Dernières séances: Le voyage du prince – A couteaux tirés – Star wars l’ascension de Skywalker

Le Voyage du Prince : Affiche

de Jean François Laguionie

4/5

Un vieux prince parti à l’aventure avec son armée, échoue sur un rivage inconnu, blessé. Il est recueilli par un jeune garçon Tom, qui le ramène chez ses parents, un couple de scientifiques réfugiés dans un ancien musée des sciences naturelles à l’abandon. Le prince comprend qu’il s’agit d’un peuple qui lui ai inconnu. Ici la technologie est différente de son pays, la langue également. Seul Tom comprend et communique avec le prince. Il découvre en compagnie de Tom les qualités et défauts de la société qu’il vient de découvrir. Mais les scientifiques ici ne croient pas à l’existence de peuples différents du leur.

Le Voyage du Prince : Photo

J’aime énormément le travail de Jean François Laguionie que j’avais découvert avec la sortie au cinéma du film l’ile de black mor. Le personnage du vieux prince était déjà présent dans le film Le château des singes, que je n’ai malheureusement pas vu.

Le Voyage du Prince : Photo

Laguionie critique notre société de consommation au travers des coutumes du peuple que le prince vient de découvrir et qu’il apprend à connaitre. La société de sur-consommation, la peur de l’autre et de l’inconnu, le rejet de la différence, sont les thèmes qui ressortent. Beaucoup de choses sont abordés pour être laissées en suspens, comme l’absurdité du quotidien du peuple de Tom, du pourquoi le prince semblait être sur le point d’entrée en guerre avant de sombrer dans la mer et d’échouer sur des rivages inconnus; que devient Tom à la fin du film, où va le prince sur sa machine volante, et que deviennent les parents adoptifs de Tom, restés pour combattre la forêt qui tente d’étouffer la ville?

Le Voyage du Prince : Photo

C’est très beau, très poétique, pas ennuyant, l’animation et le visuel sont vraiment beaux, il y a une vraie douceur dans les personnages, dans les décors, dans les émotions. J’ai adoré suivre le prince à la découverte du monde de Tom, comme un enfant curieux, j’ai beaucoup aimé leur relation presque filiale, les discours sages du prince, et puis la découverte du peuple de la canopée. Le voyage du prince c’est aussi un film sur la quête d’aventure, sur la quête de la vie et de ses rêves selon les caractères de chacun. Si Tom a l’air de se contenter de la vie douce et sans but du peuple de la canopée, le prince lui s’ennuie vite et ne peut s’empêcher de repartir à l’aventure. Un très jolie film plein de poésie et de douceur.

À couteaux tirés : Affiche

de Rian Johnson

Daniel Craig, Jamie Lee Curtis, Chris Evans, Ana de Armas, Micheal Shannon, Don Johnson, Tony Colette, Christopher Plummer

3.5/5

Harlan Thrombey est probablement le plus grand auteur de romans policiers de son temps. Richissime, il est entouré de ses deux enfants, leurs conjoints, ses petits enfants. Toute la famille se retrouve dans la grande demeure perdue au milieu de nulle part pour fêter les 85 ans. La gouvernante et l’infirmière particulière de Harlan sont également présents. Le lendemain matin, le vieil homme est retrouvé mort avec la gorge tranchée. Malgré les apparences, la police conclut à un suicide. Cependant la police reprend les interrogatoires sur la demande d’un célèbre détective privé, Benoit Blanc, qui a été engagé par une personne anonyme qui le somme de prouver qu’il s’agit en fait d’un meurtre.

À couteaux tirés : Photo Ana de Armas, Chris Evans, Don Johnson, Jaeden Martell, Jamie Lee Curtis

Un vieux manoir perdu dans la campagne, un vieil homme richissime entouré de toute une troupe familiale qui vit à ses crochets, un meurtre, un détective privé, on se croirait presque dans un bon vieux agatha christie.

À couteaux tirés : Photo Daniel Craig, Lakeith Stanfield, Noah Segan

Beaucoup de rebondissements, de révélation, on croit tout comprendre du mystère au bout de 40 minutes mais heureusement ce n’est qu’une fausse route. Une rimbambelle de stars pour jouer les différents membres de la famille du mort, chacun ayant une raison de tuer le patriarche.

À couteaux tirés : Photo Ana de Armas, Daniel Craig

Beaucoup d’humour, de suspense, un très bon divertissement, je n’en dis pas plus pour ne pas en dire trop!

Star Wars: L'Ascension de Skywalker : Affiche

de JJ Abrams

Daisy Riley, Adam Driver, Oscar Isaacs, John Boyega

3/5

On retrouve Rey en plein entrainement avec la princesse Leia, pour devenir un vrai Jedi, tandis que Poe et Finn partent en mission pour récupérer des informations vitales concernant le premier ordre. Il semblerait qu’un vieil ennemi des jedi soit de retour et sur le point de devenir le maitre de l’univers si personne ne l’arrête. Quant à Kylo Ren il semble de plus en plus obsédé par Rey qu’il souhaite rallié à sa cause.

Star Wars: L'Ascension de Skywalker : Photo Daisy Ridley

La nouvelle trilogie star wars a toujours divisé les fans. En ce qui me concerne, j’avais beaucoup aimé le premier film bien qu’il ne soit pas sans défaut, et beaucoup moins le deuxième, qui comporte trop de scènes inutiles. Les deux premiers films n’avaient pas fait dans l’originalité surtout avec cette manie de copier coller les 4e et 5e épisodes pour construire les épisodes 7 et 8.

Star Wars: L'Ascension de Skywalker : Photo Adam Driver, Daisy Ridley

Pour ce dernier volet, l’ascension de skywalker gomme un peu les défauts des premiers films, et prend un peu le large avec la manie de copier coller les films épisodes 4, 5 et 6. Ce 9e épisode reste un bon divertissement, il conclu correctement les histoires entamées dans les deux premiers volets. On tente l’humour (bien que je n’ai pas vraiment souri), l’action tout le temps sans en faire des tonnes.

Star Wars: L'Ascension de Skywalker : Photo Adam Driver, Daisy Ridley

Au final, je me rends compte que la chose la plus réussie dans cette trilogie et en particulier dans ce dernier film, c’est Rey et Kilo Ren. J’ai beaucoup aimé ces deux personnages, en particulier Rey, j’ai beaucoup aimé leur relation mystique, leur lien profond auquel ils ne peuvent échapper. Ces deux personnages sont charismatiques, intéressants, bien développés. Mais ce qui est dommage c’est que ça s’arrête là. Les autres personnages du film sont inintéressants, on ne s’y attache pas, ils ne sont pas assez bien développés. Le personnage de Finn était prometteur dans le premier film mais déçoit par la suite, ne jouant que de faire valoir. Poe n’est pas plus convaincant, et je ne parle même pas des autres personnages plus secondaires…

Star Wars: L'Ascension de Skywalker : Photo Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac

Star Wars: L'Ascension de Skywalker : Photo Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac

J’ai préféré cet épisode au 2e, un peu trop fourre tout et bordélique, mais maintenant que j’ai pu voir la trilogie dans son ensemble, je suis tout de même déçu de voir le peu de risque pris. Sur le plan scénario, c’est souvent la facilité, on calque beaucoup sur la trilogie d’origine sans beaucoup s’en démarquer. Mais ça reste un bon divertissement, et le duo Kylo Ren/Rey compense le reste.

 

Star wars the last jedi

Star Wars - Les Derniers Jedi : Affiche

de Rian Johnson

Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac, Carrie Fisher, Mark Hamill, Adam Driver

3,5/5

Suite aux évènements du réveil de la force, on retrouve Rey aux cotés de Luke Skywalker auprès de qui elle espère en apprendre plus sur ses pouvoirs et ses origines, tandis que la résistance essaye de se cacher le temps de reprendre des forces mais c’est sans compter l’acharnement de Kylo Ren…

Bon bien sur en bonne fan de Star wars je suis allée voir le 8e épisode de la saga dès son premier jour de sortie. J’avais beaucoup aimé le Réveil de la force. Pour ce film, je n’avais pas d’attente particulière, ni en bien ni en mal. Tout comme Le réveil de la force était calqué sur le schéma du premier épisode de la guerre des étoiles, The last jedi est calquée sur pas mal de point sur l’empire contre attaque.

Star Wars - Les Derniers Jedi : Photo Carrie Fisher

Visuellement The last jedi est réussi, que ce soit sur une ile verdoyante isolée ou sur une planète faite de glace, les scènes de batailles spatiales sont elles aussi assez réussies, notamment celle dans laquelle un des vaisseaux de la résistance défonce un destroyer de l’Empire, heuuu pardon, du Premier ordre, en passant à la vitesse lumière. La scène est visuellement impressionnante et en met plein les yeux.

Star Wars - Les Derniers Jedi : Photo Adam Driver

Le film ne manque pas d’humour aussi notamment lorsque Rey effectue son apprentissage chez Luke, mais il y a aussi un peu d’humour distiller tout au long du film et c’est appréciable.

Star Wars - Les Derniers Jedi : Photo Gwendoline Christie, John Boyega

Le film sur sa construction, est un peu répétitif. The last jedi est donc inutilement trop long sur certains points: en gros, la résistance est en position de faiblesse, le Premier ordre les retrouve, il y a affrontement, la résistance essaye de fuir, la résistance fuit, la résistance ce cache pour reprendre son souffle, le Premier ordre les retrouve etc etc et à chaque étape, la résistance perd un sacré nombre de personnes. Ce schéma répétitif, prétexte à la lutte et aux combats peut paraitre parfois un peu lourd, mais heureusement il n’y a pas que ça. J’ai beaucoup aimé l’évolution des personnages et leurs interactions.

SPOILERS

Rey apprend beaucoup sur elle, sur ses capacités, j’ai beaucoup aimé sa relation avec Luke, qui est calquée sur la relation qu’il avait avec Yoda dans l’empire contre attaque. L’une des interrogations laissées en suspens dans le film précédent concernaient les origines de Rey. Les hypothèses les plus fréquentes disaient que Rey était la fille de Luke, ou en tout cas une descendante de Anakin Skywalker. On découvre ici qu’en réalité elle n’est la fille de personne en particulier. Au départ j’étais un peu déçue, mais au finale, je trouve ça plus intéressant. La force ne touche pas seulement les descendants et héritiers des grandes figures de star wars, mais des gens qui n’ont aucune famille illustre peuvent très bien se découvrir des dons puissants, comme le jeune garçon balayeur à la fin du film qui s’avère avoir la force avec lui.

Star Wars - Les Derniers Jedi : Photo Benicio Del Toro

J’ai aussi beaucoup aimé sa relation avec Kylo Ren. C’est très appréciable de voir que ce personnage n’est pas une simple copie de Dark Vador. Ambigu, en conflit avec lui même, il mettra beaucoup moins de temps que Dark Vador pour se rebeller contre son maitre. J’ai d’ailleurs trouvé la fin de Snoke un peu expédiée mais c’est une manière de mettre un terme aux parallèles trop tentant avec la trilogie d’origine. Si ce 8e opus se calque sur l’empire contre attaque, le 9e aura plus de liberté quant à son scénario.

Star Wars - Les Derniers Jedi : Photo

Ici, Rey et Kylo se rejoignent, ils se trouvent beaucoup d’affinités et de points communs, j’ai aimé les scènes dans lesquelles ils communiquent et j’ai adoré la scène dans laquelle ils combattent ensemble, mais j’ai aussi apprécié qu’il ne cède pas et qu’il reste du coté obscur. Oui, il se débarrasse de Snoke et se bat aux cotés de Rey mais uniquement pour prendre la place de son maitre et dominer la galaxie à sa place. Quant à Rey, elle est pour lui une sorte d’alter ego avec qui il pourra régner, car Kylo redoute malgré tout la solitude.

Star Wars - Les Derniers Jedi : Photo Adam Driver

Toute l’histoire autour de Poe et Finn est moins intéressante du coup. Poe se rebelle face aux décisions de la résistance. Lui aussi va évoluer et gagner en sagesse, mais pour y arriver il décidera seule d’une mission confiée à Finn, une mission qui n’aura servie à rien puisqu’elle échouera. Elle fera même plus de tort à la résistance qu’autre chose. Les scènes qui se déroulent sur la planète casino ne servent donc pas à grand chose, si ce n’est l’introduction du personnage joué par Benicio del Toro que j’ai beaucoup aimé, et qui rappelle par certains cotés Han Solo. Je ne sais pas si on le reverra dans le 9e épisode, mais j’espère que oui, parce que son personnage était vraiment intéressant et surtout il n’y a aucun intérêt à l’introduire aussi longuement ici, si ce n’est pas pour le revoir plus tard…

Star Wars - Les Derniers Jedi : Photo Mark Hamill

Star Wars - Les Derniers Jedi : Photo Daisy Ridley

J’étais très contente de voir Princesse Leia tout au long du film, parce que j’étais persuadée qu’elle allait mourir dès le début, au vue de la disparition récente de Carrie Fisher. Par contre, si Leia ne meurt pas, j’ai trouvé la scène dans laquelle elle survit un peu too much. Explosion de son vaisseau suivi de son corps dérivant dans l’espace, Leia arrive à se servir de la force pour se ramener toute seule à bord du vaisseau, même si elle devra passer quelque temps HS. D’un coté j’ai trouvé la scène limite ridicule, les jedis ne sont pas immortels, mais d’un autre coté j’étais contente de voir Leia faire appel à la force pour une fois et de voir à l’écran qu’elle est bien une jedi au même titre que son frère Luke.

Star Wars - Les Derniers Jedi : Photo Oscar Isaac

Les fans de star wars ne peuvent qu’être content de revoir Yoda dans une scène avec Luke et de voir à l’écran les retrouvailles entre Leia et Luke. La scène de duel entre Luke et Kylo rappelle bien sur le duel au sabre laser entre Obi Wan Kenobi et Dark Vador, mais j’ai adoré les différences, notamment le fait que Kylo se bat en réalité face à une projection de Luke. Ce fut une petite surprise intéressante, même si on est un peu déçu de voir Luke mourir suite aux efforts trop dure qu’il a fourni pour se projeter aussi loin…J’ai trouvé intéressant de découvrir un Luke qui n’a pas été à la hauteur dans son passé. Comme Obi wan, il n’a pas su éloigner du coté obscur son apprentie, Anakin. Ici Luke n’a pas su éduqué Kylo Ren, cédant à la peur face à son pouvoir.

FIN SPOILERS

C’est donc un épisode dans la lignée du 7e opus, tout aussi réussi avec ces qualités et ses défauts. Beaucoup de parallèles voir de copies avec l’empire contre attaque, quelques scènes inutiles, le personnage de Poe qui est sous utilisé et c’est bien dommage surtout quand on est fan de l’acteur Oscar Isaac, quelques répétitions inutiles, mais j’ai beaucoup aimé l’évolution des personnages, leurs interactions, l’humour, l’absence de manichéisme, que ce soit avec le personnage de Kylo Ren, le personnage de Benicio del Toro, Rey, ou encore Luke Skywalker et son gros ratage dans l’éducation de Kylo Ren dû à la peur qu’il a ressenti. J’ai beaucoup aimé certaines scènes qui sont vraiment belles à voir, comme l’explosion à la vitesse lumière ou encore la fin avec Luke qui fixe les deux soleils, petit clin d’œil à sa jeunesse lointaine sur Tatooine. Ce n’est pas la perfection mais j’ai hâte de voir la suite.

 

Star wars – Le réveil de la force

Star Wars - Le Réveil de la Force : Affiche

de JJ Abrams

Daisy Ridley, Oscar Isaac, Adam Driver, John Boyega, Harrison Ford, Carrie Fisher, Mark Hamill, Peter Mayhew

4/5

30 ans après les évènements du Retour du jedi avec la fin de l’empire et la victoire de la résistance, les choses ne vont pas si bien que ça dans la galaxie. Le premier ordre, héritier de l’empire, devient de plus en plus puissant, avec à sa tête le redoutable Snoke et son bras droit, Kylo Ren qui maitrise la force. La résistance menée par la générale Leia Organa, a du mal à faire front, et recherche pour les aider, Luke Skywalker, qui s’est retiré loin du monde, dans un lieu secret. Poe Dameron, un pilote de la résistance, retrouve une carte permettant de localiser Luke. il est aidé par Finn un stormtrooper déserteur qui ne supporte pas l’empire. Finn fera équipe avec la jeune Rey, une pilleuse d’épave sur la planète qui a retrouvée le droïde BB8 qui tient les indices pour retrouver Luke. Le premier ordre mené par Kylo Ren se lance à la poursuite de Finn et Rey pour retrouver le droïde. Son maitre désire retrouver le maitre jedi afin d’anéantir pour de bon l’ordre Jedi.

Star Wars - Le Réveil de la Force : Photo Oscar Isaac

Après la trilogie de 1999, je n’attendais plus grand chose de la saga Star Wars, je me disais qu’un jour peut être, quelqu’un referait naitre la mythique histoire. La trilogie de 1999 a le mérite de nous éclairer sur l’avant Empire, l’organisation de la république, les origines de Luke, Leia et Vador, la jeunesse de Obi Wan, et la transformation d’Anakin en Vador. Sur le fond c’était intéressant, mais alors le résultat reste trois films aseptisés, trois films froid, dépourvue de chaleur humaine, sans saveur. Des effets spéciaux envahissants et voyants, qui prennent la place des personnages, une héroïne féminine qui passe son temps à défilé, à regarder l’horizon en attendant son bien aimé, et à jouer les plantes vertes sans intérêt, des scènes digne de l’amour est dans le pré, avec les roulades dans l’herbe fleuri d’un gnangnatisme effroyable…Bref, seule l’épisode 3 sauve un peu les meubles.

Star Wars - Le Réveil de la Force : Photo Daisy Ridley, John Boyega

Mais qu’en est il de ce nouvel opus, qui inaugure une nouvelle trilogie? j’y suis allée, sans a priori, sans attentes particulières, juste l’impression que ça ne pouvait pas être aussi nul que la trilogie précédente, presque sur que les erreurs du passé on servi à améliorer les choses. En ce premier jour d’exploitation, la salle est remplie de fans, on sent l’excitation et l’impatience des spectateurs, les gens retiennent leurs souffles, ils crient et applaudissent quand retentit les premières notes de musique de John Williams.

Star Wars - Le Réveil de la Force : Photo Harrison Ford, John Boyega, Peter Mayhew

J’ai tout simplement adoré ce nouvel opus! Tout y est, les courses poursuites en vaisseaux spatiaux à travers la galaxie, la vitesse lumière, les stormtroopers, les méchants, la force, la fuite, les combats, des droïdes tout mignons.

Star Wars - Le Réveil de la Force : Photo Adam Driver, Daisy Ridley, John Boyega

Mais surtout des effets spéciaux servent l’histoire et les personnages sans prendre le dessus, il y a de l’humour qui marche, des personnages intéressants pour qui ont prend le temps de les présenter, de les développés…L’action et les rebondissements n’empêchent pas le spectateur de prendre le temps de connaitre les personnages, Kylo Ren le méchant du jour au passé trouble, Finn (la salle à hurler de rire quand ils ont entendu le vrai nom de Finn) qui apporte beaucoup d’humour et qui reste attachant, bb8 le nouveau droïde pour qui ont craque, Poe joué par le géniale Oscar Isaac, et surtout l’héroïne du film Rey.

Star Wars - Le Réveil de la Force : Photo Daisy Ridley, John Boyega

Rey qui est forte, courageuse, intelligente, qui sait piloter et réparer n’importe quel vaisseau spatial, j’ai adoré ce personnage, combattante, sans être invincible, après tout elle n’est pas guerrière à la base! j’ai adoré sa rencontre avec Han Solo et Chewie qui ont repris leurs activités clandestines.

Star Wars - Le Réveil de la Force : Photo

Mais bien sur, à vouloir coller à l’atmosphère et aux codes de la première trilogie star wars, L’éveil de la force est plus un hommage à la trilogie d’origine, qu’un renouveau de la saga. Les codes de la trilogie sont repris, les clins d’œil sont nombreux, on ne reprend pas les même mais on recommence quand même. Encore une dictature qui fait penser au 3e reich, et qui prend le contrôle de la galaxie à la place de la république, encore des droïdes, encore une étoile de la mort plus puissante et plus grande, des méchants torturés, des personnes ordinaires qui deviennent des héros, des personnes extraordinaires qui découvrent leurs talents, encore la résistance qui tente de se battre contre la grosse armée de l’empire/le nouvel ordre.

Star Wars - Le Réveil de la Force : Photo John Boyega, Oscar Isaac

Bref, on ne peut pas dire que JJ Abrams révolutionne le monde de star wars, mais on ne lui demandait pas de le faire non plu! quel plaisir que de retrouver cet univers, ces décors, ces planètes, retrouver ses personnages attachants, même si parfois on retrouve des parallèles énormes entre l’éveil de la force et l’épisode 4, j’ai adoré les rebondissements, les scènes d’action, l’humour qui fait mouche. J’ai adoré les personnages, Finn, Poe, et surtout Rey et puis ça fait plaisir de revoir Harrison Ford dans la tenue de Han Solo, de retrouver sa complicité avec Chewbacca, revoir la princesse Leia, et puis Luke en ermite qui rappelle Obi Wan… comme le dis Han Solo dans le film, ça fait du bien de rentrer chez soi!