Beaucoup de bruit pour rien

Beaucoup de bruit pour rien : Affiche

De Joss Whedon

3/5

Amy Acker, Alexis Denisof, Clark Gregg, Reed Diamond, Nathan Fillion, Jullian Morgese

Claudio et Benedict, accompagnés de Don Pedro, sont de visite chez le seigneur Leonato. Alors que Claudio tombe sous le charme de la fille de Leonato, Hero, Benedict lui est fier de dire qu’il ne tombera jamais dans le piège du mariage. Il n’arrête pas d’ailleurs de se disputer verbalement avec Béatrice, la cousine de Hero, qui a la langue bien acérée et qui a aussi un avis  négatif concernant le mariage et les hommes! Les fiançailles de Claudio et de Hero sont annoncées, mais ce n’est pas du gout de Don Juan, le demi frère de Don Pedro qui tente de salir la réputation de Hero. Alors que Don Juan met en place son plan machiavélique, les amis de Béatrice et Benedict manipulent les deux anti mariages pour les faire tomber amoureux l’un de l’autre.

Beaucoup de bruit pour rien : Photo

J’étais curieuse de voir ce que ce film allait donner, l’histoire de Shakespeare adapté à notre époque et filmé en noir et blanc. Pour ce qui est de l’adaptation, le fait que l’intrigue se déroule de nos jours n’est pas vraiment exploité, et si on n’avait pas les héros masculins habillés en costumes cravate et les filles en petites robes, on aurait tendance à oublier que l’on est au 21e siècle. Les dialogues sont les paroles originales de Shakespeare, ce qui donne un coté vieillot au film mais on finit par s’y faire au bout de quelques minutes.

Beaucoup de bruit pour rien : Photo

Le point fort du film c’est sa jolie photographie en noir et blanc qui donne une certaine allure visuelle, et les acteurs sont eux aussi convaincants, notamment Amy Acker et Alexis Denisof, ou encore Clark Gregg, en particulier dans la scène du mariage et la crise de folie de Leonato face aux accusations sur sa fille.

Au final, certaines scènes sont drôles et réussies, certaines choses m’ont fait sourire, mais ça reste pour moi un film sans grande prétention qui se laisse regarder sans déplaisir mais qui ne casse pas des briques. L’histoire de Benedict et de Béatrice me plait toujours autant (tout comme dans la pièce que j’avais vu au théâtre ou lorsque j’ai lu la pièce).

Par contre, comme à chaque fois j’ai du mal avec l’histoire de Hero et Claudio, un homme qui demande en mariage une fille seulement parce qu’il l’a trouve charmante, au bout de quelques heures, et un Claudio qui n’hésite pas à salir la jeune femme dès la moindre critique, sans compter que je n’ai jamais compris pourquoi Hero décide de l’épouser malgré le manque de confiance et de jugement évident de Claudio. Autant ça peut encore passer dans un contexte historique, autant ça n’est plus trop crédible quand l’histoire se passe de nos jours, mais ça c’est un avis personnel qui n’a rien à voir avec le film!