Dernières séries vues: Squid game saison 1, Sex education saison 3, Loki saison 1, Carmen Sandiego

Squid game : un jeu malsain - ZDNet

Seong Gi Hun est une sorte de loser. Sans travail, divorcé et père d’une fillette qu’il ne voit pa beaucoup, il vit avec sa mère, dont il vole dès que possible ses économies pour assouvir son vice, les paris de courses de chevaux. Il a accumulé énormément de dettes auprès de la banque mais aussi auprès d’usuriers. Un soir, après une sale journée, un homme lui propose de participer à un très grand jeu; celui qui remportera les 6 parties organisées remportera le gros lot, une forte somme d’argent. Pensant à une arnaque il décline l’offre, mais acculé par ses dettes, Seong Gi Hun accepte finalement. Endormi, il se réveille dans un immense hangar auprès de 455 autres candidats. Tout une armée encadre les « joueurs », dont le premier jeu sera 1,2,3 soleil. Les candidats ont 5 minutes pour atteindre le mur opposé. Si les participants se moque du côté enfantin du jeu, les conséquences pour les perdants ne sont pas aussi légères.

Squid Game: pourquoi ça peut être dangereux pour vos enfants de le regarder  (et que faire s'ils l'ont vu)?

L’idée de la série n’est pas si originale que ça, bien au contraire, faire jouer des gens désespérés, en manque d’argent, à des jeux mortels, ça s’est déjà vu dans des romans, des films aussi. Le scénario et l’idée de départ n’innovent finalement pas grand chose, mais très vite, on rentre dans l’histoire, dans le quotidien de ce loser qui rappelle beaucoup le personnage principal du film de Hirokazu Kore Eda, Après la tempête, un homme divorcé, père d’un enfant, vivant avec sa vieille mère pauvre et qui passe son temps a dépenser le peu d’argent qu’il possède dans les courses de chevaux.

https://www.cnet.com/a/img/cB9UKV8NTUDW4rQocTuzkTLJNZw=/940x0/2021/09/27/d22c9142-cdc7-47b0-8180-d0c39af1cbd7/squid-game-main-promo.jpg

Les épisodes passent tous très vite, on ne voit pas le temps passé, les épisodes s’enchainent sans temps morts, j’ai regardé la série en deux ou trois jours. Les jeux auxquels sous soumis les participants sont tous des jeux d’enfants comme 1,2,3 soleil ou le jeu des billes. Chaque jeu est une version toujours plus sadique et perverse que la version originale. Ce qui est intéressant dans la série, c’est ce petit twist au bout du premier épisode. Après la première partie, les participants découvrent la véritable nature du jeu, la mort qui attend les perdants. Les joueurs invoquent alors l’une des rares règles du jeu: si la majorité vote l’arrêt du jeu, chacun rentrera chez soi, le jeu s’arrête sans que personne ne touche la fameuse cagnotte. Si au début la grande majorité souhaite rentrer, la vue de l’énorme cagnotte fait réfléchir une partie des joueurs mais finalement, à un vote près, les joueurs sont renvoyés chez eux. Ils ont alors la possibilité de reprendre le jeu si la majorité souhaite reprendre. On se dit que après l’horreur du premier jeu, personne n’est assez fou pour retenter sa chance, surtout qu’il n’y a qu’un vainqueur au final, et je me demande comment le créateur va rendre crédible le retour des joueurs. Mais il suffit de passer une journée dans la vie des joueurs pour comprendre, défaite, échec, humiliation, certains sont recherchés par la police, d’autres recherchés par la mafia, d’autres encore ont des proches qui ont besoin urgemment de soins médicaux chers, on nous montre des gens dont la vie n’a aucun point positif, aucun espoir, aucune perspective, ils sont acculés, perdus, et on comprend alors leur décision de tenter le tout pour le tout et de revenir dans le jeu.

Squid Game played me so hard with Kang Sae-Byeok and Ji-yeong - Gayming  Magazine

Une série pas forcément révolutionnaire, mais très intéressante sur le plan psychologie des personnages et socialement aussi. Comme souvent dans le cinéma coréen récent, notamment avec les films de Bong Joon Ho, derrière cette histoire pas banale, Squid game nous parle des problèmes sociaux de la Corée du sud, le système des universités trop sélectives, du problème du chomage, de la pauvreté, de la fracture entre riche et pauvre. La série possède quelques touches d’humour surtout dans la première moitié, et la fin, si elle répond aux questions qu’on se posent au début, reste ouverte pour une potentielle suite.

Sex Education Saison 3 - AlloCiné

Saison 3

C’est la rentrée scolaire pour tout le monde. Otis se remet doucement de sa déception de n’avoir reçu aucune nouvelle de Maeve malgré la déclaration qu’il a laissé sur son répondeur, il décide de se distraire en sortant secrètement avec Ruby, l’une des filles les plus populaires du lycée. Maeve s’est rapprochée de son voisin Isaac et culpabilise d’avoir dénoncé sa mère aux services sociaux. Il en résulte que sa petite sœur est confiée à une famille d’accueil. Eric a passé l’été avec Adam qui assume enfin son homosexualité, Aimee ne s’est pas complètement remise de son agression sexuelle et prend ses distances avec Steeve, sans lui expliquer son mal être. M. Groff qui se retrouve au chômage, n’a pas d’autres choix que de s’installer chez son insupportable frère millionnaire. Mme Groff reprend sa vie en main et décide de s’amuser, quant à Jean, elle doit affronter cette grossesse surprise à 48 ans, et doit trouver le courage d’avouer à Jacob qu’il va bientôt être papa.

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/simplecrop1000/public/se_303_unit_00479_rt_0.jpg?itok=Yk0wMvl2

Encore une fois , sex education frappe fort et juste. La saison 3 est à la hauteur des deux précédentes, j’ai adoré. On retrouve l’humour, les personnages si attachants, l’ambiance parfois un peu décalée de la série. On s’attache très facilement aux personnages dès la 1ère saison. Les personnages ont évolué depuis la saison 1, Otis a pris de l’assurance, Eric s’assume encore plus, Adam s’est complètement découvert, Aimee a beaucoup mûrie,…

Poster Sex Education - Saison 3 - Affiche 3 sur 44 - AlloCiné
Sex Education': Ncuti Gatwa & Aimee Lou Wood Tease Season 3 Breakthroughs

Cette année, comme M. Groff a été licencié par le conseil d’administration du lycée, l’école a droit à une nouvelle proviseure, une femme jeune, dynamique, qui se présente de façon originale, avec la ferme intention de réformer le lycée. Mais sous l’aspect d’idées révolutionnaires, la nouvelle proviseure se trouve être une femme intransigeante, obtue d’esprit, peu ouverte sur la réalité sociale des ado d’aujourd’hui, très conservatrice, dont le sport préféré est de faire rentrer dans des cases bien définies chacun de ses élèves. Petit à petit le lycée se transforme en vraie dictature aux idées et valeurs malsaines, d’un autre temps.

Votre télé sur le net: Sex Education - saison 3
Nonton Sex Education: Season 3 Episode 7 - Subtitle Indonesia - IDLIX

La saison 3 est donc très réussie, beaucoup d’humour aussi malgré des sujets parfois difficiles. On voyage aussi un peu plus puisqu’on sort de la petite ville de province, on suit notamment Eric qui part une semaine avec sa famille en Afrique pour assister à un mariage, et on suit aussi la classe de terminale en voyage d’une journée en France. Vivement la suite.

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/968x546/public/loki03.jpg?itok=Uy__z7-f

Pour ceux qui ne connaissent pas le monde Marvel, Loki est le frères « machiavélique » du héros Thors, fils de Odin. Dans l’un des films The Avengers, Loki meurt. Mais lors d’un voyage temporel des avengers, ils changent un élement qui entraine un changement de destinée pour Loki, dont les actes crées malgré lui une réalité alternative. Il est alors arrêté par le bureau de variation anachronique, bureau qui arrête toute personne dont les actes crée des réalités alternatives. Mobius, un agent du bureau, propose à Loki de l’aider pour arrêter un « déviant » qui voyage dans l’espace et le temps pour créer partout où il passe des réalités alternatives et le chaos. La seule alternative étant sa propre destructions par le bureau, Loki accepte. Mobius lui révèle alors que le déviant qu’il recherche est une version alternative de lui même.

Après « Wandavision » et « Falcon », « Loki » réussit à changer à nouveau  le game de Marvel

J’ai regardé sans grande conviction, surtout parce que dans le monde cinéma de Marvel, Loki est un de mes personnages préférés et que j’aime beaucoup l’acteur Tom Hiddleston. J’ai regardé tout les épisodes assez rapidement, j’ai apprécié l’atmosphère décalée de la série, ce côté anacronique du bureau des variations anachronique, et j’ai ausi beaucoup aimé les personnages secondaires, comme Sylvie, ou encore Mobius.

https://imgr.cineserie.com/2021/07/loki-ep-6-1200-1.jpg?imgeng=/f_jpg/cmpr_0/w_1200/h_667/m_cropbox&ver=1

Mais le côté version alternative, voyage dans le temps, perturbation du flux temporel, c’est un peu casse gueule, parfois certaines choses m’ont semblé peu crédibles, certains éléments absurdes. J’ai apprécié voir plus le personnage de Loki et surtout l’originalité visuelle. Je ne suis pas forcément pressé de voir la suite mais je regarderais la saison 2.

Carmen Sandiego : une nouvelle expérience interactive... sur Netflix !

Carmen n’a jamais connu ses parents. Bébé elle est recueillie par un groupe surnomée V.I.L.E. qui occupe une ile perdue loin de toute civilisation, où ses membres vivent en autarcie, c’est du moins ce que pense la petite Carmen. En réalité V.I.L.E est une organisation criminelle dont le but est de former des adolescents à devenir d’excellents voleurs et arnaqueurs afin une fois adulte, de les envoyer aux 4 coins du monde pour voler les objets les plus précieux afin d’amasser le plus d’argent, le nerf de la guerre. Carmen est plus jeune que la majorité des élèves de l’école V.I.L.E. mais elle souhaite trouver sa place et commencer la formation. N’ayant connu que ça, elle se découvre des aptitudes hors normes dans l’art de voler, cambrioler, détrousser. Après sa brillante formation, Carmen espère enfin voir le monde autrement que dans des livres, mais découvre la véritable nature de V.I.LE. De retour sur son ile, Carmen finira par s’enfuir. Avec l’aide de player, un jeune geek qui assiste Carmen à distance, Ivy et Zack qu’elle rencontrera par hasard, Carmen s’applique à saboter V.I.L.E. dans les différentes missions afin de réparer les injustices produites par ceux qui l’ont élevé.

Carmen Sandiego | Site officiel de Netflix

Adapté d’un jeu vidéo, je suis tombée sur ce dessin animé un peu par hasard et j’ai tout de suite accrochée. Carmen est une héroïne facile à aimer, forte, sure d’elle, débrouillarde, athlétique, elle parcours le monde à la poursuite des agents de V.I.L.E., toujours à faire son possible pour déjouer leurs plans.

Cafe scene | Carmen sandiego, Carmen sandiago, Modern disney

En parallèle, elle recherche la vérité sur ses origines, ses parents, comment elle a pu finir par être élever par les dirigeants de V.I.L.E.. Les personnages secondaires qui entourent Carmen sont intéressants et développés au fil des épisodes, Ivy et Zack, deux frères et sœurs passionnés de mécaniques qui aident Carmen, Chase un agent d’interpol un peu loser, qui pourchasse sans cesse la mystérieuse voleuse et qui fera équipe avec la très perspicace et très intelligente agent Argent, ou encore Shadow san, ancien dirigeant de V.I.L.E. qui a toujours veillé sur Carmen et qui est devenu son allié.

Carmen Sandiego | Site officiel de Netflix

J’aime beaucoup le graphisme, en particulier les couleurs, il y a quelque chose de chaleureux, les couleurs donnent une atmosphère, une ambiance bien particulière que j’ai beaucoup apprécié. A chaque épisode, Carmen se rend dans un nouveau pays, et on a droit à une petite présentation sympa du lieu fait par Player. Singapour, Paris, Sidney, le Japon, le Mexique, le Maroc, la Chine, l’Inde, Nouvelle Zélande, Suède, Egypte, Italie,…ça fait beaucoup voyager et les dessins restent fidèles à la réalité du pays visité.

De l’humour, de l’action, des personnages sympas, du suspense, quelques mystères à résoudre. 4 saisons dont le dernier épisode résout toutes les questions qu’on se pose, ce qui est très appréciable.

Dernières séries: Sex education – Poupées russes – The OA

Sex Education : Affiche

Sex education

saison 1

Miles est un ado ordinaire. Dans son lycée il est content de pouvoir dire que ce n’est ni un élève populaire ni un souffre douleur. En fait, Miles passe inaperçu, on lui fou la paix, il n’attire pas l’attention et ça lui convient tout à fait. Avec son meilleur ami Eric, gay et fier de l’être, ils vivent leurs petites vies de lycéens. Mais Miles n’est pas aussi ordinaire qu’il aimerait l’être. Mis à part quelques petits problèmes concernant sa « vie sexuelle », un épisode dans son enfance qui l’a un peu traumatisé, il y a aussi sa mère qui est une thérapeute sexuelle très connue dans le milieu. Elle travaille depuis leur maison et enchaine les conquêtes sans lendemain. Étant le fils de deux psychologues, Miles est sans le vouloir un fin connaisseur du fonctionnement du corps humain et des problèmes de puberté et de la psychologie du couple. Un jour, un peu par hasard, il donne de bons conseils à un élève en proies à des problèmes de ce genre. Maeve, une élève un peu rebelle et marginale, propose alors à Miles un partenariat. Elle fait sa pub auprès des élèves  et lui envoi des « clients ». Miles les conseils moyennant finances et ils se partagent les bénéfices.

Photo Asa Butterfield, Connor Swindells

Photo Asa Butterfield, Emma Mackey

J’ai surtout regardé la série car je suis fan de Gillian Anderson. Ici elle joue une mère psychologue sexuelle, mère célibataire, et mangeuse d’homme. J’ai beaucoup aimé Sex education, Miles est un ado très attachant qui lutte contre ses propres démons mais qui reste lucide concernant les problèmes des autres.

Photo Asa Butterfield

On parle des problèmes de puberté, de sexualité des ados de manière dédramatisée et rigolote. Petit à petit, on découvre des cotés plus dramatiques de la vie de certains personnages. Ainsi, on découvre la dure réalité du quotidien de Maeve, l’incompréhension de la famille d’Eric, et ce qui a traumatisé Miles quand il était enfant.

Photo Asa Butterfield, Gillian Anderson

C’est bourré d’humour, les personnages sont très attachants, quelques moments sont juste émouvants. J’ai adoré voir la relation évoluée entre Eric et son père, notamment dans l’épisode du bal de l’école. J’ai beaucoup aimé la relation de Miles avec sa mère, qui sous de faux airs de ne pas s’inquiéter, est en fait une vraie maman poule. La saison 1 aurait pu se suffire à elle même mais je suis très contente de revoir bientôt cette brochette de personnages attachants.

Affiche

Poupée russe

saison 1

Un soir, Amy, célibataire, informaticienne conceptrice de jeux vidéos, se rend chez l’une de ses meilleures amies qui organisent une fête pour son 36e anniversaire. Cet anniversaire est spécial, car Amy aura vécu un an plus long que sa défunte mère, avec qui elle avait une relation très particulière. Cependant, alors que la nuit avance elle se fait renversée par une voiture. Sauf qu’au lieu de mourir elle se réveille plusieurs heures plus tôt lorsqu’elle arrive à sa fête d’anniversaire…

Photo Natasha Lyonne

Natasha Lyonne porte en grande partie la série sur ses épaules. Cynisme, attitude blasée, le personnage d’Amy est une new yorkaise solitaire qui n’attend rien de la vie si ce n’est la passer dans les meilleures conditions. Elle ne cherche pas le grand amour, ni à fonder une famille, ni à plaire aux autres. Elle me fait penser à Daria mais avec plus d’humour.

Photo Charlie Barnett

Bien sur quand on lit le résumé de la série on pense tout de suite au film Un jour sans fin avec Bill Murray dans lequel il revit sans cesse la même journée. Ici Amy revit la même soirée encore et encore et finit toujours pas mourir dans des conditions assez atroces: tomber dans les escaliers, tomber dans une cave, noyer dans le fleuve, écraser par une voiture, après la chute d’un ascenseur, écraser par un climatiseur tombé du ciel…

Photo Greta Lee, Rebecca Henderson

Pourtant chaque épisode est différent, les choix que fait le personnage en début de soirée changent toujours le contenu de la soirée et la fin. Les rencontres sont différentes, les évènements aussi. On découvre petit à petit la vie d’Amy, son travail, ses amis, sa vie amoureuse, son passé et surtout sa relation avec sa mère.

Photo Natasha Lyonne

J’ai beaucoup aimé Poupée russe, les épisodes ne durent que 25 à 30 minutes chacun, le temps passe vite avec l’humour noir d’Amy qui profite de ce temps pour remettre de l’ordre dans sa vie, prendre le temps de réfléchir et de faire la paix avec ses démons.

Affiche

The OA

2 saisons

Prairie Johnson, une jeune femme de 21 ans, aveugle, disparait du jour au lendemain sans laisser aucune trace. Aucun indice, aucune piste, rien. 7 ans plus tard, les parents de Prairie retrouvent leur fille qui a retrouvé la vue. Où était Prairie durant ces 7 dernières années et comment a t-elle retrouvé la vue? alors qu’elle s’installe de nouveau chez ses parents, Prairie fait la connaissance de 4 lycéens qui n’ont pas grand chose en commun les uns avec les autres, ainsi que de madame Broderick Allen, professeur de mathématique. Tous les soirs pendant une heure, Prairie les invite à se réunir dans une maison à l’abandon afin qu’elle puisse leur raconter son histoire.

Photo Alice Krige, Brit Marling

La saison 1 de The OA est sortie il y a environ 3 ans mais je n’ai jamais pris la peine de m’intéresser à cette série ou de la regarder. Je ne sais pas comment je me suis décidée à la regarder, peut être que j’ai vu une fois de trop une pub concernant la saison 2 qui vient de sortir, mais ce qui est sur c’est qu’une fois l’épisode 1 entamé, il est difficile de ne pas enchainer les épisodes. J’ai du voir la série dans son intégralité en même pas une semaine.

Affiche

On suit donc Prairie, son retour parmi les siens et son histoire que l’on découvre dès le premier épisode. Son enfance, sa vie, sa disparition, et tout ce qui lui est arrivée durant les 7 années d’absence. Un conseil avant de débuter cette saison, c’est de ne pas trop en savoir avant de se lancer dans cette histoire, c’est plus appréciable, je ne rentrerais donc pas dans les détails de l’intrigue ici.

Affiche

Entre chaque morceau d’histoire conter par Prairie, on suit aussi son retour difficile dans sa famille, sa relation avec ses parents, ses doutes. On apprend à connaitre également les 5 personnes à qui Prairie raconte son histoire. Winchell un ado avec un problème d’agressivité, French un élève modèle qui décroche une bourse au mérite pour aller à la fac, Buck une jeune fille qui prend des médicaments pour devenir un garçon, Jesse un ado livré  à lui même et madame Broderick Allen , une prof de math qui vient de perdre son frère jumeau.

Photo Brit Marling

Ce qui est appréciable dans the OA c’est que très vite on obtient des informations, des réponses aux questions que l’on se pose dans la première partie du premier épisode. Très vite on découvre ce qui est arrivé à Prairie. L’intrigue avance donc vite, on ne fait jamais 2 pas en avant pour reculer de 3 pas en arrière, on ne nous explique jamais une chose pour revenir dessus quelques épisodes plus tard, et ça fait du bien.

Photo Emory Cohen

La narration fait qu’on est piégée par la série comme Prairie est piégée elle même au début de la saison 1. On a envie de mieux connaitre ces personnages, de savoir ce qui s’est passé pour eux et ce qui va se passer pour eux. La narration est fluide et on alterne les souvenirs de Prairie aux éléments présents, du coup les épisodes, qu’ils durent 30 min ou 1h10, passent très rapidement.

Photo Kingsley Ben-Adir

Visuellement c’est très bien réalisé. La musique est discrète et donne une dimension fantastique au récit. C’est doux sans jamais être lent ou ennuyeux. Brit Marling est excellente dans le rôle de Prairie et les personnages secondaires ne sont pas en reste.

Affiche

Si la saison 1 se concentre plus sur les émotions, le ressenti, la saison 2 est plus dans l’action, dans l’intrigue. La saison 2 introduit de  nouveaux personnages dont Karim, détective privé, un personnage très charismatique avec un coté anti héros qui le rend très sympathique. Il y a un coté policier, énigme à résoudre, presque un jeu de rôle ou un escape game dans l’histoire qui est intéressant. On avance beaucoup, on comprend pas mal de choses supplémentaires.

Photo Brit Marling, Kingsley Ben-Adir

La saison 2 est toujours aussi prenante, aussi hypnotisante que la saison 1, je n’ai pas été déçu par la tournure que prennent les choses. Les personnages sont toujours aussi bien travaillés, la réalisation est toujours aussi soignée, et les acteurs toujours aussi bon. Ce qui est sur c’est que pour apprécier the OA il faut accepter de lâcher prise, d’ouvrir son esprit, de ne pas trop réfléchir et de se laisser porter. J’ai adoré me laisser porter par cette histoire et ces personnages et j’ai hâte de voir la suite.