Projet 52-2021: 1 semaine, 1 photo, 1 thème

Nouvelle semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021

Cette semaine, le thème est boisson chaude. Les boissons chaudes, ça me fait penser à chocolat chaud et surtout les deux boissons chaudes que je bois le plus, le thé et le café.

J’ai pris en photo un petit florilège des mugs et théières que je possède. J’adore les mugs, la plupart chez moi ne servent jamais à boire le thé, mais servent à décorer ou à y mettre tout un tas de petits trucs. Sur la photo, on peut voir une théière aux couleurs du drapeau du Royaume Uni qu’on m’a offerte, une théière bleue que j’ai ramené du Japon, un bocal pour conserver le thé en vrac que j’ai déniché à Camden Market à Londres, ma boite à thé offert par le palais du thé, un mug de la série The wire que j’ai ramené de New York, une petite tasse à café Her royal highness acheté en Ecosse, un très joli pot à lait en porcelaine que j’ai trouvé dans une très jolie boutique à Bath, un mug mind the gap du métro londonnien, et enfin, le mug qui me sert à boire du thé ces jours-ci, celui à droite avec les petites fleurs bleues, de la marque Laura Ashley que j’avais acheté à Bergen en Norvège. J’ai d’autres mugs, mais on va s’arrêter là!

Bonne soirée!

Projet 52 2021: 1 semaine, 1 photo, 1 thème

Nouvelle semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021

Cette 7e semaine, c’est fleurs séchées. Quand j’étais petite, faute de pouvoir planter des fleurs, j’adorais les faire sécher. Les feuilles d’automnes et les pétales de roses allaient s’applatir entre les pages de mes livres, et les plus belles roses, je les faisait sécher la tête en bas.

Voici un petit bouquet de roses que j’ai fais séché il y a de nombreuses années maintenant, et des feuilles rouges plus récentes. Une 2e photo pour montrer le bouquet de mimosa que j’ai reçu pour mon anniversaire et que j’ai fais sécher.

Bonne semaine!

Projet 52, 1 semaine, 1 photo, 1 thème: tôt ou tard

Nouvelle semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021

Cette semaine, le thème est tôt ou tard. L’évidence c’est une photo que j’aurais prise tôt le matin ou tard le soir, j’ai énormément de photos de coucher de soleil, mais je pense surtout à cette fameuse matinée, très très tôt, lors de mon voyage en Nouvelle Zélande en 2016. Je m’étais levée aux aurores, enfin il faisait encore nuit, car je devais me rendre à la marina de Kaikoura pour 5h30 le matin afin d’aller à la rencontre des dauphins sauvages qui aiment s’établir aux larges de Kaikoura grâce à une faille qui contient énormément de nourriture pour les dauphins et autres animaux marins. C’est depuis le bâteau que j’ai pris cette photo, juste avant de se jeter à l’eau équipée d’une combinaison, d’un tuba et d’un masque. Le soleil n’était pas encore visible. On est resté une heure à nager avec les dauphins dans la fraicheur du pacifique, avant de regagner le bateau.

A la semaine prochaine pour un nouveau thème.

Projet 52 2021, 1 photo, 1 semaine, 1 thème

4e semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021

Cette semaine le thème est pliage. La seule chose qui me soit venue à l’esprit c’est l’origami, cet art japonais qui consiste à plier dans tous les sens un bout de papier pour créer tout et n’importe quoi, du plus simple au plus compliqué. Bon à part faire un avion et un bâteau, je ne savais rien faire d’autre. Alors cette après-midi je m’y suis mise grâce à des tutos sur internet, et voilà mon résultat, certes pas parfait du tout mais bon c’est une première.

Bon fallait reconnaitre un renard, un cygne et 2 oiseaux de styles différents. A la semaine prochaine.

Projet 52 2021 1 photo, 1 thème, 52 semaines

3e semaine concernant le challenge photo 2021, organisé chez Ma. Pour plus de détails, voici le programme ici: projet 52 2021

Cette semaine, le thème est réverbère. Alors je n’ai pas trouvé sur ma route très limité en ces temps de covid (métro boulot dodo) un réverbère digne de ce nom qui m’inspire, alors voici une photo que j’ai prise lors de mon premier voyage à Bruxelles. Sur la grand place j’avais eu un coup de coeur à la tombée de la nuit pour les beaux réverbères dont la couleur des ampoules avaient été changés pour la préparation des fêtes de fin d’année qui approchaient, une belle couleur bleue.

Projet 52-2021: Une photo, une semaine, un thème

3e semaine du challenge projet 52-2021, organisé par Ma, dont les détails sont accessibles ici: projet 52-2021

Cette semaine, le thème est hiver et moi je pense tout de suite à neige. Photo prise au parc de Bercy lors d’une belle chute de neige, on se croirait à la montagne!

A la semaine prochaine pour un nouveau thème.

Projet 52-2021 Une photo, une semaine, un thème

2e semaine du challenge projet 52-2021, organisé par Ma, dont les détails sont accessibles ici: projet 52-2021

Cette semaine, le thème est Hasard. Au départ, j’avais très envie de photographier des dés, mais bizarrement je n’en ai pas du tout chez moi. Ma 2e idée, des cartes à jouer, mais le seul paquet de carte que j’avais a disparu dans les limbes, allez savoir où…j’ai pensé à des pièces de monnaie pour symboliser pile ou face, à des fèves de galette des rois que j’aurai photographier avec la couronne des rois, mais j’avais peur que ne soit pas très parlant. Finalement, faute de mieux, un roman de Sommerset Maugham “Rencotres et hasards”, l’un de mes auteurs favoris (plutôt un recueil de nouvelles), que j’ai mis en scène dans un décor de neige, car il neige à gros flocon chez moi depuis ce matin.

A la semaine prochaine!

1er challenge de l’année, Projet 52-2021

Cela fait très longtemps que je n’ai pas participé à un challenge proposé par un blog. Fut une époque où je m’inscrivais à de nombreux challenges, mais j’avais du mal à tenir les engagements et j’avais fini par laisser tomber. Cette année, j’ai décidé de m’inscrire à deux challenges, dont celui-ci Projet 52-2021, proposé par Ma qui consiste à poster une photo par semaine sur son blog, selon un thème déterminé à l’avance. Si ça vous intéresse, vous trouverez tous les détails en cliquant sur le lien dessus.

Pour cette semaine, le thème est “commencer”, je ne vais pas être très orginal mais c’est ma première semaine.

Bilan 2020

Que dire de cette année 2020? Ba pas grand chose hélas, elle fut difficile comme pour beaucoup de monde. Pas grand chose à retenir cette année, 0 concert, 0 voyage, quelques rares sorties pour essayer de garder le moral. Je n’ai quasiment vu aucun de mes amis depuis le mois de mars, je communique par téléphone et internet.

J’avais de beaux projets pour cette année, je devais me rendre mi février à Taiwan pour deux semaines mais on a du y renoncer. J’avais commencé à entendre parler d’une étrange épidémie à Wuhan début janvier qui m’avait un peu inquiété, mais quand j’ai vu les médias français en parler en boucle, j’ai compris que c’était grave. Etait-ce raisonnable d’aller à Taïwan? Finalement après réflexion, nous avons décidé d’annuler notre voyage. Peur que les choses se dégradent pendant notre séjour, peur d’être retenue en quarantaine lors de notre escale à Shanghai en cas de suspicion comme ça a été le cas pour certains touristes. Nous avons vite compris qu’on n’apprécierais pas le séjour. Heureusement, l’annulation du voyage ne nous a rien couté. Les hotels étaient réservés avec paiement à l’arrivée et l’annulation sans frais. Quant au billet d’avion, air china ne nous a fait aucune difficulté pour le remboursement bien que nos billets soient non remboursables non échangeable. L’épidémie n’avait officiellement pas atteint l’europe et nous n’allions pas en chine mais à Taïwan et malgré tout air china nous a rembourser sans condition ni hésitation en une semaine. Tout le contraire de mon second beau projet de l’année, celui de partir deux semaines en ecosse en juin. Transavia n’a pas voulu nous rembourser alors qu’au moment de les contacter nous étions au début du premier déconfinement, en mai, orly était fermé, les vols étaient tous annulés, le royaume uni avait mis en place une quatorzaine obligatoire pour toute personne arrivant sur leur territoire. Et malgré tout transavia ne nous a offert qu’un simple avoir utilisable sur même pas une année mais jusqu’en mars 2021, utopique…

Concernant les concerts, j’étais surtout très excitée par le concert des Rage against the machine qui s’étaient reformé exceptionnellement, je devais les voir début septembre à rock en seine; j’ai mis plusieurs mois à me faire rembourser, grosse déception de ne pas pouvoir les voir en live.

J’aurais tout de même réussi à faire quelques sorties entre deux confinements. Une journée à Dieppe, une autre à Rouen que j’ai beaucoup aimé. Une journée à Giverny et une autre à Etretat et Honfleur. J’ai aussi visité le château de Fontainebleau et j’ai pu voir une seule expo celle sur Louis de Funes à la cinémathèque.

Mis à part l’annulation de mes projets voyages et concerts, comment j’ai vécu cette année? Lors du premier confinement, j’étais en télétravail à 100%. Avec le temps libre, on se dit que c’est l’occasion de faire de super choses qu’on avait jamais le temps de faire, Ba pas du tout car ce premier confinement c’était plutôt l’angoisse totale. Sortir de chez moi uniquement pour faire les courses alimentaires, avec pour seule protection des bandes de tissus découpées dans de vieux vêtements et cousues pour me couvrir le nez et la bouche, protection complètement illusoire bien évidemment. Pas de masque, pas de gel hydroalcoolique, des bouteilles d’alcool à désinfecter inexistantes dans les supérettes près de chez moi, heureusement que j’avais un petit stock. Sortir était une épreuve physique (marcher avec ces “masques” fait maison sur la bouche et le nez, je respirais plutôt comme dark vador et je rentrais chez moi essoufflée) et psychologique. Une personne qui m’approchait trop au supermarché et me voilà en train de compter les 14 jours d’incubation officielle. Une drôle de période durant laquelle on n’avait peu d’information et beaucoup d’interrogations concernant le virus lui même et durant laquelle j’ai connu les fameuses pénuries de farine et d’oeufs et où j’ai testé la livraison à domicile des courses alimentaires (toujours pas de masques disponibles et la preuve que le risque de contagion est grand dans les supermarchés et autres magasins clos). J’ai surtout pris le temps de vider les armoires et de jeter tout ce qui est inutilement entassé, ça fait du bien. J’ai aussi redécouvert ma ville, certains quartiers que je n’avais pas revu depuis des années, certaines rues et zones que je ne connaissais pas du tout, comme la coulée verte du coin qui est bien sympathique à parcourir un jour de beau temps.

J’ai aussi pris le temps de trier un peu toutes mes photos sur mon disque dur, surtout que mon ordi a eu la bonne idée de rendre l’âme durant le premier confinement, heureusement que certaines enseignes livraient à domicile, j’ai pu avoir un nouvel ordinateur assez rapidement. Le ménage dans mes fichiers photos m’a donné l’envie de me lancer dans les livres photos. ça faisait longtemps que je voulais garder en format papier certaines photos de mes voyages, et j’ai donc testé les livres photos Cewe. Une fois le tri des photos fait, ce qui prend déjà pas mal de temps, manier le logiciel pour décider de la couverture, de la disposition des photos, du texte, des titres, des fonds de page, ça prend aussi du temps mais ça vaut le coup, le résultat est très bien et on prend plaisir à regarder les photos sans que ce soit à travers un écran. J’ai réalisé un album pour la Nouvelle Zélande, le Japon et l’Ecosse.

Evidemment je n’ai pas pu aller autant à la piscine qu’à mon habitude, faire des longueurs deux fois par semaine me manque énormément. Après la réouverture des piscines, entre juillet et début octobre, j’y suis retournée sans hésiter tellement ça me manquait, et j’étais contente de voir que les mesures d’hygiènes étaient irréprochables et très strictes. Hélas la piscine a refermé ses portes au début de la deuxième vague et pour une période indéterminée. Sachant que les gens vont irrémédiablement se lâchés durant les fêtes de fin d’année, il faut hélas s’attendre à une 3e vague d’ici la mi janvier…

Quant au cinéma, j’avais vu quelques films avant le premier confinement et j’ai eu le temps d’en voir que trois entre la réouverture en juillet et la refermeture en octobre. Il faut dire que la programmation était assez mauvaise et les rares films qui me tentaient étaient parfois trop sombres pour me donner envie, surtout en ce moment…

Bref, le classement sera rapide avec seulement 10 films vu, un triste reccord:

1- 1917 de Sam Mendes

1917: George MacKay

Le film m’a scoatché, un montage qui laisse croire à un seul et unique plan séquence quasiment en temps réel. De sublimes scènes notamment la fuite dans les ruines d’un village bombardé en pleine nuit. Le meilleur de l’année, sans hésitation.

2- Séjour dans les monts Fuchun de Gu Xiaogang

Séjour dans les monts Fuchun

J’ai été assez envouté par l’atmosphère de cette chronique familiale. Des frères, leurs épouses, leurs enfants, leurs parents, toutes ses différentes générations, leurs vies, leurs problèmes, leurs liens, le tout dans une région en pleine mutation. Séjour dans les monts Fuchun m’a beaucoup plut, et doit normalement s’inscrire dans une trilogie. Les deux autres films doivent se concentrer sur l’histoire de certains personnages, en espérant que la crise du covid ne remettra pas en cause le tournage de la suite.

3- Dans un jardin qu’on dirait éternel de Tatsushi Omori

Dans un jardin qu'on dirait éternel

Très beau film sur la quête de soi, apprendre à se connaitre, à travers les leçons de la cérémonie du thé que suit l’héroine, en proie à de nombreux doutes quant aux choix de vie qui lui sont possibles. Jolie portraits de femmes, entre l’héroine qui doute et hésite sur les chemins à prendre, sa cousine qui prend des décisions de vie et s’y tient et la vieille dame jouée par l’excellente Kirin Kiki, maitre du thé qui dispense subtilement les leçons de vie.

4- Tenet de Christopher Nolan

Tenet: Robert Pattinson, John David Washington, Jack Cutmore-Scott

En grande fan de Nolan, et ayant vu tous ces films, bien sur je suis allée voir Tenet au cinéma et franchement c’est à voir sur grand écran. Visuellement il est très réussi mais bémol sur certains aspects du scénario et sur certains personnages un peu faibles. Le film reste très bien fait et on ne cligne pas des yeux une seconde. Mais ce n’est pas mon film de Nolan préféré.

5- Le cas Richard Jewell de Clint Eastwood

Le Cas Richard Jewell: Sam Rockwell, Paul Walter Hauser

Comme souvent Eastwood arrive à faire un film prenant en partant d’un fait divers qui semble assez pauvre. J’ai trouvé Le cas Richard Jewel très réussi, touchant avec quelques touches d’humour, très bien interprété, notamment avec Sam Rockwell que j’adore.

6- Lupin III de Takashi Yamazaki

Lupin III: The First

Très bon film d’animation, beaucoup d’humour, des personnages attachants, de l’aventure, des péripéties, un film qui a fait du bien et qui change les idées.

7- Les enfants du temps de Makoto Shinkai

Les Enfants du temps

Moins bon que son dernier film, Your Name, Les enfants du temps reste quand même excellent, avec de magnifiques images, des personnages intéressants, de l’humour et un peu de magie.

8- Jojo rabbit de Taika Waititi

Jojo Rabbit: Roman Griffin Davis, Sam Rockwell, Alfie Allen

Un film orignale, une comédie qui cache un drame, et encore une fois Sam Rockwell qui marque les esprits.

9- Les filles du docteur March de Greta Gerwig

Les Filles du Docteur March: Florence Pugh, Saoirse Ronan, Emma Watson, Eliza Scanlen

Une jolie revisite du roman jeunesse de Louisa May Alcott. C’est visuellement réussi même si assez classique, avec un sacré casting. Saoirse Ronan est excellente dans son rôle de Jo, cette jeune femme si sur de ces décisions de vie mais qui finit par douter de ces choix en grandissant et Florence Pugh en Amy.

10- Scandale de Jay Roache

Scandale: Charlize Theron

Tiré en partie d’une histoire vraie, on découvre l’envers très mysogyne des plateaux télé américain, où au 21e siècle on en est encore à voir les animatrices obliger de porter des jupes et interdites de pantalon, à cause d’un chef pervers qui n’a pas évolué depuis les années 50. Classique mais intéressant.

J’ai quand même vu de nombreux films hors cinéma, et parmi eux j’ai eu les coups de coeur suivants:

Bellissima de Luchino Visconti, excellente comédie, avec cette mère touchante qui s’illusionne toute seule, excellent.

Chantons sous la pluie de Stanley Donen et Gene Kelly, comédie musicale que j’avais pas revu depuis mon enfance et j’ai beaucoup aimé. Un film qui redonne le sourire et la bonne humeur, pas du luxe en ce moment.

L’homme qui tua Liberty Valance de John Ford, western qui parle des mutations dans l’ouest sauvage à un tournant important, une belle histoire prenante, j’ai énormément aimé le film.

16 levers de soleil de Pierre Emmanuel Le Goff, documentaire qui suit l’expédition de trois astronautes dont Thomas Pesquet. Un russe, une américaine et un français que l’on suit de leur préparation durant des mois, jusqu’à leur retour de la station internationale. Intéressant, prenant, de belles images de la planète Terre et de l’espace, un film qui rappel un peu le film Proxima avec Eva Green que j’avais adoré.

Shirley Valentine de Lewis Gilbert , l’histoire d’une femme qui a atteint la quarantaine et qui décide qu’il est temps de vivre pour elle. C’est une comédie très drôle qui sous des scènes comiques, porte un message plus profond sur la vie et la manière d’en profiter. Un film culte en Grande Bretagne.

From Prada to nada de Angel Garcia, adapté du roman Raison et sentiments de Jane Austen, une petite comédie sans prétention qui m’a bien changé les idées et qui m’a bien amusé, avec Camilla Belle que j’aime beaucoup.

Taxi roulotte et corrida de André Hunebelle, un film avec Louis de Funès dans l’un des rôles principaux avant qu’il ne connaisse la gloire dans les années 60. Un film très drôle, sympathique, divertissant et bien mené, contente de découvrir un film avec De Funès que je ne connaissais pas encore et dans lequel il ne joue pas un tout petit rôle.

The dressmaker de Jocelyn Moorehouse, un film sorti directement en dvd en france, comme souvent avec les films australiens, et c’est bien dommage. Kate Winslet est excellente dans ce rôle. Le film me rappelle un peu la folie qu’on retrouve dans le film Ballroom Dancing. Le film n’est pas sans défaut, mais j’ai beaucoup aimé.

Coté séries, il y a eu de bonnes surprises. Je retiens la saison 2 de Sex education toujours aussi réussie, j’ai adoré la saison 1 de Raised by wolves. Giri/Haji fut une bonne surprise c’est dommage que la série n’a pas été renouvelée…

Les deux meilleures surprises de l’année c’est The mandalorian saison 1 et saison 2. J’ai adoré la série, la saison 2 encore meilleure que la première. The mandalorian renoue avec ce qui a fait le succès de Star wars, on retrouve l’ambiance, ce coté intimiste que la première trilogie avait et qu’elle a perdu avec l’arrivée de trop gros moyens et de trop d’effets speciaux qui ont pris le dessus sur l’histoire et surtout sur la complexité des personnages. The mandalorian se concentre sur les personnages, sur le coté simple, sur de bonnes intrigues, j’ai adoré et que dire des deux derniers épisodes, excellents. Il va falloir être patient pour voir la suite, la saison 3 est prévue pour décembre 2021.

Affiche
Affiche

Enfin l’autre bonne surprise c’est Better call saul, le spin off de Breaking bad. J’avais commencé la saison 1 lors de sa diffusion il y a plusieurs années et j’ai profité du confinement pour rattrapper mon retard en enchainant les 5 saisons et j’ai adoré, un vrai coup de coeur. Si la dernière saison qui n’est pas encore tournée à cause du covid, est aussi bonne que le reste, Better call saul deviendra surement l’une de mes séries préférées, dans mon top 5.

EDIT: parmi les coups de coeur série de l’année, je place très haut Le jeu de la dame ou The queen’s gambit, vu dans les tous derniers jours de l’année. La mini série de 7 épisodes m’a beaucoup plut, beaucoup touchée, fascinée, j’en reparlerais plus tard.

Bref 2020 restera une très mauvaise année, tout ce qui fais les bons cotés de la vie sont interdits et c’est très dure, très frustrant, et déprimant, surtout de ne pas avoir de date butoir à partir de laquelle la vie reprendra son cour normal, ne serait-ce que de pouvoir aller déjeuner avec ces collègues à midi, d’aller boire un café ensemble, de retourner au cinéma avec mes amis, de retourner à la piscine…Vivement la fin de cette horrible période.

Je termine ce bilan en vous souhaitant bon courage pour la suite, une très bonne année 2021 et surtout une excellente santé!

Au revoir Monsieur Morricone

Ennio Morricone, l’un des plus grands compositeur de musique de films, vient de nous quitter à 91 ans. Ces compositions m’ont accompagné quasiment toute ma vie, à travers les films qu’il a mis en musique. Sans lui, certains films considérés comme culte seraient peut être tombé dans l’oublie, car les musiques composées par Ennio Morricone sont aussi importantes que la mise en scène, l’intrigue ou le jeu d’acteur.

Il est surtout très connu du grand public pour les musiques de western, notamment des films de Sergio Leone, le bon la brute et le truand, Pour quelques dollars de plus, Pour une poignée de dollars et bien sur Il était une fois dans l’ouest avec le mythique thème  “l’homme à l’harmonica”.

Il a aussi marqué les esprits avec des musiques qui ont donné une dimension supplémentaire à de nombreux films  comme Les incorruptibles, Mission, Le professionnel, I comme Icare, Le clan des siciliens, La moisson du ciel, Mon nom est personne…

Ciao Monsieur Morricone.