Jane Austen – Les Watson et Sanditon

de Jane Austen

4/5

J’ai continué le mois anglais, avec Jane Austen et ses deux romans inachevés.

Les watsons

Emma Watson n’a que peu connu sa famille, puisqu’elle a été confié quand elle était petite à sa tante riche et veuve, afin qu’elle en fasse son héritière. Mais voilà, la tante se remarie avec un colonel irlandais et là voilà qui part avec son argent en Irlande.  Emma retourne donc dans une famille qu’elle connait à peine, entre un père malade, une grande sœur bienveillante et une tripotée de frères et sœurs parfois dérangeant. Lors d’un bal, elle fait la connaissance des Osbornes, une famille de notables qui sont socialement supérieurs à la famille d’Emma. Les Osbornes et en particulier l’ainé de la famille, sont un peu sous le charme de la jeune et jolie Emma, surtout que la nouveauté dans la région n’est pas si fréquente. Elle rencontre aussi Tom Musgrave, un très bon ami des Osbornes, qui a briser pas mal de cœur selon les rumeurs. Lui aussi aime la nouveauté, un nouveau cœur à conquérir, et peut être à briser, mais il est aussi convoité par l’une des sœurs d’Emma, persuadé qu’il est amoureux d’elle. Mais Emma n’a que d’intérêt pour M. Howard, un homme proche des Osborne, calme et discret.

J’ai beaucoup aimé les quelques pages des Watsons, en quelques chapitres court, Jane Austen a le temps de présenter les personnages, de les définir et de mettre en place le décor et le contexte, ce qui n’est pas rien. Emma est une jeune fille posée, calme, intelligente, on devine rapidement qu’elle a pu bénéficier d’une éducation supérieure à celle de ses sœurs, qu’elle a pu évoluer dans une société plus importante et plus riche aussi. De ce fait, elle ne peut s’empêcher de trouver certains membres de sa famille difficile à supporter, comme certaines de ces sœurs notamment.

C’est bien dommage que Jane Austen n’ait pas terminé ce roman, les personnages sont très prometteurs, et je suis restée sur ma faim. Avec qui finira Emma au final? Tom Musgrave? ou le calme et posé M. Howard? ou encore l’héritier des Osborne? Est ce que Tom Musgrave finira le cœur brisé à son tour?

Sanditon

Alors que les Parker sont à la recherche d’un médecin pour leur station balnéaire, un malencontreux accident de la route leur font rencontre la gentille famille Heywood. Ils confient à leurs bons soins leur fille Charlotte, pour qu’elle puisse voir un peu le monde. La petite troupe débarque à Sanditon, cette station balnéaire que les Parker s’acharnent à faire connaitre, pour la rendre aussi populaire que Bath ou Brighton. A Sanditon, il y a Lady Denham, une femme riche et veuve, Clara, une nièce qu’elle a prise sous son aile, Edward et Esther, ses neveux et nièces. Bientôt cette petite société est agrandi par l’arrivée des deux sœurs de Monsieur Parker, et de son jeune frère Sidney.

Tout comme Les Watsons, Sanditon a juste le temps de mettre en place la société de Sanditon et les personnages qui devaient évolué. Charlotte, la plus sensée, va faire connaissance avec Arthur le fils des Parker, qui ne pense qu’à manger, avec Diana, la soeur de Monsieur Parker, qui s’imagine tout le temps plein de symptômes et de maladie, mais qui s’avère très énergique quand on a besoin d’elle. Elle fait connaissance avec le jeune et séducteur Edward, qui semble intéressée par Charlotte, mais cette dernière est suffisamment clairvoyante pour comprendre qu’il n’a d’yeux que pour Clara. Et puis Charlotte discute aussi avec Lady Denham, cette femme veuve et riche que personne n’ose contredire.

A travers le regard de Charlotte, on devine tous les défauts de ces personnages, chacun ayant ses faiblesses. Quel dommage que le roman n’aille pas plus loin que cette mise en place. Le roman se termine avec l’arrivée en ville de Sidney, le frère espiègle de Monsieur Parker, qui semblait si prometteur et que nous ne verrons donc pas évoluer à Sanditon…

C’est assez frustrant au final, ces romans inachevés!

Advertisements

7 thoughts on “Jane Austen – Les Watson et Sanditon

  1. Pingback: Billet récapitulatif du mois anglais 2015 | Plaisirs à cultiver

  2. Oui c’est assez frustrant! heureusement il me reste à lire Mansfield park et le recueil Juvenila. et puis je me relirais surement Raison et sentiment, parce que je ne m’en souviens pas bien de celui la.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s