Quels sont mes romans préférés

Avec le confinement, c’est pas le temps libre qui manque! En faisant le ménage, j’ai mis à jour la liste des romans que je possède et des romans que j’ai lu, et j’ai décidé de tenter de faire une liste de mes romans préférés. Pas facile de choisir, entre ceux qu’on trouve passionnants, divertissants, ceux qui vous ont marqué il y a longtemps… Je ne ferais pas de classement numéroté, j’ai seulement choisi une vingtaine de romans que je considèrent comme étant mes préférés.

Sous chaque titre, le résumé du roman, mon ressenti en deux mots et surtout, comment j’ai découvert le roman.

The quantock quartet, de Ruth Elwin Harris

Silent Shore (The Quantocks Quartet) de Harris, Ruth Elwin

Cette tétralogie raconte l’histoire de quatre soeurs, au tout début du 20e siècle, qui se retrouvent orphelines du jour au lendemain. Grace à leur héritage et à l’aide de voisins solidaires, les quatre soeurs peuvent rester vivre dans leur maison familiale. Chaque tome se concentre sur la vie d’une des soeurs, ses expériences, ses choix, doutes, de 1920 à 1936. C’est passionant à lire, ça pourrait faire facilement l’objet d’une magnifique adaptation en mini série.

J’ai découvert ce roman complètement par hasard en fouinant dans une librairie d’occasion à Sheffield en Angleterre. Je ne pense pas que ces romans ont été traduit en français et c’est dommage!

Le seigneur des anneaux, de JRR Tolkien

TOLKIEN, J.R.R. - Le seigneur des anneaux (Christian Bourgois ...

Je ne vais pas raconter le résumé de ce roman que tout le monde connait, ne serait-ce qu’au travers des films de Peter Jackson. J’ai pour ma part découvert les romans quand j’étais au collège, une amie m’avait prêté le premier tome. Je n’ai finalement lu les deux tomes suivants plusieurs annéeés plus tard, quelques mois avant la sortie des films. J’ai adoré ces romans et je me suis plongée dans les autres romans de l’auteur, notamment Bilbo et surtout le Silmarillon que j’ai trouvé passionant.

Delirium tremens de Ken Bruen

Delirium tremens - Une enquête de Jack Taylor de Ken Bruen - Poche ...

Premier tome d’une série de roman policier noir mettant en scène le difficile quotidien du détective privé Jack Taylor, à Galway en Irlande. J’ai lu quasiment tous les tomes de la série, sauf ceux qui n’ont pas été traduit en français. J’ai adoré l’écriture tranchante et percutante de Bruen, l’humour cynique et on s’attache vite à Jack Taylor malgré tous ses défauts.

J’ai découvert ces romans sur les blogs respectifs de Dasola et de Capharnaum éclairé. Il est resté longtemps dans ma PAL.

Tom Sawyer / Huckleburry Finn de Mark Twain

Amazon.fr - Les aventures de Tom Sawyer - Twain, Mark, Gaïl ...

J’ai toujours été fan du manga adapté de Tom sawyer quand j’étais petite mais aussi en le revoyant beaucoup plus tard. J’ai donc fini par lire les romans Tom Sawyer d’abord, Huckleburry Finn ensuite. Le premier est très drôle, bourré d’aventures telles qu’on en rêve vivre quand on est enfant. Le 2e est plus sérieux, abordant de manière plus profonde l’esclavage aux Etats Unis. J’ai autant adoré lire Tom que Huck.

Le fugitif de Somerset Maugham

Le fugitif de William Somerset Maugham - Poche - Livre - Decitre

L’histoire d’un médecin anglais au début du 20e siècle, installé sur une ile paumée d’asie du sud est. Il se retrouve embarqué avec un jeune australien mystérieux à bord du navire du capitaine Nichols.

J’ai découvert l’auteur en lisant la passe dangereuse, après avoir vu le film qui a été adapté du roman, le voile des illusions. J’ai adoré la plume de Maugham, sa façon de raconter des histoires, de décrire les caractères de ces personnages. La passe dangereuse m’a donné envie de lire d’autre romans de l’auteur et je suis tombée sur Le fugitif que j’ai adoré. Ce qui m’a surtout marqué c’est l’ambiance, l’atmosphère de ces voyages en mer, des escales dans des contrées exotiques, de ces personnages mystérieux qui ont tous des passés lourds. La ronde de l’amour et Il suffit d’une nuit sont deux autres romans de Maugham que j’ai adoré lire.

Fièvre romaine de Edith Wharton

Fièvre romaine - Edith Wharton - Babelio

J’ai lu plusieurs romans d’Edith Wharton mais j’ai découvert l’auteur en lisant ce recueil de nouvelles que j’ai beaucoup aimé. Je garde un gros faible pour ce livre que j’ai trouvé un peu par hasard à la fnac. J’aime beaucoup le style d’écriture de Wharton.

Le talisman de Walter Scott

Afficher l’image source

L’histoire se déroule au 12e siècle pendant la 3e croisade. Richard coeur de lion et le sultan Saladin s’affrontent. En parallèle de la grande histoire, on suit également Kenneth, chevalier écossais en mission qui fera tout pour briller auprès de Richard afin d’être digne de demander la main de la cousine du roi dont il est tombé amoureux.

L’histoire rappelle un peu celle du film Kingdom of heaven. Le roman m’a été offert par une amie et j’ai adoré. De l’aventure, de l’humour, des rebondissements, on voit du paysage aux travers des chapitres et j’ai adoré la description de Saladin et de ses troupes, loin de tout manichéisme.

American tabloids de James Ellroy

https://i2.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/51rw9UjHQqL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_.jpg

L’histoire des Etats Unis de 1958 à 1963. La CIA, le FBI, les complots politiques, la mafia, roman policier, histoire d’amour, drame, suspense, tout y est. L’un des romans les plus riches que j’ai lu, malgré son nombre de pages on ne voit pas le temps passé, c’est passionnant à lire.

Roman découvert à la bibliothèque dont le résumé et le héros, m’ont rappeler un peu ceux du film L.A. confidentiel que j’avais adoré.

La joueuse de go de Shan Sa

Afficher l’image source

Dans les années 30 en chine, en pleine invasion de la Mandchourie, une jeune joueuse de go rencontre un soldat japonais. Des chapitres courts mais intenses qui altèrnent le point de vue des deux personnages principaux. Le roman m’a marqué en grande partie pour le style de l’auteur, l’écriture est très belle, on se sent emporté par sa plume, presque de la poésie. J’ai lu plusieurs autres romans du même auteur que j’ai bien aimé également mais pas autant que celui la.

J’ai découvert le roman dans le train. Une passagère lisait le livre à coté de moi et elle semblait tellement absorbé par sa lecture que j’ai noté le titre du roman. Pas de regret!

Le guide du voyageur galactique de Douglas Adams

Afficher l’image source

Le pauvre Arthur Dent vit une journée difficile. Il se réveil pour découvrir que sa maison est sur le point d’être rasé afin de construire une nouvelle autoroute, et personne ne l’a prévenu! Mais ce n’est pas tout, puisque son meilleur ami, le bizarre Ford Escort, lui avoue qu’il est en réalité un extraterrestre et qu’il faut rapidement fuir la terre car elle est sur le point d’être rasée pour faire place à une autoroute intergalactique. Seul objet nécessaire pour le voyage, une serviette de bain. Roman totalement absurde, humour anglais, histoire rocambolesque, j’ai adoré lire chaque page. Il existe cinq romans des aventures de Dent bien que les trois premiers tomes soient les meilleurs.

J’ai découvert ce roman complètement par hasard, en regardant tout les romans du rayon SF de la fnac en commençant par le début de l’alpahabet, en espérant trouver l’inspiration. Le nom de l’auteur étant Adams, je suis rapidement tombée dessus et le résumé m’a tout de suite parlé. Il existe parfois des coups de foudre au premier regard avec des livres qu’on ne connaient pas et qui s’avèrent être l’une de vos âmes soeurs!

Harry Potter de JK Rowling

Afficher l’image source

Je ne résume pas l’histoire du plus cèlèbre sorcier à cicatrice frontale et lunettes rondes. J’ai lu et adoré chaques tomes, de la grande histoire de lutte contre les forces du mal à tous les petits détails de la vie quotidienne des élèves de l’école de sorcellerie. J’ai d’ailleurs préféré les 6 premiers tomes, car le quotidien scolaire des élèves fait partie des choses que j’ai préféré lire.

J’ai découvert la série un peu tardivement, lors de la sortie du film en 2001. Je ne comptais pas du tout voir le film, mais une camarade de classe lors de ma première année de fac, m’en a tellement parlé qu’elle a finit par me convaincre. Elle m’a prêté les quatres premiers tomes disponibles que j’ai lu durant les vacances de noel d’une traite, sans cligner des yeux.

L’histoire sans fin de Micheal Ende

Afficher l’image source

L’histoire de Bastien, orphelin de mère dont le père se désintéresse et qui est persécuté par les autres garçons de son école. Petit, un peu grassouillet, Bastien décide de faire l’école buissonnière pour lire un livre étrange, voler dans une librairie. Il se met à lire l’histoire d’un garçon, Atreju, qui vit dans un pays imaginaire et qui a pour mission de sauver l’impératrice dont la maladie entraine la disparition du pays. J’ai adoré lire l’histoire de Bastien et celle d’Atreju, leurs aventures. Ce n’est ni gnangnan ni enfantin, il y a parfois des moments plus sombres. C’est très originale parfois. le film adapté du roman, n’utilise que la moitié du livre, la seconde partie étant complètement ignoré et c’est dommage.

J’ai découvert ce roman par hasard, en cherchant dans les étagères de la bibliothèque municipale, quand j’étais à l’école primaire. La couverture ne m’a pas du tout parlé, mais le résumé m’a convaincu. Un de mes premiers coup de coeur.

Orgueil et préjugés de Jane Austen

Afficher l’image source

L’histoire des soeurs Bennett au début du 19e siècle en Angleterre, dont la mère ne rêve que d’une chose, leur trouver de bons maris riches. C’est très drôle, intelligent, passionant à lire, j’ai adoré la plume de l’auteur dont j’ai lu presque tous les autres romans. J’ai vu l’adaptation en mini série avec Colin Firth juste après.

J’ai découvert l’auteur après avoir vu le film Emma avec Gwyneth Paltrow que j’ai regardé à la télé sans grande conviction, mais qui m’a donné envie de lire le roman. J’ai ensuite lu Orgueil et préjugés qui reste mon roman d’Austen préféré, comme beaucoup.

Rouge Brésil de Jean Christophe Rufin

https://leschoixdetrilliandotcom.files.wordpress.com/2020/04/63f76-rougebrc3a9siljean-christopherufin.jpg

L’histoire de deux enfants Just et Colombe au 16e siècle, qui sont embarqués de force à bord d’un navire français se rendant au Brésil. Le chef d’expédition décide d’utiliser des enfants pour leur servir d’intéreprètes auprès des indiens, car une étude récente montre que seul les enfants sont capables d’assimiler une nouvelle langue en un temps record. La France ambitionne de coloniser le Brésil, en concurrence direct avec le Portugal qui espère la même chose. J’ai adoré la plume de Rufin, l’histoire, les rebondissements, les personnages, on voyage, on s’attache beaucoup aux personnages.

J’ai découvert ce roman en fouillant le rayon roman historique. A l’époque je cherchais un roman qui me rappelle les mystérieuses cités d’or, la conquête de l’amérique, les voyages aventureux, des personnages tout sauf manichéens et je suis tombée sur ce roman qui m’a permis de découvrir Jean Christophe Rufin, un auteur que j’aime beaucoup notamment avec son dyptique, l’abyssin et sauvez hispahan.

L’épouse hollandaise de Erick McCormack

https://products-images.di-static.com/image/eric-mccormack-l-epouse-hollandaise/9782757838761-475x500-1.jpg

Au début du siècle, Rowland et Rachel se marient sans se connaitre vraiment. Au bout d’un an de mariage, Rowland, anthropologue, décide de partir en expédition. Plusieurs mois plus tard, Rachel a la surprise de voir débarquer un homme qui se dit être Rowland. Désemparée, Rachel joue le jeu et décide de faire comme si il s’agissait de son mari. J’ai adoré ce roman, un vrai coup de coeur. Le roman renferme plusieurs histoires en réalité, la jeunesse de Rachel, sa vie avec son premier mari, son fils qui décide de partir sur les traces du premier Rowland qui n’est jamais revenu, la vie tumultueuse du vrai Rowland qui a voyager à travers le monde, il y a une atmosphère mystique parfois, c’est très bien écrit, et on voyage beaucoup, un élément qui me plait quand je lis un roman.

J’ai découvert ce roman complètement par hasard en librairie. La couverture m’a attirée, et le résumé à fini de me convaincre.

Des souris et des hommes de John Steinbeck

Afficher l’image source

 

L’histoire de deux amis d’enfance dans les années 30 aux Etats Unis, Lennie et Georges, qui travaillent comme main d’oeuvre dans les ranchs. Leur vie de nomade n’est pas facile, d’autant que Georges doit constamment s’occuper de Lennie, attardé mentale, qui se comporte comme un enfant mais dans le corps d’un véritable colosse. Ils travaillent dure dans le but de réaliser leur rêve, l’achat d’une petite ferme afin d’élever des lapins. Je ne pensais pas aimer à ce point ce grand classique américain. J’ai adoré l’histoire de ce rêve américain raté, la relation entre ces deux hommes, la plume de Steinbeck.

Je connaissais bien sur de nom ce roman. J’avais envie de découvrir Steinbeck et j’ai décidé de commencé par l’un des plus connu avec Des souris et des hommes. J’ai également lu Tortilla flat du même auteur que j’ai aimé mais moins. Les raisins de la colère est encore dans ma PAL.

Cloud atlas de David Mitchell

https://products-images.di-static.com/image/david-mitchell-cloud-atlas/9782757833780-475x500-1.jpg

Plusieurs époques, plusieurs personnages, plusieurs histoires, le roman altèrnent à chaque chapitre, la vie de Cavendish en 2012, Adam Ewing en 1849, Louisa en 1973, Somni 451 en 2144, ou encore Zachri en 2200 et des poussières, les vies de ces personnages s’entremèlent, s’influencent. J’ai adoré lire ce roman de presque 1000 pages, on ne voit pas les pages tourner, j’ai été passionné par la destinée de ces personnages, les vérités qui se révèlent. Un auteur que j’ai découvert et que je n’ai pas lâché, j’ai lu presque tous ses romans et je les ai tous beaucoup aimé.

J’ai découvert ce roman grâce au film des soeurs Wachowski que j’avais beaucoup aimé mais moins que le roman qui est plus sombre et plus pessimiste aussi.

Jane Eyre de Charlotte Bronte

https://i0.wp.com/images.leslibraires.ca/books/9782253004356/front/9782253004356_large.jpg

Au 19e siècle, l’orpheline Jane Eyre devient gouvernante à Thornfield hall, la demeure de monsieur Rochester qui élève seul sa pupille. Après avoir passé dix ans dans un pensionnat austère, Jane adore la vie qu’elle mène a Thornfield hall. La jeune femme rêve d’indépendance et de liberté. Elle apprécie son travail, son élève et son patron monsieur Rochester, qui l’a traite presque comme son égal, mais un secret à Thornfield hall plane et menace. J’ai, comme beaucoup adoré ce roman que j’ai lu lors de ma première année d’étude universitaire. L’ambiance, l’héroine, les rebondissements même si certains sont un peu farfelus, une histoire prenante.

J’ai lu le roman après avoir vu l’adaptation du roman avec Charlotte Gainsbourg et John Hurt, une adapation que j’avais beaucoup aimé.

 

 

Je retiens également les romans suivants que j’ai énormément aimé:

Le silmarillon de JRR Tolkien

Passionnant à lire et relire sur les origines de la terre du milieu.

Femmes et filles de Elisabeth Gaskell

2e roman que j’ai de l’auteur après nord et sud, j’ai beaucoup aimé l’histoire.

Sarah la pas belle de Patricia Maclachlan

Une auteur jeunesse dont j’ai lu énormément de romans et que j’ai tous beaucoup aimé. Tout en douceur et émotion.

Eden city de NM Zimmermann

Une trilogie fantastique prenante, mystique, très originale. Découverte complètement par hasard en furetant dans les allées de la fnac.

4 soeurs de Malika Ferdjoukh

Roman jeunesse qui raconte le quotidien de quatre soeurs. Une écriture originale, une auteur que j’aime beaucoup.

Un roi sans divertissement de Jean Giono

Une histoire que je n’ai pas très bien comprise durant les 3/4 du livre mais une fin qui m’a scotchée. Lecture imposée lorsque j’étais au lycée.

Il suffit d’une nuit et La ronde de l’amour de Sommerset Maugham

Les deux romans de cet auteur que j’ai le plus apprécié avec le fugitif. Il suffit d’une nuit est très court mais percutant et prenant, la ronde de l’amour est une réflexion sur l’écriture et les souvenirs, excellent.

Emilie de la nouvelle lune de Lucy Maud Montgomery

Une trilogie retraçant l’enfance, l’adolescence et les premières années d’adulte d’une héroine très attachante comme sait le raconter Lucy Maud Montgomery.

L’abyssin et Sauvez Ispahan de Jean Christophe Rufin

Un dyptique qui nous raconte des aventures extraordinnaires de personnages tout autant extraordinaires, on voyage beaucoup entre l’égypte, l’abyssinie, Ispahan, la description des lieux et des paysages…on s’y croirait presque!

Cordelia vorkosigan de Lois Bujold MacMaster

Un space opéra excellent, j’ai adoré faire la rencontre de Cordedia Naismith, de Vorkosigan, et de découvrir les aventures plus tard de Miles. Je suis loin d’avoir lu tous les romans de la saga mais jusqu’ici je ne suis pas déçue.

La mort dans les nuages de Agatha Christie

L’un de mes Agatha préféré, bien qu’il rivalise avec Le meurtre de roger acroyd ou Cartes sur table.

Postmortem de Patricia Cornwell

Premier tome d’une série de roman policier mettant en scène le docteur Scarpetta, médecin légiste, et son duo avec le flic Pete Marino. Une série de roman policier palpitant même si passer les 7 ou 8 premiers tomes, ça devient beaucoup moins intéressant. J’ai commencé à lire cette série quand j’étais au collège, par le second tome de la série ‘mémoires mortes’ que j’avais acheté pour rien dans un marché.

 

L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage

L'incolore, Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage

de Haruki Murakami

4/5

Tsukuru Tazaki a grandit à Nagoya entouré de 4 amis dont les noms signifient tous des couleurs, rouge, bleu, blanche et noire. Ensemble, ils formaient un groupe soudé, uni, solidaire. Le groupe se disperse avec la fin du lycée. Si les 4 amis de Tsukuru décident de rester à Nagoya pour poursuivre leurs études, Tsukuru part pour Tokyo poursuivre des études d’ingénieur spécialisé dans la construction des gares ferroviaires, comme il l’a toujours rêvé. Ils revoient régulièrement ces amis lors de ces visites à Nagoya, mais dans sa 2e année universitaire, il reçoit le coup de fil d’un de ses amis qui lui annonce qu’il n’est plus le bienvenu dans leur groupe et qu’ils ne veulent plus jamais le revoir. Tsukuru grandit avec ce rejet qui deviendra un poids et peut être un frein avec les années.

Voilà c’est une première! A l’occasion du challenge Un mois au Japon organisé par Hilde et Lou, j’ai lu mon premier roman de Murakami. L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage nous raconte donc l’histoire de Tsukuru à plusieurs étapes de sa vie, mais pas forcément dans l’ordre. On commence par sa vie à l’age de 36 ans, Tsukuru a un job qu’il apprécie sans plus, une vie assez terne et répétitive. Tsukuru n’a pas vraiment d’amis, pas vraiment de lien avec sa famille, pas de femme, pas d’enfants, il enchaine les aventures plus ou moins longues. Il n’est ni triste, ni joyeux. On voit Tsukuru dans sa période étudiante, la souffrance qu’il ressent après avoir été évincé brutalement de son groupe d’amis, sa guérison, sa rencontre avec Haida, un étudiant qui deviendra son ami, on apprend à connaitre Tsukuru, ses fantasmes, ses envies, ses pensées.

Tout au long du roman, on le voit rencontrer à plusieurs reprises sa copine avec qui les choses deviennent peut être sérieuses. Mais elle ne s’engagera pas davantage avant que Tsukuru ait le courage d’aller à la rencontre de ces amis pour guérir ses blessures. Aujourd’hui, le temps à passer et il est temps que Tsukuru apprennent pourquoi il a été rejeté 15 ans auparavant.

Ce sont les passages que j’ai préféré lire, ces rencontres avec ces amis, 15 ans après. Tsukuru les rencontre un par un, il découvre ce qu’ils sont devenu, leur vie, leur boulot, leur famille. J’ai beaucoup aimé les différentes rencontres, mais j’ai surtout beaucoup aimé le passage à Helsinki, voyage que Tsukuru entreprend pour rencontrer Noire, la dernière amie du groupe que Tsukuru va affronter.

Le roman nous parle du passage de l’adolescence à l’âge adulte, de ce coté fusionnelle dans les amitiés adolescentes, Murakami nous parle des désillusions des jeunes adultes, de l’entrée dans la vie active, la recherche de soi. Murakami nous parle de l’image qu’on a de soi et de la manière dont les autres nous perçoivent. L’écriture est douce parfois neutre, il y a beaucoup de mélancolie, d’introspection. Tsukuru doit aller au bout des choses, au bout de soi, au bout de sa quête pour pouvoir aller de l’avant. Les souvenirs sont parfois brouillés, parfois à la limite de la rêverie.

J’ai beaucoup aimé la construction du roman, ces allers et retours dans la vie de Tsukuru, son pèlerinage auprès de ces amis, qui malgré les années le connaissent mieux que personne. Si ce n’est pas un coup de cœur, il y a certains moments pleins de grâce dans ce roman qui m’ont emporté. Je lirais bien d’autre romans de cet auteur très apprécié de la blogosphère.

logo mois au japon 01.jpg