Conjuring, les dossiers Warren

Conjuring : Les dossiers Warren : Affiche

de James Wan

Patrick Wilson, Vera Farmiga, Lily Allen

3/5

Dans les années 70, les Perron et leurs cinq filles s’installent dans leur nouvelle maison. Mais ils sont témoins rapidement de faits étranges, comme l’une des filles qui se voit tirer par les jambes durant son sommeil, des bleus qui apparaissent sans raison sur le corps de la mère, ou encore les photos de familles qui s’écrasent au sol dès qu’on les accroches. Alors que les enfants sont de  plus en plus victimes de ces troubles, Madame Perron décide d’aller demander de l’aide aux Warren, connues pour leurs conférences sur les effets paranormaux et leurs expériences dans différents exorcismes.

Conjuring : Les dossiers Warren : Photo Patrick Wilson, Vera Farmiga

Je ne suis pas trop films d’horreurs en générale, la plupart du temps je suis déçue par les films d’horreurs récents. Dernièrement j’ai beaucoup aimé 28 jours plus tard de Boyle, ou The descent, qui m’a fait froid dans le dos, mais ce sont surtout les vieux films d’horreurs qui m’impressionnent encore le plus (Poltergeist, l’exorciste).

Conjuring : Les dossiers Warren : Photo Lili Taylor

Entre une bande annonce qui m’a plut et le coté année 70 qui ne me déplait pas, je me suis laissée tenter. L’histoire se passe en grande partie dans la maison isolée des Perron, remplie de coins sombres et de bruits étranges. Il y a beaucoup de scènes assez flippantes, on se prend au jeu, on est parfois tendus, mais je n’ai pas non sursauté, la faute à la bande annonce qui nous montre les moments les plus flippants, ou surprenants, et la faute aussi peut être à un manque d’originalité par rapport aux autres films d’horreurs du même style.

Conjuring : Les dossiers Warren : Photo Hayley McFarland, Joey King, Kyla Deaver, Lili Taylor, Mackenzie Foy

Bien sur, le film se passe dans les années 70, la déco, les tenues y sont pour quelque chose, mais le film m’a fait beaucoup pensée sur le plan visuel, à l’exorciste de William Friedkin. Les petites en chemises de nuits, les papiers peints fleuri sur les murs, la manière de filmé certaines scènes, surtout dans les rampes d’escaliers…Mais le film n’atteint jamais le niveau du film de Friedkin,qui est plus qu’un film d’horreur à mes yeux (surtout en le revoyant à l’âge adulte, la lecture du film n’est pas le même que lorsque je l’ai vu à l’adolescence).

Conjuring : Les dossiers Warren : Photo Joey King, Lili Taylor

En bref, un film d’horreur plutôt réussie, même si il prend beaucoup au film de Friedkin. A voir surtout pour Vera Farmiga, très bonne dans le rôle de la médium et pour les enfants, tous très doués. A ne pas voir seule la nuit, risque d’insomnie!

Elysium

Elysium : Affiche

de Neil Blomkamp

Matt Damon, Jodie Foster

3/5

En 2154, le monde est divisé en deux catégories: ceux qui vivent sur Elysium une station spatiale en orbite autour de la planète, là où vivent le gouvernement et les gens suffisamment riche pour y vivre, la population ne connait ni la maladie, ni la pauvreté, et il y a les humains restés sur la planète dévastée par des années de mauvais traitements, ils souffrent de tout les maux et sont considérés et traités comme des sous hommes. Max, un ancien voleur de voitures de luxe, est devenu un ouvrier honnête après un passage en prison. Mais lors d’un accident à l’usine, où le rendement passe avant la sécurité, Max est irradié et n’a plus que cinq jours à vivre. Sa seule chance est de se rendre à Elysium pour utiliser l’une des medbox, un appareil permettant de soigné tout mal. Pour ça il décide de faire une mission pour un caïd du coin, le seul à pouvoir pirater des codes d’entrées sur Elysium.

Elysium : Photo Matt Damon

Je suis toujours preneuse pour les films de sf d’anticipation. Ici, on reprend le bon vieux thème d’un monde futuriste bien sombre et bien manichéen qui sépare les hommes considérés comme des bêtes de somme, la masse de travailleurs qui n’a aucun droit et que des devoirs, et un petit nombre, ceux qui ont tous les privilèges, la richesse, la santé, l’opulence.

Elysium : Photo

Si je suis allée voir Elysium c’est aussi pour son casting, j’ai toujours adoré Jodie Foster, depuis que j’ai vu le Silence des agneaux à l’âge de 13 ans. Ici elle joue la ministre de la défense et à en charge de protéger le mode de vie des privilégiés d’Elysium, quitte à tuer ceux qui essayent d’y mettre un pied sans autorisation. Elle joue une femme froide, inhumaine, sans scrupules, rien ne l’arrête, elle fera tout pour préserver la vie sur Elysium, pour ses enfants et petits enfants. Comme tous les membres d’Elysium, elle considère les humains restés sur Terre comme des insectes.

J’aurais d’ailleurs apprécié que l’on voit un peu plus les élus d’Elysium, qu’on voit un peu plus leurs vies, leurs quotidiens, ce qu’ils pensent de cette division injuste entre les très riches et les autres, voir si certains y voient une injustice ou si ils pensent tous de la même façon que la ministre de la défense. C’est à peine si on voit le président qui n’est pas d’accord avec les usages violents et sans concession de la ministre, mais rien de plus.

Elysium : Photo

Par contre, on nous montre bien le quotidien et les structures sociales des humains restés sur Terre: la pauvreté, la maladie, les conditions d’hygiène, l’administration automatisé par des robots, tout comme la police.

J’ai su comment le film allait se terminer au bout d’une petite demi heure, je n’ai donc pas du tout été surprise par la fin qui est très bien trouvé finalement, En bref, un film d’anticipation pas assez approfondi au profit de scène d’action parfois trop longue. Matt Damon et Jodie Foster sont très bien dans leurs rôles respectifs, et le scénario, si il n’est pas tout à fait originale, ne nous sort pas des rebondissements ou une fin sortie du congélateur et passé au micro onde, les choses restent assez sombres sans être dénués d’espoir. A voir si on est fan de Damon, de Foster ou d’anticipation, même si ce n’est pas un film majeur.