Dernières séances: Senses 1,2,3,4 et 5

Senses 3&4 : Affiche

de Ryusuke Hamagushi

Sachie Tanaka, Hazuki Kikuchi, Maiko Mihara, Rira Kawamura

3/5

De nos jours à Kobe, 4 jeunes femmes de 37 ans sont amies et se retrouvent régulièrement pour des activités en groupe, quand leurs emplois du temps respectif le permet. Akari est infirmière, divorcée sans enfants et célibataire, Jun est mariée et sans enfants, Sakurako est mariée, mère d’un ado et femme au foyer, enfin Fumi est mariée et travail dans la communication d’évènements. Lors d’une soirée un peu arrosée en compagnie de nouvelles connaissances, les masques tombent un peu. Fumi avoue devant ses amies incrédules à quel point son travail la pèse et parle sans détour de la vie de femme célibataire. Jun se lance à son tour et choque son entourage en avouant qu’elle a entamé une procédure de divorce depuis un an et que les choses se passent mal. S’en suit tout une remise en question des 4 jeunes femmes sur leurs amitiés et se demandent si elles se connaissent aussi bien qu’elles le pensaient.

Senses 3&4 : Photo Hazuki Kikuchi, Maiko Mihara, Rira Kawamura, Sachie Tanaka

Senses se divisent en trois films, Senses 1&2, Senses 3&4 et enfin Sense 5, la première partie étant celle qui dure le plus longtemps avec une séance de 2h20. Ce premier film prend le temps de présenter les 4 jeunes femmes, leurs vies, leurs vies de couple, leurs vies professionnelles, et puis leur relation lorsqu’elles se retrouvent ensemble. J’ai vraiment eu un peu de mal avec les réactions des personnages principaux. Les femmes sont toujours dans la retenue, jamais elles ne craquent vraiment, se laissent aller et leurs sentiments sont étudier avec froideur, presque cliniquement, ce qui donnent parfois des scènes d’analyse un peu étrange, presque inhumaine. Heureusement certaines scènes plus “humaines”, nous permettent de mieux appréciées la personnalité des personnages.

Senses 3&4 : Photo Hazuki Kikuchi, Maiko Mihara, Rira Kawamura, Sachie Tanaka

Akari est une infirmière exemplaire, qui a l’expérience mais qui s’emporte aussi beaucoup par rapport à ses autres amies. Elle est aussi plus intransigeante, ne voit pas les nuances et reste trop dans l’excès. Tout le contraire de Fumi qui exprime le moins ce qu’elle ressent. Même avec son mari, ça manque de vie, d’émotion, aucune expression de joie ou de tristesse. Tout semble glisser sur elle et pourtant dans certaines scènes on devine que ça boue sous la surface.

Senses 5 : Photo Hazuki Kikuchi

Je ne me suis pas ennuyée durant le premier film, malgré la durée on a envie d’en savoir plus sur chacune des femmes. J’ai beaucoup aimé voir la vie de famille de Sakurako, une femme qui semble effacée qui ne vit que pour entretenir la maison, préparer à manger afin que son mari et son fils ado n’aient rien à faire d’autre que de s’occuper de leurs personnes. Heureusement que les sorties de groupe lui permettent de sortir de chez elle. Sakurako est l’épouse japonaise par excellence. J’ai beaucoup aimé sa relation tout en finesse avec sa belle mère. Jun reste le personnage le plus mystérieux, c’est elle qui disparaitra sans raison à la fin du premier film. Son couple est étrange, on a du mal à cerner son mari, les scènes au tribunal sont rudes pour Jun et nous permettent de mieux comprendre son mal être. J’ai beaucoup aimé la scène dans laquelle son mari vient la voir à l’improviste.

Senses 5 : Photo Hazuki Kikuchi, Maiko Mihara, Rira Kawamura, Sachie Tanaka

J’ai été surprise de voir que le second film, qui ne dure qu’1h25 était bien plus ennuyant. Autant je n’ai pas vu le temps passé avec les 2h20 du premier, autant j’ai eu du mal à garder les yeux ouverts pour le second. Les scènes sont bien plus longues et certaines choses n’ont pas trouvé d’intérêt à mes yeux. J’ai adoré les scènes autour de Sakurako, sa relation avec sa belle mère plus approfondie, le petit drame que vit la famille à travers les bêtises du fils, la lâcheté du père. Par contre, pour ce qui est du reste, j’ai trouvé les choses un peu vide, notamment la fin lorsque les personnages viennent à une lecture et qu’on se tape toute la nouvelle lu par la romancière. Nouvelle qui ne m’a pas intéressée et qui m’a fait sentir le temps passé.

Senses 3&4 : Photo

En allant voir le dernier épisode, je m’attendais à autre chose. Les couples se révèlent, les personnalités aussi. Sakurako décide de faire ce qu’elle a envie et sa manière d’avouer sa nuit passée dehors à son mari est encore une fois froide. La réaction du mari qui se retient devant sa femme est surprenante, surtout une fois qu’il se retrouve dehors et que le mari craque devant des passants qui font semblant de ne rien voir. Je n’ai pas toujours compris les réactions et paroles des personnages. Autant on peut comprendre Sakurako, autant Akari est fidèle à elle même, autant je n’ai pas trop compris la décision de Fumi.

J’ai été tout de même déçu par ce dernier film. Je pensais voir un peu plus de conclusion, une fin, un point, mais la fin du film est semblable aux deux autres épisodes, se terminant comme si juste derrière un autre épisode était prévu sauf que non. J’ai été déçu aussi par l’absence de Jun, un personnage très intéressant. Il y a de beaux moments dans ces films, de belles scènes, quelques face à face intenses, de beaux portraits de femmes jouées par d’excellentes actrices et des moments de mise en scène réussis, mais à la fin on se dit, “tout ça pour ça”. Il manque vraiment un gros quelque chose pour en faire un bon film.

Advertisements

4 thoughts on “Dernières séances: Senses 1,2,3,4 et 5

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s