Dernières séances: Kaamelott et Black Widow

Kaamelott – Premier volet

De Alexandre Astier

Alexandre Astier, Anne Girouard, Joelle Sevilla, Lionel Astier, Franck Pitiot, Jean Christophe Hembert, Thomas Cousseau

3,5/5

A la fin de la série Kaamelott, le roi Arthur en pleine dépression décide de remettre excalibur dans son rocher et abandonne le trone. Il confie le pouvoir à Lancelot et part s’exiler seul à Rome. 10 ans plus tard, tous les chevaliers de la table ronde se cachent loin de Kaamelott et surtout loin de Lancelot. Certains on repris une vie ennuyeuse à l’abri de leurs chateaux, d’autres se cachent et organisent une résistance contre Lancelot, devenu un souverain despotique, brutal et sadique. Il dépense tous le trésor du royaume pour se payer les services des saxons afin de traquer les anciens partisans d’Arthur.

Anne Girouard (Guenièvre dans Kaamelott): "C'est comme si on s'était quitté  la veille"
Kaamelott - Premier Volet : un teaser et une date de sortie pour le film  d'Astier !

Et ben on l’aura attendu ce film. Alexandre Astier avait annoncé le projet d’un film dès la fin de la série Kaamelott mais depuis plus rien. Ce n’est qu’en 2017 que le projet est vraiment lancé, Alexandre Astier ayant eu du mal à réunir un budget suffisamment conséquent pour faire le film qu’il souhaitait faire, ce qui est étonnant au vue du succès de la série et de la communauté de fan qui reste très active. Le film devait sortir en mai 2020 mais pour cause de covid et de la fermeture des salles le film est repoussé à octobre 2020, mauvaise pioche encore une fois puisque seconde vague de la pandémie. Enfin sortie le 21 juillet, mais bizarrement le gouvernement décide de l’instauration d’un pass sanitaire pour accéder aux salles obscures comme par hasard le jour même de sa sortie….

Kaamelott – Premier volet: Caroline Ferrus

Alors qu’en est il du film? Je ne sais pas si j’arriverais à noter le film sans penser à la série. Car j’ai quand même eu l’impression de voir un épisode spécial plus qu’un film de cinéma. On retrouve l’ambiance, l’humour, les réparties, les dialogues de la série télé. Evidemment il y a une différence avec la série, ici Alexandre Astier se donne les moyens de ses ambitions. Les costumes sont plus travaillés (j’adore la tenue de Lancelot, aussi rigide que sa personnalité) et enfin on a des vues de Kaamelott, du chateau, on a également des prises de vues dans de magnifiques décors naturels.

https://www.cinechronicle.com/wp-content/uploads/2021/07/Kaamelott-%E2%80%93-Premier-Volet-.jpeg
https://images.lindependant.fr/api/v1/images/view/5e2aed933e454626746824d8/large/image.jpg?v=1

Certains plans m’ont rappelé le style du Livre V, une saison de la série plus sombre et que j’ai adoré. Ce n’est pas la saison que je revois avec le plus de plaisir dans le sens où l’histoire prend une tournure dramatique, mais j’ai adoré la réalisation de cette saison V, notamment les épisodes Le phare (les scènes d’Arthur sur la plage sont particulièrement belles), Le guide et Anton (très émouvant les retrouvailles d’Arthur avec celui qui l’a recueilli quelques temps dans son enfance joué par Guy Bedos).

L'intrigue du film Kaamelott – Premier volet dévoilée dans une nouvelle  bande-annonce | Radio-Canada.ca

Dans le film on a droit à quelques jolies scènes, on retrouve ce mélange d’humour, de moments plus dramatiques et de moments très touchants. J’ai aimé entendre les dialogues et les réparties toujours aussi bien écrits (notamment pour le personnage joué par Clovis Cornillac), j’ai adoré revoir les personnages, en particulier Léodagan et Dame Selie, Merlin ou Perceval. J’ai adoré l’humour, il y a des moments où j’ai vraiment ri. J’ai toujours eu beaucoup d’attachement et de tendresse pour le personnage de Guenièvre. Dans la série j’ai aimé son évolution, cette femme un peu idiote mais pas tant que ça, naïve, qui n’arrive jamais à se faire aimer de son mari et qui au fil des saisons devient plus indépendante, prend des décisions, choisie sa route mais reste toujours un soutien pour Arthur. J’ai toujours trouvé la relation entre Arthur et Guenièvre touchante et dans le film j’ai trouvé très émouvante la scène dans laquelle Arthur accompagne Guenièvre récupérer la couronne de fleurs de son mariage.

CRITIQUE de Kaamelott - Premier Volet : des premiers pas au cinéma  semi-croustillants pour Arthur et sa bande de joyeux lurons - GAMERGEN.COM

Il y a des moments saisissants dans le film, des moments très touchants et émouvants, il y a beaucoup d’humour. J’ai passé un très bon moment et contente de voir enfin ce que devient Arthur bien qu’on se demande comment Arthur est passé de Rome à esclave. J’aimerais aussi savoir pourquoi le père Blaise est passé du côté de Lancelot, et pourquoi l’épée d’Arthur ne fonctionne plus à la fin du film. Vivement la suite, en attendant j’espère pouvoir revoir le film au cinéma, et en dvd qui je suis sur, sera bourrés de bonus et de scènes supplémentaires (enfin j’espère!).

Black Widow

De Cate Shortland

Scarlett Johansson, Florence Pugh, Rachel Weisz, David Harbour

3,5/5

L’histoire se déroule après les évènements de captain america civil war. Les avengers sont en crise suite aux accords de Sokovie. Natasha Romanoff a pris le large et s’est mise au vert en Norvège. On découvre alors son enfance, son passé et des fantômes qui refont surface.

Rachel Weisz et David Harbour rejoignent «Black Widow» - Édition digitale  de Liège

Black widow, j’y suis allée sans conviction, car les Marvels, ça commencent à me lasser fortement. Et finalement, j’ai assez apprécié le film. On découvre l’enfance perturbée de celle qui est devenue Black Widow, Natasha Romanoff. Orpheline, elle a été embriguée dans une organisation secrète afin de servir de couverture à deux agents russes installés aux Etats Unis sous une fausse identité. Elle et sa “petite soeur”, une autre orpheline, devaient jouer les enfants du couple. Si leur vie de famille est en faite fausse, Natasha apprécie la stabilité et la présence de ces faux parents, jusqu’au jour où la mission s’arrête et où les deux fillettes sont violemment séparées l’une de l’autre et de leurs pseudo parents. Formées ensuite pour devenir de terribles tueuses, les deux filles ne se sont pas revues.

Black Widow: Scarlett Johansson, Florence Pugh

L’histoire n’a rien d’originale au fond deux anciennes soeurs qui se retrouvent après de longues années d’absence et qui unissent leurs talents et leurs forces pour aller détruire l’organisation qui a bousillée leurs enfance ainsi que le chef de tout ce réseau. Mais j’ai aimé voir le personnage de Natasha être approfondi, voir ses origines, son passé. Il y a certaines scènes très réussies, notamment toutes les scènes de famille, Natasha et sa soeur Yelena, leur discussion, leurs désillusions, la réunion des deux filles avec leurs faux parents dont le comportement est plus complexe qu’il n’y parait.

Why Black Widow was the 'perfect' first role for Rachel Weisz after giving  birth

J’avais peur que les scènes d’actions prennent le dessus sur le reste et me paraissent longuettes, mais en fait non, elles sont fréquentes mais pas ennuyantes. Par contre, aucun réalisme dans les scènes de combats, Scarlett Johansson en particulier, reçoit des coups et subit des chutes qui auraient tués au moins cent fois un être humain normal. Le film a tendance à oublier que le personnage de Natasha, aussi douée soit elle, ne possède aucun super pouvoir…Certaines scènes d’action sont tellement exagérées que ça en devient un peu ridicule.

Black Widow' Director Says Scarlett Johansson Will Pass the Baton to Florence  Pugh | Screen Realm

Heureusement il y a aussi beaucoup d’humour, notamment lors de la réunion de famille entre les filles et leurs faux parents. Il y a aussi pas mal d’humour dans la relation particulière qu’entretiennent les deux soeurs. Il y a un coté intimiste dans Black Widow que j’ai apprécié. L’autre point fort c’est le casting, outre Scarlett Johansson, j’ai adoré voir Florence Pugh, Rachel Weisz et David Harbour, excellent dans cet ancien agent russe déchu et papa plein de regret. Un bon divertissement.

Projet 52-2021: 1 semaine, 1 thème, 1 photo

Nouvelle semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021.

Cette semaine, le thème est volets. Voici une photo que j’ai prise à Nice dans une rue en me promenant, des volets d’une façade qui m’a beaucoup plut.

Bon week end!

Saint Malo

Pour cause de Covid, encore, cette année les voyages j’ai fais une croix dessus. Soyons objectif, le virus est toujours présent, les restrictions nombreuses, variées, importantes et surtout changeantes. Des pays qui passent de aucunes restrictions pour les touristes à des quarantaines et des pcr obligatoires. Préparer des voyages dans ces conditions la, c’est compliqué, risqué, difficilement remboursables. J’avais déjà bataillé dure pour obtenir le remboursement pour certains de mes voyages prévus en 2020… Quitter la France pour prendre l’air en 2021, j’ai laissé tomber.

A la fin du mois de juin je suis allée passer une journée à Saint Malo. J’avais très envie de voir la mer et la Bretagne me tente beaucoup depuis longtemps. De chez moi, aller en Normandie ou en Bretagne en train, c’est finalement le même temps de trajet malgré des distances différentes, la Normandie étant desservie par des ter alors que la Bretagne par des tgv.

Je n’avais jamais mis les pieds à Saint Malo. Je n’ai qu’une journée et je préfère arriver tot et rentrer tot plutôt que le contraire, du coup départ par le TGV de 7h03 à la gare Montparnasse. 2h47 plus tard, j’arrive à Saint Malo. Avec la SNCF le problème, c’est que le prix des tgv devient très vite très élevés si tu ne réserves pas des mois à l’avance. Hélas, je n’ai pas la possibilité de me projeter longtemps à l’avance dans ces temps maussades et covidés, donc c’est deux semaines en avance que je décide de prendre mes places et j’en ai déjà pour 100 euros aller retour. Franchement ça fais cher la journée à Saint Malo, mais bon je suis tellement en manque de changement d’air…bref, j’arrive et la météo ne sera pas bonne mais toujours meilleur qu’à Paris le même jour ceci dit (pluie dilluvienne toute la journée).

Donc c’est un vent frais presque froid et une petite pluie qui m’accueille et là je suis très contente d’avoir apporté dans mon sac mon ciré coupe vent acheter il y a longtemps, car ici le parapluie ne sert à rien d’ailleurs personne ne l’a sorti, le vent tue ces petites choses inutiles ici.

Depuis la gare, il faut marcher une quinzaine de minutes le long d’une avenue qui passe par des chantiers, un port, avant d’arriver à l’entrée du centre dit “intra muros”, qui se trouve entouré de remparts. Dans intra muros, on ressent moins le vent. Je me balade dans les ruelles du centre historique, je m’arrête acheter des caramels à la maison Guella, puis direction la plage de Bon secours. Une fois ressorti de l’abri des remparts, on ressent de nouveau le vent. J’avais décidé de me rendre sur le grand Bé, une sorte de presqu’ile dont le chemin est accessible depuis la plage qu’à marée basse. Cependant le vent souffle tellement fort que j’ai du mal à marcher et le sable s’il ne vous blesse pas les yeux, fouette les jambes, c’est pas très agréable. Finalement, je laisse tomber la promenade vers le grand Bé, le vent étant plus fort à mesure que j’avance. Je m’installe sur un rebord en bord de plage et me contente d’admirer la vue. Je croise un homme en t shirt, tong et serviette de bain autour de la taille, se diriger sans hésiter vers la piscine d’eau de mer sur la plage, accessible à marée basse. L’homme se jette à l’eau sans frissonner et entame des longueurs sous l’oeil admiratif des passants.

Je passe un bon moment sur la plage avant de me rendre à Bergamote un salon de thé qui sert à déjeuner à midi. Je savais que l’endroit est prisé et qu’il vaut mieux réserver à l’avance. Je n’ai pas de réservation alors je me rends à 11h30 en espérant pouvoir me caser dans un coin. Manger à l’intérieur ne me tente pas vraiment car je n’oublie pas le covid. Malgré le mauvais temps je préfère manger en terrasse ce qui arrange le serveur car ils sont complet pour ce midi. Il y a quand même une protection de toit ce qui permet d’être protégé des petites gouttes de pluie et je me trouve dans un petit coin donc à l’abri du vent. Galette aux légumes, oignon et champignons, limonade citron maison, et en dessert crêpe au caramel beurre salé. Tout était délicieux, le service super sympa et rapide, les serveurs à l’écoute, top.

Pour le temps qu’il me reste avant mon retour je visite la cathédrale de Saint Malo. On apprend que Jacques Cartier est passé par là avant son second départ pour le Canada. L’église est très ancienne, c’est surtout les vitraux qui m’ont plut, la rosace et les vitraux autour sont très colorés sans représenter une scène particulière. En sortant je me balade dans les ruelles autour, très jolies, dont certaines s’éloignent du style très gris du centre ville, puis je monte sur les remparts, je passe devant la tour bidouane et je remonte le long de la plage du bon secours jusqu’au bastion de la Hollande, un jardin au bout des remparts. On peut y voir les canons ou encore une jolie vue sur la mer, la plage et au loin Dinard. Il existe un bateau taxi pour se rendre à Dinard, une traversée qui dure moins de dix minutes, mais je n’ai pas beaucoup de temps avant mon retour et la mer est bien agitée! Je préfère me concentrer sur Saint Malo.

Je reviens sur mes pas, et je me retrouve sur la grande plage du sillon par laquelle on peut accéder au fort national. Sur cette plage je subi un peu moins le vent, j’en profite pour rester un bon moment à me balader au bord de l’eau, il y a beaucoup moins de monde que sur la plage du bon secours. Un dernier tour dans le centre ville et c’est déjà l’heure du retour à la gare. Contrairement à l’allée, je prends d’abord un TER jusqu’à Rennes puis le TGV direct jusqu’à Paris, le retour est plus rapide que l’allée.

J’ai beaucoup aimé Saint Malo, à refaire un jour de beau temps. Les remparts, les petites ruelles typiques quand on s’éloigne un peu des commerces, les plages spacieuses. La prochaine fois, j’espère pouvoir grimper sur le grand Bé et également prendre le bateau taxi pour me rendre à Dinard, j’irais bien également visité la demeure du corsaire.

Projet 52-2021: 1 semaine, 1 photo, 1 thème

Nouvelle semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021.

Le thème cette semaine c’est fruit(s). Alors je voulais faire une jolie photo de ma corbeille de fruits, mais aujourd’hui elle est un peu vide! du coup j’ai ressorti une vieille photo prise au Japon sur l’ile de Kyushu, lors de mon séjour en octobre 2013. Il faisait encore chaud fin octobre, on se baladait en t shirt, petite veste, beau temps et en visitant la maison d’un ancien samourai, Hosokawa residence, j’ai repréré dans le petit jardin un grenadier. Les branches étaient bien alourdie par de belles grenades dont certaines étaient déjà bien éclatées!

Bon week end!

Si c’était demain

If Tomorrow Comes (1986) - Plex

Mini série 1986

Madolyn Smith, Tom Beranger, Keith David, Liam Neeson

Tracy a tout pour être heureuse, un fiancé richississime, un boulot intéressant, un bébé en route. Tout bascule quand elle apprend que sa mère s’est suicidée. Suit une tentative ratée de se venger du responsable du suicide de sa mère, un procès faussé par la corruption, et voilà Tracy envoyée en prison pour une longue peine pour des crimes qu’elle n’a absolument pas commis. Des malheurs, la perte de son bébé, l’abandon de son fiancé, de nouveaux alliés également, des rebondissements inattendus lui permettront alors d’être graciée, mais après s’être venger des mafieux responsables de ses malheurs grâce à un plan machiavélique, Tracy se heurte à la dure réalité du monde du travail. Personne ne veut embaucher une ex taularde, car grâciée ne veut pas dire acquitée. Tracy n’a pas d’autres choix que d’accepter un boulot malhonnête. Elle se découvrira alors des talents cachés et fera une rencontre qui lui permettra de devenir une arnaqueuse de haut vol internationale. Parallèlement, Jeff Stevens, arnaqueur professionnel, décide de prendre sa retraite quand il tombe sous le charme d’une riche divorcée. Pensant avoir trouvé le grand amour, Stevens espère vivre tranquillement et honnêtement sa vie mais il découvre que les riches hommes d’affaires qui l’entourent sont plus malhonnête que le pire voleur et il déchante vite.

Si c'était demain - Télé-Loisirs

Téléfilm en trois parties, Si c’était demain était souvent diffusé sur M6 dans les années 90. Je le regardais à chaque diffusion sans jamais me lasser et aujourd’hui encore, je le regarde régulièrement.

J’aime tout dans cette mini série, les acteurs, l’histoire, les rebondissements, l’évolution de l’héroine, le fait qu’on voyage énormément au côté de Tracy qui se déplace à travers l’europe pour ses différentes arnaques ou vols, avec un tournage qui se déroule exactement là où se situe l’histoire: la Nouvelle Orléans, Londres, Amsterdam, Cannes, Paris, ou encore Saint Jean Cap Ferrat. Je revois les lieux que j’ai moi même visiter à travers ce film, comme Amsterdam et la bijouterie Coster, Londres avec covent garden entre autre, la cote d’azur avec Cannes et surtout la villa Rotschild que j’avais visité à Saint Jean Cap Ferrat.

Sidney Sheldons If Tomorrow Comes [Import USA Zone 1]: DVD & Blu-ray :  Amazon.fr

L’histoire est prenante du début à la fin, que ce soit le premier épisode dans lequel Tracy se retrouve en prison, sa période difficile après sa libération, son coup de génie pour se venger de ses ennemis en montant de loin une arnaque bancaire. Mais ce que je prèfère c’est la seconde moitié de la mini série, quand Tracy rencontre Gunther, riche antiquaire qui va la former pour faire d’elle une super arnaqueuse et voleuse, recherchée par interpol. Avec Tracy, on voyage, on a peur, on rigole, on vit ses coups montés, on la voit évoluer, prendre de l’assurance, prendre des risques, réussir.

IMCDb.org: 1981 Volvo 264 in "If Tomorrow Comes, 1986"

Comme souvent dans les séries et films des années 80, on a un sentiment de féminisme. Bien plus en avance que les héroines qui évoluent aujourd’hui, ce sont souvent des femmes qui n’ont pas besoin de pouvoirs surnaturels ou de renoncer à sa féminité pour s’assumer, s’affirmer et dominer. Comme souvent dans les années 80, on nous montre une héroine forte, déteminée, intelligente, mais pas sans faille non plus. C’est une image beaucoup plus féministe que ce qu’on peut voir dans les années 2000 ou même aujourd’hui, et le tout s’en en avoir l’air, sans que ça est l’air d’etre fait exprès.

Tracy est au départ une jeune femme qui a su se sortir de sa classe sociale d’origine en faisant de brillantes études et en entammant une carrière dans une banque prestigieuse à New York, elle fait son chemin, elle se fiance avec un homme richissime. Mais Tracy est naïve, peu sur d’elle finalement, un peu timide. Evidemment son passage en prison lui ouvrira les yeux sur beaucoup de chose et elle vivra certains moments bien cruels. On voit Tracy prendre de l’assurance, ne pas se laisser aller ou se laisser démonter par les épreuves, prendre des risques aussi mais qui payent.

Nick Bicât - Arrival in London (If Tomorrow Comes OST) - YouTube

En plus de la réalisation qui est de qualité, on sent qu’on a mis les moyens dans ce tournage, le casting est assez luxueux. L’héroine est incarnée par la séduisante Madolyn Smith peu connue du grand public mais qui est excellente dans ce rôle. Autour d’elle on peut voir entre autre Liam Neeson au début de sa carrière, Tom Beranger (Platoon, né un 4 juillet, Traquée) ou encore l’excellente CCH Pounder avant que le grand public ne l’a découvre dans Bagdad café, Urgences ou encore The Shield.

Beaucoup d’aventure, un personnage féminin très intéressant, un casting top, des arnaques qui rendent l’histoire prenante (même si certains coups sont complètement irréalisables), de l’humour, des rebondissements, et une mini série qui nous fait beaucoup voyager. Je prends plaisir à la revoir régulièrement, même si les tenues de l’héroine ou encore sa permanente typique des années 80 ont pris un petit coup de vieux.

Projet 52-2021: 1 semaine, 1 thème, 1 photo

Nouvelle semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021.

Cette semaine, le thème est “Sur l’herbe”. Je me suis tout de suite rappelée une photo que j’ai prise, de brins d’herbe dans une pelouse d’un vert émeraude, sur lesquels s’était posé un jolie papillon. C’est une photo que j’aurais pu prendre n’importe où mais que j’ai prise à Devenport en Nouvelle Zélande, lors de mon voyage en 2016.

Bon week end!

Dernières séances: Gagarine et Médecin de nuit

Gagarine

de Fanny Liatard et Jeremy Trouilh

Alseni Bathily, Jamil McCraven, Lyna Khoudri, Finnegan Oldfield

4/5

Youri, 16 ans, passioné par l’astronomie vit à la cité Gagarine à Ivry. Très attaché au seul lieu qu’il n’a jamais connu, Youri est déterminé à sauver son bâtiment destiné à être démoli sur décision de la municipalité. Avec l’aide de ses amis Houssam et Diana, il fait tout son possible pour sauver la cité. Doué pour le bricolage, il répare tous ce qu’il peut, ascenseur, éclairages des parties communes, volets, mais rien n’y fait la décision est prise. Petit à petit les habitants déménagent, font leurs cartons et partent.

Gagarine: Jamil McCraven, Lyna Khoudri, Alséni Bathily

La cité Youri Gagarine a été construite au début des années 60 et comme beaucoup d’immeubles de cet époque, les bâtiments ont été construits à la va vite, avec des matériaux médiocres et en suivant des procédures de constructions obsolètes. Entre mauvais entretien et détérioration inévitable, la cité est destinée à être démolie pour faire place à de nouveaux projets aux normes énergétiques. A l’époque, la cité avait même reçu la visite de Youri Gagarine en personne.

Gagarine: Alséni Bathily

Le Youri du film, lui, est passionné d’astronomie et rêve de devenir astronaute mais en attendant il rêve surtout de sauver la cité. Les habitants entretiennent une relation amour/haine avec leur cité. Tous le monde se connait, les habitants y vivent depuis des décennies, chacun ont leurs habitudes. Mais en même temps, si tout le monde est attaché à leurs liens sociales, ils savent aussi que leurs logements sont devenus insalubres, inadaptés et difficiles à vivre au quotidien (problème de plomberie, ascenseur en panne un jour sur deux…).

Gagarine: Finnegan Oldfield

J’ai adoré le film. Il y a une atmosphère très particulière, on se sent emporté par l’histoire dès les premières minutes, envouté par Youri, sa passion, sa détermination, on explore avec lui les couloirs de sa cité. En découvrant la situation familiale de Youri, on comprend que quitter la cité Gagarine est plus dure pour lui que pour n’importe qui d’autre. Le film arrive à faire comprendre à quel point ça peut être douloureux de devoir quitter un foyer qu’on a toujours connu même si celui ci n’est pas en bon état, à quel point ça peut être un choc de voir démolir le lieu dans lequel on a longtemps vécu.

Gagarine: Lyna Khoudri

Les habitants qui quittent progressivement la cité, la vie que Youri se créee dans la cité fantôme, construisant un cocon basé sur les modules de la station spatiale internationale, l’amitié avec Diana et Dali le dealer de cannabis locale, j’ai adoré chaque moment du film, parfois drôle, parfois touchant, voir dramatique. J’ai adoré aussi l’esthétisme du film, c’est envoutant, ça vous emporte dans un autre monde. Une belle mise en scène, le tout porté par un très bon casting, tous excellents dans leurs rôles respectifs, seul bémol une fin un peu frustrante (les films français on souvent du mal à conclure leurs histoires); bien que compréhensible, on aurait aimé savoir ce que deviennent Diana, Youri et Dali.

Médecin de nuit

de Elie Wajeman

Vincent Macaigne, Pio Marmai, Sarah Giraudeau, Sarah Le Picard

3,5/5

Mickael est médecin de nuit. Il soigne les gens des quartiers populaires parisiens en fonction des appels que le dispatcheur reçoit. Il aide également régulièrement les toxicomanes en leur faisant des ordonnances du subutex. Mais en parallèle, il fournit certains dealers en fausse prescription de subutex pour aider son cousin Dimitri, pharmacien, qui est criblé de dettes. Mais un soir, Mickael remet tout en question. Après un ultimatum lancé par sa femme, Mickael décide d’arrêter les combines et de recommencer à zéro.

Médecin de nuit: Vincent Macaigne, Pio Marmai
Médecin de nuit: Vincent Macaigne

Décidément, en ce moment bonne pioche dans les films français. Après Gagarine que j’ai beaucoup aimé, voici Médecin de nuit. Le film se déroule sur l’espace d’une soirée et d’une nuit. Le film est court, le rythme bien soutenu, on fait connaissance avec Mickael, son quotidien de médecin de nuit, père de deux enfants, on est surpris par la violence physique qui sommeille derrière la bienveillance du docteur. On sent que le personnage est à un tournant de sa vie, et chacune de ses décisions le mèneront sur la bonne ou mauvaise voie. L’histoire est assez classique, je me suis laissée surprise par la fin, c’est sombre sans être pour autant déprimant, et malgré les gros défauts du personnage principal, on ne peut s’empêcher de le trouver sympathique et attachant. A voir surtout pour la performance de Vincent Macaigne dans le rôle de Mickael, excellent.

Projet 52 2021: 1 semaine, 1 thème, 1 photo

Nouvelle semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021.

Cette semaine, le thème est été. Personnellement je n’ai pas de photo qui illustre vraiment l’été, car en générale l’été je part toujours dans les pays du nord, là où il fait frais. Alors j’ai pioché dans mes archives et j’ai choisi cette photo prise à New York en juin 2011, une journée chaude et humide, à washington square, où les gens se sont rafraichis dans la fontaine d’eau!

Bon week end

La cantine de minuit (BD) et Midnight diner (série)

A Tokyo, dans le quartier animé de Shinjuku, un petit boui boui ouvre tous les jours de minuit à 7h du matin. Un comptoir, le patron qui cuisine juste derrière, et les clients qui vont et viennent. Chauffeurs de taxi, yakuza, hotesses de bar, stripteaseuses, insomniaques, acteurs, cadres aux heures sup, commerçants…Chacun à ses hauts et bas, ses histoires, ses rencontres, tous se passe à la cantine de minuit entre minuit et 7h.

La Cantine de Minuit » de Yarô Abe, miam ! – Grammartical
La Cantine de minuit" : quand l'ordinaire sort de l'ordinaire - ActuaBD

J’ai découvert cette BD il y a quelques années, j’ai lu les deux premiers tomes et j’ai adoré. J’avais déjà parlé ici du premier tome, j’ai fini le second et entamé le 3e. Le chef, derrière son comptoir, cuisine tous ce que souhaitent les clients à condition que le chef a les ingrédients sous la main. Les clients se succèdent au comptoir, mangent, boivent, se racontent leurs histoires au fil des soirées, des amitiés se créees, des histoires d’amour se font ou se défont, les rêves de certains se réalisent, d’autres ne s’illusionnent plus. La BD est souvent drôle, parfois attendrissante et emouvante. On s’attache aux personnages, qu’ils soient récurrents ou de passage. Chaque petit chapitre tourne autour d’un plat en particulier, des plats tout simples, des plats originaux selon les personnages qui passent commande. Il existe également un livre de recette tiré de la série de manga, que je me suis achetée!

La cantine de minuit -1- Volume 1

J’avais découvert l’existence de la série japonaise tirée de la BD, sur le blog Mille et un classiques. J’ai mis le temps mais dernièrement j’ai fini par regarder la série, et j’ai tout de suite accrochée. Netflix propose deux saisons de la série. 10 épisodes par saison, 25 minutes par épisodes, je peux vous dire que j’ai enchainé les deux saisons en une semaine, j’ai adoré, tout autant que la BD.

Chronique de la série "Midnight Diner: Tokyo Stories" - Asian Kitchen

Les acteurs sont tous excellents, tellement ressemblant à ce qu’on voit dans la BD, en particulier le chef qui interprète à la perfection ce rôle. L’atmosphère, l’ambiance qui se dégage de la série est plus légère que dans la BD et c’est encore plus appréciable. Beaucoup d’humour, beaucoup d’émotion aussi, j’ai adoré chaque épisode, à suivre les histoires personnelles des clients qui s’épanchent autour d’une bière et d’un plat japonais. On découvre plein de plats différents loin des petites choses qu’on a l’habitude de voir en europe. Les clients ont parfois des demandes orginales, ou excentriques mais le chef relève toujours le défis.

SUNDAY MORNING: La Minute serievore : Midnight diner / Tokyo stories
MIDNIGHT DINER - Kinotayo

On passe un très bon moment autour de ce comptoir dans ce cadre où le temps semble s’arrêté, dans une petite ruelle de Tokyo, on a tellement envie d’aller les rejoindre et de s’installer sur l’un des tabourets et manger un des plats préparé par le chef. A la fin de chaque épisode, une petite minute durant laquelle les personnages présents nous donne un conseil ou une astuce concernant la recette du plat du jour. Il y a un côté très apaisant à regarder les épisodes, et ce dès le générique que j’aime beaucoup. C’est drôle, attachant, sympathique et divertissant, une très bonne série!

Projet 52-2021: 1 semaine, 1 thème, 1 photo

Nouvelle semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021.

Cette semaine le thème est avion. Personnellement j’ai souvent pris l’avion dans ma vie, mais rarement de tout petits avion. J’avais envie de poster la photo de l’avion à hélice que j’avais pris pour me rendre à Dublin, je me souviens encore de l’air effrayé d’une passagère qui ne s’attendait pas à se retrouver devant un si petit appareil. Mais je n’ai pas de photo de l’avion en question alors je vous poste la photo d’un tout petit avion à hélice également que j’ai pris en Nouvelle Zélande pour me rendre à Christchurch depuis Rotorua. Je me suis dis à l’époque, mais comment font ils pour caser dans un avion aussi petit autant de valises énormes? car aucun des 35 passagers, moi la première, ne voyageaient léger! (bagages en soutes et bagages à main). Impressionnant mais finalement une fois en vol, j’ai beaucoup apprécié voler suffisamment bas pour profiter des paysages et je n’ai ressenti aucune perturbation.

Bon week end!