La la land de Damien Chazelle

La La Land : Affiche

de Damien Chazelle

Ryan Gosling, Emma Stone, JK Simmons

4/5

A Los Angeles, Mia tente de percer dans le cinéma. Son rêve est de devenir une grande actrice, mais ça fait 6 ans qu’elle est arrivée en Californie et qu’elle enchaine les castings et les échecs. De son coté, Sebastian est un pianiste de jazz très talentueux, mais sa passion pour le jazz l’empêche de faire le moindre compromis et a du mal à vivre de son art. Son rêve est d’ouvrir un club de jazz. Les deux rêveurs passionnés vont se rencontrer à plusieurs reprises…

La La Land : Photo Emma Stone, Ryan Gosling

La La Land : Photo

De Damian Chazelle, j’avais adoré Whiplash, un film qui nous parlait déjà de passion à la limite de l’obsession. Dans Lalaland, Chazelle nous parle encore de passion, de personnes qui sont entières et qui vivent leurs passions sans concession ni compromis, passions qui se heurtent parfois difficilement à la dure réalité. La première moitié du film est acidulée, colorée, c’est la partie la plus légère du film. On y voit Sebastian et Mia qui vivotent, qui survivent grâce à des boulots alimentaires, qui gardent encore espoir de percer dans leurs domaines, de vivre de leurs passions.

La La Land : Photo

Le couple Mia/Sebastian est touchant, drôle, attachant, j’ai aimé les voir évoluer à l’écran, leur rencontre, leur histoire. Ils mènent un peu la vie de bohème, vivant leur jeunesse et leur amour pleinement, vivant au jour le jour. Mais Lalaland est aussi une bonne comédie, car on rit beaucoup, surtout durant la première moitié du film. Le duo enchaine les scènes très drôles et Ryan Gosling a un vrai talent comique.

La La Land : Photo Emma Stone

Les scènes chantées et dansées on souvent un petit coté Jacques Demy en plus de nous rappeler les comédies musicales américaines des années 50.

La La Land : Photo Ryan Gosling

Comme pour Whiplash, la musique du film est très réussie, notamment le morceau de piano joué régulièrement au cours du film par Ryan Gosling.

La La Land : Photo Emma Stone, Ryan Gosling

J’ai tout aimé dans Lalaland, les acteurs, l’humour très présent, les décors, les costumes, la musique, le couple Mia/Sebastian, et même la fin qui me semble logique, c’est le coté un peu réaliste dans cette belle histoire.

Dernières séances: X Men apocalypse – The nice guys

X-Men: Apocalypse : Affiche

de Bryan Singer

James McAvoy, Micheal Fassbender, Sophie Turner, Jennifer Lawrence, Oscar Isaac, Nicholas Hoult

3.5/5

3500 ans avant notre ère en Égypte, En Sabah Nur est l’un des premiers  mutants de l’histoire de l’humanité. Extrêmement puissant, il est vénéré comme un dieu par les hommes effrayés par ses pouvoirs. Après des règnes de plusieurs milliers d’années, il se retrouve plongé dans un sommeil après avoir voulu transférer son esprit dans un corps plus jeune. 1983, des fouilles archéologiques permet de déterrer le corps de En Sabah Nur qui se réveille dans un monde qu’il ne connait pas. Déterminé à remodeler le monde à son image, à prendre le pouvoir et à faire en sorte que les mutants du monde entier dominent le monde au détriment des humains, En Sabah Nur choisit 4 mutants pour l’accompagner. De son coté, Charles gère son école pour mutants et garde à l’œil l’étudiante Jean Grey, incroyablement puissante, tandis que Mystique parcours le monde pour aider ses semblables. Magnéto lui, en plein deuil, sombre à nouveau du coté obscur de la force.

X-Men: Apocalypse : Photo Alexandra Shipp, Olivia Munn, Oscar Isaac

J’avais entendu pas mal de mauvaises critiques concernant ce nouveau X men. Avec cette nouvelle trilogie débuter avec X men le commencement, on peut voir les origines de nos héros favoris. Charles Xavier en fils de bonne famille riche qui se sent seul et qui rencontre pour la première fois Mystique, Magnéto qui découvre ses pouvoirs lors de son emprisonnement en centre de concentration. On est en plein dans les années 60, et ce fut un plaisir à voir! le second volet, X men the days of future past, permet de faire un reboot pour la suite, une histoire qui se déroule dans un futur apocalyptique et qui renvoi dans les années 70 Wolverine, afin de prévenir certains évènements qui sont les causes direct de ce futur apocalyptique. L’occasion ici d’effacer tout ce qui a été dis dans la première trilogie de 2000 et d’avoir le champ libre pour réécrire l’histoire.

X-Men: Apocalypse : Photo Jennifer Lawrence, Lucas Till, Nicholas Hoult, Rose Byrne

Donc avec ce volet, on en est en 1983. Jean Grey est encore étudiante à l’école pour mutant de Charles, Charles n’est pas encore chauve, mais roule déja en fauteuil roulant, Magnéto a essayer de se créer une vie de famille simple et paisible en Pologne, mais ça se termine en drame. Mystique est devenue une héroine aux yeux de tous les jeunes mutants, suite aux évènement de X men the days of future past, et parcours le monde pour aider discrètement les mutants victimes de répression ou injustices. En pleine guerre froide, Moira MacTaggart, l’agent de la CIA, découvre le tombeau de En Sabbah Nur. Charles réunit ses amis pour lutter contre ce mutant qui semble invincible. J’ai beaucoup aimé ce nouvel opus des X men, il  faut dire que j’adore l’univers des X men, c’est probablement mes super héros favoris, et ce depuis le collège lorsque je regardais les épisodes du dessins animé des débuts des années 90. J’adore que ce soit plusieurs héros, chacun sa personnalité, son passé, sa destinée, ses blessures et doutes. Dans le dessin animé en question j’adorais l’amitié entre Tornade et Malicia, j’adorais Jubile, Gambit et the beast mais déjà à l’époque mon personnage préféré était Wolverine, son humour, son cynisme. Et si j’ai aimé la première trilogie ciné des années 2000, c’est en grande partie pour le personnage de Wolverine parfaitement joué par Hugh Jackman, comme je l’imaginais.

Afficher l'image d'origine

J’avais beaucoup aimé les deux premiers volets, j’ai aimé que ça se passe dans les années 60 puis 70. ici l’histoire se déroule en 1983. C’est vrai que certains peuvent penser que le personnage de En Sabbah Nur est un peu too much, mais j’ai adoré voir Jean Grey ado, avec Scott et revoir le personnage de Vif Argent toujours aussi très drôle. J’ai adoré les touches d’humour, les quelques clins d’œil. J’ai adoré retrouver Charles Xavier, Mystique et Magnéto. L’histoire est bien ficelée, le rythme ne retombe jamais, il y a beaucoup d’action sans que ce soit lourdingue ou de trop, on prend le temps de faire évoluée les personnages, Charles et Magnéto qui ont pris quelques années, tout comme Mystique, qui font figure d’anciens, alors que les petits nouveaux s’affirment doucement mais surement, comme Vif argent, Scott ou encore Jean Grey qui reste un personnage très intéressant. Après, le personnage de En Sabbah Nur parait un peu too much, l’intrigue autour de Magneto est un peu lourdingue, encore un drame perso qui le pousse dans les même travers que dans les films précédents, à vouloir se venger, à vouloir se laisser dominer par sa colère, ça tourne un peu en rond de reprendre cette ficelle là. Mais en bref, si vous aimez l’univers X men, si vous avez aimé les autres volets des films X men, y’a pas de raison que vous n’aimiez pas ce volet là.

The Nice Guys : Affiche

de Shane Black

Russell Crowe, Ryan Gosling, Angourie Rice, Margaret Qualley, Kim Basinger, Matthew Bomer

4/5

En 1977 à Los Angeles, l’actrice de porno Misty Mountains est retrouvée assassinée. Le détective Holland March est engagé par une vieille dame pour retrouver Amélia, sa nièce, qui serait liée à l’actrice décédée. Se sentant menacée, et recherché par pas mal de monde, Amélia engage Jackson Heally, une sorte de mercenaire payer pour “intimider” les gens menaçant, afin de se débarrasser de Holland qui est celui qui est le plus tenace. Mais une fois son travaille fini Jackson découvre que Amélia a disparue et propose au détective Holland March de faire équipe pour la retrouver.

The Nice Guys : Photo Angourie Rice, Russell Crowe, Ryan Gosling

J’avais vu la bande annonce mais ne m’avait pas complètement convaincu. Et pourtant j’ai adoré le film. Ryan Gosling joue le rôle d’un détective privée un peu loser, alcoolique, dépressif, veuf, qui a parfois des éclairs de génies dans ses enquêtes de détective, et qui élève seul sa fille de 12 ans, Holly. J’ai adoré ce personnage, presque cartoonesque, j’ai beaucoup aimé sa relation avec sa fille Holly, qui fait figure de parent en s’occupant de son père, trop souvent dans des états de loque au bord du gouffre. Mais Holland reste le papa poule, qui sait reprendre son rôle de père quand il le faut pour sauver la peau de sa fille chérie. J’ai aussi beaucoup aimé Russell Crowe, avec quelques kilos en trop, dans le rôle de ce casseur de bras, qui aide les plus faibles à se défendre des plus dures, moyennant argent bien sur, car les deux personnages masculins sont motivés par la même cause, le fric et rien que le fric.

The Nice Guys : Photo Russell Crowe, Ryan Gosling

The Nice Guys : Photo Kim Basinger

Kim Basinger, à vous de juger…

Ils sont des figures datées de leur époque, regrettant le monde policé des gentlemen et des ladys des années 60, les costumes impeccables, les jeunes femmes fragiles, les enfants innocents, et sont tous les deux déçus et désabusés de voir la jeunesse de 1977 en avance sur leurs âges, pas innocents malgré leur jeunesse, blasés par tout et n’importe quoi avant l’heure. Le film est très drôle, parfois un peu trash presque cartoonesque, j’ai ri plus d’une fois, j’ai passé un très bon moment, une replongée dans les années 70 bien rigolote, aux personnages bien barrés, au casting en or, même si la pauvre Kim Basinger est méconnaissable à force de chirurgie esthétique (on dirait qu’elle porte un masque en latex sur le visage, quel dommage) bref, à ne pas rater si vous aimez rire.

Lost river

Lost River : Affiche

de Ryan Gosling

Christina Hendricks, Saoirse Ronan, Iain De Caestecker, Matt Smith, Reda Kateb, Ben Mendelsohn

3.5/5

A Lost river, tout est en ruine et à l’abandon. La ville se meurt, les gens déménagent, et petit à petit la ville devient fantome. Seuls quelques irréductibles s’acharnent comme Billy, mère célibataire de deux garçons, Bones presque adulte et Franky qui encore tout petit. Il y a la voisine aussi, Rat, que Bones apprécie et qui s’occupe de sa grand mère, qui ne parle plus depuis la mort de son mari. Bones s’attire des ennuis en volant le cuivre des maisons abandonnées alors que les ruines ont été “revendiquées” par la petite frappe du quoi, Bully, qui n’hésite pas à découper les lèvres de ceux qui l’énerve, tandis que sa mère, Billy, accepte l’offre de boulot particulièrement étrange du directeur de la banque qui l’a menace d’expulsion, faute de crédit remboursé.

Contrairement à ce que nous fait croire Allociné, non Lost river n’est pas un film fantastique, pas l’ombre d’un élément surnaturelle dans ce film, bien au contraire. On suit plusieurs personnage dans une ville quasi fantôme, des personnages dont la vie est de plus en plus difficile, qui se sentent acculés au pied du mur, qui perdent peu à peu le reste d’espoir qu’ils possèdent. Alors que la ville se vide des rares habitants restant, Billy la mère célibataire se voit  menacée d’expulsion par le directeur de la banque et accepte une proposition de job étrange et flippant, Rat, la voisine, est coincée dans sa vieille bicoque en ruine à cause de sa grand mère qui ne bouge pas ni ne parle depuis la mort de son mari et passe son temps à regarder de vieux films de son mariage, et Bones, le fils de Billy, qui passe son temps à éviter Bully, qui rêve de lui découper les lèvres.

Rien de fantastique ou de surnaturelle dans ce film, si ce n’est l’atmosphère étrange et pesante, une musique souvent angoissante, une bande originale très intéressante, et une peur pour les personnages, et leurs devenir, on s’attend à chaque minute à les voir sombrer dans une destinée violente, dramatique et sanglante. Mais à chaque fois qu’on s’attend à voir le pire, Ryan Gosling épargne ses personnages. Ici pas de drame démesuré, par de mélo, ce qui rend les faits de l’histoire et le contexte sociale encore plus réaliste.

Quand on connait un peu l’univers de Ryan Gosling, on est pas du tout surpris finalement, de la tournure de l’histoire, de l’ambiance, de ce coté effrayant sans l’être réellement, de ce coté bizarre, parfois un peu morbide, qu’on peut voir dans les clips et les chansons de son groupe Dead man’s bones.

Lost River : Photo

En sortant de la salle, j’avais une forte impression que Gosling s’est inspiré de nombreux films des années fin 80 et début 90, dans son ambiance, son étrangeté. J’ai beaucoup aimé Katherine Hendricks, qui sort du lot dans ce film, même si la jeune Saoirse Ronan n’est pas en reste, et Ben Mendelshon fait froid dans le dos.

Lost River : Photo Christina Hendricks

C’est donc un ovni, avec une jolie maitrise de la caméra , certaines scènes sont vraiment très réussie, quelques moments de grace. Prise à part certains morceau du film sont d’une jolie virtuosité, mais le film dans son ensemble, c’est un peu bordélique, un peu trop bizarre,

PS : J’ai vu le film dans le cadre d’une avant première, avec Ryan Gosling et Reda Kateb venus présentés le film; Pas de photos cette fois ci, j’étais un peu loin dans la salle, puisque j’ai eu des places à la dernière minutes, (on y est allées sachant très bien qu’ à chaque fois, les avant première ne sont jamais vraiment complète, les personnes ayant réservées ne venant pas toujours à la séance, au final), On a tenter le coup à la dernière minute. C’est toujours un plaisir de voir les acteurs de près, même si il n’y a eu aucun échange comme ce fut le cas avec Russell Crowe.

The place beyond the pines

The Place Beyond the Pines : affiche

de Derek Cianfrance

Ryan Gosling, Bradley Cooper, Rose Byrne, Eva Mendes

4/5

Luke, cascadeur travaillant dans une foire ambulante, croise la route de Romina, une conquête d’un soir. Il découvre qu’il est le père de son enfant, un garçon de 1 an, et décide de prendre au sérieux son rôle de père. Il s’établit dans la région, espérant avoir sa place de père auprès de son fils et de Romina pour qui il a beaucoup d’affection. Comprenant qu’il va avoir besoin de beaucoup d’argent pour subvenir aux besoins de son fils, il se laisse convaincre par un récent ami, de braquer des banques. De son coté, Avery Cross, avocat et fils de juge, est depuis quelques mois agent de police. Il patrouille en uniforme, persuadé que de défendre la justice et la loi est sa vocation. Sa route va bientôt croiser celle de Luke…

The Place Beyond the Pines : photo

The Place Beyond the Pines : photo Ryan Gosling

La bande annonce m’avait fait envie et puis il faut dire que le casting est très intéressant, notamment avec Ryan Gosling, et Bradley Cooper. La première partie nous montre le quotidien de Luke, cet homme jeune qui se laisse vivre, qui n’a aucune ambition ni aucun but. On devine qu’il a eut une jeunesse difficile. Il gagne sa vie en faisant des cascades à motos et sa vie va prendre une autre dimension quand il découvre l’existence de son jeune fils. Jusqu’ici, les biens matériels et l’argent ne l’intéressait pas, du moment qu’il avait sa moto, sa seule passion, et qu’il mangeait à sa fin. Si il braque des banques c’est uniquement pour tout donner à son fils et à Romina. Ryan Gosling est donc toujours aussi géniale, toujours aussi doué, même si le personnage de Luke, m’a un peu fait penser à celui de Drive…

The Place Beyond the Pines : photo Eva Mendes

The Place Beyond the Pines : photo Eva Mendes, Ryan Gosling

Dans une seconde partie, tout aussi passionnante à suivre, on fait connaissance d’Avery, cet homme qui ne se sent pas à l’aise à l’idée de reprendre la route tracée par son père le juge. On sent qu’il a voulu faire plaisir en ayant son diplôme d’avocat mais qu’une fois adulte, il décide de faire ce en quoi il croit, c’est à dire policier en uniforme et sur le terrain, sans se préoccuper de ces diplômes ou des rêves ambitieux de son père. Et pourtant, le naïf Avery va se heurter à la corruption et à l’hypocrisie du système qui va alors le changer, le transformer, le pousser à abandonner ses rêves de justice pour ne penser au finale, qu’à sa carrière et à devenir aussi manipulateur que son père, se laissant finalement emporter par la société, et lâchant prise de son fantasme sociale.

The Place Beyond the Pines : photo Bradley Cooper

Voir la destinée de ces deux personnages qui n’ont pas grand chose en commun et qui vont avoir une importance capitale dans leur vie respectives reste très intéressant à voir et le film est donc assez prenant, nous projetant  15 ans en avant dans la dernière partie. Ryan Gosling n’est pas le seul qui brille dans le film, Bradley Cooper est tout aussi excellent dans ce jeune agneau se transformant en loup ambitieux et sans pitié.

En bref, un film coupé en deux, pour nous montrer le portrait de deux hommes qui n’ont pas grand chose en commun mais qui vous influez sur leurs vies respectifs. L’occasion de voir de belles performances d’acteurs.