Dernières séances: Song to song – Le Caire confidentiel

Song To Song : Affiche

Song to song

de Terrence Malick

Ryan Gosling, Rooney Mara , Micheal Fassbender, Nathalie Portman, Holly Hunter, Cate Blanchett

4/5

Cook, un chanteur de rock célèbre, entretient une relation étrange avec Faye, une musicienne qui cherche à percer sur la scène musicale d’Austin. A une soirée, elle fait la rencontre de BV, un musicien très talentueux qui vient de sympathiser avec Cook. Bv a un bon espoir de percer grâce à l’influence de Cook. Il tombe très amoureux de Faye. De son coté, Cook dont la célébrité le rend arrogant, séduit une jeune et jolie serveuse. Après une courte relation, il l’a demande en mariage.

Song To Song : Photo Michael Fassbender, Rooney Mara, Ryan Gosling

Avec Terrence Malick, on ne sait jamais trop à quoi s’attendre. Après 4 premiers films excellents devenus cultes, dont la ligne rouge que je considère comme l’un (si ce n’est pas LE) de mes films préférés, les choses se sont un peu corsées avec lui. Beaucoup de scènes contemplatives, beaucoup d’introspection, beaucoup d’envolées lyriques et de belles scènes visuelles, au détriment d’une intrigue, d’une histoire. C’était le cas avec Tree of life, dont  l’histoire semblait forte et intéressante, mais gâchées par des scènes inutiles (celles avec Sean Penn) ou des envolées hors sujet (comme le trop long interlude sur la création de l’univers). Avec Tree of life, j’ai l’impression qu’on n’est pas passé loin d’un grand film et c’est dommage. Pour To the wonder, les choses sont pires, puisqu’ici il n’y a quasiment pas d’histoire, c’est plat et on s’ennuie assez.

Song To Song : Photo Patti Smith, Rooney Mara

Avec Terrence Malick, quand on voit un film, on a l’impression qu’il se fait surtout plaisir à lui même, si il a envie de filmer tel ou tel truc, tel ou tel sujet et tant pis si ça ne cadre pas avec l’histoire qu’il raconte.

Avec Song to song, j’ai été agréablement surprise finalement. Ici aussi Malick fait dans les envolées lyriques, dans les moments contemplatifs, là aussi il se fait plaisir à filmer tel instant, tel sujet, telle actrice, telle lumière. Mais contrairement à To the wonder ici il y a une histoire et des personnages intéressants. Il n’y a pas énormément de dialogues, c’est surtout les voix off des personnages qu’on entend. Il avait l’habitude de faire ça aussi dans ces autres films, mais les dialogues étaient majoritaires. Ici il y a des dialogues mais ça reste moins présent que les pensées intérieures des personnages.

Song To Song : Photo Rooney Mara, Ryan Gosling

Car BV, Faye, Cook et Rhonda font beaucoup d’introspection personnelle. Le film raconte leurs états d’âme, leurs doutes. Song to song parle très joliment du sens de la vie, de ce que l’on croit vouloir et de ce que l’on veut vraiment, comment les personnages le découvre. BV et Faye tentent de percer dans la musique. Faye est un être qui doute beaucoup d’elle même, de son talent et même de ses envies. Son histoire d’amour avec BV est très belle, Rooney Mara et Ryan Gosling forment un couple beau, uni.

Résultat de recherche d'images pour "SONG TO SONG"

Cook, lui s’est perdu dans la célébrité. Trop d’assurance, trop d’arrogance. Il se voit et se veut libre, heureux, cool et très généreux, mais en réalité, il est gâté, capricieux, égoïste et joue de sa célébrité pour avoir et dominer. J’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Rhonda joué par Nathalie Portman. Elle aussi est perdue au début du film et se perd encore plus finalement au contact de Cook. L’argent ne résout pas tous les problèmes.

https://static01.nyt.com/images/2017/03/17/arts/17SONGSONG1/17SONGSONG1-master768.jpg

Bien sur c’est un film réalisé par Terrence Malick donc c’est visuellement encore très réussie. Je pense que personne ne dépasse ou n’égale le talent qu’à Malick pour filmer la lumière, les décors, les gens. C’est toujours visuellement aussi beau. Un film et des personnages très intéressants, une réflexion sur la vie qui tient le spectateur. Finalement on ne s’ennuie pas du tout durant les deux heures, comme je le craignais, on est emporté par ses personnages qui évoluent dans le monde du rock et de la scène musicale, des festivals de musique et des studios d’enregistrement. Pour ma part, j’ai eu très envie de voir ce qu’il adviendrait de cette brochette de personnages.

Le Caire confidentiel

Le Caire Confidentiel : Affiche

de Tarek Saleh

Fares Fares, Mari Malek, Yasser Ali Maher, Mohamed Yousri, Slimane Dazi, Hichem Yacoubi

4/5

Au Caire, quelques semaines avant la révolution de 2011, une chanteuse est retrouvée morte, assassinée dans sa chambre d’hôtel. Noureddine Mostefa, un inspecteur de police, est chargé d’enquêter. Très vite, il découvre que la jeune femme était la maitresse d’un député et homme d’affaire très en vue. L’homme en question aurai quitté l’hôtel peu de temps avant la mort de la jeune femme. Il découvre aussi que Salwa, une femme de ménage, a été témoin du meurtre et a vu le visage du meurtrier.

Le Caire Confidentiel : Photo Fares Fares

Le Caire Confidentiel : Photo Fares Fares

J’en avais beaucoup entendu parlé de ce film et j’avais très envie de le voir. Le Caire confidentiel c’est plus qu’un simple film policier avec enquête, meurtre, assassin et indice. C’est un film social, historique, politique, policier, et aussi un portrait de flic, celui de Noureddine. Son personnage, malgré ses défauts, est très intéressant à suivre et attachant.

Le Caire Confidentiel : Photo Fares Fares

Le Caire Confidentiel : Photo Mari Malek

Le Caire confidentiel, c’est une enquête dont la résolution judiciaire est rendue impossible par la corruption de la police, sur fond de révolution que les policiers ne voient absolument pas venir. Il y a quelques touches d’humour, c’est très bien filmé, l’histoire est très bien ficelée, et les touches de politique et de social (corruption, situation des émigrés clandestins) sont très bien amenées et intégrées au récit. Le tout joué par d’excellents acteurs, à commencé par Fares Fares qui joue l’inspecteur Noureddine (que j’avais vu dans le très drôle Cops) et Mari Malek qui joue Salwa. A voir.

 

Advertisements