London en février

Comme souvent en février, je suis partie passer quelques jours à Londres. La capitale anglaise me manquait! Je pars donc un jeudi matin seule, une amie doit me rejoindre vendredi en fin d’après midi. J’arrive en fin de matinée à Londres et je passe d’abord par notre hôtel pour me débarrasser de ma valise. Pour ne pas payer trop cher tout en ayant un confort appréciable, j’ai choisi de m’éloigner du centre. D’habitude je loge plutôt à Greenwich ou canary wharf, mais les tarifs pour mes dates ne correspondaient pas à ma bourse! je trouve finalement un hôtel dans le nord de la capitale, dans le quartier de cricklewood, à l’ouest de Hampstead. Je ne connais pas du tout ce coin. L’hôtel est top, chambre spacieuse, pas de bruit, bien chauffée, télévision, grande salle de bain avec baignoire et il y a même une piscine, dommage que je n’ai pas eu le temps de la tester.

Petit message du métro londonien

La chambre nous a couter 80€ la nuit soit 40€ par personne et par nuit. En contrepartie, l’hôtel se situe à 15 minutes à pied de la station de métro la plus proche, et une fois dans le métro il faut compter une dizaine de minute pour arriver à green park en plein centre de Londres. Pour certains c’est beaucoup, pour ma part, je trouve ça correct. Surtout que en face de l’hôtel, 5 bus passent devant et nous ramènent jusqu’à la station de métro, autant vous dire que je n’ai jamais attendu plus d’une minute un bus, même le dimanche et même tard le soir.

 

Pour le premier jour je suis donc seule. Après avoir déjeuner, je me rends à The sting, un magasin de fringues que j’aime beaucoup à Piccadilly et je profite de quelques articles soldés pour faire mes premiers achats.

   

Balade sur Queen walk, southwark

Il fait très beau à Londres mais il fait aussi très froid. Ce jeudi, les températures étaient encore supportables. Je décide de me balader de Waterloo jusqu’à tower hill à pied, en remontant la queen walk, un parcours piéton qui longe le coté sud de la tamise et qui passe par le hms Belfast, la tate modern, Shakespeare globe, la gallery Hays que je ne connaissais pas, la mairie de Londres, southwark cathedral, et le borough market.

 

 

Gallery Hays

Je croise des enfants qui s’amusent dans les bulles de savon produites par un vendeur ambulant, un sculpteur de sable qui lance des défis aux passants, des plages de sables fins en plein cœur de Londres, du street art représentant Shakespeare éclairé par le soleil d’hiver, des ruines médiévales, je découvre l’histoire de Mary Overie et enfin je termine ma course au borough market, ce fameux marché couvert qui est hélas toujours fermé quand je m’y rends!

La légende de Mary Overie

 

Cette fois ci l’activité bat son plein. Je me balade entre les étales, les fruits et légumes, la viande, le miel, les bières, les fleurs, l’artisanat, un stand de pâte à tartiner artisanal, des restaurants, des stands de street food en tout genre. On croise des gens qui mangent des moules en marchant, d’autre qui avalent des huitres entre deux gorgées de champagne assis sur le rebord d’un muret. ça sent bon, certaines choses me font de l’œil, je me contente d’acheter un croissant dans une boulangerie dont j’avais entendu du bien pour le petit déjeuner du lendemain. J’ai beaucoup aimé ma balade, on découvre beaucoup de choses très différentes qui représentent Londres, et finir par le borough market est un beau bonus, j’ai beaucoup aimé le coin, c ‘est animé, vivant…après tout ça, je fais l’effort de traverser le tower bridge à pied sous un vent glacial et je trouve refuge dans un pub où j’ai mes habitudes pour boire une bonne limonade avec vu sur la tower hill et tower bridge. Je ne dors pas beaucoup car je regarderais le soir les JO de Pyeongchang, comme c’est le cas depuis une dizaine de jours!

 

Street art près du Borough market

Borough market

Vendredi, encore une belle journée, mais encore plus froide que la veille! Je me rends directement à Golden greers, un grand parc qui jouxte celui plus connu de hampstead health. J’avais déjà visiter une partie du parc golden greers il y a quelques années, j’avais pu y voir la pergola, un magnifique endroit fleuri. Je vous le conseille, on se repose du bruit et de la foule de Londres, et même en plein été il n’y a jamais personne! cette fois ci, je me rends de l’autre coté du parc, pour voir les daims et quelques autres animaux. C’est calme, tranquille, je descend aux water gardens et je tombe sur des petits coin d’eau gelé sur lesquels les canards atterrissent et font du patins à glace avec leurs palmes. Un rouge gorge pas farouche se pose pas loin de moi et me chante quelques chansons. Il y a de jolie coin dans ce parc qui doivent être magnifiques au printemps. Pour l’heure, on peut y voir seulement les jonquilles, les perce neige, des camélias.

Golders green park

Je reprend le bus pour quelques minutes de route pour me rendre au brew café qui se trouve à coté de la kenwood house. Je n’y fais pas un tour, car je sais que mon amie veut la visiter le lendemain. Je me contente de faire une pause gouter, victoria sponge cake, scone et café. Hélas, pour l’après midi, les nuages sont de retour, du coup je me réfugie sur tottenham pour faire un tour plus long que prévu au primark. Je trouve pas mal de chose à acheter. Je ferais quelques boutiques supplémentaires par curiosité mais je n’achète rien d’autre. Il est presque 16h quand j’arrive à l’hôtel pour déposer mes affaires. Au départ, je n’étais sensée y rester que quelques minutes, mais entre le froid dehors, la fatigue et le fait que je dois retrouver mon amie vers 19h, je me repose un peu à l’hôtel. Le soir, une fois mon amie récupérée venue tout droit de l’aéroport, on file diner.

Golden greers park

Samedi, le beau temps est revenu, pas un nuage dans le ciel! mais il fait encore plus froid que les jours précédents. Pour commencer, on file au pub du coin à cinq minute de l’hôtel, pour prendre un english breakfast, les fameux beans, toast, œufs, galette de pomme de terre…On part ensuite visiter la kenwood house. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai visité cette maison, je ne m’en lasse pas. J’aime tout, les grandes pièces, la bibliothèque, les objets d’art dont une horloge qui indique l’heure depuis le 18e siècle et dont on peut voir les mécanismes, les anecdotes sur les membres de la famille qui ont habité les lieux, les tableaux très intéressants dont un autoportrait de Rembrandt. J’aime la lumière et la tranquillité des lieux. On a droit à une discussion très sympathique avec l’un des guides, puis à un cour sur la signification de certains tableaux, dont on aurait jamais deviné le véritable message!

Kenwood house

Highgate cemetary

On fait un crochet à Highgate pour faire un tour au highgate east cemetary. Je l’ai déjà visité deux fois, mon amie était intéressée par le voir et moi pas contre à l’idée d’y retourner. J’en profite pour m’arrêter devant la tombe d’un de mes auteurs favoris, Douglas Adams. On repart dans le centre en bus, pour admirer le paysage. On file sur oxford street pour visiter la Wallace collection. Une ancienne maison transformée en musée, cet endroit aussi me plait toujours autant, on peut y admirer des tableaux de Delacroix, puis on fait un peu de shopping avant d’aller diner tôt à Arabica, à coté du borough market. Comme nous ne sommes que deux et qu’il est tôt, on réussi à avoir une table à condition d’être partie dans moins d’une heure. ça nous arrange car nous avons une pièce de théâtre à 19h30 et il nous faut encore repasser par l’hôtel pour chercher les tickets de théâtre et déposer nos affaires. L’inconvénient c’est que je ne pourrais pas choisir le plat qui me tentait le plus, car le temps de cuisson nous aurait fait partir trop tard. Je mange une sorte de galette à la viande hachée, bonne mais trop pimentée pour moi! une salade de concombre au yaourt, et une assiette de houmous. On se dépêche de repasser par l’hôtel. On arrive juste juste, le temps de s’assoir. On va voir The mouse trap, d’Agatha Christie, pièce qui se joue depuis des années à Londres. J’ai bien aimé le décor, les tenues et l’ambiance des années 40/50, les acteurs, et les touches d’humour, mais j’ai aussi trouvé parfois certaines scènes longuettes. J’ai été déçu de découvrir l’identité de l’assassin avant même l’entracte, et la fin de la pièce est un peu bâclée. Bref, je suis mitigée à la sortie du théâtre. On finit la soirée au pub jusqu’à la dernière cloche du barman, et on reprend le métro avant sa fermeture.

Chinatown

Carrot cake à l’ETO café, sur Wardour street

Dimanche, on est un peu crevé! encore un très beau temps, encore un froid sibérien. Pour notre dernière matinée on se rend à covent garden, on se promène dans chinatown, on remonte jusqu’à wardour street pour déjeuner à l’Eto café. On partage une assiette salée, délicieuse, composée de halloumi grillé, de tomates cerises, de caviar d’aubergine, de concombre au yaourt, de galette aux graines de cumin, houmous, œuf coulant, délicieux. On finit par un carrot cake et une limonade maison. On repart vers piccadilly et il  est déjà temps de se rendre à saint pancras. J’ai comme à chaque fois adoré mes quelques jours à Londres, l’atmosphère, les différents quartiers, toujours quelque chose à découvrir, à voir, et puis les londoniens, toujours aussi agréables, amicaux, j’ai adoré discuter avec eux, le guide à la kenwood house, le faiseur de bulles de savon à southwark, la vendeuse de pâte à tartiner maison du borough market, ou encore la sympathique dame dans le bus avec qui ont a bien ri! à la prochaine london!

Happy birthday to me!

Et voila, le mois dernier j’ai eu un an de plus! Un peu plus vieille depuis quelques jours donc …comme souvent le jour de mon anniversaire , je ne suis pas allée bosser pour mon anniversaire. Après une grasse matinée je suis allée sur Paris malgré la neige et les problèmes de transports. Direction la station de métro Quatre septembre dans le quartier coréen pour déguster un kebab qui me fait de l’œil depuis quelque temps, mais qui est toujours fermé quand je passe devant, j’ai nommé Grillé, l’un des nombreux kebab de Paris dit “de luxe”.  De luxe, parce que le prix, 10€ pour un kebab sans les frites c’est cher, mais le pain est délicieux et fait sur place, la viande n’a aucun morceau de gras ou de cartilage, la sauce est faite à base de tahina et d’aubergine, c’est délicieux et vraiment léger, pas gras pour un sou, oublier les idées reçues qui vous viennent à l’esprit quand on vous dit kebab!

  

Nous avons gouté les frites aussi, très bonnes, pas grasses (enfin un peu quand même ça reste des frites), un peu trop salé à mon gout. Le kebab et les frites, c’est 13€ c’est pas donné et je n’irais donc pas tous les jours, mais au vue de la qualité des ingrédients ça se comprend.

Bien sur qui dit anniversaire dit gâteau. Au départ, j’étais partante pour aller chez Yann Couvreur que j’ai déjà testé plusieurs fois, mais je n’avais pas envie de faire des détours en métro, surtout avec la météo du jour, les problèmes de transports et les trottoirs hyper glissants. Alors on pousse plutôt la porte d’à coté! juste collé à Grillé, il y a Aki café. J’ai déjà été plusieurs fois y prendre un petit gouter, et c’est une adresse que j’apprécie beaucoup. D’abord il y a toujours de la place pour s’assoir, on y est bien installé et puis surtout la carte est pas mal. Les pâtisseries sont toutes légères, peu sucrées, très digestes, et les cafés et thés sont très bons. La dernière fois j’avais gouté l’infusion au yuzu, délicieuse, cette fois ci je prend un café long et comme pâtisserie un mont blanc. J’hésite toujours à tester les mont blancs parce que souvent c’est un peu trop sucrés et vite écœurant mais chez Aki ce n’est pas du tout le cas. La pâtisserie est peu sucrée, légère, je ne me sens pas du tout écœurée, un délice!

Pour digérer direction mon quartier favori, bercy. Je savais que le parc de bercy serait fermé à cause de la neige mais je sais aussi qu’on peut l’admirer facilement à travers les grilles et surtout en montant sur la passerelle qui longe le parc, j’avais pu faire de très belles photos du parc sous la neige il y a deux ans. On se balade donc sur la passerelle, les escaliers ont été en partie dégagés de la neige et de la glace et on peut marcher dans la poudreuse, c’est très agréable!

Voilà, petite journée, on préfère rentrer tôt pour éviter l’heure de pointe dans les transports; j’ai tout de même été gâté avec de chouettes cadeaux!

Le prétexte de l’anniversaire a tenu quasiment toute la semaine. En plus de mon mercredi bien rempli, j’ai fait un passage chez Karamel, un salon de thé que j’aime beaucoup près des invalides, où j’ai pu manger un chou à la noisette et un thé.

Et le dimanche, j’ai eu droit au mille feuille de chez KL, le salon de thé de Kévin Lacote, un pure délice, léger aérien, le feuilletage est bien doré, la crème à la vanille très peu sucrée, compensée par un peu de sucre glace sur une moitié de feuilletage et quelques touches de caramel.

Pause gourmande à l’hotel Le Meurice

Il y a quelques jours, en une après midi automnale, je suis partie accompagnée pour prendre le thé au Meurice. Nous avions le choix entre prendre une pâtisserie avec une boisson chaude, ou bien prendre la formule classique de l’afternoon tea. Bien accueillies, bien installées dans le salon de thé Le Dali, dans un décor épuré et confortable, aux lumières tamisées, en ce milieu d’après midi, il n’y a quasiment personne, les autres clients du jour arriveront beaucoup plus tard.

meurice9 meurice5

On choisit l’éclair au caramel beurre salé, et la noisette. Je demande avant les détails de cette pâtisserie au nom assez sommaire, quand même, et le serveur m’annonce que c’est une mousse noisette, dacquoise et je ne sais plus quoi, renfermé dans sa coquille. On nous apporte d’abord nos boissons, chocolat chaud Alain Ducasse et thé jasmin.

Contrairement à la carte du Shangri la, que j’avais testé, le choix des thés est assez limité, du coup, j’ai préféré gouter au chocolat chaud. Personnellement j’ai beaucoup aimé. Un peu trop épais, on sent étonnamment la force du chocolat noir corsé, il a presque un arrière gout fruité, il est fort, et très peu sucré. Je connais pas mal de monde qui n’aurait pas apprécié (et aurait surement vidé la sucrière dans la tasse) mais moi j’ai bien aimé, même si ce n’est pas mon préféré.

meurice 4 meurice1 meurice 2

Nos pâtisseries arrivent. Au début, je trouvais les proportions dans l’assiette, un peu petites, mais après l’avoir mangé, je me suis rendu compte que c’était plus que suffisant. Alors est ce que les pâtisseries valaient leur prix d’ors? et bien je dois dire que oui quand même!

L’éclair caramel est une perfection. Le chou avec son glaçage extérieur est fondant dedans croustillant dehors, et fourré avec une crème légère au caramel, avec en son cœur du caramel fondant.

meurice7

La noisette est tout simplement une très fine coque en forme de noisette, avec des feuilles de fin chocolat. Avec le couteau je tapote légèrement la très fine coque qui libère la crème et la dacquoise à la noisette, un vrai délice, on sent vraiment la noisette, c’est juste délicieux, sublime, et le dessert est très frais, un pure délice!

meurice11 meurice 10

Le service est impeccable lui aussi, les serveurs sont à l’écoute, à disposition, très aimable. On restera un bon moment calées dans nos fauteuils confortables avant de reprendre la route vers la concorde le temps de voir les dernières lumières d’un jolie couché du soleil.

Semaine gourmande

Durant les vacances d’automne, n’étant pas parti du tout, j’ai eu le temps de faire pas mal de choses sur Paris, en particulier gouter quelques bonnes petites choses! j’ai accueilli pour quelques jours une amie bruxelloise, et on en a profiter pour tester certaines adresses.

automne5 automne4 automne3 automne2

Pas de photo du boeuf ou des gyozas, mais saumon, coquilles saint jacques, maki et sushis.

Avec une amie parisienne, sur ses conseils, nous nous sommes rendu au restaurant japonais Ayako, métro Gaité. Le restaurant fait teppanyaki (le cuisinier qui cuisine tout sur une plaque chauffante, et fait le show devant les clients), mais comme nous n’avions pas réservé, on s’installe à une table, tranquillement. On a quand même une bonne vue sur la table de cuisson, et nos aliments passeront quand même sur cette fameuse plaque. On commande en entrée des gyozas de poulet, juste délicieux, puis des maki au saumons, compris dans notre menu, accompagné d’une toute petite salade japonaise, fraiche et délicieuse. En plat principal ce sera bœuf au champignon pour l’une, saumon pour moi et coquille saint jacques pour la troisième, chaque plat est accompagné de riz et de légumes sautés (courgettes, pousse de soja, carottes), c’est délicieux, le bœuf fond dans la bouche, le saumon est délicieux, tout comme les coquilles saint jacques. Le soja a le gout de noisette. En bonus, le service est impeccable, super aimable et souriant, ce qui est assez rare sur Paris! Et puis j’ai pu boire une limonade japonaise, j’ai jamais pu en trouver lors de mon séjour au Japon (même si j’ai pas trop fait d’effort pour en chercher), la fameuse bouteille où il faut appuyer sur une boule de verre pour ouvrir la bouteille, comme dans de nombreux mangas!

automne1

La fameuse limonade japonaise

Autre adresse très différente, Dédé la frite, près du grand rex! Proposé par une amie parisienne de ma copine belge, au départ le nom m’a fait rire, sans m’inspirer confiance, mais au final c’était pas mal du tout. La spécialité des lieux c’est les frites bien sur, et heureusement elles sont justes délicieuses, comme je les aime, rien à redire! Avec les frites, on prend des tartines mozza aubergine, pas mal, rien de transcendant, j’y retournerais bien mais juste pour manger une grande barquette de leurs frites.

Au marché d’Aligre, on peut manger des choses délicieuses et pas chères du tout. Une sorte de petite cantine dans lesquelles j’ai mes habitudes, nous a permis de manger de délicieuses brochettes d’agneau cuites au barbecue, accompagnées de frites fraiches maison. Si la viande et les frites ne vous intéressent pas, ils préparent aussi des plats traditionnels algériens maisons. A signaler, les cinq brochettes et l’assiette de frites accompagnées d’une corbeille de pain sont à 5 euros. Nous avons pris à nous deux 16 brochettes, deux assiettes de frites et deux sodas pour 18euros.

Au HD diner, on a fait une pause milk shake. Cette adresse (hôtel de ville, châtelet les halles, rue rivoli, ou encore saint Michel) est connue pour l’ambiance année 50 à la happy days. La carte c’est essentiellement des burgers, hot dog et bagels. Si les burgers ne sont pas mauvais, ils ne sont en rien exceptionnels et les frites sont encore moins mémorables. Cette fois ci, on fait l’impasse sur les plats, on y est allée pour l’happy hour, un milk shake acheté un offert! et leurs milk shake sont vraiment bons, en particulier celui au beurre de cacahuète, surmonté d’un peu de chantilly.

automne 2

Le burger du comptoir de Brice

Enfin pour finir, on part au marché couvert st Martin près de château d’eau, manger l’un des meilleurs burgers parisien, Au comptoir de Brice. Sa réputation n’est pas usurpée, j’ai été plus qu’emballé par ce burger! On arrive vers 15h, le marché est fermé, et le petit espace du comptoir de Brice déserté, tant mieux pour nous, on a toute la place qu’on veut! La carte est simple, il n’y a qu’un seul type de burger proposé, pain aux céréales délicieux, viande de bœuf tellement tendre que mon couteau n’a rencontré aucune résistance, sauce maison, et oignons caramélisés, un vrai délice! Accompagné de salade et de frites maisons. En dessert, on prend un sablé au chocolat et noisettes, un vrai délice, qui fond dans la bouche. 15 euros le burger frites, c’est un peu cher, mais pour la qualité qu’on a dans l’assiette ça vaut le coup, sans compter qu’on ressort rassasié.

automne 1

Tarte au potiron

Et pour finir, avec une collègue on part manger une petite sucrerie au salon de thé Sugarplum. En plein milieu de la semaine, il n’y a pas grand ce qui n’est pas souvent le cas, les tables étant vides prises. J’en profite pour gouter quelque chose que je ne connais pas du tout, la tarte au potiron avec un peu de chantilly maison pour accompagner. Épicée comme il faut, c’est simple et délicieux, et plutôt légère comme pâtisserie. Pour ceux que ça intéresse, sachez que les thés proposés sont vraiment très bons, en particulier le thé vert lychee/poire.

Si y’en a qui ont d’autres bonnes adresses, notamment salon de thé et restaurant japonais, je suis preneuse!

Ayako

67 rue de l’ouest

14e arrondissement métro Gaité.

Dédé la frite

52 rue notre dame des victoires

2e arrondissement métro grands boulevard

3FC marché d’Aligre

Rue d’Aligre

12e arrondissement métro Ledru Rollin

HD Diner

25 rue de la Reynie

1er arrondissement métro Châtelet les halles

Au comptoir de Brice

33 rue du château d’eau

10e arrondissement, métro château d’eau

Sugarplum

68 rue du cardinal Lemoine

5e arrondissement métro cardinal Lemoine ou métro Place Monge

Josephine, Luxembourg, tea time…

Ce vendredi après midi, je me suis rendu au musée du Luxembourg pour voir l’expo consacré à Jospéphine Bonaparte. Journée particulièrement agréable entre températures fraiches et beau soleil, on traverse le jardin du Luxembourg, pour admirer les parterres de fleurs, tulipes, jacinthe, jonquille, pensées, bleue, orange, jaune, rose, c’était vraiment beau.

j18

j14 j15 j16 j17

Ensuite on se rend à l’expo, et là bonne surprise, pas de file d’attente, pas de grosse foule, et pas trop de monde à l’intérieur. J’ai beaucoup apprécié l’expo, on découvre le personnage de Joséphine, sa jeunesse aux Antilles, son retour à Paris, son premier mariage, son passage en prison, la chance d’échapper de peu à la guillotine contrairement à son mari. Puis sa rencontre avec Bonaparte, sa vie d’impératrice, sa passion pour la botanique et les jardins, pour les collections d’objets d’art, son intérêt pour la musique.

On peut admirer quelques uns de ses bijoux, des tableaux la représentant, dont un des tableaux de Prud’hon habituellement exposé au Louvre.

j13

j1 j2 j3 j4 j5 j6

j7

Coffret à bijoux

j8 j9 j10 j11 j12 j13 j21

Très beau buste en marbre rose de Joséphine

Après l’expo, on s’est baladé, la météo toujours aussi agréable, on descendra le boulevard saint Michel puis on se rendra à madeleine, faire une pause improvisée au Burgundy. J’avais entendu beaucoup de bien de leur afternoon tea, notamment du chariot à pâtisserie à volonté, quoique sur la carte, il n’est indiqué nulle part, l’afternoon tea se composant de sandwiches, d’un thé et d’une seule pâtisserie, leur carte à peut être changé? Quoiqu’il en soit, comme on avait pas prévu d’y passer, ont étaient loin d’être préparés sur le plan des estomacs et de l’appétit, donc on se contente d’un thé et d’une pâtisserie.

j20

j19

Je prendrais un thé troïka, de kusmi tea accompagné d’un saint honoré façon tiramisu et franchement, bof sans plus. Le tiramisu est pas mal, avec sa crème café dans les choux, mais le tout est un peu fade, et pas exceptionnel. Quant au thé, la carte était assez faible, que des kusmi tea pour commencer et le choix est assez limité. Le thé Troïka ne m’a pas laisser un souvenir impérissable, faible en gout lui aussi et peu parfumé. Le service est cependant très agréable tout comme la pièce dans laquelle on se trouve, mais j’ai préféré la luminosité et les couleurs pastelles du shangri la.