And then there were none d’Agatha Christie – Adaptation BBC

Afficher l'image d'origine

Mini série BBC

de Sarah Phelps

Charles Dance, Burn Gorman, Sam Neil, Toby Stephens, Maeve Dermody, Anna Maxwell Martin, Miranda Richardson

Sur une ile au large des cotes anglaises, un couple de domestiques accueillent dans une grande demeure 8 personnes qui ne se connaissent absolument pas. L’hôte mystérieux qui a envoyé les invitations n’est pas présent sur les lieux. Sans aucun moyens de transports pour rejoindre le continent, les invités s’installent, les domestiques suivent les instructions laissées par l’hôte mystérieux. Mais petit à petit les invités tombent comme des mouches, violemment assassinés…

Afficher l'image d'origine

Je n’ai pas lu les dix petits nègres ou And then there were none. L’histoire est très différente des autres romans d’Agatha Christie, ici pas de détective professionnel ou amateur, pas de policier, pas de véritable enquêtes, interrogatoires, indices. Cette fois ci, c’est un magnifique huis clos, dans lequel 10 personnes qui n’ont rien en commun, se retrouvent enfermés dans une grande demeure sur une ile perdue. 10 personnes qui ont commis des atrocités dans leurs vies passées, qui ont la mort de personnes sur la conscience et qui n’ont jamais payé.

Afficher l'image d'origine

C’est super bien réalisé, on sent des les premières minutes une véritable tension, un vrai suspense. C’est un huis clos tendu et sombre, plus on avance dans le temps plus les cadavres s’amoncèlent. Les invités tombent comme des mouches, tout en dévoilant entre chaque meurtre le passé des invités, les meurtres ou atrocités qu’ils ont commis et qui leur valent d’être enfermés sur cette ile. Et plus le temps passe et plus les bonnes manières disparaissent, les traces d’humanité et de civilités ne font pas long feu.

Afficher l'image d'origine

Sans dévoiler l’intrigue pour ceux qui ne connaissent pas, c’est tout de même très sombre, mais tellement bien réalisé. Le casting joue pour beaucoup aussi, notamment Charles Dance, excellent, Anna Maxwell Martin, Sam Neill, mais je retiens surtout Maeve Dermody dans le rôle de la jeune Vera, excellente, elle a vraiment tiré son épingle du jeu, j’ai trouvé qu’elle crevait l’écran, elle marque la série par sa présence et son jeu.

Afficher l'image d'origine

A voir donc, que l’on ai lu ou non le roman. J’essaierais de le lire “rapidement”!

Advertisements

Death comes to pemberley

Mini série uk

Anna Maxwell Martin, Matthew Goode, Matthew Rhys, Jenna Louise Coleman,

3 épisodes

Elizabeth Bennett est désormais Elizabeth Darcy, mariée et heureuse maitresse de Pemberley, l’immense demeure de son mari. Tout va pour le mieux chez les Darcy, ils ont désormais un petit garçon et vivent en parfaite harmonie. A quelques jours du grand bal qu’ils veulent donner, Lydia, la sœur d’Elizabeth arrive en catastrophe avec Wickham, son mari au passé et à la réputation plus que douteuse. Darcy qui n’a jamais beaucoup aimé la famille de sa femme, et qui déteste plus que tout Wikcham, n’est pas du tout content de les voir débarquer sans être invité, sans parler qu’ils apportent avec eux le cadavre de leur ami, abattu dans la forêt du domaine. Très vite, le magistrat n’a pas d’autre choix que d’arrêter Wickham et de l’envoyer devant un juge, qui risque bien de l’envoyer à la potence si on ne découvre pas vite la vérité derrière ce meurtre.

J’adore les personnages d’Orgueil et préjugés, j’adore le roman et l’adaptation par la BBC qui date de 1995. J’adore également Anna Maxwell Martin, c’est une actrice que j’aime beaucoup et que j’avais découverte avec l’adaptation de Nord et Sud. Elle a toujours une présence bien particulière à l’écran.

J’ai finalement enchainé les épisodes sans pause, j’ai beaucoup aimé. J’étais contente de voir Elizabeth et Darcy après le mariage, leur vie au quotidien, tous les fans du roman ont toujours voulu voir ce qui se passe après, même si ce n’est pas de la main de Jane Austen. La série à su nous montrer le couple Darcy/Elizabeth, sans tomber dans la mièvrerie ou le romantisme excessif. Le couple à ses mésententes, ses désaccords, ses disputes et ses doutes, et ça c’est pas mal rendu. Anna Maxwell Martin nous joue une Lizzie proche de celle de Jennifer Ehle je trouve. J’ai aussi beaucoup aimé la prestation de Jenna Louise Coleman, on retrouve l’inconscience, le grain de folie de Lydia, son franc parler méchant et grotesque, ses réactions puériles, et ses petits rires mesquins quand elle se moque des autres. La série nous montre quand même une Lydia un peu plus sérieuse quand son mari est proche d’une condamnation mais dont la nature revient au galop (j’ai bien ri quand elle prend le bras de son beau frère, piquant le marie de Lizzie le temps de faire son entrée à l’église).

Les secrets autour du crime sont révélés, les personnalités aussi. J’ai été surprise par la manière dont est présenté le cousin de Darcy, alors qu’il était si sympathique dans le roman et l’adaptation BBC. C’est aussi très bien réalisé, on a droit à de très jolies images, et le boulot sur les décors et les costumes sont enchanteurs pour les yeux!

En bref, une mini série qui se regarde bien vite, qui nous replonge avec plaisir dans le monde d’Orgueil et préjugés, qui nous permet de prendre des nouvelles d’un des couples les plus aimés de la littérature. Servis par d’excellents acteurs (en particulier Anna Maxwell Martin), on se promène avec plaisir dans le domaine de Pemberley. Très plaisant.