Dernière lecture: Le brigand bien aimé de Eudoria Witby – Trois hommes sur un bateau de Jerome K Jerome

Afficher l'image d'origine

Le brigand bien aimé d’Eudoria Witby

3.5/5

Dans le sud des États Unis, Clément est un homme qui a réussi à faire fortune. Clément a une femme laide et méchante, cupide et arrogante qui sert de marâtre à sa fille  la trop jolie Rosamonde. Alors qu’il vient d’être sauvé in extremis d’un bandit qui voulait l’assassiner, Clément fait la connaissance de son sauveur, un certains Jaime Lockhart, qui en réalité, est le chef d’une bande de bandit sans scrupule. Ce dernier va tomber amoureux de la belle Rosamonde, sans pour autant renoncer à sa belle carrière de voleur.

En voilà un roman bien étrange ! écrit par une grande écrivaine américaine, j’ai découvert ce roman un peu par hasard, dans les rayons. Une histoire qui se passe dans le sud des états unis, entre champs à cultivés, esclaves, indiens, nature sauvage et impitoyable, et personnages étranges. Le roman nous mélange humour bizarre, personnages de contes de fées, on a parfois l’impression de lire un conte des frères Grimm ou de Charles Perrault et parfois on a l’impression de baigné dans l’absurde total. Un père gaga de sa fille,  une marâtre aussi laide que jalouse, une jeune fille belle comme le jour et innocente comme un enfant, une maison perdue au milieu des champs de tabac et de coton, des indiens sanguinaires, des bandits sans foi ni loi, une maison perdue au fond des bois digne de la maison en pain d’épice de Hansel et Gretel, tout ça forme un mélange étrange. Ajouter à ça une histoire « d’amour » spéciale et limite. Si on lit le roman sans le prendre au premier degré , il y a des passages amusants. Ce qui est sur c’est qu’au delà de cette histoire et de ces personnages bizarres, j’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, j’aimerais donc beaucoup lire un autre de ses romans.

Afficher l'image d'origine

Trois hommes sur un bateau de Jérôme k Jérôme

3.5/5

Jérôme et ses deux amis, Harris et George, se sentent mal en cette fin du 19e siècle. Ils s’imaginent avoir toutes les maladies du monde et décident donc de prendre quelques jours de vacances et de partir en canot sur la tamise. Quitter Londres, sa foule, sa grisaille, son mauvais air, et partir à la campagne, sa verdure, son fleuve, ses soirées au coin du feu sous les étoiles. L’organisation n’est pas simple, et le réveil raté, mais les trois amis arrivent enfin à embarquer sur leur canoé en compagnie du chien de Jérôme, Montmorency.

Je connaissais de nom l’auteur Jérôme K Jérôme, mais je ne l’avais jamais lu. Je suis tombée dessus par hasard à la librairie, et le ton humoristique m’a donné envie de le lire. On suit donc trois jeunes hommes londoniens, qui travaillent pour gagner leur vie, mais de manière assez dilettante. Ce sont en réalité des personnes très feignants, qui ne veulent jamais faire d’effort, qui se fatiguent vite, qui sont un peu de mauvaise foi. Ils adorent la nature, et surtout la bonne chair, car ils passent leur temps à manger, du petit déjeuner jusqu’au diner du soir, en passant par le déjeuner et le souper. On dirait presque trois hobbits partis en excursion. Ils n’ont l’air jamais rassasié, et leur humeur est très influencée par le contenu de leurs estomacs et la qualité de leurs repas.

Jérôme est le narrateur de l’histoire et le maitre du chien Montmorency, qui a sale caractère. On remonte avec eux la tamise, depuis Hampton court jusqu’à Oxford, en passant par de nombreux villages qui ont marqués l’histoire d’Angleterre. Jérôme nous raconte d’ailleurs beaucoup d’histoires et d’anecdotes concernant des rois, des invasions, des conquêtes. Et entre deux récits historiques, Jérôme se laisse volontiers aller à la rêvasserie et son ton romantique reprend le dessus quand il décrit la nature, les forêts, la couleur du fleuve qui l’entourent et l’enchantent.

J’ai bien aimé cette lecture, on a l’impression d’être avec eux dans ce canoé, avec leurs réserves de nourritures intarissables, leur bouilloire chérie car il ne faudrait manquer le thé pour rien au monde, leur whisky pour les moments difficiles, leurs disputes pour savoir qui rame, qui en fait trop et surtout qui n’en fait pas assez, leurs petites aventures et mésaventures. Parfois, la lecture est un peu lente quand l’auteur délaisse la description de leurs vacances pour nous relater certaines aventures vécut par lui-même ou par d’autre personnes de sa connaissance. Ces histoires parallèles qui sont parfois un peu longues sont inégales, certaines sont drôles, d’autre sont sans intérêt.

J’ai aussi beaucoup aimé la fin et la manière dont les trois héros mettent un terme à leur voyage. Une lecture reposante, qui m’a fait sourire plus d’une fois avec cet humour britannique souvent ironique. On peut aussi se rendre compte que, finalement, la jeunesse de l’époque (fin 19e) n’est pas si différente de celle d’aujourd’hui, ce sont de jeunes personnes qui sont considérées comme feignantes, toujours fatiguées, partisanes du moindre effort, mangeant trop, irrespectueux, voire de petites racailles ! Bref, tous ce que les adultes reprochent toujours à la génération plus jeune.

Advertisements

Harry Potter and the cursed child

Afficher l'image d'origine

de John Tiffany, Jack Thorne, JK Rowling

3.5/5

On retrouve l’univers de Harry Potter, juste après la fin du tome 7, c’est à dire avec Harry , Ginny, Ron et Hermione qui accompagnent leurs enfants au poudlard express pour une nouvelle année scolaire. Albus, le dernier enfant des Potter, monte dans le poudlard express en compagnie de Rose, la fille de Ron et Hermione. Tout deux connaissent très bien l’importance de son premier voyage dans ce train, puisque c’est là que Harry Ron et Hermione se sont rencontrer pour la première fois pour ne plus se quitter. Alors qu’ils entrent dans un premier compartiment, Albus sympathise très vite et naturellement avec un certain Scorpius, le fils de Draco Malfoy. Rose refuse de lui parler, mais Albus et Scorpius sympathisent très vite. S’ensuit alors toute une série de malchances pour Albus. Il est rejeté par sa cousine pour s’être lier à Scorpius, il est envoyé chez les serpentard, et comble du malheur, avec le début de l’adolescence, rien ne va entre lui et son père Harry.

Voilà donc un roman qui se présente comme le 8e tome des aventures d’Harry Potter. Je ne suis pas sur que ce soit une bonne idée de dire ça. Il s’agit ici d’une pièce de théâtre mettant en scène surtout Albus, le fils de Potter, et Scorpius le fils de Malfoy. Et bien sur, on retrouve les personnages qui ont fait la saga Harry Potter, avec Harry, Ron, Hermione, MacGonagall, Malfoy, et quelques autres. La pièce de théâtre est donc ici édité sous forme de livre. Le style n’est donc pas le même , puisqu’ici ce sont surtout des dialogues. Mais la forme ne m’a finalement pas gêné car les dialogues sont suffisamment bien construit pour faire passer en quelques mots, tous les sentiments, émotions et ressentit des personnages. Il y a souvent des apartés en italiques pour décrire en deux mots les décors, l’arrière plan, le paysage, si y’a besoin.

L’histoire quant à elle, à de bons et mauvais coté. On retrouve l’univers des romans d’Harry Potter, mais de manière bien différente. Ici on aura pas du tout l’occasion de voir évoluer cette nouvelle génération d’élèves en cours, au quidditch, a noel, à des bals de fin d’année, rien de tout ça. on fait référence ici ou la à un cours ou au quidditch, mais rien de plus. L’intrigue tourne autour d’un time turner volé par Albus et Scorpius pour essayer de sauver la vie de Cédric Diggory dans le passé, après avoir entendu son père, Amos, se lamenté de la mort de son fils. S’en suis toute une série de va et viens dans le temps, notamment bien sur autour du tome 4 et du tournoi des trois sorciers. Albus et Scorpius essaieront de faire disqualifier Cédric afin que ce dernier ne soit pas obliger de rencontrer Voldemort et d’en mourir. Mais bien sur les conséquences quand ils reviennent dans le présent sont souvent catastrophiques et parfois rigolote, comme Ron et Hermione qui ne sont pas mariés, Hermione en vieille professeur aigri par la vie, ou en guerrière. J’ai été contente d’ailleurs de pouvoir voir Severus Rogue dans l’une de ses réalités alternatives.

 Je n’ai pas trop aimé les derniers chapitres SPOILER SUR LA FIN:

je n’ai pas trop accroché au retour de Voldemort, retourner à l’époque où les parents de Harry se font tuer. La scène dans laquelle Harry assiste au double meurtre est triste et émouvante, mais pourquoi faire tourner l’intrigue autour de Voldemort? j’aurais aimé autre chose plutôt que de revenir sur le passé. Et puis la fille de Voldemort qu’il aurait eu avec Bellatrix Lestrange?? je trouve ça pas très crédible non plus…

FIN SPOILER.

La très bonne idée de cette histoire ce n’est donc pas l’utilisation des time turner et les retours incessants dans le temps (même si j’ai apprécié voir un Ron et Hermione alternatifs), mais plutôt l’amitié fusionnel entre Albus et Scorpius. Leurs deux pères se détestaient dans leur jeunesse, de véritables ennemis, mais ils se sont tout de suite apprécié et se sont tout de suite trouvés des points communs. Tous les deux ont des pères célèbres auxquels ils sont constamment comparer par les autres, tout les deux subissent une pression sociale par rapport à leurs pères. Tous les deux sont des déceptions pour leurs pères. Albus ne s’entend pas du tout avec son père, et Scorpius sait pertinemment qu’il est loin d’être le fils que Draco à toujours rêver d’avoir, avec son impopularité et son coté geek. J’ai beaucoup aimé leurs amitiés. Mais plutôt que de nous parler de Harry et de son entourage, il aurait peut être mieux valu partir sur des personnages complètement différent afin de se détacher des sept tomes. L’univers Harry Potter est suffisamment large et développer pour pouvoir parler d’autre chose, la jeunesse de Dumbledore, ou alors la jeunesse de Rogue, Lilly et James, ou beaucoup d’autre personnages historiques, à d’autre périodes dans le temps comme pour le film Les animaux fantastiques qui sortira à la fin de l’année, Voldemort n’est pas le seul grand méchant de l’histoire de la magie.

Bien qu’il y ait quelques incohérences, quelques petites choses pas crédible, on passe un bon moment, la lecture est agréable, le rythme ne retombe pas, on a pas le temps de s’ennuyer. Et pour ceux qui se posent la question, le niveau anglais est très accessible, sans aucun problème.

 

Nemesis d’Agatha Chrisitie

Afficher l'image d'origine

4/5

de Agatha Christie

Miss Marple se fait vieille, elle a interdiction de faire de l’exercice par son médecin, pas même le droit d’aller travailler son petit jardin et d’arracher les mauvaises herbes. Elle découvre un matin dans les journaux, la mort de monsieur Rafiel, avec qui elle avait résolue une histoire de meurtre pendant ses vacances en Jamaïque. Ce dernier lui demande au travers d’une lettre transmise par son avocat, de jouer les némésis et d’apporter la justice sur une affaire qui lui tient à coeur. Miss Marple n’a pas d’autre élément ou indices pour savoir ce qu’elle doit faire, si ce n’est que monsieur Rafiel lui a offert un voyage en car à travers la campagne anglaise. Au menu, visite de maisons remarquables, de jardins célèbres et la rencontre d’autre voyageurs qui vont la menée à une injustice vieille de dix ans.

J’avais vu l’adaptation ITV il y a longtemps, au point que je ne me souvenais pas des détails ni du meurtrier. J’ai pu donc lire le roman sans rien savoir de l’intrigue. On retrouve Miss Marple vieillissante, fatiguée sur le plan physique, mais niveau cérébrale, Marple est toujours aussi vive! Monsieur Rafiel qui vient de mourir aimerait que son amie résout un énigme, répare une injustice, mais n’explique rien et n’apporte aucune piste. Sans rien dévoiler de l’intrigue, l’histoire est prenante et avance vite. Les rencontres se multiplient, les petits témoignages des uns et des autres éclairent doucement l’histoire et le passé de certains personnages. Et dans ce tome, j’ai beaucoup apprécié voir Miss Marple à chaque page, prendre les initiatives, prendre l’enquête en main, la voir discuter et poser des questions innocemment pour essayer d’en savoir plus, la voir utiliser son image de vieille dame respectable pour tirer les vers du nez des gens sans en avoir l’air.

Un très bon Miss Marple donc, j’ai beaucoup aimé l’histoire, beaucoup aimé la présence de Miss Marple et la voir dans “l’action”. Après ma lecture, j’ai pu revoir l’adaptation ITV de ce roman. J’ai été étonné de voir les personnages changés complètement. Exit la jeune fille à l’avenir prometteur, le jeune homme à la très mauvaise réputation, exit la directrice d’école, les deux vieilles dames cachotières ou le jardin mystérieux, ici on parle d’une jeune novice, de nonnes, d’un aviateur allemand, bref, on garde juste une demande d’outre tombe de monsieur Rafiel qui demande l’aide de Miss Marple pour réparer une injustice, et d’un voyage en car autour de la campagne anglaise, le reste est finalement assez différent.

Lu dans le cadre du challenge Le mois anglais

La dame en blanc de Wilkie Collins

Afficher l'image d'origine

de Wilkie Collins

4/5

1850 à Londres, le jeune Hartwright, professeur de dessin, est engagé à limeridge house dans le Cumberland pour plusieurs mois, par monsieur Fairlie, afin d’enseigner son art à ses deux nièce, Miss Fairlie et Miss Halcombe. Hartwright sympathisera très vite avec les deux jeunes femmes, la très jolie Laura Fairlie pour qui il a tout de suite un gros faible, et la très solide et intelligente Miss Halcombe qui deviendra très vite une excellente amie. Mais très vite un mystère vient troubler ces moments d’insouciance. La veille de son arrivée dans le Cumberland, monsieur Hartwright avait fait la rencontre tard le soir d’une certaine jeune femme en blanc, légèrement perturbé et en fuite, qui ressemble étrangement à Miss Fairlie. Il l’a retrouve près de Limeridge house et elle met en garde contre un certain baronnet, monsieur Glyde, le fiancé officielle de Miss Fairlie…

ça fait une éternité que ce roman traine dans ma PAL sans que je ne prenne le temps de le lire, et j’ai profité du mois anglais pour me motiver. J’en avais souvent entendu du bien, c’est un roman que l’on voit sur les blogs de lecture très régulièrement.

Pour nous raconter cette histoire, Wilkie Collins alterne journaux intimes, interrogatoires, témoignages, et lettres aux travers desquels on apprend l’histoire, le rôle de chacun, les rebondissements.

J’ai tout de suite accroché à l’histoire, d’abord avec le journal intime d’Hartwright qui consigne toute son aventure. J’ai été encore plus emballée par la lecture du journal de Miss Halcombe, un personnage féminin fort, intelligent, passionné, clairvoyant. Son point de vue était très intéressant à lire. Mais à partir du milieu du roman, alors que Miss Fairlie nouvellement Madame Lady Glyde et Miss Halcombe sont enfermées dans un huis clos dans la maison de Blackwater park, j’ai commencé à ressentir une lassitude.

A partir de là, le roman nous fait entrer dans une atmosphère oppressante, suffocante, on arrive à ressentir le sentiment de claustrophobie et d’enfermement que peuvent ressentir Miss Halcombe et Miss Fairlie, enfermée dans ce mariage désespérant, dans une situation qui semble inextricable. Mais au fil des chapitres, à ce moment de l’intrigue, j’ai ressenti une grosse fatigue, surtout parce que j’en avais marre de voir Miss Halcombe comprendre certaines choses, essayer de trouver des solutions sans jamais pouvoir les mettre à exécution. J’ai trouvé que la manipulation excessive du comte Fosco, sa façon de tout deviner des intentions de Miss Halcombe, sa façon de toujours réussir à contrer ses plans et d’obtenir toujours ce qu’il veut, c’est trop. C’est exagéré, c’est trop de machination, trop de réussite dans un camp et trop de malchance dans l’autre camp. Ce déséquilibre a rendu les choses too much, et j’en avais assez de voir ces deux femmes, avec l’intelligence de miss Halcombe, ne pas trouver de solutions à leur malheurs.

Avec la lecture du point de vue de monsieur Fairlie et de Madame Michelson, la gouvernante de Blackwater park, j’ai commencé à ressentir une certaine lassitude. J’ai d’ailleurs lu le témoignage de monsieur Fairlie que j’ai lu un peu en diagonale.

Mais après ce gros passage un peu lent, on retrouve le témoignage de Hartright, de retour dans l’intrigue, et là les choses deviennent à nouveau un peu plus intéressantes. L’intrigue reprend son cours, et l’histoire devient plus prenante, d’autant que les révélations pleuvent enfin un peu plus. On apprend enfin les petits secrets des uns et des autres, les mystères sont résolus petit à petit, et les dernières 150 pages tournent toute seules.

En bref, une histoire originale et complexe, avec de nombreux mystères, de nombreux secrets, et de nombreuses révélations! J’ai beaucoup aimé le personnage de miss Halcombe, intelligente, maline, qui possède un sang froid impressionnant. Ce que j’ai aimé c’est de voir comment les choses se passaient pour les femmes dans la société du 19e siècle. Le roman est écrit pas un auteur de cette époque, et nous montre la situation pour une femme célibataire, une femme mariée, comment les choses se déroulent dans une union réussie ou une union malheureuse, les pouvoirs des hommes sur les femmes. Je n’aurais probablement jamais réussi à deviner le fameux secret que miss Halcombe s’acharne à vouloir découvrir. Et puis le comte Fosco est un personnage incroyable, écœurant, machivélique! Une bonne histoire avec des personnages complexes et intéressants, mais qui aurat tellement gagné à être plus courte et plus direct.

Lu dans le cadre du challenge le mois anglais

Beedle le barde de JK Rowling

Afficher l'image d'origine

4/5

Beedle le barde c’est cinq petits contes qui sont lus aux jeunes enfants sorciers depuis des siècles et des siècles.

Le sorcier et la marmite sauteuse

La fontaine de la bonne fortune

Le sorcier au coeur velu

Babbitty Lapina et la souche qui gloussait

Le conte des trois frères

Chaque histoire tourne autour de la magie, a sa morale ou pas, et se termine par les commentaires d’Albus Dumbledore qui donne son avis, qui interprète le conte, et les possibles messages cachés. Il apporte aussi des éléments sur la façon dont certains contes ont pu être exploité de de bonnes ou mauvaises fins.

Les contes sont courts, joliment illustrée, facile à lire, une lecture qui m’a bien détendu. J’ai beaucoup aimé lire ces petits contes, certains tentent de passer le message de la bonne entente entre sorciers et moldus, essayent de faire comprendre aux jeunes sorciers qu’il ne faut pas rejeter les moldus. Certains contes finissent mal comme Le sorcier au coeur velu, et qui par sa fin sombre, essaye de faire comprendre aux jeunes sorciers, les dangers de la magie, et de certains défauts humains.

Globalement, j’ai aussi beaucoup aimé les commentaires de Dumbledore, qui nous parle parfois de certaines anecdotes de sa vie, de son enfance, certaines remarques sont drôles. Je n’ai détesté aucun des cinq contes, mais j’ai une préférence pour le conte de la fontaine de la bonne fortune. Babbitty Lapina est très sympa, assez drôle, quant à celle des trois frères, je l’avais bien entendu déjà lu dans les romans d’Harry Potter.

A lire pour les fans de Harry Potter, mais aussi pour les jeunes enfants qui aiment les contes! On y retrouve tous les éléments des contes qu’on a pu connaitre, nous moldus, les morales parfois sanglantes, ce petit coté parfois lugubre ou sombre, mais aussi les contes qui finissent bien.

Lu dans le cadre du challenge, le mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda

Dernières lectures: Une odeur de gingembre et The expanse

Afficher l'image d'origine

Une odeur de gingembre

de Oswald Wynd

4.5/5

https://leschoixdetrilliandotcom.files.wordpress.com/2013/11/untitled-2.jpg?w=660

1903, la jeune mary âgée de 20 ans, quitte son Édimbourg natale pour se rendre en Chine afin d’épouser Richard, un anglais qui l’a demandé en mariage lors de son précédent séjour en écosse. Après une longue traversée, et un périple interminable, Mary arrive enfin en Chine. Le mariage est une déception pour Mary qui découvre un Richard froid, pingre, qui ne fait aucun effort pour apprendre à connaitre sa femme, et qui ne communique jamais sur rien, même pas sur son travail et ses déplacements. Mary, perdu dans cet univers inconnu, entourée d’expatriés et de servants chinois, rencontre Kentaro, un officier de haut rang de l’armée japonaise, souvent invité dans les diners mondains des expatriés. Mary et Kentaro finiront par être amants durant quelques jours, avant que ce dernier ne parte pour la guerre. Mary se découvre enceinte, et sera finalement renvoyée du domicile conjugale, avant de partir pour le Japon où Kentaro met à sa disposition une maison et de quoi vivre confortablement.

J’avais lu l’avis de Adalana sur ce bouquin et aussi l’avis de certaines autres blogueuses avant elle, et comme j’avais envie de voyager au Japon…et bien j’ai adoré, un coup de cœur pour ce roman. J’ai adoré suivre Mary, cette jeune écossaise au tout début du 20e siècle, probablement trop jeune et trop naïve pour se marier et partir vivre dans un pays dont elle ne connait rien. En 1903, impossible de téléphoner à sa maman pour demander des conseils sur le mariage ou sur sa façon de se comporter, les lettres mettent des mois à arriver et les réponses deux fois plus. Mary est toute seule dans cette Chine en plein bouleversement, qui se relève tout juste de la révolte des Boxers. Mais Mary n’est pas non plus une oie blanche innocente, elle a été élevée dans le but de devenir une bonne épouse et une bonne maitresse de maison, mais c’était sans compter Richard. Car si Mary est plutôt indulgente avec lui, c’est surtout parce qu’il ne lui inspire aucun sentiment, ni amour ni haine. Il ne l’aide en rien pour s’adapter à sa nouvelle vie, il ne lui communique jamais rien sur sa vie d’émissaire pour le gouvernement, Mary est déçue d’apprendre que les autres expatriés en sachent autant sur les déplacements de Richard, alors que elle, son épouse, n’est au courant de rien. Quant à leur vie de couple, Mary reçoit les visites nocturnes de son mari dans le noir, et à l’impression qu’il remplit son devoir comme pour une mission, sans envie ni plaisir. En plus, il est radin, et ne lui laisse aucune marge, ni pour s’approprier la maison, ni pour la décorer à son gout, devant se contenter des meubles des précédents occupants. Mary a donc l’impression d’être simple invitée dans sa propre maison, contrairement aux autres épouses d’expatriés.

Elle dira du mariage : “Pourquoi faut-il que nos prenions des décisions aussi graves pour notre vie entière quand nous sommes trop jeunes pour savoir ce que nous faisons ? Les grandes fautes vous pèsent sur la nuque et on doit les supporter pour toujours

pas étonnant donc qu’elle finisse par se laisser aller après deux ans de mariage, en devenant la maitresse de Kentaro, durant l’absence de plusieurs mois d’un mari fantomatique. En réalité, Mary n’est pas une romantique du tout. Elle se sent attirée par Kentaro, par sa présence, il en impose, mais en réalité, si vous pensez trouver une histoire d’amour romanesque passez votre chemin, ce n’est pas le cas. Mary trouvera avec Kentaro une sensualité qu’elle n’a pas connu avec son mari mais surtout un vrai partage, un échange de sentiments, une alchimie, qui fait que Mary se sent vivante; mais plus que tout, comme elle le dira elle même, elle est devenue la maitresse de Kentaro uniquement dans le but de se secouer, de secouer sa destinée. Mary avait compris que si elle ne faisait rien de radicale, elle finirait sa vie sans avoir rien fait ni vécue, vieille et triste en compagnie de richard, déjà triste par nature, et qu’elle finirait par ressembler à sa belle mère. Si Mary tombe enceinte, ce n’est pas par envie, mais au finale, elle prend cette nouvelle sans surprise, comme le moyen inéluctable de changer sa destinée et de partir vers l’inconnue.

Au fil des ans et des épreuves, on voit Mary évoluée, devenir plus prudente, puis oser prendre de gros risques, elle saisit les opportunités, travail dure, fait son chemin, dans un Japon qui lui deviendra familier, qu’elle ne voudra plus quitter, entre envie de modernité et poids des traditions ancestrales. Mary vivra de lourdes épreuves, des pertes terribles, mais tiendra toujours bon. Depuis les premières pages, on comprend que Mary est un personnage qui ne se laisse pas aller à ses émotions, en bonne écossaise du début du siècle, elle est intelligente, et sans s’en apercevoir, c’est une personne indépendante et moderne. Elle sait encaisser, et est assez courageuse au finale. Je ne m’en suis jamais fait pour elle, au fil des décennies qui passent, on devine que Mary arrivera toujours a reprendre le dessus.

Le roman est écrit à la façon d’un journal intime, parfois quasiment toutes les semaines, parfois sans nouvelle pendant plusieurs années. Les pages tournent toutes seules, c’est très bien écrit, les personnages très bien dessinés au travers des descriptions de Mary, que ce soit sa copine française Marie et son mari Armand, Aiko son amie japonaise subversive et féministe, ou le couple américain installé à Tokyo avec qui elle sympathisera.

Afficher l'image d'origine

The expanse, tome 1: l’éveil du léviathan

de S.A. Corey

3.5/5

Dans un future très lointain, les hommes ont colonisés le système solaire. La Terre, Mars, et beaucoup de satellites naturels ou non, transformés pour accueillir des êtres humains. Mais les hommes ne savent pas vivre dans l’unité, il faut toujours qu’ils se divisent, qu’ils s’organisent en faction, en peuple, en groupe. Les terriens et martiens se considèrent différents des autres humains vivant sur les satellites, où la gravité est différente, ce qui a eu une incidence sur le physique et les valeurs de ceux qu’on appellent désormais les ceinturiens. Des tensions politiques, commerciales, existent donc, comme toujours dans l’histoire de l’humanité. L’inspecteur Miller est un ceinturien et vit sur Cerès, un satellite. Il a toujours connu l’air en boite, la nourriture recyclée, et l’absence de ciel extérieur. Miller est divorcé, en fin de carrière, blasé, désabusé, efficace mais pas apprécié à sa juste valeur par ses supérieurs. On lui confie d’ailleurs la mission de retrouver et de ramener auprès de ses parents, Juliette Mao, l’héritière d’une des plus grosses fortunes du système solaire. Juliette étant majeure, il s’agit plutôt d’un enlèvement officieux. Miller découvre très vite que Juliette, terrienne qui aurait pu avoir une belle vie dorée, à préférée fuir le confort pour explorer la ceinture, attirée par l’aventure et la liberté. Il découvre également qu’elle aurait rejoint les rangs de l’APE, un partie qui défends les intérêts des ceinturiens face à la dominance Terre-Mars. Le capitaine Holden lui est un vrai terrien. Il est second d’un vaisseau de transport d’eau et d’air, un poste simple, facile, qui lui laisse tout le temps de profiter de son temps. Mais quand il croise la route d’un vaisseau à l’abandon, Holden voit son destin bouleversé et sa route va croiser celle de Miller. Les deux hommes vont affronter un danger qui pourrait bien détruire l’humanité entière où qu’elle se trouve dans le système solaire.

J’en avais entendu en bien sur plusieurs blog et les avis m’avaient donnés envie. L’histoire est bien menée, on suit en alternance, le point de vus de Miller et de Holden. Miller, l’inspecteur de police désabusé, que personne ne prend au sérieux, mais qui a un bon instinct et un cerveau qui fonctionne mieux que la majorité. Holden, le terrien mélancolique de son enfance sur Terre, qui adore son boulot de capitaine, entouré de son équipe réduite.

Le roman alterne les points de vue de Miller sur Cerès et de Holden sur son vaisseau. J’ai beaucoup plus apprécié les chapitres consacrés à Holden et sa petite équipe réduite, Alex, Amos et surtout Naomi avec son sang froid et son professionnalisme à toute épreuve. Pour ce qui est des chapitres consacrées à Miller, la lecture reste intéressante, mais c’est surtout à partir du moment où Miller quitte Cerès et croise la route de Holden que son personnage devient très intéressant, et qu’il prend toute son importance. L’univers décrit par les auteurs est très bien décrit, les conflits, les alliances, les problèmes politiques. J’ai surtout apprécié les chapitres consacrés aux voyages spatiaux, donc surtout les chapitres consacrés à Holden et une fois que Miller l’a rejoint sur son vaisseau. Les accélérations qui nécessitent des drogues particulières pour que le corps résiste à la puissance du vaisseau, les altercations avec d’autre vaisseaux, les stratégies de combats, je pouvais facilement visualisé Holden et son équipe s’agiter pour échapper à des poursuivants, ou gagner une bataille dans l’espace, j’avais l’impression de voir un épisode de star trek!

Le roman n’est pas dénué d’humour non plus, et j’ai beaucoup aimé les derniers chapitres. Le tome 1 ne termine pas sur un gros suspense, on peut très bien se contenter que de ce tome, mais bien il ouvre aussi d’autre perspectives, et l’univers crée est assez vastes pour de multiples aventures. Je lirais probablement le second tome, dès qu’il sortira en poche.

Un intérêt particulier pour les morts

de Ann Granger

3.5/5

Elizabeth Martin débarque un beau matin à Londres, en cette fin du 19e siècle. Originaire du nord de l’Angleterre, elle était autrefois la fille du docteur du village, le seul qui soignait avec bon coeur les mineurs de charbon, trop pauvres pour payer un médecin. Mais Lizzie Martin a du faire face aux dettes accumulées par son père et ses actes de bonté et de charité, après sa mort, et la voilà qu’elle doit accepter une place de dame de compagnie auprès de la femme de son défunt parrain. Mais à peine est elle arrivée à Londres, qu’elle croise l’évacuation du cadavre d’une jeune femme, sortie des décombres du chantier de la futur gare londonienne St Pancras. Elle découvre très vite qu’il s’agit de la dernière dame de compagnie de sa marraine, celle qui l’a précède dans ce poste, et qui avait mystérieusement disparus quelques semaines plus tôt.

J’en ai entendu parler sur le blog de Adalana durant le mois anglais en juin dernier, et son avis m’a donné envie de découvrir ce roman. Ann Granger nous plonge dès les premières lignes dans le Londres victorien de la fin du 19e siècle, à travers le personnage de Lizzie Martin, cette fille de docteur de province du nord de l’Angleterre, originaire d’une région minière. Elle débarque à Londres pour faire ses débuts de dame de compagnie auprès de Madame Parry la femme de son défunt parrain. Si Lizzie a eu une bonne éducation, un peu libre et un peu anarchique, et si elle possède une solide culture, elle n’a plus le moindre sou, son père étant un homme généreux qui a trop souvent aider les plus démunis au lieu de penser à l’avenir.

Le roman nous parle aussi au travers du regard de l’inspecteur Ben Ross, qui fut autrefois fils de mineur et qui était destiné à faire comme son père, mais qui a eut la chance de bénéficier de l’aide de Monsieur Martin et de pouvoir faire des études. Les deux personnages au passé commun, vont se retrouver autour d’une enquête policière, suite au meurtre de l’ancienne dame de compagnie de Madame Parry.

Les chapitres alternent les point de vue de Lizzie et de l’inspecteur Ross, chaque point de vue faisant évoluer l’enquête et nous présente les personnages qui entourent nos deux héros, Madame Parry la marraine porter sur les affaires juteuses et les pâtisseries, Franck son neveu, ambitieux et arrogant mais très drôle aussi. Certains personnages sont bien intégrés à l’intrigue comme Franck, Madame Parry, mais certains autres personnages sont prometteurs mais vite oubliés, comme Wally le cocher, qui aura son importance dans la première moitié du roman et qui disparaitra par la suite, tout comme certains membres des employés de maison, qui seront bien dessinés mais dont les finitions laissent à désirer.

J’ai beaucoup aimé découvrir petit à petit le passé de Lizzie et de Ben, leurs enfances, et les épreuves qu’ils ont vécut. Je suppose qu’on en apprendra un peu plus dans les autres tomes.

Lu dans le cadre de  A year in England

https://plaisirsacultiver.files.wordpress.com/2015/07/logo2.jpg