Contes et légendes inachevés du 3e âge, JRR Tolkien

De JRR Tolkien

4/5

J’ai terminé de lire ce court roman pendant mes vacances de fin d’année et je l’ai trouvé tout à fait intéressant.

Le livre nous parle d’évènements et de personnages relatifs au troisième âge de la Terre du milieu qui se termine avec la destruction de l’anneau unique et donc de Sauron.

C’est le fils de Tolkien qui a réunit les écrits éparpillés de son père pour en faire un recueil avec parfois son intervention personnelle pour nous dire les sources des textes reproduits, ou les contradictions entre deux extraits différents.

En fait, Christopher Tolkien agit comme si il avait été un historien ou un archéologue pour ressortir les textes que son père à écrit à profusion, sans avoir le temps de les ordonner, et Tolkien lui même agit comme si il n’avait pas inventé la terre du milieu mais comme si en historien, il avait découvert une civilisation longtemps perdue et doit se contenter des écrits, complets, incomplets, contradictoires, qu’il a pu découvrir.

Du coup, le livre ressemble plus à un essai historique qu’à un roman, il n’y a pas de dialogue sauf  quelques conversations retranscrites entre Gandalf et Gimli, Pippin et Frodo, se situant après le couronnement d’Aragorn au Gondor.

On nous parle surtout de l’origine de l’union entre le Rohan et le Gondor, l’alliance que noua les deux rois pour vaincre un ennemi commun et leur serment d’alliance pour les siècles à venir, l’héritage d’Isildur ou d’Ellendil, on nous parle de Theoden, un peu d’Eowyn, d’Eomer, de Faramir, ou nous parle des dunedains, des palantirs, des istari, de Gandalf et de Sarumane, un peu de Radagast, des terres mythiques de l’extrême ouest, de la race des Druedains que je ne connaissais pas, ou encore l’expédition d’Erebor, qui vient compléter Bilbo et les appendices utilisés dans le film de Peter Jackson.

En bref, si vous aimez la Terre du milieu, si vous voulez en savoir plus sur certains personnages ou certains évènements, le livre apporte pas mal de renseignement, et même si il n’y a quasiment pas de dialogue, j’étais contente de retrouver certains personnages, d’en apprendre plus sur eux, et le livre ne m’a donc absolument pas ennuyé.

Advertisements

2013, année Tolkien

“Chez moi, le nom vient en premier, et l’histoire suit.”

Après avoir vu l’adaptation de Bilbo en décembre dernier, cette année j’ai très envie de me replonger dans le monde de Tolkien.

De l’auteur j’ai déjà lu il y a plus de dix ans maintenant:

  • Le seigneur des anneaux
  • Bilbo le hobbit
  • Le silmarillon
  • Faerie

Comme cela remonte à loin maintenant et que les œuvres de Tolkien sont complexes et détaillées, j’ai décidé de relire les trois œuvres majeures de l’auteur, Le seigneur des anneaux, Bilbo et le Silmarillon ce ne sera pas du luxe je pense!

Et puis dans ce challenge personnel, je compte bien aussi lire les œuvres que je n’ai pas encore lus, et qui se trouvent dans ma pal:

  • Contes et légendes inachevés du troisième âge
  • Contes et légendes inachevés du second âge
  • Contes et légendes inachevés du premier age
  • Les enfants de Hurin
  • Roverandom.

J’ai déjà relu Bilbo récemment à l’occasion de la sortie du film et j’ai aussi terminée contes et légendes inachevés du troisième âge.

Mais pour commencer je vous parlerais d’un journal, Le magazine littéraire, qui consacre son numéro de janvier à Tolkien. Les nombreuses pubs pour le magazine affichées sur tout les kiosques à journaux ont capté mon attention, et après l’avoir feuilleté pour être sur que ce journal ne surfait pas sur le succès du film pour nous sortir deux ou trois malheureuses pages inintéressantes, je n’ai pas hésité. Il s’agit quand même d’un dossier assez important d’une cinquantaine de pages, nous parlant de Tolkien sa vie, son œuvre, ses lectures, et on apprend pas mal de choses:

On découvre la vie très casanière et peu aventureuse de l’universitaire, de sa passion des langues et légendes anciennes, des contes, de ses lectures, on nous parle des différents thèmes qui reviennent souvent chez Tolkien comme le cercle, les cycles, la nature, les arbres, la nature du mal, le merveilleux…

Les articles sont illustrés par les dessins de Tolkien:

(celle là n’est pas dans le magazine mais j’ai pas résisté)

On nous rappelle que Le silmarillon fut son premier livre, suivit de Bilbo écrit pour les enfants, avant de s’attaquer au Seigneur des anneaux, après que les éditeurs aient demandés une suite au succès des aventures de Bilbo.

Tel un hobbit caché dans son trou, il attendait que ça se passe, qu’on l’oublie, qu’il n’ait pas à publier et donc simplifier.

On comprend la complexité de son oeuvre, riche, détaillée, et malgré les apparences, très cohérente. On comprend son envie, son besoin de créer un monde et de nous conter l’histoire comme si il s’agissait d’une vérité historique ancienne, ce qui n ‘a pas facilité son travail:

Tour à tour voué à la procrastination ou au  perfectionnisme maniaque, l’écrivain ne peut se résoudre au point final, synonyme d’imperfection ou d’approximation.

C’est donc une lecture intéressante et détaillée, pour tous les fans de Tolkien.