New York in november

Voyage fait en novembre 2012

Le voyage était prévu depuis longtemps, à l’occasion de l’anniversaire d’une amie. Un bon prix pour l’hotel, un bon prix pour l’avion, le seul soucis étant que 5 jours avant notre départ, l’ouragan Sandy a fait des siennes.

NY2012 5

NY2012 16

Espérant que la tempête annoncée ne soit pas aussi violente qu’annoncé, j’ai attendu devant ma télé pour m’apercevoir le lendemain que la tempête sandy avait fait de sacrés dégâts; gros problèmes au sud de manhattan où l’électricité ne fonctionne plus et où le métro est innondé. Même Newark, l’aéroport par lequel je dois arriver est noyé sous les eaux. Finalement, après quelques doutes, on est rassurés par les conditions vendredi soir, et c’est samedi matin qu’on s’envole pour la ville qui ne dort jamais!

NY2012 12

NY2012 15

Arrivée par Newark, on prend ensuite un train qui nous ramène à Penn station sur la 34e rue. Les ennuis commencent car le sud de Manhattan a encore des problèmes d’eaux dans les sous sol du métro. Donc pas de transport et notre hotel se trouve très au sud de l’ile, à Chinatown, pas le choix, on trimballent nos valises en marchant. Nous sommes accostées à plusieuers reprises par des voitures noires qui s’avèrent être des taxis privées et qui nous proposent de nous emmener. Car avec l’ouragan Sandy, il y a une forte pénurie d’essence et certains en profitent pour s’improviser taxis de secours en proposant des prix exorbitants. Mais on a quand même la bonne surprise de découvrir que le quartier à retrouver ses lumières et que la vie a bien repris.

NY2012 14

Le soir après tous ces efforts on est trop fatigué pour sortir du quartier, on décide d’aller diner dans un lieux qu’on connait, georgia’s east side bbq, qui est un tout petit resto qui ne paye pas de mine mais qui est souvent blindé. On avait été mangé là lors de notre premier séjour à new york en 2011. On prend des burgers avec frites maisons et colslaw, puis on rentre se coucher.

NY2012 9

NY2012 10

Le lendemain, on attaque les choses sérieuses! Le matin on retourne dans le nord à pied. On se sent plutot en forme après la nuit ultra longue qu’on a passé. Nous remontons à pied un sacré bout de chemin pour finir en métro à Harlem. Passage à Mornigside park et ses escaliers pour retomber sur Amsterdam avenue pour un brunch bien mérité chez the Kitchenette, après plus de deux heures de marche.

Ensuite on remonte Amsterdam avenue pour passer par le campus de Columbia qui est assez impressionnant puis redescente vers central park pour faire une longue promenade et rencontrer des écureuils qui adorent prendre la pose quand ils voient les appareils photos dégainés!

NY2012 19

On se lance dans une très longue marche pour se rendre à la high line dans le Meatpacking district pour découvrir qu’elle est fermée pour cause de passage de sandy mais la balade ne fut pas inutile, car à NY on découvre toujours quelque chose.

ny 2012 A

NY2012 7 Lire la suite

Hapiness therapy (silver lining playbook)

A shot at a silver lining

de David O Russell

Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert de Niro, Jacki Weaver

4/5

Untitled 1

Pat Solitano vient de sortir d’hôpital psychiatrique après 8 mois enfermé sur décision judiciaire. Il a perdu sa femme, son job, sa maison et doit retourner vivre chez ses parents, entre un père superstitieux qui est obsédé par l’équipe de foot de Philadelphie et une mère au petit soin. Pat n’a qu’une obsession, récupérer sa femme, persuadé qu’elle l’aime toujours. A un diner organiser par son meilleur ami, il rencontre sa belle soeur, Tiffany, qui elle aussi est passée par de gros problèmes psychiatriques après la mort de son mari. A cause d’une restriction judiciaire, Pat n’a pas le droit d’approcher son ex femme, mais Tiffany fait partie de ses amies, elle décide de l’aider à lui transmettre des messages et en échange, Pat doit aussi lui rendre service.

Happiness Therapy : photo Bradley Cooper, Jennifer Lawrence

Honnêtement je ne pensais pas aimé autant en allant le voir, parce que la bande annonce ne m’avait pas trop marquée. J’aurais presque pu le considéré comme un coup de cœur mais pas entièrement tout de même. Le film contient quelques défauts, il n’est pas parfait, mais l’ensemble est très réussie, ce fut un plaisir de revoir Robert de Niro en forme, dans le rôle d’un père passionné par l’équipe de foot locale les Eagles, persuadé que si son fils regarde le match avec lui, son équipe gagne, j’ai aimé ce père pudique qui ne sait pas comment montrer à son fils qu’il l’aime et qui ne sait pas trop comment l’aider à surmonter sa dépression mais aussi ses problèmes psychiatriques. J’ai aussi beaucoup aimé la mère, compréhensive et patiente. J’ai apprécié voir un couple parent d’un fils d’une trentaine d’années, sans avoir l’air de n’avoir que la quarantaine, j’ai trouvé la famille Solitano très crédible et surtout très attachante.

Happiness Therapy : photo Bradley Cooper, Robert De Niro

Happiness Therapy : photo Bradley Cooper, Jacki Weaver, Robert De Niro

Happiness Therapy : photo

Quant à Bradley Cooper et Jennifer Lawrence ils forment un duo sympathique, plein de charme par moment, mais surtout très drôle. Le film possède ses moments d’émotion et parfois de dureté (Pat est tout de même diagnostiquer bi polaire, et donc n’a pas un comportement toujours rationnel et doit faire attention tous les jours à ses emportements) mais c’est tout de même surtout une comédie. J’ai véritablement ri de bon cœur plus d’une fois et la scène finale de danse lors d’une compétition professionnelle est hilarante, ça fait longtemps que je n’avais pas eu de vrai fou rire à me tordre le ventre, dans une salle de cinéma.

Happiness Therapy : photo Robert De Niro

Happiness Therapy : photo Bradley Cooper, Jennifer Lawrence

En bref, un film qui fait du bien sur la recherche du bonheur, la reconstruction, des personnages attachants qui essaient de ne pas sombrer dans le négatif, et un mélange de scènes émouvantes et hilarantes, parfaitement équilibré. Et en bonus Bradley Cooper en costard à vraiment la classe!  J’ai passé un excellent moment!