Les brasiers de la colère

Les Brasiers de la Colère : Affiche

de Scott Cooper

Christian Bale, Casey Affleck, Woody Harrelson, Zoe Saldana, Forest Withaker, Sam Sheperd, Willem Dafoe

3/5

Dans une petite ville ouvrière de l’Amérique profonde, Russell Baze essaye de s’en sortir du mieux possible. Il travaille comme technicien dans une aciérie, comme son père le faisait avant lui. Il passe son temps libre entre sa copine, son frère vétéran qui revient d’Irak et qui passe son temps à s’endetter en pariant surtout et n’importe quoi et son père mourant. La misère, les problèmes de famille, le travail difficile, rien ne vient cependant entachée l’envie de vivre et l’optimisme de Russell jusqu’au jour où un drame et un accident de voiture l’envoi en prison pour quelques long mois. A sa sortie, les choses ont changé, son père est mort, sa copine l’a quitté, et son petit frère, de retour d’Irak, est encore plus perturbé qu’avant.

Les Brasiers de la Colère : Photo Casey Affleck, Christian Bale

Le film est beaucoup moins versé dans l’action que ce que ne laisse penser l’affiche ou même la bande annonce. Je m’attendais à voir un film qui ne parle que de vengeance et de rédemption, mais la partie se faire justice soi même n’est vraiment qu’une petite partie du film. La majeur partie du temps est consacré à faire connaissance avec Russell, son frère Rodney, la misère dans laquelle ils vivent, le peu, voir l’absence totale d’espoir de pouvoir changer de vie, et d’avoir d’autre perspectives que celles qui consistent à vivre dans cette ville, et à faire le même emploi que leur père. Les choses avancent doucement, on prend le temps d’approfondir les personnages, leurs vies, leurs quotidiens.

Les Brasiers de la Colère : Photo Christian Bale, Forest Whitaker, Sam Shepard

Plus qu’un film sur la vengeance, c’est un film qui nous présente un cadre classique de l’Amérique profonde, loin des grandes mégapoles, avec très peu de perspectives professionnelles, très peu de possibilité de changement. C’est aussi ces groupes, mafieux ou non, retranché dans les montagnes, là où même la police ne met pas les pieds, hors de toute justice légale et exerçant une violence absurde. J’ai beaucoup aimé le personnage de Russell, persévérant et résistant à toute les épreuves qui pourraient miner n’importe qui, et certaines scènes sont touchantes.

Les Brasiers de la Colère : Photo Christian Bale, Zoe Saldana

En bref, un film sombre, assez lent, qui vaut le détour surtout pour ces acteurs Christian Bale excellent et Casey Affleck tellement plus doué que son frère, ou encore la présence charismatique de Sam Shepperd.

Star Trek Into darkness

Star Trek Into Darkness : Affiche

de JJ Abrams

Chris Pine, Zachary Quinto, Cumberbatch, Zoé Saldana

4/5

En mission d’observation sur une planète à la civilisation primitive, Spock décide d’utiliser son nouveau gadget afin de refroidir un volcan qui risque de détruire ce monde. Les choses tournent mal et pour sauver la vie de Spock, Kirk n’a pas d’autre choix que d’enfreindre l’une des lois les plus importante de Starfleet, et se montre avec son vaisseau au yeux de la civilisation primitive. Pour punition, Spock est transféré sur un autre vaisseau et Kirk se voit retirer le commandement de l’entreprise. Tout change lorsqu’un mercenaire mystérieux fait exploser un centre à Londres et menace la sécurité de la Terre. L’amiral Marcus décide alors de reformer l’équipe de Kirk et de l’envoyer retrouver le mercenaire qui se cache en territoire Klingons, et de le tuer sans sommation.

Star Trek Into Darkness : Photo Chris Pine

J’adore l’univers de Star Trek. Je ne suis pourtant pas une grande fan de la série, que je voyais régulièrement quand j’étais petite. J’aime bien les films avec Leonard Nimoy et William Shatner, mais surtout j’aime l’idée de Star Trek, ce futur lointain, dans lequel les humains vivent dans une société unifiée, soudée qui part explorer la frontière ultime, l’espace.

Star Trek Into Darkness : Photo Chris Pine, Zachary Quinto, Zoe Saldana

J’avais beaucoup aimé le premier volet de JJ Abrams j’ai encore plus apprécié de deuxième volet. On retrouve les prises de becs légendaire entre Spock et Kirk, on retrouve le conflit intérieur de Spock entre son coté logique de vulcain et son coté plus émotionnel humain.

Star Trek Into Darkness : Photo Benedict Cumberbatch

J’aime toujours autant les scènes d’humour, la relation entre Spock et Uhura, les colères de Scotty, les flipperies de MacCoy, l’insolence de Kirk, sa discussion avec Pike. Tout est encore une fois très réussi et bien dosée.

Star Trek Into Darkness : Photo Bruce Greenwood, Chris Pine

Le méchant de l’histoire est pour beaucoup dans la réussite du film, Benedict Cumberbatch est excellent dans ce mercenaire dont l’identité nous ait révélé dans la deuxième moitié du film et nous renvoit au deuxième volet des films ciné de Star trek. Cumberbatch nous montre encore une fois qu’il est un excellent acteur, il vole la vedette du film.

Star Trek Into Darkness : Photo Chris Pine, Zachary Quinto

Quant aux scènes d’action elles sont pour certaines époustouflante, c’est visuellement impressionnant, notamment la scène dans laquelle Kirk et Scotty court dans les coursives de l’Enterprise, alors que la gravité du vaisseau lâche par intermittence. Les clins d’œil à la série et aux films d’origines, aussi bien dans le scénario que dans la mise en scène parfois, sont sympas à voir aussi!

En bref, contente d’avoir retrouvé l’équipage de l’Enterprise une nouvelle fois, un scénario bien mené, servis par de bons acteurs, un méchant généralissime, des scènes d’actions impressionnantes, de l’humour, le tout pour nous servir un divertissement très réussie!