L’adieu de Game of thrones

Après plusieurs semaines d’absence sur ce blog, je reviens pour vous parler de Game of throne,  qui m’a un peu réconcilié avec les séries télé. Ce qui suit ne comporte aucun spoilers, sauf dans la dernière partie de l’article pour lequel je signale le début du spoiler.

Mon avis sans spoilers.

On l’aura attendu 2 ans cette fin de saison. Après 8 saisons, 9 années, une pléthore de personnages, de morts, de rebondissements, de révélations, de tortures, de guerres, de batailles, Game of throne s’est terminée ce lundi matin.

Photo Nikolaj Coster-Waldau

J’aurais personnellement vécu chacune des saisons de game of thrones de manière intense. J’ai adoré chacun des épisodes, j’ai jamais vu le temps passé, j’ai eu des frissons, j’ai ressenti toutes sortes d’émotions auprès de tous ces personnages. J’ai adoré certains, j’ai détesté d’autres, j’ai eu peur pour eux. Toute l’histoire, chacune des saisons a été parfaitement construites, les évolutions des uns et des autres s’est fait naturellement.

Photo Kit Harington, Liam Cunningham

En regardant la première saison et en voyant les rebondissements et la destinée des personnages, je me suis rendu compte que ça faisait très longtemps que je n’avais pas été surpris dans le bon sens du terme par une série.

Daenerys qui passe d’une jeune fille innocente et douce à une guerrière charismatique, Jaime qui s’adoucit au fur et à mesure des épreuves perdant de son sadisme, Arya qui devient implacable, Sansa qui passe de la naïveté à la stratégie…

Photo Conleth Hill, Emilia Clarke, Nathalie Emmanuel

Qu’en est-il de cette fin que tout le monde attendait avec impatience? comme beaucoup j’ai été un peu déçu par les épisodes de cette dernière saison. Visuellement c’est toujours aussi réussi. Winter est bien là, les personnages ont abandonnés depuis longtemps les tenues colorées, décolletées de l’été, pour revêtir des vêtements sombres et fermés. L’une des polémiques sur le visuel c’est le coté trop sombre des scènes, en particulier lors de la première moitié de saison. La bataille contre les white walkers est particulièrement sombre sur le plan de la lumière. Les scènes de guerre sont dignes d’un film de cinéma, de ce coté la rien à dire.

Affiche Isaac Hempstead Wright, Liam Cunningham, Maisie Williams, Rory McCann, Sophie Turner

La destinée des personnages? je n’ai été ni déçu ni contente de ce que décide cette saison pour les personnages encore debout. Et c’est peut être bien là le problème. Durant les 7 premières saisons j’ai ressenti des tas d’émotions devant game of throne, dégout, tristesse, choc, des morts qui chocs qui surprennent, des destinées glauques qui traumatisent. Mais pour cette dernière saison, rien, électrocardiogramme plat en somme. C’est beau, c’est bien fait, il y a une conclusion qui peut satisfaire ou pas, mais on ne ressent pas grand chose.

Photo

Rare sont les séries qui savent conclure correctement. Six feet under, The shield, The wire, Buffy contre les vampires font partis des rares élus. Pour game of throne, je ne peux pas dire que la fin est nulle, mais elle ne restera pas dans les mémoires non plus. C’est le drame de cette série, elle nous a fait tellement ressentir des tas de choses, elles nous a proposé tellement de retournements de situation, de changements de destinées, de chocs, de traumatismes, de surprises…il était difficile de maintenir le niveau, de nous garder dans un état de tension, tout en concluant ce qui devait être conclu.

Photo Lena Headey

Je n’ai donc pas de regret ou de déception, cette série reste l’une des meilleures séries télé de l’histoire des séries télé, sans conteste ni hésitation. Et si la fin n’est pas à la hauteur des 7 saisons précédentes, elle ne démérite pas non plus.

SPOILERS:

Que Bran finisse roi des 6 royaumes du westeros pourquoi pas? je n’ai jamais imaginé Jon sur le trône, lui qui n’a jamais voulu le pouvoir. Il est clair que Bran n’a aucune légitimité mais quand j’entends le discours de Tyrion qui vend son poulain pour le trône, j’avoue avoir aussi été convaincu. Après tout Bran connait l’histoire du monde et possède probablement des dons de médiums alors pourquoi pas?

Affiche Emilia Clarke

J’ai été déçu par l’évolution du personnage de Jon. Depuis qu’il a “bent the knee” devant Daenerys, il est quasi inexistant et en particulier dans cette saison. Son seul moment d’action est quand il poignarde Daenerys…

Photo Peter Dinklage

Je n’ai pas été surpris par l’évolution de Daenerys. Une fois qu’elle a éliminé toutes ces vies innocentes, il n’y avait plus de retour possible. Comme beaucoup de tyrans, elle s’imagine savoir ce qui est bien et juste et ceux qui ne pensent pas comme elle ne mérite pas de vivre. Le pouvoir lui est monté à la tête et elle est devenue la digne héritière de sa famille. J’ai été un peu déçu de la voir mourir aussi vite et facilement. Par contre, j’ai adoré la scène dans laquelle le trône est détruit par les flammes du dragon, le symbole est fort.

Photo Gwendoline Christie, Nikolaj Coster-Waldau

J’ai trouvé la fin de Jaime tout à fait logique. Personne ne le voyait vivre heureux avec Brienne. Depuis longtemps maintenant Jaime vit torturé par ce qu’il a fait dans son passé, et Brienne en est témoin. Il est clair qu’il ne se voyait pas finir autrement qu’en sacrifié auprès de sa jumelle.

Il y a vraiment parfois des raccourcis dans le dernier épisode. La réaction de ver gris par exemple, le fait qu’il n’exécute pas Jon après ce qu’il a fait n’est pas logique, le voir accepter Bran comme roi et Jon envoyé à la garde de nuit sans broncher n’est pas très crédible. Les choses sont expédiées trop rapidement, un épisode supplémentaire n’aurait peut être pas été du luxe.

Photo Isaac Hempstead Wright

Enfin, j’ai aimé voir les dernières minutes. Tyrion a su sortir ses épingles du jeu et le voila devenu la main du nouveau roi, président le conseil du roi au coté de Brienne, Bronn, Sam et Davos. Sansa a enfin ce qu’elle voulait depuis plusieurs saisons, à savoir être la reine de Winterfell. Elle est loin la jeune fille fleur bleue, naïve et rêvant du prince charmant. Enfin, j’ai adoré voir Arya repartir à l’aventure, il est clair que depuis sa formation avec Ja’quen elle ne pouvait pas continuer sa vie en princesse ou lady dans un château.  Jon, lui, laisse le Westeros aux autres et part vivre, probablement une vie simple et ordinaire avec les sauvageons. L’héritier légitime des Targaryens n’aspire qu’à une vie calme loin du pouvoir. Les enfants Stark auront tout tenter pour se retrouver depuis leur séparation et finalement ne resteront pas du tout ensemble, chacun accomplissant sa destinée.

Advertisements

Game of thrones, saison 5…Le début de la fin?

Petite parenthèse dans le mois anglais, game of thrones oblige!

La saison 5 se termine déjà, et encore une fois la série m’a fait passer par tout un tas de sentiments. Chaque semaine c’était l’excitation de voir ce qui allait arriver aux personnages que l’on suit depuis cinq ans déjà. Qui allait mourir, qui allait survivre…
Après un début de saison un peu lent mais tout autant passionnant que d’habitude, les choses se mettent en place et les destinées s’effondre. Cersei se mord la queue, à force de vouloir manipuler son monde dans son intérêt, elle a oublié bien vite que sans papa Tywin, elle n’était plus grand-chose, et que son intelligence n’était pas aussi acérée qu’elle voulait le croire. La trop grande confiance que Cersei a en elle même l’aura perdu.

On retrouve Arya à Essos où elle retrouve Jaqen. Elle commence une autre vie, encadrée par des règles, et par une croyance bien étrange, mais Arya n’a pas oublié son but premier, celui de la vengeance, son esprit guerrier n’a fait que ce renforcer depuis la saison 1, et Arya devient un personnage de plus en plus violent.

J’ai particulièrement adoré les aventures de Tyrion, sur le continent d’Essos, en compagnie de Varys d’abord, puis de Jorah ensuite, le voir enfin rencontré Daenerys.

La série prend aussi un tournant bien glauque pour la pauvre Sansa, qui se voyait devenir plus dure, plus forte après avoir côtoyer Littlefinger, mais les choses vont s’assombrir pour elle, après qu’elle ait accepter malgré elle, de se marier à Ramsay Bolton. Les scènes centrées autour d’elle sont dures, la scène de viol a choquer pas mal de gens, surement du au fait qu’on a toujours connu Sansa comme une gentille fillette romantique, qui a toujours échappée jusque là à ce genre de scène. Dure de tourner la page…


Les temps forts de la saison 5, c’est d’abord l’épisode 8, dans lequel Jon Snow part rallier à sa cause les sauvageons. Parce que, pendant que dans le sud, les personnages se battent pour ce stupide trône de fer, dans le nord on découvre la population des white walkers, ces zombies et morts vivants qui ne vivent que dans le froid, et qui ont l’air quasi invincibles…et très très nombreux! La fin de l’épisode 8 est épique, c’est hypnotisant, c’est froid et c’est implacable, les whites walkers sont de redoutables futurs ennemis qui comptent bien descendre dans tout le westeros, grâce au fameux “Winter is coming”. L’occasion aussi d’introduire un personnage féminin parmi les sauvageons, Karsi, qui m’a tout de suite beaucoup plut, et qui disparait aussi vite qu’elle apparait et c’est bien dommage!

L’épisode 9 reste aussi anthologique, encore un épisode qui traumatise les pauvres spectateurs que nous sommes, puisque la pauvre Shireen Baratheon est horriblement sacrifiée sur le bucher, bruler vive par son propre père, sur ordre de cette p****n de Mélissandre. Scène très difficile donc, surtout que lors de cette saison, je m’étais de plus en plus attachée à cette fillette douce, gentille, intelligente, si aimante, difficile de l’entendre hurler sa douleur physique, de la voir bruler vive tout en sachant que c’est son père qui a donner l’ordre, de voir ses larmes de détresse, cette scène est une pure horreur, probablement la plus rude de la saison. Mais alors que je pensais que l’épisode allait clôturer sur cette scène, on repart à Meereen avec Daenerys, qui a fait de Tyrion son nouveau conseiller, et qui inaugure la reprise des combats dans l’arène…qui finit par un massacre dans les tribunes. La scène est digne d’un film cinéma (comme beaucoup de scènes dans GOT), la tuerie est sauvage, violente, et je n’avais jamais vu Daenerys aussi près de se faire égorger, accompagner de sa fidèle servante, de Jorah, de Daario et de Tyrion, ils sont vite déborder et encercler jusqu’à l’arrivée de Drogon, le dragon de Daenerys, et comme souvent avec ce personnage fort, elle est au centre d’une scène grandiose qui explose l’écran.

Finalement, la saison 5 m’a beaucoup plut, la bataille au nord du mur entre les Widlings et les White walkers, la mort de la pauvre Shireen, la bataille dans les arènes de Meereen…Seules les scènes centrées sur Jaime et Bronn sont faibles en intrigues…
La saison 5 est finalement cloturer par un épisode 10 décevant et qui inquiète quant à la suite de la série. L’humiliation de Cersei à travers la ville est impressionnante, et on devine que la dame n’a pas été complètement détruite par tout ça et prépare déjà sa vengeance. J’ai beaucoup aimé les retrouvailles entre Tyrion et Varys, un duo qui apporte un peu d’humour, ce qui n’est pas du luxe. Les aveux de Jamie à sa fille Myrcella, sont touchants et aucune surprise de ma part de la voir mourir, après tout les personnages heureux dans Game of throne n’existe pas et son une aberration (jeune, jolie, un père et une mère aimants, un fiancée dont elle est folle amoureuse, la vie était trop douce pour Myrcella).

Game of Thrones saison 5, épisode 10, mother's mercy, 5x10, season finale, dernier épisode, spoiler, recap, review, critique, morts, jon snow, kit harington, stannis baratheon, stephen dillane, cersei lannister, lena headey, daenerys targaryen, emilia cla

Mais je n’adhère pas à la mort de Stannis qui manque de sens après tout ce qui a été construit depuis la saison 1 autour de lui, et pareil pour la fin de Jon, ce sentiment de détruire tout une longue construction au fil des saisons, un personnage dont les origines sont mystérieuses, quel intérêt de le faire mourir maintenant et comme ça ? (à moins d’une surprise étrange?) On sent la surenchère des scénaristes, une surenchère dont ils n’arrivent pas à se défaire de peur de décevoir les spectateurs si il n’y a pas de mort atroce ou de drame terrible, et c’est bien dommage d’en arriver là, trop c’est trop, et ça perd de son sens…Est-ce une erreur qui entrainera le déclin de la série ? pour l’instant le show télé à rattraper les romans, à voir donc comment les choses vont évoluer par la suite, mais je ne peux m’empêcher en terminant ce dernier épisode, d’être un peu blasée, un peu déçue par la tournure que prend la série.