3 concerts: Stereophonics, Muse, Muse!

    vlcsnap-2016-04-26-20h17m57s21          J’ai pris du retard sur ce blog, et je n’ai pas eu le temps de vous parler des derniers concerts auxquels j’ai assisté en ce début d’année 2016. Il y a eu tout d’abord Stereophonics à l’olympia, contente de pouvoir les voir, surtout après l’annulation de leur concert il y a trois ans, à cause de la neige qui avait bloqué le groupe à la frontière allemande et j’avais été bien déçue de ne pas pouvoir les voir.

Un mardi soir du mois de janvier donc, direction l’olympia pour voir les gallois Stereophonics. Cette fois ci pas de neige, mais pas trop motivée pour venir tôt non plus. Alors avec une copine, on arrive tranquillement vers 20h30, soit une petite demi-heure avant le début du concert. D’habitude, à cette heure-ci il n’y a plus de problème pour entrer, pas besoin de faire la queue, mais avec les nouvelles mesures de sécurité, il y a encore des embouteillages à l’entrée, sans gravité. Mon sac a été fouillé trois fois, je suis passée au détecteur de métaux deux fois, j’ai été palpé une fois…bon après tout ça on entre dans la fosse assez rassurées, et là c’est assez plein, on est tout au fond, mais je suis rodée en matière de concert, je sais qu’on peut facilement se faufiler et on avance sur plusieurs mètres. La première partie achève leur dernière chanson, et avec les lumières qui se rallument, on avance encore un peu plus et on sera finalement bien placées pour ce concert !

Après une vingtaine de minutes, le groupe entre sur scène, et  là c’est partie pour deux heures non-stop de show. Le chanteur guitariste est infatigable, une vraie machine qui enchaine les titres sans temps morts, quelques mots par ci par là, un clin d’œil fait à la dernière date parisienne qui fut annulée pour cause de neige avant de chanter Sunny, et malgré la chaleur le monsieur n’enlèvera même pas la veste. Tous les gros tubes ou presque y passe, Superman, Maybe tomorrow, Indian summer, Grafitti on the train, Mr writer, Have a nice day, Violins and Tambourines, Sunny, et Dakota pour clôturer. Deux heures d’un très bon show avec un groupe en grande forme, un public de fan, et moi bien contente de les avoir enfin vus en live !

Le retour fut plus compliqué avec des trains qui ne vont pas jusqu’au bout, des bus de remplacements avec un chauffeur qui ne connait absolument pas le trajet, et une passagère qui sortira son téléphone portable GPS pour guider le chauffeur, on aura tout vu…

vlcsnap-2016-04-26-20h38m38s144

Autre concert, autre mois, mon groupe favoris Muse a commencé une nouvelle tournée (nouvel album oblige), en février dernier. Alors bien sur, hors de question de rater ça! La tournée commence à Paris pour 6 dates différentes, ce qui aurait pu être géniale, mais le souci c’est que durant ces dates là, j’étais en Nouvelle Zélande, on peut pas tout faire! Du coup, bien sur, je me suis rabattue vers nos voisins les plus proches, les belges, d’autant que je garde de très bons souvenirs de mes concerts belges!

vlcsnap-2016-04-26-20h38m29s54

museb5

Pour une fois, les concerts sont programmés en week end, mais le problème c’est qu’il s’agit du week end qui suit directement mon retour de voyage. Je suis donc un peu crevée, mais hors de question de ne pas y aller. Samedi matin, tôt, je prends le thalys pour Bruxelles. Je retrouve ma copine bruxelloise, qui m’hébergera chez elle, on part déjeuner puis on se rend au Paleis 12, la salle de concert. En Belgique c’est quand même le gros bordel, les gens pour la fosse font la queue depuis le matin à deux endroits opposés de la salle, la porte 0 et la porte 1. Le souci, c’est que devant la salle 1 il y a une foule énorme qui attends, alors que à l’opposé de là, devant la porte 0 il n’y a presque personne. Nous personnellement, on n’avait pas envie d’attendre dehors toute la journée, alors on arrive vers 17h devant la porte 0 alors que nos billets indiquent la porte 1, le vigile nous dit que c’est bon, que c’est pas grave, et du coup, après une heure d’attente, on entre dans la salle, et on se retrouve à la barrière. Bon, après il faut relativiser, c’est la barrière mais de manière assez excentrée, car la scène est centrale pour cette tournée, la foule entoure donc le groupe, et nous nous trouvons sur la barrière de l’avancée de la scène et non sur la scène centrale, mais vu l’heure à laquelle on est arrivée, c’est déjà très bien!

vlcsnap-2016-04-26-20h23m11s89

Après une première partie qui ne me laisse aucun souvenirs particuliers, le show commence à 21h. J’aime bien le dernier album, bien au dessus du précédent the 2nd law, mais c’est pas l’extase non plus. Ceci dit, le concert de ce samedi soir commence bien, avec Plug in baby, hysteria, the handler. Mais ensuite, c’est vraiment la déception, resistance, supermassive black hole, starlight et surtout l’enchainement qui m’a achevé, madness + undisclosed desire…et pour nous réveiller de cet enchainement malheureux, on a droit à Revolt, alors que je m’attendais à entendre Reapers, ma chouchoute du nouvel album. Je passe les détails, mais en plus d’une setlist vraiment malheureuse et molle, le public était lui aussi particulièrement éteint. Alors bien sur, setlist pas folichonne ne peut pas donner naissance à une ambiance de feu, mais on réalise qu’en réalité, nous sommes entouré de gens privilégiés clients ou employés de la banque ING, qui leur a offert des pass avec entrée prioritaire pour le concert. Du coup, à la barrière, au lieu d’être entourée de véritables fans, ce sont des spectateurs touristes qui ne connaissent quasi rien du groupe. C’est assez déçue que je ressors donc, d’autant que étant à la barrière, je m’attendais à ce qu’il y ait plus d’action, plus d’énergie, mais là, je suis ressortie aussi propre qu’en entrant. On retrouve d’ailleurs certains de nos amis fan qui ressentent tous la même frustration, je crois que j’ai jamais vu ça depuis que j’assiste à des concerts de Muse. Heureusement, je finis la soirée avec des amis belges que je suis bien contente de retrouver!

vlcsnap-2016-04-26-20h19m49s116

vlcsnap-2016-04-26-20h17m47s183 - Copie

Le lendemain, on se lève tranquillement, on part déjeuner avec une copine, puis on repart pour le paleis 12, assister à la seconde date belge de la tournée. On a meilleurs espoirs de vivre un meilleur concert, puisque à Paris j’avais entendu dire que le premier soir avait été décevant, mais que les cinq dates suivantes étaient magiques. On fait comme la veille, on se place en porte 0 vers 17h, il y a encore moins de monde que le samedi soir, on sera d’ailleurs bien mieux placées que la veille, avec une vue imprenable sur la scène centrale. Pour résumer, le concert était géniale, on a eu droit à Reapers ma préférée du dernier album et on a droit à une très bonne setllist cette fois ci, avec Bliss, Map of problematique, Stockholm syndrome, Apocalypse please, Take a bow, bref on a pas à se plaindre! Même le trio anglais sur scène à l’air de prendre beaucoup plus de plaisir que le samedi soir, rien à voir.

 vlcsnap-2016-04-26-20h23m11s89  museb7

Par contre, coté public, même problème que la veille, on comprend vite qu’on est entouré de gens qui sont venus parce qu’ils ont eu des invitations, et qu’ils sont tout devant parce qu’ils ont eu le privilège d’entrée avant tout le monde. Donc autour de moi, c’est mou, c’est triste, heureusement, ça ne m’empêche pas de m’exciter toute seule et de me défouler. En générale à la barrière c’est plutôt la guerre, mais là c’est le calme plat, on se croirait presque à un concert de musique classique. Enfin, j’en ai profité quand même pleinement, c’est l’essentiel! Le soir ma copine me dépose devant mon hôtel face à la gare du midi, car le lendemain c’est lundi, je bosse, et j’ai donc prévu de prendre le premier thalys du jour qui démarre à 6h13. Autant vous dire que le réveil fut rude, j’ai pas beaucoup dormi et le fait d’être rentrée de Nouvelle Zélande cinq jours plus tôt n’arrange pas les choses! Mais ça valait quand même le coup bien sur!

Royal blood à l’olympia

Salle de concert parisienne mythique, je n’ai jamais été déçu des concerts que j’ai pu voir à l’Olympia! Mardi 17 mars jouait Royal Blood, un groupe de rock anglais tout récent, qui ont sortie leur premier album en aout dernier. C’est une de mes amies qui m’a parler de ce groupe qui s’est vite fait connaitre, avec quelques passages télé en France, et pourtant le groupe s’est formé qu’en 2013!

 rb9

J’écoute leur premier album depuis la sortie en aout dernier, et j’adore! pour un premier album, y’a rien à jeter, même les b sides sont excellentes. Je rejoint une amie qui vient découvrir le groupe, en milieu d’après midi et on file s’installer à Costa pour boire un café et manger quelques pâtisseries achetées plus tôt chez Laurent Duchene, meilleur ouvrier de France, puis on retrouve un de mes cousins venu voir par curiosité ce groupe qu’il ne connait pas et direction l’Olympia, où mon amie qui m’a fait connaitre le groupe nous attend dans la file. En arrivant vers 18h, on ne vise évidemment pas la barrière, surtout qu’il y a un gros groupe de fan devant, arrivée au alentour de 11h du matin d’après une de nos connaissances. 45 minutes plus tard on entre tranquillement dans l’Olympia, sans se presser, ça nous change du concert de Muse dans la même salle, quelques années plus tôt, qui avait été bien violente!

rb10

rb8

Finalement, comme la plupart des gens préfère rester au centre de la scène, on a pu facilement s’installer à la barrière sur le coté. La première partie est assurée par Mini Mansions, groupe composé entre autre du bassiste des Queens of the stone age, c’est pas mal, une ou deux chansons sortent du lot, c’est tout de même des titres qui s’écoutent très bien chez soi, mais qui sont un peu lentes sur scènes.

rb3 rb2

rb5

Quant à Royal blood, ça m’a énormément plut! Du vrai rock anglais, puissant, remuant, énergique, ils ne sont que deux sur scène mais font un boucan pas possible! Le batteur à la droite de la scène, le chanteur bassiste au centre. Les chansons de l’album rendent encore mieux en live, les B sides sont aussi jouées, pas de temps morts, pas de baisse de régime, l’Olympia est remplie à craqué, et une horde d’anglais torses nus et sac à dos, sont là pour mettre le feu, à se faire sortir toutes les cinq minutes par les vigiles pour mieux revenir, et hurler entre chaque chansons “royal, royal, royal fucking blood”, bref, motivés et énergiques les english!

rb7 rb11

rb4

Le groupe est aussi assez communicatif avec son public et ça fait plaisir on s’en qu’ils sont très content d’être là et ils ont de quoi, ils n’ont qu’un peu  plus d’un an d’existence et ils jouent déjà dans un Olympia complet. Environ 1h10 de concert, on ne s’attendait pas à plus vu qu’ils n’ont qu’un seul album à leur actif. Pour mon premier concert de l’année, c’est du très très bon! Et ça m’avait vraiment manqué les concerts, rien depuis le mois d’octobre dernier, (excepté Black keys qui était au programme mais qui ont annulé leur tournée), vivement le prochain, j’en ai déjà certains de programmés!

Jack White à l’olympia

g1

Dimanche, direction l’olympia pour voir Jack White, présent sur Paris pour deux dates complètes, dimanche et lundi soir. Donc dimanche après midi, je me rends tranquillement à l’olympia retrouver deux amis. J’arrive vers 16h, et on attends devant la salle, entre pluie et éclaircies, et des températures plutôt douces. Vers 17h45 les portes s’ouvrent, et on prend place calmement à la barrière tout devant, sur la droite. Comme nous sommes dimanche, le concert commence plus tôt que d’habitude, et à 20h, la première partie font leur entrée, du métal/rock avec un chanteur torse nu, un batteur et un bassiste au look d”Harry Potter, qui nous fait du saxo sur la dernière chanson, un technicien venant prendre sa place à la basse.

Ce qui est très énervant avec les américains, c’est que tout est réglé et codifié, c’est très différent des anglais, et comme pour Prince le mois dernier, on a droit à certains musiciens qui viennent sur scène pendant la pause, pour nous faire tout un discours bien gnangnan, sur l’intérêt pour Jack White d’entrer en communion avec son public, de pouvoir nous voir yeux dans les yeux, et que pour ça se serait bien qu’on ne filme pas et qu’on ne prenne rien en photo.Pffff, le même discours ringard pour nous dire simplement, que les vidéos et photos sont interdites. Peut être que ce genre de discours marchent aux États Unis, mais surement pas en France. Bref, encore une fois ce sera un concert sans photo, donc. Je ne comprend pas cette interdiction, les billets de concert sont déjà vraiment cher, et aux prix qu’on paye on pourrait avoir le droit de prendre quelques photos, et garder un petit souvenir…J’espère que ce n’est pas une pratique qui se répandra en dehors des frontière US. ( fin du coup de gueule).

Jack white donc,  vient nous présenter entre autre son nouvel album solo, Lazaretto. On a donc droit à quelques nouveaux titres, comme Lazaretto, Three women, High ball stepper, mais aussi pas mal de titres des White stripes, ce qui me va plus que bien, puisque j’ai une très nette préférence pour les chansons des White stripes, comme surtout Astro, Icky thump, ou encore la célèbre Seven nation army, qui embrase l’olympia.

On retrouve toutes les influences musicales qui ont façonnées Jack White, du rock pure, certaines choses qui me fait penser à Beastie boys, ou encore la country, que l’on retrouve bien présente dans certaines chansons (qui ne sont pas du tout mes préférées!). On retrouve aussi ce coté Jazz, notamment avec ces musiciens qui l’accompagne. Jack White c’est surtout un très bon guitariste, mais il est accompagné d’un excellent batteur, un bassiste, une violoncelliste avec qui j’échangerais un grand et franc sourire, ou encore par un très bon pianiste.

1h45 de concert, qui se termine à 21h40, le soleil n’est pas tout à fait coucher, l’ambiance fut électrique et les fans au rendez vous, comme souvent à l’olympia et dans toutes les petites salles.  Bonne soirée qui se commence et se termine plus tôt que d’habitude, ce qui est très agréable quand on doit se lever tôt le lendemain!

The lumineers à l’olympia

Lundi soir (enfin, de la semaine précédente…), The lumineers passait à l’olympia. Ce groupe américain ne possède qu’un album à leur actif, mais la fameuse chanson Ho Hey, à fait le tour de la télé, dans les séries, dans les pubs, le clip est passé des centaines de fois à la télé. Le reste de l’album n’est pas en reste, et certaines chansons sont vraiment excellentes.

lumineers 2 lumineers  lumineers4

On arrive sans se presser, la première partie est sur le point de finir leur dernière chansons. Dans la fosse, il y a déjà du monde, on se faufile sur le coté, avec une bonne vue dégagée sur la scène.

Les membres du groupes prennent places au dessous de jolies lustres installés et c’est parti. La plupart de leurs chansons sont rythmées, joyeuses et entrainantes. La violoncelliste  a aussi une très jolie voix et chantera sur quelques titres. Leur énergie est communicative et le public est fan et participe beaucoup à l’ambiance. Bien sur les choses s’enflamment avec leur titre phrare Ho hey, et tout le public tape du pied en rythme. Le groupe arrêtera la chanson au bout de trente seconde, pour demander aux publics de ne pas filmer, et de profiter à fond du moment. D’ailleurs le groupe sera souvent communicatif durant le show.

lumineers4 lumineers5 lumineers7

lumineers77

J’ai encore plus apprécié le bis, avec le titre Big Parade pour laquelle j’ai un faible. Bien sur, avec un seul album, le concert ne dure pas trop longtemps, environ 1H15 mais ça on s’y attendait, pas de déception je suis contente de les avoir vu sur scène, et dans une salle comme l’olympia, l’une des meilleures salles de concert que j’ai faite, avec une fosse en légère pente, ce qui est bien agréable.