Une semaine en Algérie

Avec le printemps, je suis partie quelques jours en Algérie en avril, accompagnée par une amie belge. Nous atterrissons en fin de journée sur Annaba, qui se situe au bord de mer à l’est du pays. Nous restons deux jours sur celle qu’on appelait Hippone Regus du temps des romains. Le lendemain matin, une amie nous emmène en voiture visiter la basilique Saint Augustin. Saint Augustin est un romain d’origine berbère qui vécut à Annaba et qui fut l’un des pères fondateurs de l’Église catholique.

La basilique saint augustin date de la fin du 19e siècle et surplombe Annaba. Construite au sommet d’une colline, on peut voir les ruines romaines d’Hippone. La basilique fut entièrement rénovée très récemment. On visite ensuite le dispensaire qui est collée à l’église, dans lequel vit des retraités sans argent ou famille dans un confort que beaucoup n’ont pas. Des chambres spacieuses, individuelles, des lits médicalisés, on croise quelques bonnes sœurs sympathiques, un chat qui joue les pacha, de vieilles dames émouvantes contentes de nous voir…

Basilique Saint Augustin

A Annaba à cette période de l’année, c’est très fleurie. Les orangers croulent sous les fruits, on voit déjà les premiers nèfles, le bougainvilliers, le chèvrefeuille et le jasmin sont partout, c’est très agréable. On continue la visite en se rendant au pied du téléphérique qui grimpe durant un bon quart d’heure jusqu’à la ville de Seraidi, tout en haut d’une petite montagne. Le voyage est impressionnant, surtout au retour en descendant. On passe au dessus de potagers, de moutons, de vaches, de coqs, de cours d’eau. Au sommet, on ne fait pas de tour dans le village, un épais brouillard nous motivent à redescendre rapidement, d’autant que l’intérêt est plus le trajet que la destination, la vue sur la baie est très belle. Une fois redescendue on se rend sur le bord de mer. Le sable fin, la couleur de l’eau, voir le littoral, les pêcheurs, les rochers, ça vaut le coup d’œil. Plusieurs plages se succèdent face à la ville.

Téléphérique pour Seraïdi

Centre ville Annaba

Le lendemain, on se rend dans le centre ville, on passe par “le cour”, une énorme place centrale sur laquelle les gens boivent un café ou lisent le journal. A chaque extrémité, des arbres plus que centenaires trônent, impressionnant à voir. On passe par la gare style art déco, très jolie, avant de nous rendre à nouveau sur le bord de mer pour continuer la balade commencée la veille, le long de l’eau. On finit par prendre un bus qui nous emmène loin du centre au bord de mer toujours. Après une petite grimpette, on arrive au sommet d’une colline sur laquelle on peut visiter une grotte très ancienne. D’après les fouilles, des hommes préhistoriques y ont vécu. On peut admirer la vue sur la mer des deux cotés de la colline. En redescendant on croise un vieux berger qui précède son troupeau de moutons. On passe derrière lui et les moutons semblent perplexes, entre les ordres du berger d’avancer et nous qui sommes sur le bord de la route, c’était assez drôle de les voir nous regarder avec curiosité. Finalement le 3e cri de ralliement du berger aura raison des moutons. De retour en ville, on se balade sous un beau soleil au bord de la mer, la corniche contourne un rocher qui sépare les deux grandes plages du centre ville. On a terminé avec Annaba. C’est une ville agréable, avec ces grandes plages de sable fin, les eaux turquoises de la méditerranée, les maisons qui croulent sous les orangers, bougainvilliers, les cages à oiseaux que tout le monde trimballent partout, présentes devant la porte de chaque boutique, les palmiers…

Bord de mer, Annaba et environ

Le lendemain, direction la gare routière pour prendre le bus pour Constantine à environ deux heures de route. Constantine est une ville historique, l’une des plus ancienne cité du monde encore debout aujourd’hui. Elle s’appelait autrefois Cirta, capitale de la Numidie avant JC puis l’empereur Constantin 1er la baptise Constantine.

Constantine, vue sur les gorges, pont suspendu

Elle est construite principalement sur deux rochers reliés par des ponts, elle est d’ailleurs surnommée la ville des ponts suspendus. Le temps d’arrivée et de nous reposer, c’est déjà l’après midi. On part se promener le long des gorges et on grimpe jusqu’au monument au mort, qui rend hommage aux personnes mortes durant la première et seconde guerre mondiale. De la haut on a une vue sur les gorges et l’un des ponts suspendus les plus impressionnants de la ville. On redescend jusqu’au centre ville.

Pont suspendu de Constantine, vue sur les gorges, monument aux morts

Le jour suivant on démarre tôt pour nous rendre a Timgad à deux heures de route de Constantine. Sur la route, c’est collines verdoyantes, prairies recouvertes de petites fleures jaunes, lac de sel, puis enfin Timgad, une ancienne cité romaine qui abritait beaucoup d’anciens officiers de l’armée romaines à la retraite et qui date de l’année 100.

Timgad

Le site est immense, avec une arche en parfaite état, une arène, une bibliothèque, des temples, des termes. C’est impressionnant de se balader entre les ruines, les colonnes, les bâtiments. On finit la journée à manger des brochettes, les meilleures qui soient, puisque nous sommes dans une région reconnue pour la qualité de la viande. Sur la route on passe devant le tombeau de la medrasen, un mausolée numide qui date du 3e siècle avant JC. L’édifice est dans un état de délabrement important, mais reste impressionnant à voir.

Tombeau de la Medrassen, mausolée royale, 3e siècle avant JC

Le lendemain hélas, c’est brouillard et nuages. Le matin, on se promène en centre ville, et en insistant gentillement on arrive à entrer dans le théâtre de la ville, qui date du 19e siècle. La salle est très belle, le plafond aussi, même si le lustre a été décrochée pour entretien.

On est accueilli par une équipe qui répète une pièce pour enfant , avec qui on discute un peu. On se balade dans le centre ville, on fait quelques boutiques, puis on monte dans les vieilles ruelles de la ville qui abritent un marché, des boutiques, des stands, des ruelles toutes piétonnes. On s’arrête au marché aux fleurs, qui vend de magnifiques cactus, du jasmin, du bougainvillier, des mufliers, et des bouteilles d’eau de fleur d’oranger et d’eau de rose, car c’est justement la période de la distillerie de ces deux essences, spécialité de la région au début de chaque printemps. On peut d’ailleurs voir des distilleries au travail. On se dirige ensuite à saint jean, un quartier commerçant, dans lequel je m’achète des bijoux. L’après midi on visite le palais du Bey, ancien palais des rois du temps des turcs.

Palais du Bey

On décide de visiter le musée nationale Cirta, qui retrace l’histoire de la ville depuis la préhistoire. Le musée n’est pas très grand, mais il y a des pièces intéressantes surtout du temps de la préhistoire et de l’époque romaine. On peut y voir des coquilles d’escargots avec un trou toujours au même endroit, que les hommes faisaient pour atteindre l’escargot et le manger. Des outils, des pierres gravées d’écriture cunéiformes, des statues du temps de l’empire romain et des numides, des bijoux, des mosaïques. On fait ensuite un tour en voiture en ville, on passe devant de magnifiques immeubles récents refaits à neuf ou le dernier pont en date, très moderne.

Pour notre dernier jour, on va d’abord à la mosquée Emir Abdelkader. L’émir Abdelkader est un résistant qui a repousser les français lorsqu’ils sont venus occuper l’Algérie au 19e siècle. La mosquée aura mis 30 ans pour être livrée mais ça valait le coup, elle est magnifique. L’intérieur, avec son dôme, ses mosaïques, ses vitraux, ses lustres, et l’extérieur, son jardin, sa fontaine, la vue depuis le parvis. On continue en visitant le quartier de bellevue, un quartier résidentiel, qui permet de voir de très belles villas.

Mosquée Emir Abdelkader

Bellevue

Dans l’après midi, on sort dans le centre de Constantine. On traverse à pied le pond sidi Rashid, puis on traverse les ruelles piétonnes de la vieille ville, on passe devant de grandes villas anciennes du temps des turcs qui sont en pleines restaurations ou à l’abandon complet et qui rappellent un peu la casbah d’Alger. On fait une pause à la terrasse d’un restaurant qui donne directement sur les gorges au dessus d’un pont suspendu, la vue est impressionnante.

Le lendemain, direction l’aéroport, on laisse derrière nous les magnifiques paysages, que ce soit le littoral, la mer, les plages, ou les gorges et autre montagnes ocres, les ruines romaines, les fleurs, la nourriture excellente. Ici les fruits et légumes sont sans comparaison, les oranges, les citrons, les tomates, les courgettes, les aubergines, les dattes, un vrai délice, rien à voir avec les fruits et légumes que l’on trouve en Europe.

Tombeau du roi Massinissa, roi berbère avant JC qui unifia la numide, à l’extérieur de Constantine

L’accueil, les visites, la politesse des gens, la nourriture, les spécialités, les paysages; les sites historiques restent impressionnant à voir et à visiter, les ruines romaines sont nombreuses et bien conservées, j’ai choisi Timgad, mais il existe bien d’autres sites à visiter. J’aurais aimé visiter le sud du pays, le désert, les peintures rupestres, mais il faut du temps et plus d’argent pour ça, peut être un jour…

 

 

Advertisements

4 thoughts on “Une semaine en Algérie

  1. oh ! Quelle chance ! Ca a l’air magnifique, surtout si c’était aussi fleuri ! Tu as raison, Timgad a l’air vraiment impressionnant même s’il ne reste que des ruines ! J’imagine que ça vaut le détour !

    • Timgad est impressionnant, 2000 ans que la ville est là et on peut encore se balader dans les rues pavées! il y a beaucoup à voir je n’ai pas pu faire tout ce que je voulais en si peu de temps!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s