expresso d’avant film au bar du ciné, pas l’odeur du pop corn, pratiquement personne dans les couloirs, on se croirait presque dans un cinéma à l’abandon, mais une fois dans la salle, l’essentiel est la, un siège, l’obscurité, un grand écran, un film.

Pour ce retour, je voulais voir Promising young woman mais les horaires ne me convenaient pas, alors second choix, Nobody. Pourquoi? parce que en tant que fan de Better call saul j’adore l’acteur principal, Bob Odenkirk. En bonus Connie Nielsen (qui a pris un petit coup de vieux depuis Gladiateur) et surtout Christopher Lloyd (doc de retour vers le futur).

Nobody: Christopher Lloyd

Hutch Mansell est un type ordinaire. Une femme, deux enfants, une maison, des factures, un boulot plan plan. Sa vie ainsi que celle de sa famille semble très routinière. Un soir, la famille est victime de deux cambrioleurs amateurs. Alors que le fils ado de Hutch décide d’agir et neutralise l’un des cambrioleurs, Hutch lui demande de le relâcher et de les laisser partir. Hutch sent bien le jugement des autres, le voisin qui aurait fait mieux, son fils qui est déçu de la réaction de son père, son beau frère…Mais cet épisode réveil chez Hutch des instincts qu’il pensait avoir oublié et un passé ultra violent qu’il pensait avoir enterré,

Nobody: Bob Odenkirk

L’histoire de Nobody n’a rien de bien original, un homme rangé dont un évènement traumatisant va déclencher chez lui une spirale de violence. On comprend vite que Hutch n’a pas toujours été un homme ordinaire. Un passé trouble, violent, une carrière professionnelle hors norme. Si au départ Hutch agit pour venger sa petite fille qui a perdu son bracelet préféré, Hutch ne se mentira pas longtemps à lui même: le bracelet de sa fille n’est qu’un prétexte pour faire ce qu’il crève d’envie de faire depuis longtemps, laisser parler sa violence. Si les cambrioleurs s’avèrent en réalité de pauvres gens désespérés qui n’ont rien de méchant, Hutch ne tardera pas à aller titiller d’autres cibles plus violentes et plus difficiles à abattre pour se défouler et laisser s’exprimer toute la frustration cumulée ces dernières années.

Nobody: Bob Odenkirk, Christopher Lloyd, Robert Fitzgerald Diggs

Le film est court, on ne s’ennuit pas et j’ai apprécié les touches d’humour, notamment cette manière que Hutch a à raconter son passé et le pourquoi de toute la violence qui l’habite aux personnes qu’il fracasse de ses poings, mais qui finissent toujours par mourir avant qu’il ait terminé son histoire, une façon facile et drôle de faire comprendre les motivations du personnage aux spectateurs sans en avoir l’air.

Nobody: Bob Odenkirk

Bob Odenkirk est très bien dans le rôle de cet ancien nettoyeur qui a voulu tester la vie de famille rangée et qui voit sa nature profonde refaire surface. J’ai adoré voir Christopher Lloyd en papi qui semble inoffensif. Le film et les scènes d’action sont jouissifs, parfois presque absurdes (la scène finale) mais en réalité juste un plaisir coupable. Un petit plaisir aussi que de voir qu’au générique Micheal Ironside fait partie du casting, un acteur que j’aime beaucoup et qui est hélas trop peu présent dans les films et trop peu présent dans Nobody. Un bon divertissement avec une chouette soundtrack, qui possède une profondeur et une complexité dans les personnalités, sans en avoir l’air.