Lisbonne sous le soleil d’avril

Pour le tout début du mois d’avril, je me suis envolée pour la première fois au Portugal, à Lisbonne. Je suis partie avec deux amies, et nous avons logées dans un appartement dans le centre de la capitale, près de la station de métro Rossio. Le quartier est populaire, cosmopolite, et très calme en soirée. Nous sommes arrivées en fin de journée, chaleureusement accueillis par notre hôte qui nous laisse des pastéis comme cadeau de bienvenue.

Le dimanche est notre première vraie journée à Lisbonne. On a eu la chance d’avoir une météo parfaite pour nos quelques jours à Lisbonne, c’est-à-dire ciel bleu, grand soleil, 25 degrés. Le monastère des hiéronymites de Bélem est gratuit le dimanche, on décide de s’y rendre, ça nous fait économiser le prix d’entrée. Pour s’y rendre, on prend le tram, Belem étant un quartier excentré de Lisbonne ; nous arrivons en milieu de matinée, et il y a déjà la queue ; on patientera environ 20 minutes pour entrer. L’intérieur du monastère est très joli, il y a quelques azulejos, des murs et colonnes finement sculptés, et une très belle église.

Belem et le monastère des Hiéronymites

Pour déjeuner à Belem il n’y a pas beaucoup de choix. Que des resto à touristes et la foule s’y presse. On se décide pour le resto A Floresta, par dépit, et on attendra une bonne demi-heure pour pouvoir enfin s’assoir. C’est l’anarchie, vu que le serveur ne regarde aucun client qui attend, les ignorants superbement, et c’est à celui qui attirera l’attention du serveur du nom de sergio, qui aura la possibilité d’avoir une table en premier. Bref, c’est la foire à l’empoigne, la loi du plus fort, du grand n’importe quoi. Une fois assises, on attendra encore dix minutes pour commander et 45 minutes pour avoir nos plats. Tout ça pour manger des frites et du poulet grillé. Bref, si c’était à refaire, on se serai contenter de s’acheter des sandwichs pour manger dans le parc, mais faut dire que dans le coin il n’y avais pas grand choix pour manger. Bien sur, on finit par prendre le dessert avec des pasteis de nata, et on part les manger dans le parc. Ils sont à la hauteur de leur réputation, délicieux, tout droit sortie du four un délice !

Pont du 25 avril

Tour de Belem

On finit la journée en se promenant le long du tage, à admirer le pont du 25 avril qui ressemble énormément au golden gate de San Fransisco, construit par le même architecte. On remonte le bord du fleuve jusqu’à la tour de belem avant de repartir en tramway dans le centre, un retour un peu chaotique car le tramway sera bondé. Il n’y en a que toutes les 15/20 minutes, et la foule ne désemplit pas. Le trajet qui prend quand même une bonne demi-heure nous aura achevés, compresser les uns sur les autres, le trajet m’a paru extrêmement long. Nous n’avons même plus la force de ressortir mangé. La visite gratuite à belem avait finalement un prix !

Les remparts du château Sao Jorge

Le lundi, après un petit déjeuner dans ce qui deviendra notre endroit habituel, A padaria Portugese, une sorte de chaine de boulangerie qui fait d’excellentes viennoiseries, du très bon café et du jus d’orange pressé, on se rend au château Sao Jorge. Le château se trouve tout en haut perché sur une colline. Pour s’y rendre, on prend plutôt un mini bus dans lequel on a toute la place qu’on veut, plutôt que prendre le tramway 28 connu pour faire le tour de la ville, et qui est toujours bondé. Le château se résume à des remparts et des tourelles construit par les maures. On mont et on descend le long des remparts, pour admirer la plus belle vue qu’on peu avoir sur Lisbonne.

Vue depuis le château Sao Jorge

On peut y voir aussi de magnifiques paons dans la cour, et des orangers en fleurs qui sentent merveilleusement bon. On se balade ensuite dans les petites ruelles autour du château avant de redescendre vers le centre à pied, en s’arrêtant pour visiter la très ancienne cathédrale Se.

Autour du château Sao Jorge 

 

La cathédrale Sê

Pour l’après midi on repart vers le centre, à grimper dans les petites rues en hauteur, on grimpe on redescend, on reprend les escaliers, on croise des bâtiments couverts d’azulejos, de fils électriques, de cordes à linge, de couleurs éclatante, pour arriver au miradoura sainte catherine, une terrasse pour admirer la vue, mais finalement l’endroit est plus un repère pour les jeunes qui veulent fumer des joints tranquillement, et la vue n’a rien d’exceptionnel !

Le couvent des carmes

ça nous aura fait une belle balade, qui nous emmène au couvent des carmes, une église qui fut détruite lors du grand tremblement de terre du 18e siècle. Le toit s’était écroulé et un  incendie qui ne laisse que des ruines. Il y a eu un projet de reconstruction au 19e siècle, mais finalement les ruines dégageaient un romantisme à la mode. Les ruines sont magnifiques, et on peut admirer dans certaines pièces des objets hétéroclites, comme une momie égyptienne, et deux momies incas du 16e siècle assez effrayantes. On redescend sur la place du Rossio pour prendre un petit goûter avec un gâteau à base d’amande très bon, et un autre gâteau au biscuit, pas mal mais un peu écœurant. On passe la soirée au centre commercial colombo pour faire un tour surtout au primark local.

 

Ruelles dans Lisbonne

Pour notre 4e jour au Portugal, on se rend à Sintra par le train. C’est un petit village historique à une bonne demi heure du centre de Lisbonne. Le trajet en train n’a rien de bien palpitant, mais la ville de Sintra regorge de jolies pépites. Pour commencer, on prend un bus pour se rendre au palais de Pena, un château un peu kitsch qui semble construit pour le tournage d’un conte de fée. Des tourelles rouges vifs, jaunes pimpants, une architecture qui renvoi au moyen age ou encore au style arabe, un mélange qui peut dérouter. Mais depuis le palais, on a une vue imprenable sur la région et notamment sur le château des maures qui date du 9e siècle.

Le château des maures

Le palais de Pena, Sintra

On se contente de faire le tour des terrasses extérieures, d’admirer la vue et de se promener dans son parc mais nous ne visitons pas l’intérieur. Le palais de Pena constitue le point d’attraction le plus célèbre de Sintra, et une foule s’y presse déjà, sans compter que le prix d’entrée pour visiter l’intérieur du palais est cher et que nous avons d’autre visites qui nous attendent dans le coin. Nous quittons donc le domaine du palais sans regret avec sa horde de touristes espagnols très bruyant et envahissant. En revenant dans le centre ville, on décide de déjeuner. On marche dans le centre historique de Sintra, petites ruelles, escaliers, ça grimpe, ça redescend, ça regrimpe, et on finit par s’installer sur la terrasse d’un restaurant qu’on avait repéré dans un guide, Tascantiga. Ce fut une très bonne surprise! du pain délicieux accompagné de chips maison, d’ailes de poulet frits, d’un plateau de plusieurs fromages tous délicieux, avec noix et miel particulièrement bon, des salades en tout genre, on fait un déjeuner géniale et pour pas cher!

 

Le palais de Monserrate, Sintra

On reprend ensuite un bus pour se rendre au palais de Monserrate, un palais de style arabe construit au 19e siècle. Pour y accéder on visite d’abord le parc, un véritable jardin botanique, avec un jardin mexicain, japonais, jardin à l’anglaise. Cascade, rhododendrons, du jasmin, les premiers glycines, des arbres incroyables, cactus, bambous, rosiers, arbres exotiques, c’est l’un des plus beau jardin que j’ai pu visiter. Le palais est lui aussi vraiment très beau et il n’y a presque personne dans le coin, les touristes s’arrêtant toujours au palais de Pena et au centre ville de Sintra, et je ne vais pas m’en plaindre!

Les jardins du palais de Monserrate

On finit par le palais La quinta da regaleira. La maison n’a pas grand intérêt à visiter, contrairement au parc. Il n’est pas aussi grand que le parc de Monserrate, mais il est très originale. Statues, chapelle, escaliers, tourelles, c’est une atmosphère romantique et un peu gothique qui se dégage du parc. Mais ce sont surtout ces séries de galeries souterraines accessibles par des escaliers sculptés dans le style gothique, qui marque l’esprit. On descend dans l’obscurité, par des escaliers en colimaçon. On a l’impression de descendre dans des grottes de film d’horreur (the descent notamment). Mais la horde de touristes espagnols ultra bruyant nous empêche de nous mettre dans l’ambiance. Ceci dit, une fois que nous les laissons passer, un silence totale se fait dans les grottes et couloirs souterrains, silence troublé uniquement par les gouttes d’eau qui tombent du plafond. On sort les téléphones portables, histoire de ne pas marcher dans les flaques d’eau ou pour ne pas échouer dans les lacs souterrains. Les galeries les plus sombres sont éclairées par des guirlandes électriques, et j’ai l’impression que je suis avec Tom Sawyer, Huck et Becky lorsqu’ils parcours les grottes à la recherche du trésor de Jo l’indien! On finit la journée en redescendant à pied jusqu’à la gare, crevées!

Les jardins du palais La quinta da regaleira

Pour notre avant dernier jour, on visite un quartier très moderne de Lisbonne, le parc des nations, un quartier entièrement construit pour l’exposition universelle de 1998. Sur les bords du Tage, on se balade sur des passerelles piétonnes, on peut admirer le pont Vasco de Gama, le pont le plus long d’Europe, et on finit par atteindre l’Oceanario, le plus grand aquarium d’Europe. Je ne suis pas fan des aquariums, mais celui là est vraiment exceptionnelle et valait la visite!

La quartier moderne du parc des nations

On y voit des loutres de mer joueuses, des raies manta qui donnent l’impression de voler dans les airs, des requins, des pingouins, des anémones, des dragons des mer, et une multitude de poissons tropicaux. Avec ses lumières bleues tamisées on pourrait rester des heures assis devant les baies géantes de l’aquarium principale, c’est reposant, hypnotisant.

 

L’oceanario de Lisbonne

Pour déjeuner on repart dans le centre ville chez super Mario, une sorte de cantine. A l’intérieur que des habitués qui s’installent, mangent et repartent aussi sec. Je mange du poulet grillé accompagné de frites, de riz et de salade, simple mais très bon, avec un bon fromage. L’accueil est sympa, chaleureux, on a l’impression d’être invité chez un oncle! Pour l’après midi, on se rend à Cascais, sur la cote. Une bonne demi heure de train qui longe la cote. On se rend directement sur la plage, assis sur le sable à regarder les jeunes ado en maillots de bain, jouer au volley ou essayer de nager quelques brasses dans une eau encore trop froide, l’atlantique n’est pas réputé pour sa chaleur! Nous on se contentera de tremper les pieds en marchant le long de la plage. Le temps est idéal, encore une fois c’est le soleil et le ciel bleu, le sable est fin, dorée c’est super agréable de se promener. On mangera une bonne glace avant d’admirer le coucher du soleil en terrasse.

Cascais

Voila, pour notre dernier jour on se promène dans les ruelles du centre ville, on remonte vers la place du commerce, inondée de soleil, avant de profiter un bon moment de la vue depuis les cais das colunas, des colonnes plantées dans l’estuaire du Tage. C’est un endroit très sympa pour se poser sur les marches quelques minutes. On déjeunera dans un excellent restaurant que je recommande, Moma, à cinq minutes de la place du commerce, dans une rue piétonne bondée de restaurants à touristes. C’était tout simplement délicieux. Escalope de veau grillé, qui ne demande même pas un couteau pour être découpée tellement la viande est tendre, j’ai vraiment bien mangé, c’est simple mais parfaitement cuisiné. Les desserts maisons sont eux aussi excellents, notamment la tarte aux framboises. Après le déjeuner, on esquive avec humour tous les rabatteurs des restaurants à touristes qui sont très entreprenants, et il est déjà temps de prendre la route de l’aéroport.

Place du commerce

Cais das colunas

Lisbonne m’a laissé de très bons souvenirs. Les gens sont agréables, la ville superbe, les ruelles, les azulejos. J’ai particulièrement adoré la journée passée à Cascais, la balade au bord de mer avec les surfeurs à l’horizon, le soleil, le sable fin. J’ai adoré le jardin du palais Monserrate à Sintra, et les grottes mystiques des jardins du palais La quinta da regaleira, la vue qu’on a depuis le château Sao Jorge et les ruelles autour du château, ou encore manger des pasteis de nata à Belem et finir sur les bords du Tage devant la tour. C’est un voyage qui m’a beaucoup plut, une sensation de calme et de zen avec une lumière incroyable toute la semaine avec un ciel bleu profond. A refaire, d’autant que la vie sur place n’est pas chère!

Advertisements

2 thoughts on “Lisbonne sous le soleil d’avril

  1. Tout a l’air magnifique ! Ca me donne envie ! Ca fait plusieurs fois que j’envisage un w-e là-bas… Le monastère de Belem a l’air très beau mais j’adore aussi les azulejos. Pas trop dur pour communiquer ?

    • c’est vraiment une très belle ville, avec des excursions à la journée ou demi journée, très facile et très dépaysant depuis le centre de Lisbonne, facile d’aller prendre un peu l’air de la nature au bord de la mer ou dans des petits villages comme Sintra et la vie n’est vraiment pas cher sur place, tout comme les logements. Alors pour tout te dire, je suis partie avec deux amies, et l’une d’elle est d’origine portugaise et parle la langue, mais tu verras que la bas, énormément de monde parlent français et tout le monde parle anglais, donc pas de souci!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s