Jupiter ascending

Jupiter : Le destin de l'Univers : Affiche

de Andy et Lana Washowski

Mila Kunis, Channing Tatum, Sean Bean, Eddie Redmayne, Maria Doyle Kennedy

3/5

Jupiter est la fille d’une russe professeur de mathématique et d’un diplomate anglais passionné d’astronomie. Alors qu’elle est encore dans le ventre de sa mère, son père se fait assassiner par des cambrioleurs. Sa mère décide alors de quitter la Russie pour les états unis, en compagnie de sa sœur. Jupiter vit donc à Chicago avec sa mère, sa tante, et toute une branche de sa famille d’origine russe. Pour gagner leur vies, elles travaillent comme femmes de ménages pour les plus riches familles de la ville, et Jupiter s’occupe tout particulièrement des toilettes et salles de bains. Alors que Jupiter n’apprécie pas sa vie, elle est sauvée in extremis par un mystérieux inconnu qui lui explique qu’elle est une sorte de réincarnation d’une reine et qu’en tant que telle elle peut réclamée son titre. Elle découvre alors l’origine de l’humanité et le reste de l’univers.

Les Wachowski divisent, ne font pas l’unanimité, leurs films passionnent les foules, et si ils sont souvent loin de la perfection, ils ont le bon gout d’être hors normes, originaux, bref les Washowski ont un style, et osent des choses, même si le résultat n’est pas toujours génial. Avec Matrix, ils avaient marquer les esprits, avec Cloud Atlas, ce n’est pas le même effet, mais c’était originale et bien mené.

Avec Jupiter Ascending, le résultat est plutôt mitigé. Ici, les Washowski ne font pas forcément dans l’originalité, mais plutôt dans le bon divertissement. C’est visuellement bien foutu, les décors sont tape à l’œil, les costumes aussi, on sent l’envie des réalisateurs d’en foutre plein la vue aux spectateurs, même si ça n’apporte rien à l’intrigue ou à l’univers du film. Les paysages et l’architecture des différentes planètes sont visuellement bien fait, bien travaillés, même s’ils ne sont pas vraiment originaux, y’a du déjà vu.

L’histoire est sympa mais ce n’est pas particulièrement originale ou nouveau, l’univers est intéressant mais pas assez développé. Une jeune femme qui a une vie ennuyeuse, routinière, une looseuse qui passe son temps à récurer les toilettes des riches et qui pense sérieusement à vendre ses ovules histoire d’avoir un peu d’argent à elle, et qui découvre que sa destinée est tout autre, qu’elle est née pour embrasser une vie incroyable, hors du commun, c’est une reine, qui peut décider à elle seule du sort de l’univers. Et à grands pouvoirs, grandes responsabilité comme dirait l’autre!

Jupiter : Le destin de l’Univers : Photo Eddie Redmayne, Mila Kunis

Jupiter ascending c’est donc un bon divertissement, de belles scènes d’action (même si certaines sont un peu longuettes), de belles images, on sent la volonté des réalisateurs à trop vouloir en faire, mais bon, ça passe. Mila Kunis incarne une héroïne intéressante, ni super forte, ni la faible princesse en détresse, ce qui est appréciable. (C’est même elle qui prendra les devants pour draguer le mâle de l’histoire). Les acteurs nous sortent des interprétations correctes mais sans plus, personne ne sort vraiment du lot, on sent que les Washowski étaient plus préoccuper par le résultat visuel que par leurs personnages, ou la direction d’acteur, mais encore une fois ça passe.

Jupiter : Le destin de l’Univers : Photo

Jupiter : Le destin de l’Univers : Photo

Le film aurait gagner à se prendre un peu moins au sérieux, et à introduire un peu plus d’humour. Heureusement la famille d’immigrés russes de Jupiter apporte un peu d’humour à l’histoire ce qui fait du bien! A noter que pour une fois SPOILER                           Sean Bean ne meurt pas, ouf!

Foxcatcher

Foxcatcher : Affiche

de Bennett Miller

Channing Tatum, Steve Carell, Mark Ruffalo

4/5

1987. ça fait 3 ans que les frères Schultz ont remporté leurs médailles d’or olympiques à la lutte gréco romaine. L’ainé, David, est marié et père de famille. Il entraine son jeune frère en vue des championnats du monde. Mark est alors contacté par John E Du Pont, un des hommes les plus riches des États Unis, qui lui propose de venir s’installer chez lui dans son grand domaine, afin qu’il puisse profiter des infrastructures qu’il a installé. Délaissé par la fédération officielle, complètement à sec, Mark accepte l’offre alléchante de monsieur Du Pont.

Foxcatcher : Photo Channing Tatum, Steve Carell

Foxcatcher baigne dans une atmosphère froide et sans joie, à la limite de la dépression. Mark et David, deux frères médaillés olympiques, vivent différemment l’après JO. L’un est marié, père de famille, content de sa vie, et se reconvertie en coach talentueux. Mark est célibataire, déprimé, seul, et passe ses journées à s’entrainer avec son frère, vivant dans une modestie limite, complètement délaissé par les officielles de son sport, il arrive à peine à subvenir à ses besoins.

Foxcatcher : Photo Channing Tatum, Mark Ruffalo

Foxcatcher, nous parle donc de beaucoup de choses, du sport de haut niveau, des sacrifices que ça implique, la solitude, Foxcatcher nous parle aussi des officielles de ce sport, qui ont quasiment abandonné les deux champions après leurs médailles, livrés à eux même, en particulier Mark, dont on sent la difficulté qu’il a eut de reprendre le quotidien.

Foxcatcher : Photo Channing Tatum, Mark Ruffalo

Le film nous parle aussi de ses deux frères, l’ainé qui a une vie plus stable, qui a su reporter son attention sur sa famille, ses enfants, et ne pas trop sentir le manque de la compétition, qui a su se reconvertir en coach talentueux, et Mark qui se sent perdu en dehors des compétitions, qui se sent perdu sans son frère, et qui voit dans l’offre de monsieur Du Pont, l’occasion de se démarquer de son frère ainé, et de remporter une médaille sans son soutien.

Foxcatcher : Photo Channing Tatum, Mark Ruffalo

Foxcatcher nous parle aussi de cet homme étrange et complexe, Du Pont, un homme extrêmement riche, puissant, enfermé dans son énorme domaine, autoritaire, qui sait impressionner par son dialogue, le jeune et naïf Mark. Au fil du film, on apprend à connaitre cet homme d’une cinquantaine d’année, qui s’avère en fait être un homme seul, écraser par le poids de sa mère qui n’approuve rien de son fils, qui ne l’a jamais respecté. Un homme qui a toujours rechercher l’approbation d’une mère passionner de chevaux, qui payait le fils du chauffeur pour qu’il soit l’ami de son fils quand il était petit.

Bennett Miller film Foxcatcher sombrement, pas une once de lumière, pas une once d’espoir, tout est sombre dans les humeurs, tout est assez dépressif. Du Pont est parfois pathétique, ridicule, un petit enfant pourri gâté, qui s’invente des problèmes et des psychoses pour faire face à un vide et un ennui profond, sans parler d’un isolement totale qui rendrait dépressif n’importe qui. Le casting reste incroyable, le point fort du film, avec un Channing Tatum méconnaissable, Mark Ruffalo en sage zen, et Steve Carrell en héritier despotique. Rien que pour les performances de ces trois acteurs, le film vaut la peine d’être vue, plus un sujet parfaitement traité et intéressant, à voir sans se renseigner sur la vie de ces personnages qui ont véritablement existé, ce serait se gâcher la fin du film!