Kingsman

Kingsman : Services secrets : Affiche

De Matthew Vaughn

Taron Eggerton, Colin Firth, Samuel L Jackson, Micheal Caine, Mark Strong

4/5

Eggsy vit dans les quartiers populaires de Londres et passe son temps avec ses potes à tromper l’ennui par des petits actes de délinquances. Après avoir embouti volontairement une voiture de police, Eggsy comprend que cette fois ci il n’échappera pas à la prison. Il passe alors un coup de fil à un numéro mystérieux donné par l’inconnu venu lui annoncé quand il était enfant, la mort de son père, militaire mort lors d’une mission. Un numéro qu’il doit utiliser en cas d’ennui. Il sort dans l’heure du commissariat en homme libre et rencontre Harry Hart, l’homme qui doit la vie au père d’Eggsy. Il lui explique qu’il fait parti des services secret britannique, un groupe ultra secret, kingsman, et qu’ils sont en train de sélectionner un nouveau membre. Eggsy décide de tenter sa chance pour devenir un kingsman.

Kingsman : Services secrets : Photo Colin Firth

Je ne m’attendais pas à un film aussi déjanté en allant le voir! il faut dire que la bande annonce ne m’avait pas tenter plus que ça. Et pourtant, le film m’a finalement beaucoup plut!

Matthew Vaughn s’amuse comme un fou à détourner les clichés et autre standards des films d’action et d’espionnage, en prenant pour grand méchant qui veut anéantir l’univers, un Samuel Jackson complètement barré, loufoque, en prenant un agent secret qui ne quitte jamais son costume sur mesure, en se moquant des gadgets habituels qu’on peut voir chez les agents secrets de cinéma comme James Bond.

Kingsman : Services secrets : Photo

On a droit à quelques clichés, les quartiers populaires londoniens, les racailles locales, les agents secrets britanniques et leurs flegmes à tout épreuve. Et la touche Matthew Vaughn apporte le coup de folie, la surenchère, l’exagération, l’absurde, sans aller pour autant trop loin. On prend son pied en assistant aux entrainements et épreuves des potentiels futurs “kingsman”, en regardant Eggsy prendre sa revanche sur le caïd de son quartier, en voyant Eggsy essayer de sauver le monde, en voyant Colin Firth, toujours impeccable dans son costume sur mesure, s’attaquer aux méchant de l’histoire, on prend son pied dans la violence aussi comme ce fut le cas avec Kick ass, une violence  exagérée au point qu’on n’y accorde finalement que peu de crédit, comme la scène de l’héroine de Kick ass quand elle dévaste tout dans les appartements de son ennemi.

Kingsman : Services secrets : Photo Colin Firth, Taron Egerton

Kingsman ressemble beaucoup à Kick ass finalement, un mélange d’humour british, d’humour plus gras, de scènes d’actions affolantes, de scènes de pures comédies, de drames auxquels on ne s’attend pas, des codes détournés et moqués et une violence absurde. Matthew Vaughn nous emmène dans son délire contrôlé, Kingsman c’est surtout un fantasme, un délire, on s’éclate, on ne prend rien au sérieux, on passe un excellent moment, on ne s’ennuie pas une seconde et on prend son pied comme c’est rarement le cas au cinéma!

Kingsman : Services secrets : Photo Colin Firth, Taron Egerton

J’aime beaucoup les films de Matthew Vaughn je les ai tous vu, Kick ass, Stardust, X men le commencement, et même son premier film, Layer Cake, ils ont tous en commun un ton complètement décalé, absurde, un mélange d’humour et de violence étrange qui marche à tout les coups et Kingsman ne fait pas exception!

Magic in the moonlight

Magic in the Moonlight : Affiche

de Woody Allen

Colin Firth, Emma Stone, Jacki Weaver, Marcia Gay Harden, Eilean Atkins

 

3/5

Dans les années 20, Stanley est un grand illusionniste connue dans le monde entier sous le nom de Wei Lin Soo. Il reçoit un soir la visite d’un très vieil ami illusionniste aussi, qui lui propose de venir avec lui sur la cote d’azur pour rencontrer la jeune et jolie Sophie, qui se dit être une vraie médium, afin de la confondre et de prouver sa fraude. Elle et sa mère se sont installées dans la grande demeure d’une riche famille après avoir convaincu tout le monde de son talent de médium. Stanley se fera t-il lui aussi embobiner?

 colin firth 2

Hier donc, c’était l’avant première à Paris du nouveau film de Woody Allen. Ce réalisateur est très aimé en France mais je dois dire que je ne fais pas partie de ses fans inconditionnels. Depuis une bonne dizaines d’année, Woody Allen nous sert des films agréables, sympas à regarder, pas mal, sans plus, bref, rien de transcendant, rien qui retienne l’attention plus de l’heure trente que dure le film. J’avais beaucoup aimé Vous allez rencontrer un sombre et bel inconnu et j’avais pas mal apprécié Blue Jasmine, mais ce  fut surtout plus pour la performance d’actrice que pour le reste. Le must de ses films récents reste Match Point.

colin firth

Donc hier soir, j’étais à moitié motivée pour aller voir son dernier film, mais quand Monsieur Colin Firth fait le déplacement, difficile de dire non! Il est venu présenter le film en compagnie d’ Emma Stone. J’ai bien failli ne pas le voir, car je n’avais pas de billet pour le film, j’ai tout simplement attendu pour voir si il y avait des désistements, et finalement, entre les journalistes et VIP invités qui ne se sont pas présentés, UGC était bien content de nous trouver à attendre, histoire de ne pas présenter une salle vide à Colin Firth et Emma Stone.

colin

Voir Colin/Mr Darcy/Firth en chair et en os, c’est assez impressionnant, il en impose et même si il a un peu vieilli, il a toujours la classe! La classe anglaise. Il présente le film , nous dit quelques mots, et nous fera l’honneur de rester visionner le film avec nous du début à la fin, ce qui est assez surprenant, puisqu’en générale, les acteurs ne restent pas.

Magic in the Moonlight : Photo Colin Firth, Emma Stone

Quant est-il du film? et bien comme d’habitude avec Woody Allen, c’est pas mal, ça se laisse voir, c’est parfois drôle, c’est parfois sympa, mais c’est aussi parfois long. Pour un film qui dure 1h30, j’ai senti le temps passé, je me suis même demandée, ne voyant pas le film finir, si je ne m’étais pas trompé sur sa durée. Évidemment, Woody Allen fait du Woody Allen, c’est bavard, parfois trop, le style est le même, même façon de filmer même façon de diriger. Il prend plaisir à filmer les beaux paysages du sud de la France et les jolies tenues des années 20 et puis c’est tout.

Magic in the Moonlight : Photo Emma Stone, Marcia Gay Harden

Magic in the Moonlight : Photo Colin Firth, Eileen Atkins, Simon McBurney

Heureusement, Colin Firth est toujours aussi géniale, c’est sur il fait partie des acteurs les plus doués de sa génération, toujours un plaisir que de le voir jouer à l’écran. Emma Stone est mignonne en ingénue. Y’a de beaux seconds rôles, mais ils ne sont hélas, pas assez exploités (dommage que Marcia Gay Harden ne fait quasiment que de la figuration), sauf Eilean Atkins qui nous joue une tante Vanessa très attachante. Le film sort en France le 22 octobre prochain.