Gilmore girls 10 ans après

Résultat de recherche d'images pour "gilmore girls 10 ans apres"

En 2016, netflix proposait de suivre durant 5 épisodes, les aventures des filles Gilmore dix ans après la fin de la série. On retrouve donc Rory qui a dorénavant le même âge que sa mère au tout début de la série, 32 ans, et qui malgré des études prestigieuses n’a pas su trouver son chemin et se faire sa place dans le domaine de ses rêves. Lorelaï vit toujours avec Luke à Stars Hollow. Elle continue de gérer son auberge tandis que Luke est toujours propriétaire de son café. Quant à Emily elle doit affronter la vie sans son mari Richard, mort tout récemment.

Résultat de recherche d'images pour "gilmore girls 10 ans apres"

J’aurais mis 3 ans pour voir ces épisodes spéciaux. La série m’avait laissée un souvenir mitigé. J’avais beaucoup aimé les premières saisons, lorsque Rory est encore une ado timide et studieuse qui essaye de se faire une place dans sa nouvelle école privée, Chilton, voir Lorelaï instable émotionnellement, se prendre la tête avec ses parents lors des réunions de famille tous les vendredis soir dans la grande maison des Gilmore…A partir de l’entrée en fac de Rory j’ai commencé à moins apprécier la série. Autant Lorelaï et Rory sont attachantes dans les premières saisons, autant elles sont agaçantes dans les dernières. A la rigueur, j’apprécie plus Lorelaï qui n’a pas forcément eu une vie facile entre des parents trop exigeants, rancuniers et dures, que Rory qui a eu une vie sans problèmes ni difficultés, mais qui devient petit à petit une fille pourrie gâtée qui va s’inventer des problèmes et développer un sens particulier de l’égoïsme et de l’égocentrisme.

Résultat de recherche d'images pour "gilmore girls 10 ans apres"

Plus Rory grandit et plus elle se fiche pas mal des autres. Sa mère, sa grand mère, sa meilleure amie Lane. C’est cette dernière qui m’a le plus marqué, je me suis toujours dis comment Lane pouvait supporter une fille comme Rory. Au début malgré le changement d’école, Lane et Rory restent complices et amies, mais à son entrée à l’université, Rory ne s’intéresse aucunement à la destinée de sa meilleure amie. Lane s’installe avec son copain et fait face à la sévérité de sa mère pour vivre sa vie comme elle l’entend, Lane tombe enceinte alors que ce n’était pas voulu, Lane affronte la maternité…tous ces évènements indiffèrent beaucoup Rory, elle ne s’intéresse jamais à la vie de Lane car trop centrée sur ses petits soucis de petite fille riche.

Résultat de recherche d'images pour "gilmore girls 10 ans apres"

Dans ces nouveaux épisodes ont retrouve les éléments qui font qu’on a aimé cette série, ce côté léger, farfelue, la complicité entre les filles Gilmore, et ont retrouve aussi les éléments qui font qu’on se lasse parfois de la série, les scènes de dialogues trop bavardes et trop longues, certains personnages sans grands intérêts, certaines longueurs. Et surtout le caractère souvent exécrables des héroïnes, Rory et Lorelaï. Ici encore une fois, l’égoïsme de Rory en particulier revient à fond. Mademoiselle n’arrête pas de faire des allers retours entre Londres et Star Hollow comme moi je fais des allers retours entre chatelet et gare de Lyon. Elle prend l’avion long courrier comme un autre prendrait le bus pour se rendre dans la ville voisine. Ces allers retours ça en devient vraiment ridicule surtout dans les deux premiers épisodes, ou parfois Rory revient de Londres pour passer la soirée avec sa mère avant de repartir le lendemain matin…

Résultat de recherche d'images pour "gilmore girls 10 ans apres"

Évidemment une fois n ‘est pas coutume, Rory ne s’intéresse à personne d’autre qu’à elle même. Sa mère et sa grand mère sont les mieux loties, Rory s’inquiétant parfois pour sa grande mère nouvellement veuve. Mais il ne faut pas lui demander de s’intéresser à la vie de celle qui est sensé être sa meilleure amie, Lane, dont elle n’a rien à faire. Quant à Paris, c’est à peine si elle compatit à ses problèmes, et lorsque Rory se propose d’emmener les deux jeunes enfants de Paris faire un tour au parc, c’est un miracle que les deux jeunes gosses ne se font pas enlever vu comment Rory passe son temps sur son téléphone, jetant à peine un ou deux regards sur les enfants dont elle a la charge pour seulement une ou deux heures…Que dire aussi de la scène dans laquelle Lorelaï et Rory se forcent à aller à la piscine municipale de la ville alors qu’elles détestent ça, uniquement pour se moquer des gens trop gros qui osent se mettre en maillots de bain, et de détourner les yeux de ses personnes esthétiquement intolérables…Je ne sais pas si c’est une volonté du créateur de la série de vouloir faire de ses héroïnes des personnages aussi mesquines…

Résultat de recherche d'images pour "gilmore girls 10 ans apres"

Évidemment, ça reste agréable à regarder en gros, vu que j’ai finalement vu tous les épisodes et ça fait toujours plaisir de retrouver certains personnages et de voir ce qu’ils sont devenus. Paris, Lane, Sookie, Michel. Et puis le traitement du deuil est plutôt réussi, la scène dans laquelle Lorelaï se remémore un souvenir heureux avec son père, qu’elle partage par téléphone avec sa mère est touchante.  La fin de la série avec l’annonce “surprise” de Rory ne surprend pas du tout et reste un choix assez facile.

 

Game of thrones, saison 5…Le début de la fin?

Petite parenthèse dans le mois anglais, game of thrones oblige!

La saison 5 se termine déjà, et encore une fois la série m’a fait passer par tout un tas de sentiments. Chaque semaine c’était l’excitation de voir ce qui allait arriver aux personnages que l’on suit depuis cinq ans déjà. Qui allait mourir, qui allait survivre…
Après un début de saison un peu lent mais tout autant passionnant que d’habitude, les choses se mettent en place et les destinées s’effondre. Cersei se mord la queue, à force de vouloir manipuler son monde dans son intérêt, elle a oublié bien vite que sans papa Tywin, elle n’était plus grand-chose, et que son intelligence n’était pas aussi acérée qu’elle voulait le croire. La trop grande confiance que Cersei a en elle même l’aura perdu.

On retrouve Arya à Essos où elle retrouve Jaqen. Elle commence une autre vie, encadrée par des règles, et par une croyance bien étrange, mais Arya n’a pas oublié son but premier, celui de la vengeance, son esprit guerrier n’a fait que ce renforcer depuis la saison 1, et Arya devient un personnage de plus en plus violent.

J’ai particulièrement adoré les aventures de Tyrion, sur le continent d’Essos, en compagnie de Varys d’abord, puis de Jorah ensuite, le voir enfin rencontré Daenerys.

La série prend aussi un tournant bien glauque pour la pauvre Sansa, qui se voyait devenir plus dure, plus forte après avoir côtoyer Littlefinger, mais les choses vont s’assombrir pour elle, après qu’elle ait accepter malgré elle, de se marier à Ramsay Bolton. Les scènes centrées autour d’elle sont dures, la scène de viol a choquer pas mal de gens, surement du au fait qu’on a toujours connu Sansa comme une gentille fillette romantique, qui a toujours échappée jusque là à ce genre de scène. Dure de tourner la page…


Les temps forts de la saison 5, c’est d’abord l’épisode 8, dans lequel Jon Snow part rallier à sa cause les sauvageons. Parce que, pendant que dans le sud, les personnages se battent pour ce stupide trône de fer, dans le nord on découvre la population des white walkers, ces zombies et morts vivants qui ne vivent que dans le froid, et qui ont l’air quasi invincibles…et très très nombreux! La fin de l’épisode 8 est épique, c’est hypnotisant, c’est froid et c’est implacable, les whites walkers sont de redoutables futurs ennemis qui comptent bien descendre dans tout le westeros, grâce au fameux “Winter is coming”. L’occasion aussi d’introduire un personnage féminin parmi les sauvageons, Karsi, qui m’a tout de suite beaucoup plut, et qui disparait aussi vite qu’elle apparait et c’est bien dommage!

L’épisode 9 reste aussi anthologique, encore un épisode qui traumatise les pauvres spectateurs que nous sommes, puisque la pauvre Shireen Baratheon est horriblement sacrifiée sur le bucher, bruler vive par son propre père, sur ordre de cette p****n de Mélissandre. Scène très difficile donc, surtout que lors de cette saison, je m’étais de plus en plus attachée à cette fillette douce, gentille, intelligente, si aimante, difficile de l’entendre hurler sa douleur physique, de la voir bruler vive tout en sachant que c’est son père qui a donner l’ordre, de voir ses larmes de détresse, cette scène est une pure horreur, probablement la plus rude de la saison. Mais alors que je pensais que l’épisode allait clôturer sur cette scène, on repart à Meereen avec Daenerys, qui a fait de Tyrion son nouveau conseiller, et qui inaugure la reprise des combats dans l’arène…qui finit par un massacre dans les tribunes. La scène est digne d’un film cinéma (comme beaucoup de scènes dans GOT), la tuerie est sauvage, violente, et je n’avais jamais vu Daenerys aussi près de se faire égorger, accompagner de sa fidèle servante, de Jorah, de Daario et de Tyrion, ils sont vite déborder et encercler jusqu’à l’arrivée de Drogon, le dragon de Daenerys, et comme souvent avec ce personnage fort, elle est au centre d’une scène grandiose qui explose l’écran.

Finalement, la saison 5 m’a beaucoup plut, la bataille au nord du mur entre les Widlings et les White walkers, la mort de la pauvre Shireen, la bataille dans les arènes de Meereen…Seules les scènes centrées sur Jaime et Bronn sont faibles en intrigues…
La saison 5 est finalement cloturer par un épisode 10 décevant et qui inquiète quant à la suite de la série. L’humiliation de Cersei à travers la ville est impressionnante, et on devine que la dame n’a pas été complètement détruite par tout ça et prépare déjà sa vengeance. J’ai beaucoup aimé les retrouvailles entre Tyrion et Varys, un duo qui apporte un peu d’humour, ce qui n’est pas du luxe. Les aveux de Jamie à sa fille Myrcella, sont touchants et aucune surprise de ma part de la voir mourir, après tout les personnages heureux dans Game of throne n’existe pas et son une aberration (jeune, jolie, un père et une mère aimants, un fiancée dont elle est folle amoureuse, la vie était trop douce pour Myrcella).

Game of Thrones saison 5, épisode 10, mother's mercy, 5x10, season finale, dernier épisode, spoiler, recap, review, critique, morts, jon snow, kit harington, stannis baratheon, stephen dillane, cersei lannister, lena headey, daenerys targaryen, emilia cla

Mais je n’adhère pas à la mort de Stannis qui manque de sens après tout ce qui a été construit depuis la saison 1 autour de lui, et pareil pour la fin de Jon, ce sentiment de détruire tout une longue construction au fil des saisons, un personnage dont les origines sont mystérieuses, quel intérêt de le faire mourir maintenant et comme ça ? (à moins d’une surprise étrange?) On sent la surenchère des scénaristes, une surenchère dont ils n’arrivent pas à se défaire de peur de décevoir les spectateurs si il n’y a pas de mort atroce ou de drame terrible, et c’est bien dommage d’en arriver là, trop c’est trop, et ça perd de son sens…Est-ce une erreur qui entrainera le déclin de la série ? pour l’instant le show télé à rattraper les romans, à voir donc comment les choses vont évoluer par la suite, mais je ne peux m’empêcher en terminant ce dernier épisode, d’être un peu blasée, un peu déçue par la tournure que prend la série.