Bye bye 2016

Comme chaque année, voici le temps de regarder en arrière une dernière fois, pour se rappeler ce qu’on a fait de beau en 2016. On se concentrera sur les points positifs, pas la peine de se remémorer les mauvais moments, et cette année sera marqué par le plus beau des voyages!

Et puis bien sur, à la fin de cet article, c’est le sacro-saint classement de fin d’année. Quels sont les films qui m’ont marqué, quelles sont les lectures que je retiendrais.

b16

Gent en Belgique

Alors l’année a commencée chez mes amis belges avant de commencer le mois de janvier avec un nouveau boulot. ça fait donc un an que j’ai changé de poste et ça ne m’a apporté que des choses positives. Sans pour autant occuper un poste géniale, j’ai pu profiter de certaines choses et opportunités que je n’aurais jamais eu à mon ancien poste, et je ne suis plus entourée de personnes poisons et toxiques, à la limite de la “cinglerie”, donc ça fait du bien! Cette année j’ai aussi découvert Prague, dont la population agressive ne m’a pas donné envie d’y retourner, Lyon qui fut une belle découverte, et l’Ile de Skye en Écosse durant mes vacances d’été: je reste toujours très attachée à l’Écosse, il y a quelque chose de quasi magique dans l’air dans ce coin du royaume uni, quelque chose que je ne retrouve pas dans les autres régions du pays.

londres36 londres69

l23

Londres

prague35

Prague

  e35 e19 e38 e60 e91

Isle of skye, Ecosse

lyon20

Lyon

Cette année, je n’ai pas fait autant de concert que ce que j’aurais voulu. J’ai quand même pu voir mon groupe favoris sur scène 4 fois, Muse, mais aussi Stereophonics, Archive et White lies. J’ai aussi pu voir deux expo qui m’ont beaucoup plut, celle sur le jade au musée Guimet et celle sur les jardins orientaux à l’institut du monde arabe. Je note également la magnifique pièce de théâtre mise en scène par Michalik, Edmond qui se joue encore et je la recommande chaudement!

archive2

w9 m3

Archive, White lies et Muse

Mais si je devais ne retenir qu’une seule chose, c’est mon voyage en Nouvelle Zélande. Ce fut une révélation, une claque, aucun voyage ne m’aura autant enchanté, et je n’aurais jamais autant été zen et détendu que dans ce pays. Les néo zélandais sont zen, calmes, tranquilles, il n’y a pas de problème mais que des solutions, on prend le temps de vivre, et cette façon de vivre rejaillit sur tous. Ce fut que de magnifiques paysages, j’ai été époustouflé plus d’une fois et malgré les mois qui passent, je ne m’en remet toujours pas. Je retiendrais les plages désertes du parc Abel Tasman, les paysages du Milford sound, et surtout ce rêve incroyable devenu réalité, celui de nager avec des dauphins sauvages en plein océan pacifique.

30nz 14nz 3nz cropped-img_1310.jpg NZZZ NZ004 nz016 nz03 nz35 nz31

Nouvelle Zélande

L’année dernière vers  la mi décembre, j’avais pris la résolution de faire de la natation deux fois par semaine. Et bien je peux vous dire que je n’ai pas abandonné, je continue à faire deux séances par semaine. Je n’ai jamais commencé l’aquagym (plus cher et les horaires plus contraignants) mais je fais des longueurs, ça me convient parfaitement, j’adore nager, et mon niveau d’endurance s’est largement amélioré avec les mois. En plus, c’est un sport qui me détend énormément, c’est devenu vraiment une drogue, et je déteste rater une séance!

Cette année, au cinéma, je n’ai pas vu autant de films que j’aurais voulu, mais voici mon classement pour 2016:

TOP 16 cinéma

16- Moi Daniel Blake (GB)

J’aime toujours autant le cinéma de Ken Loach, même si ce n’est pas mon préféré

15- Mademoiselle  (corée)

Pas aussi dithyrambique que la presse, quelques longueurs, mais un film très bien mis en scène.

14- Dernier train pour Busan (corée)

Derrière une histoire de zombie, le film décortique la nature humaine et c’est très bien fait.

13- Le garçon et la bête (jap)

Très bon animé par Mamoru Hosoda après ses excellents Les enfants loups, Summer wars et La traversée du temps

12- 1er contact (us)

Un film de SF qui parle de destinée, de temporalité, de langage et communication, une réussite pour Denis Villeneuve.

11- Tout en haut du monde (fr)

Très beau dessin animé, l’animation française est toujours au top

10- Strangers (corée)

Après The chaser, Na Hong Jin verse de nouveau dans le policier horreur avec réussite et d’excellents acteurs

9- Captain fantastic (us)

Viggo Mortensen et toute sa petite famille m’ont touché, dans ce beau film sur l’éducation et les choix que l’on peut faire

8- Louise en hiver (fr)

Encore l’animation française qui tape fort, de la part d’un des meilleurs dans le domaine, Jean François Laguionie, je suis fan

7- Your name (jap)

Vu début 2017 mais sortie fin 2016, un animé touchant et très drôle, qui sonne juste, et visuellement très réussi

6- Hana & Alice mènent l’enquête (jap)

Une belle histoire d’amitié entre deux ados, c’est drôle et touchant

5- Star wars rogue one (us)

Je n’en attendais pas grand chose, j’ai été très agréablement surpris! un très bon star wars, qui se démarque des trilogies.

4- Comancheria (us)

Excellent film sur les Etats Unis, loin des fantasmes

3- Les délices de Tokyo (jap)

Très beau, poétique, touchant, comme sait le faire la réalisatrice Naomi Kawase

2- Manchester by sea (us)

Un film dure, avec un Casey Affleck excellent

1- Assassin (chine)

Visuellement à tomber et une belle histoire, Hou Hsia Hsien est le maitre de la mise en scène

The Assassin : Affiche


TOP 10 Romans 2016

10- Le sorceleur de Andrzej Sapowski tome 1

Un premier tome prometteur qui présente un univers et des personnages intéressants

9- Magic binds de Ilona Andrew tome 8

Encore une aventure de Kate Daniels et de son entourage, toujours bourré d’action et d’humour

8- Les intrus de la maison haute de Thomas Hardy

Deux belles nouvelles, Hardy a un véritable don de conteur

7- The expanse de James S A Corey

Un space opéra prenant, des personnages attachants, j’attends de lire la suite

6-Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa

Comme pour le film, le roman est touchant et poétique, avec quelques différences

5-La main droite du diable de Ken Bruen

Le 5e tome des aventures de l’irlandais alcoolique Jack Taylor, l’un de mes tomes préférés

4- La ronde de l’amour de Somerset Maugham

Très beau roman sur les souvenirs de jeunesse, l’art d’écrire et le pourquoi de la célébrité littéraire, très intéressant et toujours la belle plume de Maugham

3- Black swan green de David Mitchell

Très beau roman sur l’adolescente dans une Angleterre des années 80. Encore un très bon roman de Mitchell

2- Des souris et des hommes de John Steinbeck

Un style pure et direct, des personnages attachants, une histoire prenante, j’ai adoré

1- Une odeur de gingembre de Oswald Wynd

Mon coup de cœur de l’année, une histoire dure comme l’héroïne d’ailleurs, et une envie de lire la page suivante jusqu’au bout

Afficher l'image d'origine

En ce qui concerne le top des films de l’année 2016, je m’octroie la possibilité de bousculer le classement, car il me reste encore 3 films à voir et qui viennent tout juste de sortir.

Pour 2017, j’espère continuer à voyager, à découvrir de nouveaux lieux, à rencontrer de nouvelles personnes. Comme le dit ma grand mère, les voyages c’est la meilleure des écoles, je ne vais pas la contredire! J’espère faire de belles découvertes littéraires, de pouvoir continuer à jardiner sur mon petit balcon, et surtout de pouvoir continuer mes séances de natation, un sport qui m’a fait énormément de bien!

Voilà, j’en profite pour vous souhaiter une très bonne année 2017, à bientôt!!!

Dernières lectures: Du policier, de la jeunesse, du manga et de la littérature anglaise

Afficher l'image d'origine

Le train bleu

D’Agatha Christie

4/5

Comme chaque année, les londoniens de la bonne société fuient les hivers anglais pour se rendre sur la rivièra. Et quoi de plus chic que de s’y rendre en prenant le luxueux train bleu. Dans les compartiments de luxe, on peut y croiser Mme Kettering, fille d’un millionnaire américain qui est décidée à entamer une procédure de divorce dès son retour de vacance. Elle voyage en compagnie de sa femme de chambre et de son cœur de feu, un célèbre collier de rubis, cadeau de son père. Mais lorsque le train arrive à Nice, Mme Kettering est retrouvée assassinée, et les rubis envolés. Malheureusement pour le meurtrier, se trouvait à bord du train un certain Hercule Poirot…

J’avais vu il y a un bon moment, l’adaptation bbc de ce roman, mais en commençant ma lecture, je ne me souvenais plus du tout du coupable, et c’est tant mieux!

On suit donc la belle et déterminée Mme Kettering monter à bord du train bleu en compagnie de ses rubis. J’ai beaucoup aimé les personnages qu’on croise dans ce roman, mr Kettering qui n’aime plus sa femme, et qui se rend compte que sa maitresse reste avec lui uniquement pour son argent, j’ai beaucoup aimé Katherine Grey, issu d’une bonne famille qui a été ruinée et qui a du passer les dix dernières années de sa vie comme dame de compagnie pour une vieille femme acariâtre, mais qui a eu la bonne surprise d’hériter de la fortune de la vieille dame, fortune dont personne ne soupçonnait l’existence. Elle décide de profiter de la vie en s’offrant un voyage en train bleu. J’ai aussi beaucoup aimé sa visite chez des cousins lointains, qui se rappellent à son bon souvenir quand ils découvrent sa nouvelle fortune. Lady Tamplin est agaçante au possible à la limite du supportable, alors que sa fille Lennox est attachante et sympathique.

J’ai adoré suivre l’enquête d’Hercule Poirot, très actif et très présent, les interrogatoires, les indices, les coups de colère, l’amitié, l’indulgence et l’attachement qu’il ressent pour les plus jeunes, notamment envers Katherine, Lennox et Zia. Un de mes Agatha Christie préféré!

Discussion entre Hercule Poirot et son majordome George:

– la personnalité d’un criminel, George, est une chose passionnante. Les meurtriers sont souvent des gens charmants.

– j’ai entendu dire que la compagnie du docteur Crippen était très recherchée. Et pourtant il a coupé sa femme en petits morceaux.

-vos observations sont toujours pertinentes Georges.


-l’écureuil mon bon George, ramasse des noisettes. Il les emmagasine à la fin de l’automne afin d’en profiter plus tard. L’humanité,  George, devrait tirer des leçon du comportement de ses frères inférieurs. C’est ce que j’ai toujours fait. J’ai été le chat guettant la souris, le bon chien flairant sa piste sans jamais la quitter. J’ai emmagasiné un petit fait par ci, un petit fait par là. Et à présent je vais dans ma réserve chercher une certaine noisette, une noisette que j’ai mise de coté il y a environ 17 ans. Vous me suivez George?

– J’étais loin de penser monsieur, que l’on puisse garder des noisettes aussi longtemps. Mais je sais qu’à présent on fait des merveilles avec les bocaux à conserves.

Poirot le regarda et sourit.


Afficher l'image d'origine

Les ombres de Kerohan

de NM Zimmermann

3.5/5

Au 19e siècle, Viola 12 ans et Sébastian 7 ans, viennent de perdre leur mère. Leur père les envoi chez leur oncle qui habite le manoir familiale en Bretagne, le temps de régler certaines affaires. Le plus dure pour les deux enfants, c’est qu’ils doivent s’installer pour un temps indéterminé chez un oncle qu’ils ne connaissent pas, seuls. Après un long voyage en train, ce n’est pas leur oncle qui les attends dans une gare déserte, mais un homme étrange, le docteur Vesper, un ami de leur oncle. Ils arrivent au manoir tard dans la nuit. Viola s’inquiète vite de leur quotidien dans ce manoir désolé. Son oncle est rarement présent, et sa tante et cousine toujours enfermées dans leur chambre. Seule la gouvernante s’occupe de les nourrir et de l es coucher le soir. Sebastian par contre ne parle que de créatures étranges et de fantômes qu’il aperçoit parfois. Viola pense que son petit frère a trop lu de contes mais elle se rend vite compte que le manoir renferme bien des mystères.

J’ai lu beaucoup de romans de cette romancière jeunesse, et j’ai beaucoup aimé la plupart de ces romans. J’avais eu notamment un gros coup de cœur pour sa trilogie Eden city, le premier roman que j’avais lu d’elle. Et j’avais aussi beaucoup aimé ces autres romans, Disparition, Alice Crane, Dream box ou encore Sous l’eau qui dort. NM Zimmermann a un univers originale et bien à elle, un univers sombre, parfois trop pour du jeunesse, mais en tant qu’adulte, j’aime beaucoup! Certaines histoires sont très sombres, d’autre vraiment flippantes.

Dans les ombres de Kerohan, on part s’installer dans un manoir de Bretagne au 19e siècle. Ce roman est destiné à un public plus jeune que les romans que j’ai lu jusqu’ici, c’est donc un peu moins sombre, moins dure, mais il y a toujours un univers fantastique, des personnages ambigus. C’est l’une des choses que j’aime énormément dans les romans de cet auteur, les personnages ne sont pas du tout manichéens.

On est tout de suite mis dans l’ambiance avec ce manoir perdu au milieu de nulle part, ce voyage en train presque fantomatique, et ces deux pauvres enfants, trop jeunes pour pouvoir s’en aller, mais assez grand pour se rendre compte que quelque chose cloche. J’ai beaucoup aimé Viola et son frère Sébastian, Viola très pragmatique, qui a les pieds sur terre, et ne veut pas se laisser influencer par l’imaginaire enfantine de son frère qui est beaucoup plus ouvert face aux choses surnaturelles.

C’est un huis clos de plusieurs semaines qui se déroule dans le manoir. Les deux enfants se sentent fragiles et dans l’insécurité suite au décès de leur mère et à la fuite de leur père dans les affaires. Les enfants doutent quant au retour de leur père. Et puis ces évènements surnaturels étranges, mystérieux et qui deviennent très vite angoissants.


Afficher l'image d'origine

Le bras de la vengeance

de Thomas De Quincey

3/5

1816, dans une petite ville allemande tranquille, des meurtres sanglants sont perpétrés. Les tueurs semblent attaquer que durant la nuit. Des vieilles personnes ou des personnes un peu plus jeunes, des femmes, des hommes, des célibataires, des personnes mariées, tout le monde y passe. Il semble que les tueurs n’agissent pas au hasard, puisqu’ils épargnent certains membres de la famille, quand ils s’attaquent à une maison. Mais qui se cache derrière ses meurtres horribles?

L’histoire est racontée par l’un des personnages du roman et il nous plonge dans un village allemand qui connait durant plusieurs mois l’horreur, avec des meurtres violents et sanglants, qui semblent frapper un peu au hasard. Les victimes sont toutes tuées dans leur propre maison. Alors que le narrateur nous relate ces meurtres qui secouent la ville et qui ne semblent pas se calmer, il nous raconte aussi en parallèle, l’arrivée d’un jeune homme remarquable, beau, intelligent, issu d’une bonne famille avec des origines anglaises, et qui a servit l’armée de l’empereur. Il est accueilli chez le narrateur, le temps pour lui de faire quelques années d’études bien méritées. Il nous raconte comment l’une des plus jolies et des plus gentilles filles de la ville est tombée sous son charme et vice versa, au grand désespoir d’un autre jeune homme qui espérait l’épouser.

C’est tragique, mélancolique, finalement les meurtres passent au second plan dans la deuxième moitié de l’histoire. Une nouvelle qui commence comme une histoire d’horreur et qui finit à la limite du roman gothique. Une lecture intéressante qui n’ennuie pas, l’écriture est fluide et on a bien entendu, envie d’aller jusqu’au bout et savoir le pourquoi de ces meurtres.


Afficher l'image d'origine

Orange tome 1

4/5

Naho, 16 ans, lycéenne ordinaire, reçoit une bien étrange lettre en ce premier jour de rentrée scolaire. La Naho du futur, âgée de 26 ans, lui écrit. Elle espère que la Naho de 16 ans pourra éviter de faire les erreurs qu’elle a commise pour ne pas avoir les même regrets. Chaque matin ou presque, Naho reçoit donc une lettre, dans laquelle son elle du futur lui raconte les évènements importants et les décisions qu’elle doit prendre.

Ce manga je l’ai découvert sur le blog d’ori, et son avis m’a vraiment donné envie de le lire. En générale, j’aime bien les mangas, mais je ne me lance dans quasiment plus de série, car la plupart du temps elles sont interminables, et au bout d’une dizaine de tomes, c’est souvent une lassitude que je ressens. Dans le cas d’Orange, la série ne comporte que cinq tomes, ce qui m’a encore plus motivée.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome, Naho est, comme souvent dans les mangas dits pour fille, une jeune ado peu sur d’elle, qui n’ose pas, mais finalement elle reste un personnage très crédible, et pas aussi fleur bleue et mièvre que certains autre mangas shojos que j’ai pu lire. On s’attache vite à son groupe d’amis, tous ayant des caractères différents. Voir Naho prendre le risque d’oser faire ou dire des choses parce que la lettre de son elle du futur le lui conseille, est intéressant à voir. Ces décisions changent finalement peu de choses, ou de manière très subtil, c’est un peu comme l’effet papillon, sur le moment ces choix différents n’entrainent que très peu de changement dans le quotidien de Naho, mais on devine qu’un effet boule de neige peut tout changer pour la Naho du futur. C’est aussi une lecture assez émouvante, notamment quand on lit les passages se situant 10 ans dans l’avenir et qu’on voit ce qu’il est advenu du groupe d’amis de Naho. Hâte de lire la suite.


Afficher l'image d'origine

Le bras atrophié et Les intrus de la maison haute

de Thomas Hardy

4/5

Le bras atrophié: Dans une ferme, Rhoda la laitière fut autrefois la maitresse du maitre des lieux, mr Lodge, mais pour des raisons qu’on ignore, il n’a jamais voulu l’épouser. Aujourd’hui Rhoda est solitaire parmi les autres laitières, et élève seule le fils qu’elle a eut avec mr Lodge. Un jour ce dernier revient en ville avec sa toute jeune épouse, Gertrude, jolie et joyeuse. Rhoda est aigrie de se retrouver mère célibataire. Une nuit, Rhoda rêve qu’elle agrippe violemment le bras de Gertrude. Le lendemain, Gertrude vient se présenter à Rhoda. Finalement entre les deux femmes, une certaine amitié est en train de naitre. Mais Gertrude découvre sur son bras, une marque laide qui ne fait que s’aggraver. Serait-ce une malédiction issu du rêve de Rhoda?

Les intrus de la maison haute: Darton, un riche fermier, se rend de nuit à la Maison Haute, pour rejoindre sa fiancée Sally. Dans quelques jours ils célèbreront leur mariage, pour le plus grand plaisir de la mère de Sally, contente de voir sa fille épouser un si bon parti. Mais voilà, alors que le fiancé tarde, le frère de Sally, parti plusieurs années auparavant faire fortune en Australie, débarque sans prévenir. Il revient chez lui aussi pauvre qu’un mendiant avec sa femme Hélène, et leurs deux enfants. Au même moment, Darton arrive aussi et semble être reconnaitre la jolie Hélène. Sally ne manque pas le regard que pose son fiancé sur sa nouvelle belle sœur…

J’ai beaucoup aimé ces deux nouvelles, l’auteur sait installé une atmosphère et sait développer des personnages en très peu de pages, c’est très réussi.

J’ai beaucoup aimé Le bras atrophié, l’amitié entre ces deux femmes qui n’étaient pas faite pour se rencontrer, une Rhoda aigrie d’être mère célibataire sans avoir pu se faire épouser par son amant, et la belle et jeune Rhoda, qui voudrait que son mariage marche mais dont le monde s’écroule doucement brique par brique, quand elle comprend que sa marque sur le bras ne disparaitra pas. On ressent le désespoir de Gertrude, ses visites chez le vieux sorcier, sa motivation à aller jusqu’au bout pour essayer de sauver son mariage, plutôt que de rester sans rien faire à attendre que le temps passe.

Mais je pense que j’ai préféré la seconde nouvelle. Dans Les intrus de la maison haute, on s’attache très vite aux personnages, on apprend à les connaitre, aussi bien que si on avait lu un roman de 300 pages, et c’est un vrai exploit je trouve. Sally est un personnage indépendant et intéressant à suivre, j’ai beaucoup aimé lire les rebondissements, l’intrigue, lire les choix malheureux de Darton. Deux nouvelles aussi riche que des romans, Thomas Hardy a un don pour raconter les histoires.

Au revoir ma biche

Aujourd’hui deux actrices qui ont marqué mon enfance nous ont quitté, Carrie Fisher qui incarnait la  princesse Leia, princesse rebelle et guerrière dans Star Wars, un personnage féminin moderne qui a marqué les fans;

Afficher l'image d'origine

et Claude Gensac alias “ma biche”, qui incarnait très souvent la femme de Louis de Funès dans notamment Oscar, les grandes vacances, le gendarme se marie, Hibernatus, ou encore Jo.

Afficher l'image d'origine

 

Manchester by the sea

Manchester by the sea : Affiche

Manchester by sea

de Kenneth Lonergan

Casey Affleck, Michelle Williams, Kyle Chandler, Lucas Hedges

4/5

Lee Chandler est concierge dans un complexe d’immeuble à Boston. Solitaire, Lee n’attend rien de la vie ni de personne. Il reçoit un jour un coup de fil lui annonçant la mort de son frère ainé, Joe. Il décide de rentrer dans sa ville natale, s’occuper de l’enterrement de son frère et surtout voir si son neveu de 16 ans, qui se retrouve orphelin, n’a besoin de rien. Mais pour Lee, le retour dans sa ville d’origine est une dure épreuve. Que c’est il passé pour que Lee soit si traumatisé?

Manchester by the sea : Photo Casey Affleck, Lucas Hedges

J’ai adoré Manchester by the sea. J’ai aimé la construction du film. Il dure 2h18 mais on ne voit pas le temps passé, et pourtant il ne se passe pas énormément de rebondissement. Le film passe du présent au passé de manière fluide et sobre, nous montrant la vie des deux frères, en des temps plus heureux. Lee était un homme comblé entouré d’une belle famille, et aidait son frère Joe qui élevait son fils seul.

Manchester by the Sea : Photo Casey Affleck, Kyle Chandler

On est donc pris dans l’histoire, je me suis tout de suite intéressée à Lee, ses blessures, me demandant ce qui avait pu lui arriver pour le traumatiser à ce point, pour qu’il n’ait plus envie de revenir dans sa ville natale. La scène qui nous montre l’horreur qu’il a vécut prend aux tripes, le réalisateur prend le temps de faire monter la tension, sans qu’on ait la moindre idée de ce qui va se passer. Et la scène qui suit les évènements dans le commissariat, avec un Lee absent, choqué, détruit est vraiment magnifique, dure, violente dans sa passivité, tout comme la réaction de son frère et son père. Casey Affleck est vraiment l’un des meilleurs acteurs de sa génération, il est bluffant. J’ai aussi beaucoup aimé Kyle Chandler dans le rôle de Joe.

Afficher l'image d'origine

On passe beaucoup de temps avec Lee, sa relation avec son neveu, sa détresse, ses essais pour essayer de reprendre le dessus. Un beau film qui ne verse pour autant pas dans le mélo ou le pathos, pas de violons, pas de tire larme malgré le sujet difficile et les drames qui frappent la famille de Lee.

Star wars rogue one

Rogue One: A Star Wars Story : Affiche

de Gareth Edwards

Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn, Madds Mikkelsen, Forest Withaker, Donnie Yen

4/5

Alors que l’empire règne en maitre sur la galaxie et que la république est définitivement enterrée, Jyn Erso vit cachée sur une planète déserte avec ses parents. Son père, un scientifique de génie, a déserté l’empire pour ne pas avoir à achever la construction d’une arme suprême permettant la destruction totale d’une planète, l’étoile de la mort. Mais l’empire à vite fait de retrouver les fuyards, d’assassiner la mère de Jyn et d’enlever son père pour qu’il termine son travail. Jyn a réussit à se cacher et est finalement élevée par Gerrera, un dissident de l’empire et ami d’Erso. Plusieurs années plus tard, Jyn est une adulte marginale qui tente de survivre. Elle est enlevée par la rébellion qui se bat contre l’empire. L’alliance rebelle demande à Jyn de partir en mission avec le capitaine Cassian afin de renouer contact avec Guerrera, le seul a connaitre le lieu où Erso est tenu captif…

Rogue One: A Star Wars Story : Photo Diego Luna, Felicity Jones

Le voilà enfin le spin off de star wars, en attendant la sortie de l’épisode 8 en décembre prochain. Au départ, je n’étais pas emballée par le choix de l’histoire exploitée. Entre les innombrables personnages secondaires, histoires parallèles, légendes, que ce soit dans un passé très lointain ou entre les différentes trilogies et épisodes, il y avait de quoi faire, alors quand ils annoncent que le spin off racontera l’histoire des rebelles qui réussirent à voler les plans de l’étoile de la mort, j’ai été un peu déçue. Cette histoire n’est qu’une petite anecdote dans toute la trilogie, et il n’y a pas de jedi qui intervient parmi les personnages principaux.

Rogue One: A Star Wars Story : Photo Diego Luna, Felicity Jones

Mais la bande annonce avait finit par me convaincre, j’étais plus qu’enthousiaste après l’avoir vu et je n’ai pas été déçue!

Rogue One: A Star Wars Story : Photo Ben Mendelsohn

Cette fois ci, la force et les jedis ne sont que secondaires voir inexistant. Jyn Erso a eu quelques années de bonheur dans son enfance, au sein d’une famille aimante, mais l’empire a tout fracasser sur son passage comme d’habitude. Jyn grandit auprès de l’ami de son père, un dissident de l’empire qui avec les années devient parano et fanatique. J’ai beaucoup aimé le personnage de Jyn qui au départ, reste cynique, froide, détachée. Elle ne cherche pas à savoir si son père est en vie, elle ne cherche pas à combattre l’empire, l’ennemi de sa famille, elle survie au jour le jour et n’attend rien de la vie.

Rogue One: A Star Wars Story : Photo Donnie Yen

Le capitaine Cassian est un peu du même acabit, lui aussi à beaucoup perdu à cause de l’empire, lui aussi est froid et détaché, mais lui par contre, met sa vie au service de l’alliance rebelle pour détruire l’empire. J’ai aussi beaucoup aimé les personnages secondaires, notamment Mads Mikkelsen dans le rôle de Galen Erso.

Rogue One: A Star Wars Story : Photo Diego Luna, Felicity Jones

Il y a les ingrédients qui font le succès de star wars, des batailles dans l’espace, des courses poursuites, de l’action. Par contre, il n’y a pas beaucoup  d’humour. Il y a quelques touches par ci par là tout de même, mais l’ambiance est plus sérieuse, le désespoir plus palpable. Les personnages mettent leur vie au service d’une cause, pas pour eux même mais pour le bien du plus grand nombre, sans recevoir ni gloire ni remerciement.

Rogue One: A Star Wars Story : Photo

Comme pour l’épisode 7, les effets spéciaux sont au service de l’histoire, les personnages sont  bien développés, profonds, complexes et intéressants, on prend le temps de les connaitre. Certains thèmes chers à l’univers star wars sont repris ici, combattre l’oppression, garder l’espoir, croire en sa destinée, la solidarité et l’amitié. Jyn est au départ froide et détachée de la réalité notamment lorsque le capitaine Cassian lui demande si ça ne lui fait rien de voir les drapeaux de l’empire flotter partout et qu’elle répond qu’il suffit de regarder ailleurs. Elle finira par s’investir totalement dans sa mission.

Rogue One: A Star Wars Story : Photo Donnie Yen, Jiang Wen

Bon ça reste du star wars, donc coté réalisme on repassera. Les batailles dans l’espace font toujours autant de bruit malgré le fait qu’on soit dans l’espace, et la scène dans laquelle on voit dark vador se tenir sur les bords déchiquetés de son vaisseau impériale, pour voir ses ennemis s’enfuir, sans pour autant être aspirer dans le vide sidérale, mais avec simplement sa cape flotter au vent comme remuer par une simple brise, m’a fait un peu rire!

Rogue One: A Star Wars Story : Photo Donnie Yen

On a droit à la résurrection de Peter Cushing dans le rôle de Tarkin grâce à une technique motion picture, le résultat est étrange, on a l’impression de voir un visage de plastique, mais j’ai trouvé le rendu pas si mal, en tout cas mieux que celui de la princesse Leia jeune qu’on voit à la fin, et qui donne l’impression de voir un personnage de jeu vidéo. Mais au final, je n’en vois pas l’intérêt, Tarkin aurait très bien être absent ou remplacer par un autre gradé de l’empire.

Rogue One: A Star Wars Story : Photo Felicity Jones

Je m’attendais à la fin puisque dans la trilogie on entend vaguement que cette mission fut un gros sacrifice, mais je n’étais pas sur que ça finirait quand même de cette manière. Un très bon film donc, de beaux personnages, et une histoire bien construite. On peut apprécier même si on est pas fan de star wars.

Dernières séances: Louisa en hiver – Sully – Swagger – Premier contact

Louise en Hiver : Affiche

de Jean François Laguionie

4.5/5

Louise, une dame très âgée, passe toutes ses vacances d’été dans la ville balnéaire Bigilen sur mer. La ville a pour particularité de ne vivre qu’en été, et de fermer entièrement toutes ses portes dès le 1er septembre. La ville ne vit qu’au rythme des vacanciers. Mais Louise rate le dernier train à cause d’une horloge en panne, et doit se résoudre à rester dans sa maison. Le téléphone ne marche pas, et Louise passe les trois premiers jours enfermée chez elle, à cause d’une violente tempête. Finalement, Louise décide de partir à pied, en suivant les voies ferrées, mais ces dernières sont englouties sous les flots à cause de la marée. Elle décide alors de rester à Bigilen sur mer, en attendant que sa famille vienne la chercher, quelqu’un finira bien par se rendre compte de son absence.

Louise en Hiver : Photo

Je suis une grande fan du travail de Jean François Laguionie. J’ai vu la plupart de ses films, Le château des singes, l’ile de Black Mor, Le tableau…C’est rare aujourd’hui de pouvoir admirer un dessin animé qui ne soit pas totalement en image de synthèse, de beaux dessins, de belles couleurs, qui servent une histoire bien construite.

Louise en Hiver : Photo

Louise en hiver nous raconte les états d’âme d’une vieille dame seule, qui se retrouve isolée dans une ville morte, avec aucun moyen de communiquer avec le monde extérieur ou pour appeler à l’aide. On l’a voit s’installer sur la plage, se construire une petite cabane, s’étonner de voir le climat plus doux et plus agréable que celui de l’été, de sentir la mer chaude, le sable chaud, d’admirer les animaux qui ont repris possession de la plage maintenant que tous les vacanciers sont partis.

Louise en Hiver : Photo

J’ai adoré voir son quotidien, son ménage, ses promenades, la voir pêcher, casser des vitrines de magasins pour prendre ce dont elle a besoin, entendre sa voix stoïque, déterminée, qui prend les choses comme elle vienne sans jamais se démonter. La voir se demander pourquoi à noël, aucun membre de sa famille n’est venue la chercher. Car Louise disparaitra une année entière sans que personne dans son entourage ne s’inquiète de sa disparition. C’est la seule chose qui la dépite, bien qu’elle apprécie de plus en plus sa vie de solitaire.

Louise en Hiver : Photo

Les images sont justes sublimes, chaque plan donne l’impression de voir un tableau, les couleurs sont douces. Quand Louise s’assoit sur le sable chaud, on a l’impression d’être avec elle sur cette plage déserte. On replonge avec Louise dans une jeunesse depuis longtemps oubliée, on l’a voit enfant puis adolescente, confier ses craintes à un cadavre en décomposition, un anglais parachutiste mort durant la seconde guerre mondiale. C’est souvent drôle, poétique, beau, jamais triste, ni mélancolique et j’adore la fin avec les quelques mots que Louise écrit dans son journal et qui nous font comprendre qu’elle est décidée à repasser le prochain hiver seule et isolée à Biligens sur mer. Un beau petit bijou à ne pas manquer!

Swagger : Affiche

Swagger

de Olivier Babinet

3,5/5

Dans une banlieue difficile de la région parisienne, une caméra va à la rencontre de jeunes collégiens, entre 12 et 15 ans. D’origine maghrébins, africains ou indiens, les ados parlent de sécurité, de liberté, de futur, de perspective, de rêves, de religion, de solidarité, d’amitié, des relations qu’ils ont les uns avec les autres.

Swagger : Photo

Après avoir vu la bande annonce de Swagger, j’avais très envie de voir ce film documentaire, qui semblait être décalé et drôle. En réalité, ça n’est pas si drôle que ça, et pas du tout décalé. On écoute ces ados face caméra, qui se lâchent petit à petit et parle de tous les sujets possibles et imaginables. Ils témoignent avec leurs mots, leurs expressions, leurs façons parfois décousues de parler, pour sortir parfois des choses étonnantes, intelligentes, matures.

Swagger : Photo

La mise en scène reste étrange, certains éléments fictionnels viennent parfois s’intégrer dans le récit. J’ai trouvé ces éléments inutiles, mais qui ne gâchent rien pour autan,t d’autant que le film est très court. Il y a quelques moment très drôles, notamment lorsque l’un des ados raconte les péripéties des héros des Feux de l’amour, qui aurait pu croire que la nouvelle génération regardait encore les tribulations de la famille Newman? Ou encore quand Naila, l’une des plus jeunes intervenantes, nous parle de sa théorie concernant Mickey et Barbie, des personnages diaboliques et cauchemardesques!

Swagger : Photo

C’est assez frappant de les entendre parler de leurs futurs, de leurs ambitions, de leurs rêves, de les voir se considérer comme des non français. Pour eux, la France et les français se sont les “blancs de souches ” comme ils ont du l’entendre sans cesse dans la bouche des politiciens relayés par les journalistes. On comprend alors leur sentiment de frontière quand ils disent “bah les français…enfin nous aussi on est français mais…”, ça résume beaucoup de choses.

Swagger : Photo

Swagger n’est pas le film drôle et décalé auquel je m’attendais, mais entendre les paroles de ces ados qui parlent librement est assez étonnant, certaines figures marquent beaucoup comme cette jeune fille très solitaire, qui n’a jamais su faire confiance aux autres depuis qu’une enseignante en maternelle l’a brimer. Ou encore l’ado originaire d’Inde, qui se défoule en jouant de la batterie comme un pro et qui ne porte que des costumes cravates.

Sully : Affiche

Sully

de Clint Eastwood

Tom Hanks, Aaron Eckhart

4/5

L’histoire de Sully, pilote pour une compagnie aérienne américaine, qui n’a pas d’autre choix que d’amerrir sur l’Hudson, suite à la perte des deux moteurs.

Sully : Photo Tom Hanks

Au départ, le film ne me faisait pas particulièrement envie, je ne voyais pas comment on pouvait faire un long métrage basé uniquement sur un amerrissage d’urgence après un vol qui n’a duré que 4 minutes. Finalement, la bande annonce m’a interpellé et le fait que ce soit Clint Eastwood qui réalise m’a convaincu.

Sully : Photo Aaron Eckhart, Tom Hanks

Finalement, j’ai été surprise de voir que le film ne contient aucun ralentissement, aucune redite, rien qui remplisse inutilement une histoire qui tient en deux lignes. On voit le capitaine Sully qui après avoir sauver la vie des 155 passagers de son vol, est acclamé en héros par la presse et la foule, mais qui est mis au pilori par l’aviation civile et l’administration fédérale, qui estime qu’après la perte de ses deux moteurs, il aurait pu aisément faire demi tour vers l’aéroport, au lieu de risquer un amerrissage difficile.

Sully : Photo Aaron Eckhart, Tom Hanks

J’ai beaucoup aimé le film, les doutes qui assaillent le capitaine, les pontes de l’aviation civile qui met le doute à Sully sur sa décision d’effectuer un amerrissage. On peut voir l’amerrissage catastrophe du point de vue des hôtesses, des passagers, de la tour de contrôle et des secouristes, sans jamais ressentir des répétitions.

Sully : Photo Tom Hanks

Le film est court, et malgré l’absence de suspense, vue que tout le monde connait l’histoire, on ressent une forte tension du début à la fin. On vit l’instant d’angoisse des passagers, le professionnalisme des hôtesses, le sang froid du capitaine et de son second. La scène d’amerrissage est impressionnante comme la sortie des passagers sur les ailes de l’avion, sur une eau à 2 degrés, dans l’attente des secours.

Tom Hanks est parfait dans le rôle du capitaine qui garde son froid et qui relâche la tension qu’une fois qu’il apprend qu’officiellement aucun passager n’est mort. La seule chose que j’ai trouvé inutile, ce sont les coups de fil entre Sully et sa femme, des scènes que j’ai trouvé un peu fausses.

Premier Contact : Affiche

Premier contact

de Denis Villeneuve

Amy Adams, Jeremy Renner, Forest Withaker

4/5

12 vaisseaux extraterrestres se positionnent un peu partout autour du globe à quelques mètres du sol. Aux États Unis, en Amérique du sud, en Angleterre, en mer noire, en Russie, en Australie, au Japon, en Chine, en Afrique et en Océanie. En tant que spécialiste en science du langage, Louise Banks est contactée par l’armée afin d’entrer en contact avec les extraterrestres. En effet, dans chaque vaisseau, une équipe est envoyée afin de crée un contact et de communiquer avec les extraterrestres qui ont l’air pacifiques. Louise doit découvrir le but des extraterrestres.

Premier Contact : Photo Amy Adams

J’avais adoré le dernier film de Villeneuve, Sicario fut un coup de cœur l’année dernière. Cette fois ci, il se lance dans la SF. Au départ ce n’est pas vraiment originale, puisque douze vaisseaux se positionnent partout à la surface de la Terre, et les humains essayent de nouer un contact avec eux.

Premier Contact : Photo Amy Adams, Jeremy Renner

Sans rien dévoiler, j’ai beaucoup aimé le film mais le coté SF est un peu un prétexte pour parler d’autre chose. Premier contact nous parle de langage, de communication, du manque de communication. L’histoire personnelle de l’héroïne se mêle à l’histoire de ce premier contact mondiale. Je préfère ne pas trop en dire, mais j’ai beaucoup aimé tout ce qui tourne autour de la destinée de Louise qui l’accepte pleinement, son passé, son présent et son futur qui s’entremêlent.

Premier Contact : Photo

Premier Contact : Photo Amy Adams, Forest Whitaker, Jeremy Renner

J’ai trouvé la manière de traiter visuellement les extraterrestres assez originale. Ici Villeneuve prend le risque de ne pas jouer sur les mystères, et de nous montrer les extraterrestres, l’intérieur de leur vaisseau. J’ai trouvé ce traitement assez originale, on essaye ici de ne pas voir ça d’un œil humain, le vaisseau ne connait pas les mêmes règles de gravité, d’atmosphère et de pression que celles des humains. Les scènes dans lesquelles Louise, Ian et les militaires entrent dans le vaisseau pour aller communiquer avec les extraterrestres sont très tendues, on vit le stress et l’appréhension que ressent Louise. Le langage des extraterrestres est lui aussi très originale, on ne s’y attend pas.

Premier Contact : Photo

Le film est très prenant, on ne s’ennui pas une seconde, il y a une tension palpable qui m’a rappeler celle que j’avais ressenti avec Sicario. Il y a beaucoup d’originalité dans la manière de traité les extraterrestres, et même si il y a un coté un peu utopiste, j’ai beaucoup aimé.

Archive à la salle Pleyel

Fin novembre je me suis rendue à la salle Pleyel pour voir l’un de mes groupes favoris, Archive. Je ne rate jamais leur passage à Paris, je les avais déjà vu au zénith plusieurs fois, à la fête de l’huma, ou encore sur le parvis de la bibliothèque François Mitterrand pour un concert gratuit. J’avais eu aussi la chance de les voir dans une toute petite salle à Londres, au Sheperd Bush empire, je ne les avais jamais vu d’aussi près!

archive5

La salle Pleyel est une petite salle aussi, la fosse n’est pas bien grande, il n’y a aucune séparation entre le public et la scène. J’arrive vers 20h, la première partie, un groupe électro français, a déjà commencé. Je me place sur le coté gauche de la scène, je suis au 3e rang, et assez proche du centre, donc j’ai une très bonne vue sur la scène.

 archive4

Comme d’habitude, la première partie et l’attente d’une demi heure avant le début du concert sont toujours aussi pénibles. Mais une fois que le concert commence, on n’oublie tout et on est bien content d’être là!

archive2

La part belle est faite à leur nouvel album, King of the false foundation. Il y a pas mal de titres dans cet album que j’aime beaucoup, Driving in nails, The false foundation, Blue faces, Sell out, Bright lights, Splinter et The weight of the world. Et bien sur quelques titres cultes, comme Hatchet, You make me feel, Again et surtout Controlling crowds et Bullets. Hollie est venue chanter plusieurs titres, et j’ai adoré pouvoir revoir Pollard chanter, c’est un peu mon chouchou, avec ces longs cheveux, son chapeau et son poncho, sa façon de chanter, c’est souvent hypnotisant, sans parler de ses petites danses!

archive6

Le début du concert était un peu déroutant, puisqu’un rideau de fil pendait entre la scène et le public, sur lequel est projeté des images et des lumières. On peut voir les membres du groupe au travers, mais c’est assez frustrant. Au début, on se dit que le rideau va tomber dès la fin de la première chanson, mais le temps passe et le rideau ne bouge pas. Je commence à craindre que ce rideau reste tout le concert, puis c’est la délivrance avec sa chute sur Kid corner, et on peut sentir le soulagement dans la salle, de pouvoir enfin voir le groupe sans filtre.

archive3 archive1

Il y aura deux bis, le concert se termine par Again, j’ai adoré! 2h de concert, je n’ai pas vu le temps passé, les titres du nouvel album prennent comme d’habitude une nouvelle dimension en live. Seul regret, ne pas avoir eu Fuck you, qui reste une de mes préférées, et qui permet d’évacuer toute la colère qu’on peut avoir, un vrai défouloir! Archive c’est toujours aussi prenant, envoutant, à voir sur scène, vivement la prochaine date.