Dernières séances: Ready player one – The third murder

Ready Player One : Affiche

de Steven Spielberg

Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn, Tj Miller, Simon Pegg, Mark Rylance

3.5/5

En 2045, le monde est en crise et l’humanité victime de dépression dans une société qui n’a pas oublié la consommation à grande échelle. Pour oublier un monde déprimant et un quotidien morose, la majorité de la population se réfugie dans l’OASIS, un monde virtuel dans lequel les participants accèdent à l’aide d’une paire de lunette, les propulsant dans cet univers fantasmé. Dans l’OASIS, un chômeur peut devenir un champion adulé, une mère au foyer peut devenir une aventurière, une femme obèse peut être une femme au corps de rêve. L’OASIS fut créer 20 ans plus tôt par un génie de l’informatique James Halliday, que tous les joueurs de l’OASIS vénèrent. A sa mort, le créateur a laissé un message à tous les joueurs: des easter eggs (bonus cachés) ont été disséminés partout dans l’univers de l’OASIS. Celui qui découvrira les 3 easter eggs deviendra le propriétaire de l’entreprise qui gère l’OASIS et donc milliardaire. Pour le jeune Wade Watts, qui vit pauvrement avec sa tante, trouver les easter eggs c’est l’objectif de sa vie. Après avoir trouvé le premier egg grâce à une intuition payante, il attire l’attention de IOI, la société rivale de l’OASIS qui espère mettre la main sur le contrat de propriété du jeu le plus utilisé au monde.

Ready Player One : Photo Tye Sheridan

Ready player one est un vrai film de geek, avec des références aux années 80 à gogo, Indiana Jones, les Goonies, les films de John Hugues…Au délà des années 80, le film fait défiler toutes sortes de références, Last action hero, les films de samaourai cultes japonais, certains manga  qui ont marqué leur époque comme Akira, Gundam…et bien sur Ready player one c’est aussi un gros hommage aux jeux vidéo et à ces codes, avec les bonus, les avatars, les easter eggs ou bonus cachés, les munitions, les vies supplémentaires, les sauvegardes, les solutions et autres “trucs” pour passer un niveau ou battre un boss…

Ready Player One : Photo Tye Sheridan

Le scénario du film  n’est pas des plus original et reste dans la veine des films pour ado des années 80, à savoir une équipe de gentils ado ou jeunes adultes, le coté David contre Goliath, le gros méchant qui ne laisse pas de place au doute (on retrouve un peu les éléments du film les Goonies). Le film se veut une gentille analyse d’un monde dans lequel le virtuel est devenu plus important que le réel. Ici, la majorité des adultes n’ont pas de quoi se réjouir ou espérer de meilleures lendemain et la majorité se réfugie donc dans ce jeu virtuel géant, dans lequel chacun peut être ce qu’il souhaite être, jusqu’à l’apparence. Mais heureusement pour Ready player one, le film ne tombe jamais dans la facilité de dire que le virtuel c’est le mensonge, le mal et la réalité le bien. Les deux mondes doivent se compléter.

Ready Player One : Photo Tye Sheridan

Ready player one rend hommage aux films des années 80 sans pour autant faire un film des années 80. Il s’inscrit dans son époque en nous présentant une société qui pourrait être la notre d’ici quelques décennies. Un film divertissant et sympa à voir, avec notamment le jeune Tye Sheridan découvert dans l’excellent Mud.

The Third Murder : Affiche

The third murder

de Hirokazu Kore Eda

Masaharu Fukuyama, Koji Yakusho, Suzu Hirose

4/5

Un avocat accepter de reprendre une affaire, celle d’un homme qui a avoué le meurtre d’un chef d’entreprise. Accusé de meurtre et de vol, il encourt la peine capitale. Alors que l’avocat essaye de garder une distance et de ne penser qu’à la stratégie qui lui permettra d’éviter la peine de mort à son client, il découvre certains faits qui l’amènent à se demander qu’elle est la vérité autour de ce meurtre.

The Third Murder : Photo

Ceux qui suivent mes chroniques ciné savent que je suis une fan inconditionnelle (ou presque) de monsieur Hirokazu Kore Eda. J’en ai vu beaucoup et finalement, il n’y a que Air doll qui ne m’a pas emballé. Mon favoris reste Still walking, et juste après Après la tempête. Ses films parlent souvent de la famille, des relations entre les différentes générations. Dans third murder, l’histoire est surtout policière, un meurtre, un procès, un coupable qui avoue, tout semble simple et pourtant non.

The Third Murder : Photo Masaharu Fukuyama

Au travers de cette histoire dont on découvre les dessous au fur et à mesure, Hirokazu Kore Eda nous présente le métier d’avocat, celui de juge, la justice hypocrite comme certains aspects de la société japonaise. Ici, l’ordre et l’équilibre sont plus important que la vérité. Finir un procès dans les temps et sans remous c’est plus important que la justice.

The Third Murder : Photo Koji Yakusho, Masaharu Fukuyama

Le film est beaucoup plus sérieux et dramatique que les chroniques familiale qu’on a l’habitude de voir, mais l’histoire est intéressante et prenante, les acteurs tous très bons, et malgré tout une pointe d’humour avec le personnage du père de l’avocat, ou encore le personnage de la secrétaire du cabinet d’avocat qui apporte beaucoup d’humour. Seul bémol le lenteur du film. Les nombreuses scènes de conversation entre l’avocat et le coupable par exemple, sont souvent inutilement longues, pas dans le contenu des dialogues, au contraire, mais dans la façon qu’ils ont de se parler, un morceau de phrase, un long silence, suivant de la suite de la phrase, etc etc. Somnoleurs s’abstenir sous peine d’endormissement.

 

Advertisements