Main Square festival à Arras

Avec la sortie récente de leur nouvel album, Muse à enchainé tout de suite avec de nombreux festivals. Ils ont ainsi changés leurs habitudes qui consistent à une sortie de l’album en septembre, petite salle parisienne pour la promo, suivie d’une tournée en automne en Europe, avant de partir pour l’Asie et l’Amérique. Cette fois ci, ils commencent par une mini tournée en Europe du nord, puis les festivals européen, pas de promo dans une petite salle parisienne, et pas de tournée européenne en automne, saison qui sera consacrée à l’Asie et à l’Amérique du sud.

musearras1

Alors comme ça fait deux ans que je ne les ai pas vu, que c’est mon groupe préféré, et que leur tournée européenne n’est toujours pas annoncé (janvier prochain??), j’ai décidé de prendre ma place pour Main square, à Arras. J’étais déjà allée une fois assister à ce festival, pour voir entre autre Elbow, Arcade fire et Coldplay. Cette fois ci c’est uniquement pour mon groupe chouchou Muse.

musearras4

Vue la chaleur sur Paris ces derniers jours, qui fut insupportable (surtout les nuits), j’étais contente de monter dans le nord. Après deux heures de route à quatre, on se gare dans l’un des nombreux parkings gratuits et on prend la navette, elle aussi gratuite pour nous ramener juste devant l’entrée du festival. Main square est très bien organisé, bien mieux que la fête de l’huma ou rock en seine. Après une pause dans le grand parc en face du festival sur lequel souffle une brise fraiche bienvenue après la canicule parisienne, on entre dans la citadelle d’Arras vers 18h30, on se trouve un coin tranquille à l’ombre, et à 20h, on prend place devant la Main stage.

musearras5

Bien sur, on est samedi, Muse est en tête d’affiche, la journée est complète, il y a donc un monde de fou. On patiente avec Skip the use, toujours aussi énergique, sympathique, entrainant, joyeux, mais dont les petits trucs du chanteur n’ont pas changé en trois ans de tournée.

A 21h45 Muse entre en scène et à l’heure, ce qui est assez rare pour le souligner! Le soleil est quasi couché, il fait beau et une brise légère nous rafraichié, ce qui n’est pas rien quand on se trouve au beau milieu de la foule, avec la chaleur humaine qui vous entoure.

musearras3

Le concert est dans la moyenne. Je vais être impartiale, ce n’est pas mon concert de Muse préféré. J’ai adoré les voir entrer sur scène après deux ans sans les voir une seule fois, ça fait un bien fou! Contente de revoir Matt, Chris et Dom, contente d’entendre en live mes préférées de leur nouvel album, The Handler et Reapers. Mais la setlist ne propose aucune surprise, aucune originalité, exception fait de Apocalypse please, que je n’avais jamais entendu en live, et ça fait énormément plaisir!

musearras11 musearras77

musearras2

Mais le reste de la setlist ne propose aucun autre titre qui sort de leurs habitudes. Contrairement aux setlists des festivals de Werchter en Belgique, ou du concert quelques jours plus tôt à Cologne, nous n’avons pas le droit au cultissime Citizen erased, Fury, ou aux rares Micro cuts, ou Uno. Des titres que j’aurais adoré entendre. A main square, Muse s’est donc contenté du minimum syndicale, ce qui, pour un fan de Muse, est assez frustrant.

musearras7

musearras10

Mais je n’ai pas non plus boudé mon plaisir, confettis, lumière, mise en scène, tout y est, et rien que pour The handler, Reapers, Apocalypse please et surtout ma chouchou Stockholm syndrome sur laquelle je me déchaine à chaque concert, ça valait le coup de faire le déplacement, surtout que j’étais en excellente compagnie! Ce fut une belle soirée, mais je ne peux m’empêcher au vue des dernières tournées et des dernières dates de Muse en France, au vue des setlists, d’avoir l’impression que Muse ne se contente que du minimum en France, ici ils ne prennent jamais de risque, ils ne nous sort aucune surprise, aucune rareté, et ne sortent jamais des sentiers battus. Alors évidemment, les français étant les fans les plus hardcore du groupe, Muse préfère peut être garder son énergie et sortir des choses plus originales que lorsqu’ils sont dans d’autres pays, là où il y a encore des publics à convaincre. Du coup, je pense que lorsqu’ils annonceront leur prochaine tournée européenne, je privilégierais la Belgique, la Hollande, le Luxembourg, ou encore l’Allemagne ou la Suisse, plutôt que de les voir à Londres ou dans d’autres villes françaises.

musearras8

musearras9

Quant aux festivals, celui ci ne fait que confirmer ce que je pensais déjà, les festivals c’est probablement finis pour moi! La foule massive, le peu de chance de s’approcher au plus près de la scène, les probables chaleurs de l’été, et surtout le public des festivals, toujours aussi alcoolisé, et toujours aussi énervant. J’ai croisé des personnes souvent impolis, beaucoup qui ne sont là que par hasard et qui préfèrent discuter, un public mou et peu enthousiaste, bref, on est loin de la cohésion qu’on ressent quand on voit le groupe en salle avec un public qui n’est pas venu parce qu’il a vu la lumière filtrer sous la porte. Mais j’ai beau dire que c’est mon dernier festival, je compte quand même faire rock en seine en aout!

 

La radio de l’été des blogueurs

J’ai été taguer par Cachou et je m’exécute! Le concept est simple, faire un billet musique ou chanson d’un été passé, présent ou futur, d’ajouter une vidéo depuis youtube, et de tagguer d’autres blogueurs. Plus de détails, ici.

L’été n’est pas du tout ma saison préférée, probablement celle que j’aime le moins! Quand je pense à l’été un tube me vient souvent à l’esprit, il me fait penser au soleil et à la chaleur, c’est Put your lights on, tirer de l’album de Santana, Supernatural, qui avait eu un sacré succès à l’époque de sa sortie en 99, notamment avec le titre Maria Maria, qui fait aussi beaucoup penser à l’été. Mais je garde un petit faible pour cet autre titre de l’album, que j’ai très souvent écouté!

Je passe le relais à qui se sent inspirer!

Muse – sortie du 7e album Drones

Parce que l’Angleterre ce n’est pas que les grands auteurs du 19e siècles, les period dramas, les afternoon tea, les cup of tea, et autre scones à la crème, aujourd’hui je vous parle musique, plus précisément de rock avec la sortie du nouvel album de mon groupe favoris Muse.

Muse est un groupe qui m’a toujours beaucoup parlé, depuis Origin of symmetry (2001), leur second album. Mais Muse c’est avant tout un groupe de scène, ils sont bien meilleur en live, toujours, sans exception, ils sont d’ailleurs souvent récompensés pour leurs performances en concert. A mon plus grand regret, je n’ai pas pu les voir en concert avant leur tournée Résistance (2009), leur sixième album donc, pour cause de absence total d’argent! Mon premier concert de Muse date donc de septembre 2009, un concert surprise promotionnel pour la sortie de leur nouvel album, et ce fut une claque monumentale!

Depuis je me suis bien rattrapée, à chaque tournée je ne rate pas une occasion de pouvoir les voir sur scène, à Paris, Bruxelles, Anvers, Nantes, Londres, dans de petites salles, dans de gros complexes, et dans des stades mythiques, j’ai tout fait, me lever aux aurores, faire la queue des heures durant, je les ai vu accroché à la barrière du premier rang en fosse, ou en gradin.

Leur avant dernier album fut un peu une déception, the 2nd law ne m’a pas particulièrement plut, j’ai été assez déçue par la plupart des chansons et par le style trop électro de certains titres. Supremacy, Survival et Unsustainable m’ont plut, et le reste de l’album fut difficile à digérer, même si ça ne m’a pas empêcher de faire un maximum de concerts possibles!

Drones, le 7e album, est sorti lundi. Depuis plusieurs mois maintenant, on peut entendre au compte goutte, certains titres Psycho, Dead Inside, Mercy, Defector…J’ai beaucoup aimé Drones. Muse s’éloigne pas mal de leur envie bizarre de femme enceinte de nous sortir des titres électro foireux pour se concentrer sur un son plus rock, plus guitare, sans pour autant nous sortir des perfections comme à leur bon vieux début. Mais ne vous inquiéter pas, je ne vais pas vous sortir un “c’était mieux avant”, il faut bien qu’un groupe évolue, teste, tente, se lance dans de nouvelles choses.

Drones est donc une bonne surprise comparé à l’album précédent. Certains titres renouent indéniablement avec le son originel qui a fait le succès de Muse à leurs débuts avec The handler et Reapers surtout. The globalist, titre un peu bordélique, nous rappelle aussi le style Muse, avec ces changements de rythmes au beau milieu, et l’hommage à Ennio Morricone en début de titre, ou encore Defector, qui lui aussi nous replonge dans un certain style musien.

Certains titres font fortement penser à du Queen, mais ça c’est pas nouveau, depuis Resistance on peut s’en rendre compte sur plusieurs titres, ça va avec le style grandiloquent et lyrique de Matt Bellamy.

Finalement, il n’y a pas grand chose à jeter dans cet album. Je suis beaucoup moins fan de Dead inside qui fait penser à un titre pop des années 80 modernisé, même si je l’a trouve bien mieux quand je l’écoute en live, et je n’aime pas Mercy.

J’avais fait un classement de mes albums préféré de Muse, mais finalement j’ai abandonné l’idée, mon avis n’arrêtant pas de changer d’un jour sur l’autre. Il faudra surement du temps et un grand nombre d’écoutes, avant de fixer définitivement mon avis sur l’album par rapport aux autres. Reste que mon top 3 ne changera pas:

1- Origin of symmetry (2001)

2- Absolution (2003)

3- Showbiz (1999)

Muse est en pleine tournée des festivals d’été, puis commencera la tournée des salles, mais aux dernières nouvelles, la tournée européenne sera probablement décalée au tout début de l’année 2016 (alors qu’en générale les tournée européennes se déroulent entre Octobre et décembre), je vais devoir patienter pour les voir sur scène!

Dans le cadre du Mois anglais

Royal blood à l’olympia

Salle de concert parisienne mythique, je n’ai jamais été déçu des concerts que j’ai pu voir à l’Olympia! Mardi 17 mars jouait Royal Blood, un groupe de rock anglais tout récent, qui ont sortie leur premier album en aout dernier. C’est une de mes amies qui m’a parler de ce groupe qui s’est vite fait connaitre, avec quelques passages télé en France, et pourtant le groupe s’est formé qu’en 2013!

 rb9

J’écoute leur premier album depuis la sortie en aout dernier, et j’adore! pour un premier album, y’a rien à jeter, même les b sides sont excellentes. Je rejoint une amie qui vient découvrir le groupe, en milieu d’après midi et on file s’installer à Costa pour boire un café et manger quelques pâtisseries achetées plus tôt chez Laurent Duchene, meilleur ouvrier de France, puis on retrouve un de mes cousins venu voir par curiosité ce groupe qu’il ne connait pas et direction l’Olympia, où mon amie qui m’a fait connaitre le groupe nous attend dans la file. En arrivant vers 18h, on ne vise évidemment pas la barrière, surtout qu’il y a un gros groupe de fan devant, arrivée au alentour de 11h du matin d’après une de nos connaissances. 45 minutes plus tard on entre tranquillement dans l’Olympia, sans se presser, ça nous change du concert de Muse dans la même salle, quelques années plus tôt, qui avait été bien violente!

rb10

rb8

Finalement, comme la plupart des gens préfère rester au centre de la scène, on a pu facilement s’installer à la barrière sur le coté. La première partie est assurée par Mini Mansions, groupe composé entre autre du bassiste des Queens of the stone age, c’est pas mal, une ou deux chansons sortent du lot, c’est tout de même des titres qui s’écoutent très bien chez soi, mais qui sont un peu lentes sur scènes.

rb3 rb2

rb5

Quant à Royal blood, ça m’a énormément plut! Du vrai rock anglais, puissant, remuant, énergique, ils ne sont que deux sur scène mais font un boucan pas possible! Le batteur à la droite de la scène, le chanteur bassiste au centre. Les chansons de l’album rendent encore mieux en live, les B sides sont aussi jouées, pas de temps morts, pas de baisse de régime, l’Olympia est remplie à craqué, et une horde d’anglais torses nus et sac à dos, sont là pour mettre le feu, à se faire sortir toutes les cinq minutes par les vigiles pour mieux revenir, et hurler entre chaque chansons “royal, royal, royal fucking blood”, bref, motivés et énergiques les english!

rb7 rb11

rb4

Le groupe est aussi assez communicatif avec son public et ça fait plaisir on s’en qu’ils sont très content d’être là et ils ont de quoi, ils n’ont qu’un peu  plus d’un an d’existence et ils jouent déjà dans un Olympia complet. Environ 1h10 de concert, on ne s’attendait pas à plus vu qu’ils n’ont qu’un seul album à leur actif. Pour mon premier concert de l’année, c’est du très très bon! Et ça m’avait vraiment manqué les concerts, rien depuis le mois d’octobre dernier, (excepté Black keys qui était au programme mais qui ont annulé leur tournée), vivement le prochain, j’en ai déjà certains de programmés!

Kasabian, Bruxelles, Kasabian!

Vendredi soir, direction le zénith de paris, pour voir l’un de mes groupes fétiches. Kasabian reste l’un de mes groupes favoris à voir sur scène. Je n’arrive pas vraiment en soirée, mais plutôt en milieu d’après midi, où je rejoints quelques amis qui sont déjà présent. Je ne le fais pas si souvent, mais pour Kasabian, j’avais très envie d’être à la barrière, au premier rang, et pour ça, il faut payer le prix, celui de rester plusieurs heures dehors à attendre l’ouverture des portes. Heureusement pour nous, il fait frais mais pas froid, et surtout il ne pleut pas.

kasa13 kasa12

Après un peu de stress, une course vers la barrière, je m’écroule à l’une des dernières places, et je défends ma position, à coté d’une fille qui je ne sais pour quelle raison, essaye de m’éjecter de la barrière, probablement pour un ami qui n’est pas arrivé. Mais avec tout l’entrainement que représentent les transports en commun aux heures de pointes, je n’ai même pas besoin de faire un effort pour assoir ma position!

kasa9

La première partie ne vaut pas la peine d’être racontée dans les détails, seulement un groupe un peu métaleux, qui nous chante quasiment 5 chansons identiques, et qui me casse surtout la tête au point de garder les mains sur les oreilles tout du long, c’est à dire une demi heure.

kasa11

Kasabian au zénith de Paris

Seul gros problème de la scène au zénith, ce sont des baffles installées devant la scène, surmonter de mini baffles, qui pose un problème de visibilité. Hautes et poser contre la scène, elles ne permettent pas de voir toute la scène. Du coup, parfaite vu sur Sergio, rien du tout du coté de Tom. Heureusement que ce dernier bouge beaucoup durant son show, j’ai pu le voir à plusieurs reprise.

La setlist est un mélange des anciens titres et du nouvel album, 48:13, Sergio danse comme un boxeur qui rentrerait sur un ring, énergique. 1h45 de pure défoulement, de sauts, de cris, de coup d’œil avec Tom, très souriant, qui joue à cache cache avec la baffle quand il comprend le problème qu’elle pose. J’ai encore une fois adorer les voir en live, un vrai show, toujours une super ambiance, toujours un super concert, j’en sors très contente, même si je n’ai pas eu ma chouchou, ID.

brux3 brux2 brux1

Bruxelles

Le lendemain, samedi, départ gare du nord pour Bruxelles. Le but du week end c’est de revoir mes chers Kasabian à Forest national à Bruxelles, avec mon amie belge qui m’accueille gentiment chez elle. On retrouve un de nos amis et on part d’abord déjeuner à Ellis burger, délicieux burger, délicieux coleslow, et délicieuses frites aussi! On se promène dans le centre pour digérer, puis on passe boire un verre dans un vieux bar locale, qui fait aussi théâtre de marionnettes, et qui abrite deux chats, dont un très vieux matou. On se promène dans le centre, j’achète mes traditionnels chocolats, on visite la cathédrale Gudule, puis on part ensuite pour forest national voir Kasabian. Cette fois ci on ne vise pas la barrière, puisque nous arrivons quelques minutes avant la première partie. On s’installe en gradins, on peut se détendre, partir au toilettes, s’acheter à boire, s’acheter une bonne gaufre, supporter la première partie, accueillir quelques amis venus nous rejoindre, puis enfin profiter du groupe! La setlist est légèrement différente par rapport à la veille. Dans les gradins personne ne bouge, tout le monde reste assis, ce qui est assez surprenant et inhabituel. Dans la fosse l’ambiance est moyenne aussi. Il faudra attendre 4 ou 5 chansons avant de voir le public s’enflammer. Quant à moi, j’attendrais sagement assise jusqu’à Eeez-eh et là plus possible de rester assise, je resterais debout jusqu’au bout à sauter et hurler, un super défouloir géant! super soirée donc, même si n’étant pas à la barrière, je n’ai pas le même contact avec les membres du groupe.

kasa2

kasa7 kasa10 kasa6 kasa5   kasa3

Kasabian au forest national, Bruxelles

Après ça, pour se remettre de nos émotions, retour au centre, chez l’ami d’un ami, qu’on passe chercher et on se rend ensuite dans les rues de Bruxelles à la recherche d’un autre ami, avant de passer la soirée ensemble. Retour dodo vers 3h du matin, et pour m’endormir je me passe le père noël est une ordure, mais je m’endormirais une demi heure après le début…

brux8 brux7 brux5 brux4

Le lac de Genval

brux16 brux15 brux14

Déjeuner au Happy’s

Dimanche, dernier jour du week end, on se lève à 9h, pain perdu au petit déj, puis direction le lac de genval. Hier comme dimanche, il a fait très beau, on en profite pour se balader et faire le tour du lac avant d’aller déjeuner à Happy’s, de veau grillé, pommes de terre et petits légumes, et en dessert, éclair revisité à la meringue au citron. On finira la journée à se promener dans le centre, on passe devant le palais royal, le palais de justice, et il est temps de regagner la gare de Bruxelles midi retour Paris en thalys. Super week end, donc, ça fait du bien de changer d’air même le temps d’un week end, j’étais très contente de revoir certains amis, et les belges sont toujours aussi accueillant, joyeux et gentils, j’y reviens toujours avec plaisir!

Jack White à l’olympia

g1

Dimanche, direction l’olympia pour voir Jack White, présent sur Paris pour deux dates complètes, dimanche et lundi soir. Donc dimanche après midi, je me rends tranquillement à l’olympia retrouver deux amis. J’arrive vers 16h, et on attends devant la salle, entre pluie et éclaircies, et des températures plutôt douces. Vers 17h45 les portes s’ouvrent, et on prend place calmement à la barrière tout devant, sur la droite. Comme nous sommes dimanche, le concert commence plus tôt que d’habitude, et à 20h, la première partie font leur entrée, du métal/rock avec un chanteur torse nu, un batteur et un bassiste au look d”Harry Potter, qui nous fait du saxo sur la dernière chanson, un technicien venant prendre sa place à la basse.

Ce qui est très énervant avec les américains, c’est que tout est réglé et codifié, c’est très différent des anglais, et comme pour Prince le mois dernier, on a droit à certains musiciens qui viennent sur scène pendant la pause, pour nous faire tout un discours bien gnangnan, sur l’intérêt pour Jack White d’entrer en communion avec son public, de pouvoir nous voir yeux dans les yeux, et que pour ça se serait bien qu’on ne filme pas et qu’on ne prenne rien en photo.Pffff, le même discours ringard pour nous dire simplement, que les vidéos et photos sont interdites. Peut être que ce genre de discours marchent aux États Unis, mais surement pas en France. Bref, encore une fois ce sera un concert sans photo, donc. Je ne comprend pas cette interdiction, les billets de concert sont déjà vraiment cher, et aux prix qu’on paye on pourrait avoir le droit de prendre quelques photos, et garder un petit souvenir…J’espère que ce n’est pas une pratique qui se répandra en dehors des frontière US. ( fin du coup de gueule).

Jack white donc,  vient nous présenter entre autre son nouvel album solo, Lazaretto. On a donc droit à quelques nouveaux titres, comme Lazaretto, Three women, High ball stepper, mais aussi pas mal de titres des White stripes, ce qui me va plus que bien, puisque j’ai une très nette préférence pour les chansons des White stripes, comme surtout Astro, Icky thump, ou encore la célèbre Seven nation army, qui embrase l’olympia.

On retrouve toutes les influences musicales qui ont façonnées Jack White, du rock pure, certaines choses qui me fait penser à Beastie boys, ou encore la country, que l’on retrouve bien présente dans certaines chansons (qui ne sont pas du tout mes préférées!). On retrouve aussi ce coté Jazz, notamment avec ces musiciens qui l’accompagne. Jack White c’est surtout un très bon guitariste, mais il est accompagné d’un excellent batteur, un bassiste, une violoncelliste avec qui j’échangerais un grand et franc sourire, ou encore par un très bon pianiste.

1h45 de concert, qui se termine à 21h40, le soleil n’est pas tout à fait coucher, l’ambiance fut électrique et les fans au rendez vous, comme souvent à l’olympia et dans toutes les petites salles.  Bonne soirée qui se commence et se termine plus tôt que d’habitude, ce qui est très agréable quand on doit se lever tôt le lendemain!

Concert de lancement pour Kasabian

J’adore Kasabian, un de mes groupes préférés, leurs concerts sont toujours énormes, alors quand le groupe anglais débarquent à Paris pour un concert exceptionnel, bien évidemment je m’y suis rendu! Exceptionnel parce qu’il s’agit d’un concert de lancement pour leur nouvel album 48:13, qui sortira le 9 juin prochain. Et exceptionnel parce qu’il se déroulait au bataclan, toute petite salle!

kasa1

J’avais déjà pu voir Kasabian à plusieurs reprises, au zénith de Paris, à Lille, à l’o2 de Londres pour le nouvel an, et à Bruxelles, et à chaque fois j’avais adoré! En France, Kasabian n’est pas très connu, mais pour la mise en vente de ce concert là, ce fut limite, tous les billets ont été vendu assez vite, je pense qu’en une heure le concert était affiché complet (et encore une heure, je suis loin du compte). Car si Kasabian n’est pas encore très populaire en France, les anglais les adore, et bien évidemment, pour un concert de lancement, ils ont fait l’effort de traverser la manche et en nombre!

kasa4

Pour cet évènement, une amie belge faisait le déplacement depuis Bruxelles. L’après midi se passe à batailler sévère pour récupérer sa place à la fnac qui nous ont fait un peu la misère, puis déjeuner au HD Diner, de burger et de desserts, même si ce ne sont pas les meilleurs burger de Paris, ils sont quand même pas mal du tout. Puis direction République, et le boulevard Voltaire. Devant le bataclan, il y a déjà pas mal de monde, deux de mes amis font la queue depuis 10h du matin, mais on quand même déjà une bonne dizaine de personnes devant eux.

kasa2

Il est 17h30 quand on prend place dans la file, ouverture des portes à 18h30, une amie et sa sœur nous rejoignent dans la file. Une fois à l’intérieur, on peut encore facilement se positionner au 3e rang derrière la barrière, mais on se rend compte que cette fois ci, on est entouré par des personnes beaucoup plus grandes que nous, et on comprend vite qu’on n’aura pas une bonne visibilité de la scène. On se pose donc sur le coté, contre le mur, où on sera vraiment très bien installées, toute la place qu’il faut pour se défouler, et respirer, et une bonne visibilité de la scène.

 kasa3

On aura droit à 17 titres, dont trois tirés de leur nouvel album et ce que j’ai entendu m’a plut, donc vivement le 9 juin que je puisse l’écouter en entier! Le groupe est en forme, ça fait pratiquement 8 mois qu’ils ne sont pas montés sur scène, le public est en forme aussi, l’ambiance est chaude. Et c’est partie pour entendre des titres de leurs anciens albums quelque peu ré-arrangés.

kasa5

J’ai donc passé une super soirée, comme à chaque fois avec Kasabian, jamais déçue! On a eu droit à certaines de mes préférés en particulier Vlad the impaler, et on finit par le traditionnel Fire, obligatoire pour clôturer un concert de Kasa. On finira la soirée par allée boire un verre, la réhydratation est plus qu’indispensable, l’occasion de revoir des amis venu exprès pour le concert. Le groupe annonce aussi que la date parisienne de leur prochaine tournée est déjà annoncée, ce sera le 7 novembre, (un vendredi ouais!!) pour une mise en vente le 14 mai prochain, j’ai hâte!

the killers

The killers au zénith

Début juin (j’ai mis le temps pour en parler), un lundi soir, j’ai été voir The Killers. Drôle de soir pour un concert, mais ça valait le coup de se fatiguer un peu ! Surtout qu’au départ, je ne devais pas assister à leur concert, programmer en mars dernier et qui fut annulé à cause de « la neige » à paris. Donc, je n’ai pas hésité cette fois à me prendre une place et je regrette pas, j’ai assisté à un super show !

Nous sommes arrivées assez tardivement puisque la première partie chantait sa dernière chanson. Le zénith est déjà assez plein et chose inhabituel, le public est super enthousiaste avec la première partie. Le peu que j’ai entendu avait l’air vraiment sympa, j’irais les écouter pour voir…ensuite commence la longue attente, 45 minutes pour préparer la scène et faire les derniers réglages, sur la fin, j’ai trouvé le temps trop long, et avec la chaleur étouffante ce soir là, je voyais ma motivation partir très vite.

vlcsnap-2013-06-13-18h44m31s232 vlcsnap-2013-06-13-18h48m33s89

Mais l’entrée du groupe nous fait tout oublier. J’ai adoré voir un public chaud bouillant, on sent les fans, on sent qu’ils l’ont attendu ce concert. Même à l’arrière de la fosse le public est énergique.

Ils enchainent les vieux tubes et nouvelles chansons (que je connais moins), et aucun moment sera plus lent ou plus mou, c’est énergique et joyeux du début à la fin. Brandon le chanteur bouge beaucoup, se déplace, saute, il communique aussi beaucoup avec le public, se présentant, présentant sa ville de Las Vegas, c’est plaisant d’avoir un leader communicatif.

vlcsnap-2013-06-13-18h49m53s120 vlcsnap-2013-06-13-18h49m20s50

Et puis en bons américains qu’ils sont ils ne lésinent pas sur le show visuel avec les lumières mais aussi carrément de mini feux d’artifice et étincelles, et une lancée géante de confettis argentés qui enchante tout le monde.  Je ne vois pas le temps passé et le concert prend fin à 23h (1h45 de show pas mal, surtout quand on voit l’énergie déployé par le groupe), fatiguée mais bien contente que la neige du mois de mars m’ait permis d’assister à ce concert.

The lumineers à l’olympia

Lundi soir (enfin, de la semaine précédente…), The lumineers passait à l’olympia. Ce groupe américain ne possède qu’un album à leur actif, mais la fameuse chanson Ho Hey, à fait le tour de la télé, dans les séries, dans les pubs, le clip est passé des centaines de fois à la télé. Le reste de l’album n’est pas en reste, et certaines chansons sont vraiment excellentes.

lumineers 2 lumineers  lumineers4

On arrive sans se presser, la première partie est sur le point de finir leur dernière chansons. Dans la fosse, il y a déjà du monde, on se faufile sur le coté, avec une bonne vue dégagée sur la scène.

Les membres du groupes prennent places au dessous de jolies lustres installés et c’est parti. La plupart de leurs chansons sont rythmées, joyeuses et entrainantes. La violoncelliste  a aussi une très jolie voix et chantera sur quelques titres. Leur énergie est communicative et le public est fan et participe beaucoup à l’ambiance. Bien sur les choses s’enflamment avec leur titre phrare Ho hey, et tout le public tape du pied en rythme. Le groupe arrêtera la chanson au bout de trente seconde, pour demander aux publics de ne pas filmer, et de profiter à fond du moment. D’ailleurs le groupe sera souvent communicatif durant le show.

lumineers4 lumineers5 lumineers7

lumineers77

J’ai encore plus apprécié le bis, avec le titre Big Parade pour laquelle j’ai un faible. Bien sur, avec un seul album, le concert ne dure pas trop longtemps, environ 1H15 mais ça on s’y attendait, pas de déception je suis contente de les avoir vu sur scène, et dans une salle comme l’olympia, l’une des meilleures salles de concert que j’ai faite, avec une fosse en légère pente, ce qui est bien agréable.

Give me all the bliss and joy in your mind!!

Vendredi et samedi soir, je suis allée au stade de France pour voir mon groupe favoris, mes chouchous, venus à paris pour leur tournée des stades. La tournée the 2nd law a débuté en septembre dernier avec la sortie de leur nouvel album. Hélas cet album ne m’a pas vraiment convaincu, j’en ai déjà parler sur ce blog, mais mis à part quelques chansons, il y a beaucoup trop de titres que je n’aime pas pour apprécier cet album autant que les autres, qui reste celui que j’aime le moins même si j’adore certains morceaux (isolated system, supremacy, survival).

vlcsnap-2013-06-23-11h18m44s68 vlcsnap-2013-06-23-11h18m15s30 vlcsnap-2013-06-23-11h59m15s59

Mais Muse, c’est surtout un groupe à voir en live, c’est sur scène qu’ils se révèlent et c’est sur scène que leurs chansons prennent leur véritable sens. En live, même des chansons comme Follow me ou madness deviennent intéressantes à écouter. Et depuis 2009, et un certain concert privé que j’ai vu au théâtre du châtelet, (qui reste l’un de mes meilleurs concerts au monde), je suis accroc, addict, je ne peux pas me passer d’eux, des émotions qu’ils me procurent, et je ne peux pas ne pas aller les voir dès qu’ils passent pas loin de chez moi.

vlcsnap-2013-06-23-11h55m04s109 vlcsnap-2013-06-23-11h16m40s108 vlcsnap-2013-06-23-11h16m31s21 vlcsnap-2013-06-23-11h16m14s108

Vendredi soir, nous étions en gradins, puisque la plupart d’entre nous travaillent, personne ne pouvait arriver tôt au stade. Du coup, on prend place tranquillement, alors que la première partie est sur le point de monter sur scène. De Paramore, je n’entendrais rien, vu que j’ai passé la demi heure à faire la queue aux toilettes, trois toilettes pour un quart de stade, fallait bien une demi heure…

On est placé en tribune basse, mais nous sommes tout de même un peu loin de la scène. On en profitera donc pour mieux apprécié le spectacle dans son ensemble.Dans les gradins ont a de l’espace, et je vais en profiter pour me défouler un max, je me déchainerais sur toutes les chansons ou presque, surtout que Bliss et Stockholm syndrome sont jouées et qu’elles font partie de mes préférées!

vlcsnap-2013-06-23-11h15m29s169 vlcsnap-2013-06-23-11h15m25s124 vlcsnap-2013-06-23-11h14m39s173 vlcsnap-2013-06-23-11h13m51s214 vlcsnap-2013-06-23-11h10m15s98

Sur Animals, le clip nous montre un homme d’affaire qui pète les plombs. Pour le show, un homme en costume cravate fait son entrée sur scène et balance de faux billets dans la foule à l’effigie des membres de Muse. Il passe par l’avancée et finit par s’écrouler terrassé par une crise cardiaque. Autre mise en scène sur Feeling good, où une femme d’affaire au téléphone marche sur l’avancée en s’énervant et finit par se suicider avec la pompe à essence installée sur scène! Pas mal du tout.

 vlcsnap-2013-06-23-11h56m29s195vlcsnap-2013-06-23-12h08m06s249 vlcsnap-2013-06-23-11h52m58s127

Si la setlist est très bonne, et le show bien foutu, l’ambiance est un peu molle, mais ça on s’y attendait, le vendredi soir étant une date supplémentaire, c’est comme à chaque fois le moins bons des deux concerts. Mais je n’étais pas mécontente d’être en gradin ce soir là, d’avoir l’espace et surtout l’énergie nécessaire pour me défouler comme je le voulais!

Le samedi, on remet ça mais cette fois ci, on arrive tôt devant le stade, 9 heure du matin pour ma part, un peu plus tard que certains de mes amis, arrivés à 7heures. Cette fois ci bien sur, on vise la barrière, nous sommes dans la fosse! La matinée passe étonnamment vite, et on part par groupe de deux pour manger à midi, histoire de ne pas se faire piquer nos places, on part se réchauffer au macdo du coin puis on reprend nos places. La journée passera vite finalement, on passe notre temps à aller voir ou à être visiter par des amis qui attendent à d’autre portes. Puis à 16h la tension monte, les vigiles commencent comme d’habitude à nous faire reculer de 5 mètres pour permettre l’ouverture des portes, et l’attente commence, il faut attendre 17h pour entrer. Et comme d’habitude avec le stade de France, c’est le bordel, certaines portes ouvrent avant d’autre, certains vigiles fouillent plus lentement que d’autre, et certaines personnes n’arriveront pas à la barrière. Personnellement, après une sacrée course, concentrée pour ne pas me fracasser la gueule dans les escaliers, j’arrive au centre de l’avancée, le meilleur endroit quand on est dans un stade, et je me place juste derrière une amie qui tient la barrière. Être à la barrière ou juste derrière une amie ne change pas grand chose, car on se trouve encore sur le montant de la barrière et on ne sera donc pas trop gênée par le reste de la foule. J’ai une vue parfaite sur l’avancée de la scène.

muse stade de france 2013 043 muse stade de france 2013 044 muse stade de france 2013 048 muse stade de france 2013 049

Puis l’attente reprend, debout sans sortir de la fosse, de 17h à 21h, à attendre, à supporter les trois premières parties, une jeune femme seule avec sa guitare sèche (pollymoney), un peu répétitif, le style de chanson que tu peux entendre dans Dawson pour illustrer les états d’âme des héros, puis dizzee rascal avec son dj, puis Biffy Clyro, toujours torse nu, mais les cheveux long en moins (on les a souvent en première partie de Muse).  Puis enfin, avec un quart d’heure de retard, ils arrivent. Là je suis épuisée plus par les dernières heures debout, que par la journée à attendre, et je me demande si j’aurais la force de tenir. Heureusement il y a de l’air et les vigiles nous donnent des petites bouteilles d’eau pour boire de temps en temps, mais n’empêche, mes pieds me tuent plus que tout!

muse stade de france 2013 065 vlcsnap-2013-06-23-11h06m35s205 vlcsnap-2013-06-23-11h08m10s125 vlcsnap-2013-06-23-11h08m47s243

Et comme d’habitude on n’oublie tout dès qu’ils commencent! La différence avec la veille? l’ambiance surtout, on sent le public complètement excité, que des fans, des vrais, qui vont s’exciter sur les bonnes chansons, et puis la setlist, juste géniale!! Map of problematique, Butterflies and hurricane, United state of eurasia et surtout la bonne chose de la soirée, Dead star!!! je l’avais eu à l’emirates stadium à Londres, mais le public avait été d’un mou au point que j’avais peur que ça décourage Muse de nous la faire à Paris.  A Londres, tout le monde s’était emballé devant madness et follow me, et était resté de marbre devant Dead star, ce fut le contraire à Paris, coup de folie sur dead star, et j’étais la première à partie en transe! Oublier les bobos aux pieds, l’esprit passe outre, et je me suis déchainée sur cette chanson que j’ai toujours rêvé d’entendre en live, elle est faite pour ça, au delà de mes espérances!

vlcsnap-2013-06-23-11h08m53s44

En sortant du stade, je suis trempée de sueur, je suis crevée, j’ai toute mes douleurs qui refont surface, j’ai la gorge en feu, je suis super contente, mais les affaires reprennent, je quitte mes amis un peu comme une voleuse, pas question de recommencer le cirque d’hier (catastrophe pour rentrer chez moi!), je trace ma route comme une folle pour pouvoir chopper un métro avant que la police montée ne nous bloque pour réguler le flux. Il est déjà 23h30, et quand on sait que 80 000 personnes sortent en même temps du stade, c’est pas forcément simple et rapide de rentrer chez soi, avant que le dernier train ne quitte la gare! Heureusement, j’arrive chez moi tranquillement à 00h30, (la veille ce fut 2H du mat), et je m’écroule après une bonne douche.

  vlcsnap-2013-06-23-11h09m34s205 vlcsnap-2013-06-23-11h09m47s78 vlcsnap-2013-06-23-11h09m50s103

Concert de folie donc, Matt chante à la perfection, ce sont tous les trois de parfait musiciens, et leur show n’a fait que s’améliorer et monter en puissance depuis le début de la tournée. Je retiens le premier pour m’avoir permis de me défouler à fond et le second pour sa setlist géniale et la vue imprenable que j’avais sur Matt Dom et Chris, tout devant! ça m’a permis aussi de voir un Matt complètement fou sur la fin qui balance en l’air sa guitare trois fois, avant de la balancer sur Dom qui l’a prend en pleine tête. Écroulé sur la batterie, j’ai cru pendant une seconde qu’il ne se relèverait pas, mais il fait un salut avant de quitter la scène juste avant le Bis. Matt a du se faire un peu engueuler! Double soirée magique donc, qui m’a permis aussi de revoir certains amis qui ne viennent pas souvent sur Paris. Pour moi, c’est mon dernier concert sur cette tournée, finit Muse. Sauf concert exceptionnel, (qui sait? ) je ne les reverrais que pour leur prochaine tournée, au mieux en 2015-2016, ça va être dure sans eux…

Et muse étant un groupe purement anglais, je peux dire que je les ai vus dans le cadre du mois anglais, organisé par Lou et Titine!

mois anglais, thomas hardy, metamorphoses, littérature anglaise, littérature anglaise xixe, nouvelles, angleterre, angleterre xixe