Stranger things saison 3

Affiche

On l’a attendu cette saison 3 et ça valait le coup de patienter car c’est peut être la meilleure saison de la série!

On retrouve tous les personnages quelques semaines après les évènements de la saison 2. C’est l’été, les vacances scolaires, pour Nancy, Jonathan et Steeve, les années lycées sont terminées. Nancy et Jonathan ont décroché des stages dans le journal local de la ville, mais si Jonathan passe son temps à développer des photos, Nancy est réduit à apporter des sandwichs et à servir du café. Quant à Steeve, il a décroché un job de serveur de glace dans le nouveau centre commercial du coin. Centre commercial qui a d’ailleurs entrainé la ruine des nombreux commerçants du centre ville. Du coté des enfants, El, Mike, Dustin, Will, Lucas et Max profitent des vacances, entre cinéma, shopping et premières disputes amoureuses. Mais certaines personnes ont décidé de tout tenter pour ré-ouvrir le portail menant vers les mondes parallèles qu’El avait refermé.

Affiche

J’ai adoré cette saison. Cette fois ci on est en 1985, en plein dans les années 80, et les héros ne sont plus de jeunes enfants mais bien des ados. Musique, vêtements, coiffures, la grande ère du centre commercial, l’ombre de la guerre froide qui plane, les communistes… J’ai beaucoup aimé voir les personnages évolués chacun selon son âge. Les enfants, Will, Lucas, Max, El, Mike, et Dustin sont des ados. Jouer à donjon et dragon ne les intéressent plus des masses, mais par contre ils deviennent obsédés par les filles et tentent de comprendre leur psychologie. J’ai trouvé le traitement du passage à l’adolescence très réaliste.

Photo Millie Bobby Brown, Sadie Sink

Pour certains, cette évolution est naturelle, Mike ne pense qu’à El, Max et Lucas ressemblent déjà à un vieux couple, j’ai beaucoup aimé la relation amicale entre El et Max. Mais tout le monde n’a pas tourné le dos à l’enfance et pour Will, voir ses amis évolués, changés, c’est dure. Après ce qu’il a vécu, rester un peu plus dans l’enfance, retrouver ces habitudes de jeu avec ces amis, c’était très important, et Will aura bien du mal à s’adapter aux nouveaux centres d’intérêt de ses amis.

Photo Priah Ferguson

Nancy, Jonathan et Steeve eux, rentrent dans l’âge adulte, et la transition est tout aussi difficile que pour les enfants. Nancy se rend compte que la vraie vie, le monde du travail, c’est dure, sans pitié. Quant à Steeve il comprendra que son statut populaire au lycée ne lui sert à rien. Tous ce qui était important socialement durant ces années lycées n’ont plus aucun sens aujourd’hui. Avec ces notes, Steeve n’a pu s’inscrire dans aucune université et est donc condamné aux petits boulots minables.

Photo Natalia Dyer

L’histoire nous replonge dans les films des années 80 dans lesquelles Hollywood adorait utiliser les soviétiques et l’URSS comme ennemis universels. On retrouve toujours ces scènes de suspense, d’action, de sang et de gores, de créatures dégueulasses, de courses poursuites, on retrouve El et ses pouvoirs. Mais surtout la différence avec les saisons précédentes, c’est l’humour. Les scènes drôles se succèdent, notamment tous ce qui tourne autour de Steeve, sa collègue de travail Robin, Dustin et la sœur de Lucas, Erica. Le petit groupe, perdu dans les méandres du centre commercial apportera beaucoup d’humour. Le duo Hopper et Joyce apporteront aussi beaucoup d’humour, notamment lorsqu’ils seront rejoints par “Smirnoff/Aleksei” et Murray.

Photo Dacre Montgomery

Photo Winona Ryder

Les références sont bien sur toujours aussi nombreuses, Retour vers le futur, The thing, le méchant russe qui ressemble au terminator, et surtout la scène culte du dernier épisode dans laquelle Dustin et sa copine longue distance, Suzie, chantent par radio interposée, la chanson phare du film L’histoire sans fin. Impossible de ne pas rire devant cette scène ridicule à un moment d’extrême danger pour tous les personnages.

Photo Caleb McLaughlin, Finn Wolfhard, Millie Bobby Brown, Noah Schnapp, Sadie Sink

J’ai beaucoup aimé l’intrigue, mais aussi le fait que la série nous parle entre deux scènes de rebondissement, de l’Amérique des années 80, de la psychologie des personnages, que ce soit du passage à l’adolescence et la fin de l’enfance pour certains, ou du passage à l’âge adulte pour d’autre. La fin de l’épisode, avec la lettre écrite par Hopper pour El est en même temps très émouvante et drôle. Une très belle saison pour Stranger things. Seul défaut, on se serait passé du placement de produit coca cola, aussi subtil qu’un rhinocéros dans un magasin de porcelaine. La présence des bouteilles ou canette de la boisson rouge frôle même parfois le ridicule.

Advertisements

Sherlock – Did you miss me?

Sherlock – saison 3

The empty hearse

The sign of three

His last vow

Benedict Cumberbatch, Martin Freeman, Lars Mikkelsen, Marc Gatiss

ça y est, enfin la saison 3 de Sherlock a commencé… et s’est terminée! Deux ans d’attente, deux petites semaines, trois épisodes, et bye bye Sherlock et Watson, ce fut rapide!

Photo Benedict Cumberbatch

Trois épisodes que j’attendais avec impatience au vue de la fin de la saison 2, avec SPOILER: la mort de Sherlock et l’attente de sa résurrection.

Le premier épisode fut donc intense, avec les retrouvailles entre les deux hommes, pleine d’humour surtout. L’intrigue de ce premier épisode est d’abord concentrée sur les règlements de compte entre Sherlock et Watson. Les différentes théories sur comment Sherlock a fait pour simuler sa mort sont passées en revue.

L’intérêt de ce premier épisode c’est donc les tête à tête entre les deux hommes, Sherlock qui se justifie, Watson qui essaye de digérer la nouvelle, et c’est aussi là qu’on peut voir que Cumberbatch et Freeman sont deux très bons acteurs. L’intrigue se concentre sur une attaque terroriste visant à détruire le parlement par des bombes placées dans les anciens conduits de métro, gros clins d’œil à Guy Fawkes, et au film V for Vendetta.

Photo Una Stubbs

Si le premier épisode est prenant et bien mené, le second m’a un peu déçu, et c’est le cas pour toutes les saisons de Sherlock, j’ai toujours un peu moins d’intérêt pour les seconds épisodes de la série! L’intérêt de cet épisode, c’est son coté humain avec le mariage de Watson et Mary et Sherlock qui doit jouer les témoins d’honneur, devant être présent et faire des discours. L’intrigue en elle même est mineure voir inintéressante, et même un peu farfelue.

Photo Benedict Cumberbatch, Martin Freeman

Quant au 3e épisode, c’est le meilleur bien sur, comme les saisons précédentes, avec un ennemi pas comme les autres. J’ai été surprise par certaines révélations concernant certains personnages. L’épisode est rythmée, prenant, on ne voit pas le temps passé, et l’intrigue est intéressante, même si la manière de conclure est rapide et loin des méthodes habituelles de Holmes pour arrêter un ennemi.

Photo Benedict Cumberbatch, Lars Mikkelsen, Martin Freeman

Cette saison fut donc plus tournée vers le coté humain des personnages et sur leurs vies personnelles, avec un Sherlock plus humains (mais il ne devient pas pour autant sentimental), un ennemi intéressant pour le dernier épisode, qui vient heureusement remonté le niveau coté intrigue policière qui n’était pas du tout le centre des épisodes. Gros coup de cœur pour l’humour très présent, notamment les rencontres avec les parents de Sherlock, scènes vraiment très drôles (dans le salon de Holmes, et dans la maison familiale pour noël), la découverte du passé de madame Hudson et surtout les têtes à tête entre Sherlock et son frère Mycroft (les voir jouer au docteur maboul!), extrêmement drôle, mes moments préférés! La fin du dernier épisode permet l’introduction de l’intrigue de la prochaine saison, j’ai adoré les dernières minutes, ce coté dramatique et triste, complètement effacé et annihilé par un dernier rebondissement qui nous replonge dans l’humour si particulier de cette série. Va falloir prendre son mal en patience!