Dernières lectures: Le démon – La vérité sur l’affaire Harry Québert – Le sang des elfes

Le démon par Bruen

de Ken Bruen

3,5/5

On retrouve le fameux détective de Galway, Jack Taylor, qui vient de voir son rêve américain s’effondrer. Alors qu’il était sur le point de passer les contrôles, la douane lui annonce que l’Amérique ne veut pas de lui à cause de son casier judiciaire. Dépité, le voilà qui retombe dans son vice préféré, le jameson. C’est au bar de l’aéroport qu’il rencontre un homme étrange et très vite, les cadavres s’accumulent autour de Jack. Toutes les personnes qu’il croise semblent se faire violemment assassiner par l’homme de l’aéroport. L’homme semble insaisissable. A ce demander si ce ne serait pas le diable en personne…

Ceux qui suivent ce blog on du s’apercevoir que j’adore les aventures de Jack Bruen. J’ai adoré chaque tome que j’ai lu.

Pour ce qui est de ce dernier tome je suis un peu plus partagée. J’ai retrouvé les démons de Taylor, le xanax, le jameson, l’auto flagellation, la mélancolie, le cynisme, l’humour noir, les répliques acerbes, le franc parler. On retrouve l’état des lieux sur l’Irlande d’aujourd’hui vu par Taylor, témoin des changements sociales de son pays. On retrouve les personnages qui tournent autour de Taylor, son meilleur ami qui est devenu maitre zen, son amie de longue date, flic de Galway, gay et mariée depuis peu à un riche aristocrate ou encore son ennemi de toujours, le père Malachy…

La première moitié du livre m’a beaucoup plut, et le personnage maléfique du roman semble avoir toujours une longueur d’avance. Au début cela semble logique et on se dit que connaissant Taylor, il va encore passer par de sales moments avant de reprendre le dessus, mais là, plus les pages tournent plus le méchant de l’histoire semble omniscient, au point qu’on se demande si ce n’est pas un être démoniaque ou le diable en personne.

Dans la dernière partie on se rend compte que ce personnage est vraiment un être surnaturel. Si tout le roman m’a plut, ce choix m’a déconcertée. Pour moi, les aventures de Taylor ne doivent rien avoir de surnaturelle, pas de manière aussi évidente. Taylor est donc dans l’incapacité de vaincre cet ennemi et je trouve ça un peu frustrant. Je pense qu’il s’agisse d’un tome un peu à part et que les tomes suivants seront de nouveau des histoires policières sombres. Par contre, il semble qu’il n’y ait plus de maison d’édition française qui s’occupe de la traduction française. Il me reste un tome qui a été traduit, Sur ta tombe. Pour les autres romans, aucune traduction française n’est prévu, je tenterais de les lire en anglais, à voir si la version originale est abordable.

La vérité sur l'affaire Harry Quebert Poche

de Joel Dicker

3/5

Marcus Goldman est un jeune écrivain dont le premier roman est devenu best seller. Le succès, l’attention des médias, les soirées, le statut de VIP… Un an après sa sortie, Marcus doit écrire très vite un second roman mais il n’a plus aucune inspiration. Et si son premier roman était un coup de chance? et si il n’avait en fait aucun talent? Le doute, la page blanche, la pression de son éditeur qui lui rappelle ses obligations légales, Marcus se tourne vers son ancien mentor et professeur, un écrivain auteur d’un roman qui marqua l’histoire de la littérature, les origines du mal.Harry Québert. Il se réfugie dans sa belle maison du New Hampshire. Mais quelques jours plus tard, la police découvre enterré dans le jardin d’Harry, le corps de Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans qui avait disparu dans des circonstances étranges, 30 ans plus tôt.  Harry est arrêté pour meurtre et Marcus décide d’enquêter sur cette mort afin d’innocenter Harry.

J’en avais entendu parler un peu partout, il faut dire que tout les blogs en on parlé et les librairies ont toujours mis ce roman très en avant. Je n’étais pas particulièrement attirée par ce roman, ni curieuse, mais une de mes amies a tellement insisté sur le coté prenant de l’histoire que j’ai fini par me laisser tenter.

Le roman nous parle de Marcus Goldman, un écrivain qui a laissé son premier succès lui monter à la tête et qui subit une forte pression concernant l’écriture d’un second roman. Syndrome de la page blanche, doutes, questionnements. On en apprend plus sur son passé, son enfance, adolescence, sa manie de mentir et de laisser les gens croire qu’il est un élève exceptionnel alors qu’en fait c’est une fraude.

Puis bien sur, le sujet principal avec Harry, son passé, sa rencontre avec Nola, ses relations avec les autres habitants de la petite ville dans laquelle il s’est installé dans les années 70 et l’enquête que mène Marcus, persuadé de l’innocence de son ami.

Quelques touches d’humour, notamment avec le couple propriétaire du café du coin, des allées et retours entre le présent et le passé, des révélations au compte goutte…Il y a quelques longueurs, des répétitions, des détails inutiles qui n’apportent pas grand chose; ça se lit vite, les pages tournent rapidement et on soupçonne tous le monde. Mais j’ai eu l’impression, durant toute ma lecture, de lire un épisode de cold case. Au final, l’histoire n’est pas vraiment originale. C’est plutôt un roman qui se laisse lire sans difficulté, mais qui ne marque pas plus que ça. Je l’ai lu durant l’été, me reste à voir la série télé adaptée du roman.

La saga du sorceleurSorceleur, T3 : Le Sang des elfes

de Andrzej Sapkowski

4/5

On retrouve Geralt de Riv le sorceleur, qui a enfin rencontré son destin, en la personne de Ciri, la princesse de Cintra qui a miraculeusement survécu à la destruction de sa ville. La petite Ciri a vu durant sa fuite, pas mal d’horreurs et a perdu sa grand mère, la reine Calanthe. En compagnie de Geralt, Ciri se rend à Kaer Morhen, le lieu qui sert de quartier général des sorceleurs. La bas, durant plusieurs mois, Ciri apprend à devenir une sorceleuse, avant d’être confiée à Yennefer, la célèbre sorcière, lorsqu’il s’avère que Ciri possède peut être des pouvoirs magiques. Mais dans l’ombre, tous les rois et reines rêvent de mettre la main sur Ciri, lorsqu’ils apprennent que l’héritière de Cintra est en vie. En effet, Cintra est un lieu stratégique important que tout le monde convoite.

On entre dans le vif du sujet avec ce tome, les deux premiers romans étant composés de nouvelles courtes permettant de faire connaissance avec l’univers, la société et les mœurs de l’histoire, et de faire connaissance avec les personnages, Geralt, Ciri, Yennefer, Jaskier…

On suit beaucoup Ciri, son apprentissage avec les sorceleurs, et son évolution physique et intellectuelle avec Yennefer. Il y a de l’humour, de l’action, j’ai beaucoup aimé la relation entre Geralt et Ciri, et entre Ciri et Yennefer. Les aventures sont prenantes, on ne s’ennuie pas une seconde. J’aimerais bien continuer de lire cette série de romans, le personnage de Ciri est une jeune fille forte, déterminée, indépendante, mais en me renseignant un peu sur les autres romans, j’ai un peu peur que ça devienne un peu trop sombre, notamment concernant la destinée de Ciri. A suivre.

Advertisements

Dernières lectures: Le sorceleur tome 1, le dernier vœu de Andrzej Sapkowski – Les neiges du Kilimandjaro de Ernest Hemingway – Des souris et des hommes de Steinbeck – Magic binds de Ilona Andrews

Afficher l'image d'origine

Le sorceleur, le dernier vœu

de

3.5/5

Géralt de Riv est un sorceleur, un être humain qui a acquis des pouvoirs surnaturels après une formation durant son enfance, incluant de boire certaines potions et de subir certaines transformations. Parfois les enfants meurt de ce traitement, parfois ils survivent comme Géralt, et deviennent des sorceleurs qui acceptent, moyennant finance, de débarrasser certaines villes ou campagne de monstres et créatures malfaisantes. Avec son cheval et son épée, Géralt parcours le monde entre deux missions qui lui permettent de se faire un peu d’argent.

Le dernier vœu est le premier tome d’une série de fantasy très connue, qui a inspiré un jeux vidéo et que j’ai découvert sur le blog du Capharnaum éclairé. Dans ce premier tome ce n’est pas une intrigue unique qui occupe les pages, mais plusieurs petites nouvelles qui mettent en scène Géralt. Mais même si ce sont des nouvelles, ce ne sont pas juste de simples petites intrigues indépendantes les unes des autres. Elles permettent de faire connaissance doucement et tranquillement avec le héros, de connaitre son entourage, notamment son meilleur ami Jaskier le barde, avec qui il vit quelques aventures, Nenneke, la prêtresse du temple de Melitele, qui connait depuis très longtemps Géralt et qui connait ses blessures intérieures, ou encore la femme qu’il aime plus que tout, Yennefer, dont la première rencontre nous ait raconté dans la dernière nouvelle.

Pour devenir l’un des meilleurs sorceleurs du monde, si ce n’est pas le meilleur, Géralt a subit des transformations plus importantes que les autres, du fait de sa grande résistance aux potions. Depuis, il a perdu toute coloration des cheveux, mais aussi une partie de son humanité. Il s’oblige ainsi à suivre une ligne directrice, il met en place un système de valeurs à ne surtout pas transgresser, pour se rappeler qu’il est bien encore un être humain.

Les histoires de ce premier tome m’ont toutes plut, mais j’ai mes préférées, notamment Un grain de vérité, dans laquelle Géralt va rencontre Nivellen, un homme transformé par un sort en bête hideuse. C’est tout simplement une revisite de La belle et la bête, sans tomber dans le romantisme. Ici, la bête Nivellen a su tirer parti de son apparence,  de sa fortune et de son château. L’histoire est bien tournée et l’humour bien présent. J’ai aussi beaucoup aimé Le moindre mal, dans laquelle on fait connaissance avec une femme surnommée Pie grièche, qui est à la tête d’une troupe de nains brigands. Vous l’aurez compris, ici c’est une revisite de Blanche neige. Sauf que la pauvre princesse à du fuir sa belle mère qui voulait sa mort, à subit des violences extrêmes avant de pouvoir trouver les moyens de se rebeller et de se sauver, en devenant la chefs des brigands. L’histoire est très prenante, mais j’ai trouvé le passé de la Pie Grièche vraiment glauque…

Heureusement, les nouvelles Une question de prix et Le bout du monde apportent plus d’humour, surtout la nouvelle Le bout du monde, avec Jaskier, le barde poète qui n’en rate pas une. Je lirais très vite la suite je pense, peut être pas tous les tomes, on verra si l’histoire me lasse, mais en tout les cas, les deux prochains tomes sont déjà dans ma PAL.

Afficher l'image d'origine

Les neiges du Kilimandjaro

de Ernest Hemingway

3/5

Un homme atteint de gangrène attend les secours dans son campement en Afrique. Parti avec sa maitresse, une femme très riche, l’homme devient cynique, méchant, mélancolique, au fil que les heures passent et que la gangrène envahit son système. En attendant des secours qui ne viendront peut être jamais, l’homme blessé se remémore certains épisodes de sa vie, se souvient de ses amours, analyse sa relation actuelle.

Pour ma première lecture d’Hemingway, j’ai choisi ce recueil de nouvelle. La plus connue, qui a été adapté en film, Les neiges du Kilimandjaro, se lit bien. Les scènes se déroulant dans le présent, durant lesquels ont peut lire les paroles souvent dure du héros, sont les plus intéressantes. J’ai moins aimé les flashback dans son passé, même si on comprend un peu mieux le personnage, son coté cynique. Il passe son temps à dénigrer la femme dont il est sensé être amoureux, celle qui le soigne et reste à ses cotés en attendant les secours. Il passe son temps à dénigrer les gens riches en incluant sa maitresse, tout en nous faisant comprendre que lui même n’a fait que rechercher toute sa vie leur compagnie. Bref, on ne se prend pas de sympathie pour les personnages, mais la fin est assez frappante.

L’autre nouvelle qui m’a beaucoup plut, probablement plus que Les neiges du Kilimandjaro, c’est l’heure triomphale de Francis Macomber. On suit un couple marié de la haute société en safari en Afrique. Les Macomber sont accompagnés par un guide professionnel, monsieur Wilson. En quelques pages ont en apprend beaucoup sur ces trois personnages. Wilson est un guide et chasseur passionné par son métier mais assez froid, respectueux des règles et des animaux malgré son métier de chasseur, chaque chasse est abordé comme un duel. Les animaux sont décrit comme des créatures gracieuses et dignes, et le couple Macomber dégouline de défauts humains. Margaret Macomber est une femme assez exécrable, mais son mari n’est pas mieux. Entre les deux, c’est une lutte entre dominant et dominé, Margaret profitant de la moindre faiblesse de son mari pour s’affirmer, et Francis capable de tout dès qu’il a repris confiance en lui. Le trio infernal est passionnant à suivre et la fin surprend le lecteur comme rarement, c’est la nouvelle que j’ai préféré.

Pour ce qui est des autres nouvelles, ce sont parfois deux ou trois pages de rien du tout. On passe des États Unis à Madrid, en passant par la Suisse, mais je n’ai accroché à aucune autre de ces nouvelles. Pour la plupart, il ne s’y passe rien, ça ne raconte pas grand chose, comme l’impression de lire des amorces de romans, qui auraient ensuite été abandonné par l’écrivain, plutôt que de véritables nouvelles.

Afficher l'image d'origine

Des souris et des hommes

de John Steinbeck

4.5/5

Dans les années 30 aux États Unis, George et Lennie sont  deux amis d’enfance qui ne se quittent jamais. Ensemble ils vont de ranch en ranch pour travailler comme ouvrier agricole. George doit toujours s’occuper de Lennie, un colosse qui ne sait pas contrôler sa force physique et qui est attardé mentale depuis l’enfance. Naïf et enfantin dans son comportement, George le traine comme un boulet, mais ne peut se résoudre à l’abandonner. Ils finissent par se faire engager dans un nouveau ranch, le temps de se faire un peu d’argent. Car George et Lennie ont un rêve, celui de s’acheter un petit lopin de terre pour vivre tranquille dans leur coin, loin du monde, un endroit sur lequel ils feront ce qu’ils veulent, quand ils veulent, sans rendre de compte à personne.

C’est mon premier roman de Steinbeck. Ce fut une lecture assez particulière. L’histoire se déroule sur deux ou trois jours, tout au plus, et quasiment en huis clos, dans ce ranch, et en particulier dans le baraquement des ouvriers. George est un homme pauvre, intelligent, dans la moyenne, qui aurait pu se faire une petite vie simple quelque part, s’il n’avait pas ce besoin de trainer partout Lennie, un colosse qui ne maitrise pas sa force, qui est attardé sur le plan mental, et qui a le comportement d’un enfant simplet. George et Lennie sont amis d’enfance, et George considère Lennie comme un petit frère. Lennie se rend utile dans les ranchs grâce à sa force supérieure, mais il s’attire des ennuis, créer des catastrophes, et oblige George à prendre le large.

Steinbeck décrit particulièrement bien et avec peu de mots l’ambiance et le décor des baraquements des ouvriers agricole du ranch, on imagine sans difficulté comme les ouvriers sont installés, comment ils vivent, comment ils interagissent entre eux. Il y a une sorte de hiérarchie parmi les ouvriers, comme Slim, l’homme de sagesse, vers qui tout le monde se tourne quand il y a une décision à prendre. On fait connaissance avec Candy, l’homme à tout faire depuis qu’un accident l’a privé d’une de ses mains, Curley, le fils du patron un peu égocentrique, qui se croit invincible, et qui ne sait pas contrôler sa femme qui avait des rêves d’actrice, ou encore Crooks, palefrenier noir qui vit à l’écart des autres hommes.

Tout au long du récit, George et Lennie évoquent leur rêve simple et pourtant si inaccessible, celui d’acheter un petit lopin de terre qu’il a repéré et qui est dans leur moyen s’ils arrivent à bosser plus d’un mois dans le même ranch, ce qui n’est pas simple avec Lennie. Ils rêvent d’avoir leur petite maison, avec un poêle bien chaud au milieu, de la terre autour pour élever quelques poules, quelques cochons, quelques brebis, quelques lapins, vivre à l’abri du monde, de ses méchancetés, vivre sans avoir de compte à rendre à un patron, sans devoir trimer toute la journée.

On n’est pas surpris par la fin, je m’y attendais, l’atmosphère est décrit très justement par Steinbeck, avec des mots simples il retranscris toute la dureté de son récit, de ces hommes, de leurs destinées impitoyables, de leurs vies qui n’en est pas vraiment une. Les dernières pages sont très belles.

Afficher l'image d'origine

Magic bind

de Ilona Andrews

4/5

9e tome des aventures de Kate Daniels, qu’on retrouve ici en plein préparatif de son mariage avec Curran, préparatifs qui ne l’intéresse pas. Les sorcières l’appellent toutes les cinq minutes ou presque pour lui annoncer l’apocalypse et la guerre avec son père, le puissant Roland. Les visions des sorcières sont toutes plus horribles et pessimistes les unes que les autres. Sa meilleure amie Andrea est sur le point d’accoucher, Julie joue les héroïnes solitaires, et Christopher révèle sa véritable nature. Sans parler que Saiman est enlevé par Roland, ce qui constitue un acte de guerre…

Bref, encore beaucoup d’actions, beaucoup de rebondissements, beaucoup de petits drames, j’adore toujours autant suivre Kate dans sa vie. J’adore toujours autant tous les personnages qui l’entoure, Derek, Julie, Jim, Andrea, Barabas, Christopher, Ghastek, bien que tous ne soient pas toujours très présent, la part belle est faite à Christopher ou Julie. J’ai adoré la présence de la tante de Kate, c’est à dire la sœur de Roland, qui revient d’entre les morts sous forme de fantôme, pour donner des conseils à Kate afin qu’elle batte son père sur le terrain de la guerre. J’ai adoré leurs discussions, leurs interactions. Et la relation père-fille est toujours aussi passionnante, entre un père très très énervé par les agissements de sa fille chérie, et un père souriant et fier quand il assiste à son mariage, complètement paradoxale! Difficile de savoir comment il réagira et comment finiront les choses…

L’humour est d’ailleurs très présent malgré les menaces qui grondent, l’action ne retombe pas, les pages défilent toutes seules. Je trouve toujours cette série de romans aussi prenante. Les personnages sont tous très attachants et intéressant à suivre dans leurs défauts et dans leurs qualités, Kate est un personnage féminin fort mais pas sans faille, j’adore toujours autant la relation entre Kate et Curran, qui forment l’un de mes couples de roman préféré, leur relation est toujours parfaitement équilibré, pas de dominant ici, et ça fait du bien à lire. Une série vraiment réussie, et j’ai hâte de lire la suite de leurs aventures.