Miss Fisher’s murder mysteries

3 saisons 2012-2015 et Miss Fisher and the crypt of tears

Dans les années 20, Miss Fisher est de retour dans son pays de naissance à Melbourne, après plusieurs années passées en Angleterre. Depuis que sa famille à touché un gros héritage, Miss Fisher est financièrement indépendante. Elle souhaite se réinstaller à Melbourne afin de s’assurer que l’homme qui a autrefois assassinée sa soeur quand elles étaient enfants, ne sorte pas de prison. A peine est elle arrivée que sa tante Prudence lui demande d’aider sa cousine dont le mari vient de mourrir empoisonné. Elle s’improvise détective privée, occupation qui lui plait suffisamment pour qu’elle décide finalement d’en faire son métier.

La garde-robe de Phryne Fisher | le Blogue de la Bibliothèque publique de  Pointe-Claire

J’avais lu les deux premiers romans de Kerry Greenwood, sans vraiment accroché plus que ça car son auteur ne rend pas son personnage attachant, ni humaine, faute de faiblesse ou de défaut. Dans les romans, du moins les deux premiers tomes, Miss Fisher n’a pas de traumatisme causé par l’assassinat d’une soeur et n’a surtout aucun défaut, aucune faiblesse, et sait tout faire, tout, art martiaux, maniemant des armes, sait parler toutes les langues, connait toutes les coutumes de tous les pays du monde….

Miss Fisher's Murder Mysteries' Season 3, Episode 5 Recap: "Death &  Hysteria" | Telly Visions

Heureusement dans la série c’est différent. Les scénaristes lui donne un passé plus sombre, avec une petite soeur morte assassinée, une miss Fisher qui vit avec cette culpabilité. Dans la série Miss Fisher est aussi un peu trop savante, un peu trop madame je sais tout mais moins que dans le livre, elle a parfois quelques lacunes qui la rendent plus réaliste et humaine.

Photo Miriam Margolyes, Pip Miller

Passé le premier épisode qui n’est pas mon préféré, j’ai beaucoup apprécié la série. Essie Davis donne vie à cette héroine hors du commun. Dans les années 20, son indépendance financière lui donne une grande liberté aussi bien dans sa vie de tout les jours, que dans ses moeurs. Elle ose tout ou presque. Dans la série miss Fisher conduit une voiture, sait piloter des avions, sait tirer avec une arme, a déjà voyager sur presque tous les continents, mais bon elle ne parle pas toutes les langues et ne connait pas les arts martiaux c’est déjà ça de moins que la miss Fisher des romans!

Miss Fisher's Murder Mysteries | KPBS

Si la série n’est pas sans défaut, je prends toujours plaisir à revoir les épisodes, les enquêtes policières qui abordent de nombreux milieux, la mode, la course automobile, les universités, la religion, la bonne société, la traite des blanches, les orphelinats, la radio… la place des femmes est bien sur abordée dans la série, au travers de miss Fisher qui occupe une place privilégiée grace à sa fortune, au travers de Dot sa dame de compagnie, qui surmonte superstition et éducation rigide pour s’émanciper au côté de miss Fisher, ou encore au travers de la meilleure amie de miss Fisher, médecin légiste.

Miss Fisher's Murder Mysteries: The Feminist Sherlock You Should Be  Watching | Den of Geek

J’aime beaucoup le personnage de Dot, ou encore Jane, que miss Fisher adopte. J’ai beaucoup de tendresse pour tante Prudence qui apporte pas mal d’humour. Et bien sur, il y a sa relation avec le commissaire Robinson, qui au départ ne supporte pas les intrusions de miss Fisher dans ses enquêtes et qui finira par ne plus savoir se passer de sa présence. Leur duo apporte pas mal d’humour. Il faut souligner aussi le casting, notamment Nathan Page dans le rôle du commissaire Robinson, Miriam Margolyes dans le rôle de la tante Prudence et surtout Essie Davis dans le rôle de Miss Fisher.

miss fisher's murder mysteries | To the Lamp Post

Il y a quelque chose dans cette série qui fait que j’aime beaucoup me repasser les épisodes pour me détendre, un peu de la même façon que je revoie régulièrement les épisodes d’Hercule Poirot. C’est plaisant de voir l’héroïne se balader dans ses jolies tenues années 20, l’humour, les enquêtes policières, les relations entre les personnages, c’est léger et certains épisodes sont particulièrement réussie comme l’épisode « noel en juillet » un huis clos dans une maison perdue dans la montagne, où les morts tombent comme des mouches.

The Romance at the Heart of Miss Fisher & The Crypt of Tears | Den of Geek

La série se compose de trois saisons, et un film sortie au cinéma en Australie mais directement en dvd chez nous. Je l’ai vu récemment et j’ai bien aimé, on reste dans l’esprit de la série télé, on retrouve tous les personnages bien que j’ai été un peu déçue de voir Dot ou tante prudence aussi peu de temps à l’écran mais contente de retrouver le commissaire Robinson et de voir miss Fisher voyager partout dans de nouvelles aventures.

Il y a également une série dérivée très récente Miss Fisher’s modern murder mysteries, qui raconte l’histoire de la nièce de Miss Fisher dans les années 60. Je n’ai pas eu l’occasion de la voir mais si je trouve l’occasion pourquoi pas. J’espère qu’on aura droit à d’autres films autour de Miss Fisher dans un avenir proche.

Orphan Black

Série canadienne

10 épisodes

BBC America

2013

En voilà une série rafraichissante qui m’a fait du bien! Je ne connaissais que vaguement de nom. C’est en lisant l’avis super enthousiaste de Pando que je me suis lancée dans cette série diffusée par BBC America. J’ai tellement apprécié le pilot que j’ai regardé les 10 épisodes en 5 jours.

L’histoire n’a rien d’originale ou de révolutionnaire. On suit Sarah une jeune femme à la vie marginale, qui revient dans sa ville après un an de vie un peu dissolue. Elle attend alors son train sur le quai de la gare quand elle aperçoit une femme se débarrasser de ces chaussures et de son sac, avant de se jeter sous un train. Sarah à juste le temps de voir que la femme en question était son exact sosie. Passer le premier choc, elle prend son sac histoire de lui piquer son fric, et décide alors de visiter son appart, puis de prendre carrément son identité quand elle découvre qu’un compte en banque bien remplie pourrait être vider par elle. Son chemin va croiser d’autre femmes qui lui ressemble trait pour trait…

J’ai tout de suite adhérer à la série, et c’est surtout grâce à l’actrice principale Tatiana Maslany, qui incarne toute les sosies de la série, à commencer par Sarah, cette jeune femme marginale, orpheline, qui a grandit élever par une tutrice en compagnie d’un autre orphelin, devenu son frère d’adoption, Félix. Elle revient dans la ville où elle a grandit pour reprendre sa fille, Kira, qu’elle avait laissé un an auparavant à sa tutrice. Mais Tatiana Maslany incarne aussi Cosima la scientifique un peu excentrique, Allison la mère de famille bourgeoise, ou Héléna la tueuse psychopathe et certaines autres, qui sont toutes ses sosies.

C’est le point fort de la série, la jeune actrice est tellement douée qu’on a l’impression que chaque personnage est incarnée par des actrices différentes. Les changements de tenues, coiffures et accent aident beaucoup et surtout les personnalités de ses sosies sont tellement différentes qu’il est difficile de croire qu’elles sont interprétées par la même actrice. Tatiana Maslany apporte beaucoup à la réussite de la série, passant de la coincé Allison à la psychopathe Héléna l’ukrainienne, comme quoi le succès commence par un très bon casting.

L’histoire n’a rien de révolutionnaire, on apprend très vite que les sosies sont des clones, et que Sarah a mis les pieds dans quelque chose qui l’a dépasse et finit par comprendre que son plan de se faire un peu d’argent pour pouvoir s’enfuir refaire sa vie avec sa fille et son frère est loin d’être réalisable, et qu’il est nécessaire de découvrir le fin mot de l’histoire avant de mettre les voiles.

Outre Sarah et ses clones, j’ai aussi beaucoup aimé certains autre personnages, et pas la peine de les passer tous en revue, mon chouchou est Félix, le frère adoptif de Sarah, son confident, son meilleur ami, son conseiller, et il deviendra vite la même chose pour Cosima et surtout Allison à qui il apportera son aide. Félix, artiste, drôle, libre, insolent, sait apporter la parole qu’il faut quand il faut, et sait détendre l’atmosphère.

En bref, une série attachante, des personnages attachants, une actrice géniale, des personnages que j’adore et une intrigue bien menée, bien ficelée, la saison 1 comporte 10 épisodes, et chacun apporte son lot de question et de réponses, on avance vite, on ne recule jamais, les épisodes sont intenses, ça fait du bien. Vivement la saison 2!