Un homme très recherché

Un Homme très recherché : Affiche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

de  Anton Corbijn

Philip Seymour Hoffman, Rachel McAdams, Robin Wright, Willem Dafoe, Grigori Dubryguine

3.5/5

A Hambourg, Gunther Bachman fait partie d’une agence d’espionnage allemande clandestine. Alors qu’il surveille les activités du milieu islamique, son chemin croise celui de Issa, un tchétchène qui vient d’arriver en ville et qui semble suspect à son équipe. Aidé par des gens qui le prenne en pitié, il contact une avocate, Annabel Richter, pour l’aider à contacter un grand banquier qui fut autrefois en contact avec son père. Gunther comprend vite que Issa n’est pas un futur terroriste, mais il décide se servir de lui pour atteindre un suspect intéressant. Il n’a donc aucun scrupule pour atteindre son objectif, ni envers les innocents ni envers les autres organismes d’espionnage, allemand et surtout américain.

Un Homme très recherché : Photo Philip Seymour Hoffman

Je n’ai jamais lu les romans de John Le Carré, mais il faut dire que les films adaptés de ces romans sont en générale très bons. J’avais apprécié the constant gardener, j’avais beaucoup aimé le tailleur de panama, mais surtout j’avais adoré La taupe.

A l’instar de La taupe, plus que l’histoire en elle même , ce sont surtout les personnages qui sont très intéressants, ce sont eux qui sont mis en avant. Et contrairement à la taupe, ici l’histoire reste bien moins compliqué, il fallait quand même suivre et pas se disperser devant la taupe!

Un Homme très recherché : Photo Philip Seymour Hoffman, Robin Wright

Un Homme très recherché : Photo Philip Seymour Hoffman

Évidemment, Philip Seymour Hoffman est le grand intérêt du film. Il joue Gunther, cet espion qui se retrouve à Hambourg à surveiller le milieu islamique, un vieux loup de mer, qui a rouler sa bosse à travers le monde, qui possède un recul précieux dans la lutte anti terroriste, qui sait doser les actes répréhensibles pour atteindre son but tout en sachant rester humain, notamment quand il faut savoir faire la différence entre les innocents, et les véritables cibles. J’ai beaucoup aimé son personnage, blasé, sans illusion, qui connait trop bien le monde de l’espionnage et qui malgré des trahisons passées par les américains, retombe dans les même pièges. Philip Seymour Hoffman est excellent dans ce film, surtout dans la scène finale où les dernières illusions s’envolent.

Un Homme très recherché : Photo Grigoriy Dobrygin, Rachel McAdams

Les seconds rôles sont aussi intéressants, avec Issa, ce Tchétchène qui hérite de plusieurs millions d’euros de son père russe et qui n’en veut pas le considérant comme sale, Annabelle (MacAdams) la jolie avocate aux principes pacifistes mais qui devra mettre de l’eau dans son vin ou encore Sullivan (Robin Wright), en agent de liaison avec la CIA qui derrière un visage d’ange cache ses véritables intentions comme dans son rôle de Claire Underwood dans House of cards d’ailleurs.

Un Homme très recherché : Photo Rachel McAdams, Willem Dafoe

Un Homme très recherché : Photo Philip Seymour Hoffman

En bref, un film d’espionnage réaliste et loin des scènes d’action ébouriffantes. Le film dénonce l’absurdité des décisions des organismes d’espionnage, leur manière de se marcher dessus, une lutte inter agence, plus qu’une lutte réelle contre le terrorisme, juste un besoin d’arrêter n’importe qui pour faire plaisir aux supérieurs hiérarchiques, sans chercher à véritablement régler les vrais problèmes. Un système absurde tenu par ce qui reste être de simples fonctionnaires au final. Le film n’est pas sans lenteur, mais il vaut vraiment le détour ne serait-ce que pour la présence de Philip Seymour Hoffman vraiment excellent, quel dommage qu’il soit parti si tôt…

Hunger games Embrasement

Hunger Games - L'embrasement : Affiche

de Francis Lawrence

Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Sam Claffin, Elisabeth Banks, Woody Harrelson, Donald Sutherland, Jena Malone, Philip Seymour Hoffman, Amanda Plummer

4/5

2e volet des aventures de Katniss Everdeen. Après avoir remporté avec Peeta les hunger games, les voilà de retour au district 12. Elle retrouve Gale et sa famille, mais le repos est de courte durée, avec le début de la Tournée, qui emmène chaque année le gagnant des hunger games autour des 12 districts afin de se faire applaudir par la foule et ensuite au Capitole afin de terminer “la fête” en apothéose. Mais pour Katniss, il s’agit aussi de faire croire à tous que son amour pour Peeta est réel, sinon le président Snow lui a bien fait comprendre que tous ceux qu’elle aimait serait exécuter avec elle. Cependant, il est quasi impossible pour Peeta et Katniss de ne pas remarquer que dans les districts, des révoltes, rébellions et autres soulèvements se font sentir, et qu’un mouvement de révolution commun à tous les districts est en train de prendre de l’ampleur. Leur amour fictif n’a pas réussi à apaiser la foule et pour essayer de se débarrasser des deux vainqueurs du district12, les deux ado sont à nouveaux envoyés dans l’arène où ils affronteront cette fois ci que des anciens champions, à l’occasion du 75e anniversaire des jeux.

Hunger Games - L’embrasement : Photo Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Woody Harrelson

J’avais lu et beaucoup aimé le premier tome et j’avais aussi beaucoup apprécié le premier film. J’ai trouvé ce deuxième volet encore plus abouti. Je n’ai pas eu le temps de lire le second volet avant d’aller voir le film, je n’ai pu lire que le premier quart.

Hunger Games - L’embrasement : Photo Jennifer Lawrence, Liam Hemsworth

On entre tout de suite dans l’histoire, d’abord la nouvelle vie de Katniss, sa famille qui vit à l’abri de la faim et de la pauvreté. Pourtant Katniss vit dans l’angoisse, elle ne se remet pas de ce qu’elle a vécut dans l’Arène, et la visite du président Snow n’arrange rien avec ces menaces très claires.

Hunger Games - L’embrasement : Photo Philip Seymour Hoffman, Woody Harrelson

Visuellement, le film est une vrai réussite, aussi bien la visite des deux gagnants dans les différents districts (même si j’aurais aimé en voir plus), que leur passage au Capitole, on sent bien la différence de vie et de technologie entre les districts et le Capitole. Le film montre aussi très bien la montée des révoltes et de la colère des habitants des districts qui n’en peuvent plus de cette vie d’esclave, de répression et de voir chaque année emmenée leurs enfants se faire trucider violemment pour le bon plaisir du Capitole.

Hunger Games - L’embrasement : Photo Elizabeth Banks, Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson

Les nouvelles horreurs introduites dans l’Arène sont particulièrement vicieuses. Parmi les nouvelles figures j’ai adoré le personnage de Johanna qui n’a plus personne dans la vie et n’a donc rien à perdre, la langue bien pendue, elle apporte beaucoup d’humour et aussi beaucoup de franchise. Et bien sur j’étais très contente de voir Philip Seymour Hoffman, j’adore cet acteur et dans le rôle du haut juge Heavensbee on peut dire qu’il a vraiment la classe, (même si j’avais compris dès le départ son rôle), j’adore les discussions aussi courtes soi t-elles qu’il a avec Katniss.

Hunger Games - L’embrasement : Photo Lynn Cohen, Sam Claflin

Hunger Games - L’embrasement : Photo Philip Seymour Hoffman

Quant à Jennifer Lawrence, elle est toujours aussi talentueuse, cette actrice m’a toujours beaucoup plut, dans tous les films que j’ai pu voir, c’est vraiment une excellente actrice qui dégage quelque chose de bien particulier. Et le fait qu’elle ne soit pas maigrichonne ou au bord de l’anorexie me plait énormément, car Jennifer Lawrence est une personne mince, n’allez pas croire qu’elle soit ronde, mais elle est loin d’être squelettique et visuellement ça repose les yeux, c’est agréable et j’espère qu’elle continuera à ne pas céder à la pression hollywoodienne.

Hunger Games - L’embrasement : Photo Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson

En bref, la preuve qu’on peut allier divertissement et très bon film, un film qui ne souffle jamais une seconde, qui nous emporte le temps de 2h30 dans un monde qui nous fait oublier le notre, on prend part complètement à leurs problèmes et leurs conflits intérieurs, il va de soi que j’ai hâte de voir ce qu’il va se passer dans la suite, car la fin du second volet est beaucoup plus tendue que la fin du premier. Le 3e tome fera l’objet d’un double film (c’est la mode de diviser en deux films les deniers tomes d’une série apparemment), la première partie en novembre 2014 et la seconde en novembre 2015. En attendant je compte bien finir le second tome et me lancée tout de suite dans le troisième, histoire de savoir comment tous ça va finir.