Dernières séances: Compartiment n°6 – Barbaque

Compartiment N°6 - Film

de Juho Kuosmanen

Youri Borissov, Seidi Haarla

4/5

Laura, une finlandaise étudiant l’archéologie à Moscou depuis plusieurs mois, souhaite se rendre à Mourmansk afin de voir de célèbres pétroglyphes. Elle était sensée faire le long voyage en train en compagnie de sa petite copine russe, Irina, mais cette dernière décommande à la dernière seconde. Laura se retrouve pour plusieurs jours dans un compartiment de 2e classe avec un jeune homme qui semble un peu trop versé dans l’alcool, Ljoha, qui se rend à Mourmansk pour travailler dans des carrières. Petit à petit, Laura et Ljoha font connaissance, entre arrêt du train dans des coins paumés, rencontres plus ou moins sympas, déjeuner au wagon restaurant, voyageurs qui vont et viennent et l’agent du train qui ressemble plus à une gardienne de prison qu’à une hotesse.

Compartiment n°6", romance de gare singulière

J’en avais entendu beaucoup de bien de ce film et si ce n’est pas le film de l’année je n’ai pas été déçue. On fait ce long voyage avec Laura. Ici pas d’idéalisation romanesque des voyages avec des paysages ou rencontres magiques, au contraire le film me donnerait presque envie de rester chez moi et d’abandonner toute envie de voyage! Train désuet, paysages hostiles, mornes, tristes, des rencontres pas toujours sympathiques, confort spartiate. La trop seule Laura qui aura eu envie de faire demi tour à peine partie, n’est plus vraiment motivée par ce voyage, dès qu’elle fait la rencontre avec Ljoha, son compagnon de voyage imposé. Les deux n’ont pas grand chose en commun si ce n’est leur destination. Rien ne vaut un long voyage coincé avec soi même pour apprendre à se connaitre et se forcer à faire le point.

Compartiment n° 6 » : rencontre entre deux solitudes sur la route de Moscou  à Mourmansk
https://www.premiere.fr/sites/default/files/styles/scale_crop_border_1280x720/public/plurimedia_import/3665979.jpg

J’ai adoré faire ce voyage avec Laura et Ljoha, les voir sympathiser très lentement, malgré eux, les voir devenir si proches, coupés du reste du monde. Tout le monde finit par se détendre et se laisser aller, même leur « hotesse » de train, distributrice de thé gratuit, qui se déridera sur la fin du voyage. La lenteur du train, la neige, la nuit improvisée passée chez la mère de Ljoha, le gris, Mourmansk, les quelques rayons de soleil. Les deux acteurs principaux sont vraiment excellents, vrais, sans artifices. Il y a également un côté très décalé dans ce film. Au début du film, entre l’appartement d’Irina, l’absence de technologies modernes, la musique des années 80 qui accompagne les personnages, le train vieillot, trop vieillot, les tenues vestimentaires sans âge des personnages, la caméra d’une autre époque que l’héroine utilise pour filmer son voyage, j’étais persuadée que l’intrigue avait lieu dans les années 80. Mais les personnages qui évoquent le film Titanic et quelques autres indices me font situer le film plutôt au début des années 2000. Un film intéressant sur la quête de soi et la solitude, tellement bien interprété par ces deux acteurs principaux.

Barbaque - film 2020 - AlloCiné

de Fabrice Eboué

Fabrice Eboué, Marina Foïs

3/5

Sophie et Vincent Pascal tiennent une boucherie depuis de nombreuses années. Vincent est heureux dans sa routine, amoureux des produits de qualité et du service clientèle plus que de la rentabilité, ce qui énerve de plus en plus Sophie qui croule sous les dettes et crédits et qui en a assez d’être confrontés tous les week ends à la réussite financière de sa copine mariée à un riche boucher industriel. Un jour Vincent et Sophie croisent sur la route l’un des jeunes végans qui avaient vandalisé leur boucherie. Ils l’écrasent involontairement. Ne sachant que faire du cadavre, Vincent le débite en morceau et Sophie les vends à ses clients sans savoir qu’il s’agit d’un cadavre humain. Les clients raffolent de cette nouvelle viande et les commandes abondent. Sophie et Vincent décident de partir à la chasse au végan pour approvisionner leur boutique.

Barbaque, la nouvelle comédie de Fabrice Éboué : critique et teaser -  Sortiraparis.com

Des bouchers en difficulté financière qui vendent par accident de la viande humaine et qui ont tellement de succès qu’ils se mettent à chasser l’humain, l’histoire me rappelle énormément celle du film danois « les bouchers verts » avec Mads Mikkelsen de Anders Thomas Jensen en 2003. J’avais bien aimé cette comédie noire, mais moins que son film suivant « adam’s apple »(toujours avec Mads Mikkelsen). L’histoire du film rappelle aussi énormément le scénario d’un épisode de la série d’horreur « les contes de la crypte », épisode (« qu’est-ce que tu mijotes? ») dans lequel un restaurateur en faillite sert sans le savoir de la viande humaine. Son commerce en perdition devient du jour au lendemain l’adresse la plus prisée de la ville.

Barbaque | Kinepolis France

J’ai bien aimé également Barbaque sans que ce soit sans défaut. Le film intègre des éléments sociaux plus récent comme le véganisme, le mouvement de certaines personnes qui s’en prennent à des boucheries, le traitement des animaux d’élevage, la consommation de viande (moins mais mieux consommer de viande)…

Marina Foïs joue ici une femme qui s’enlise dans la routine et qui n’aime pas sa vie. Les factures se sont transformées en dettes, les perspectives d’avenir sont inexistantes et elle ne supporte plus son mari qui n’a aucune ambition. Gouté à la viande humaine ravive son envie de vivre, la chasse au végan recrée sa complicité d’antan avec son mari, les affaires décollent enfin grâce à cette nouvelle viande appelée pour les clients « porc d’Iran ».

https://www.ecranlarge.com/media/cache/637x637/uploads/image/001/401/barbaque-photo-marina-fois-fabrice-eboue-1401673.jpg

Si vous vous attendez à une comédie française qui vous fait rire aux éclats, passez votre chemin, car en réalité on ne rit pas énormément dans le film. C’est surtout un humour noir, un humour sanglant, certaines scènes sont tout de même très drôle mais le visuel gore du film coupe parfois l’envie de rire, car le film est bien sanguinolant, des cadavres, du sang, des parties de cadavres qui se baladent partout. Marina Foïs et Fabrice Eboué sont très bons dans ce couple à la dérive qui se rabiboche dans la tuerie sanglante. A ne pas voir après déjeuner.

3 réflexions sur “Dernières séances: Compartiment n°6 – Barbaque

  1. Pingback: Adios 2021, bon courage 2022… – Quelque part ailleurs…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s