Danny Elfman’s music from the films, au Grand rex

Samedi soir, après un bon resto japonais, je me suis rendue avec une amie au grand rex, pour assister à un concert de musique live. Un orchestre très complet, des chœurs, un chef d’orchestre, et un écran de cinéma.

de3

Le concept, c’est de voir durant environ deux heures, un orchestre accompagné de chœurs, qui nous propose de jouer les musiques des films de Tim Burton composées par Danny Elfman, le compositeur attitré du réalisateur depuis 30 ans. Le producteur du spectacle, un français, vient nous raconter les origines de sa passion pour les films de Burton et des musiques de Elfman, avec la séance de cinéma qui marqua sa vie, au grand rex, avec la sortie de Batman en 1989. Le monsieur est d’ailleurs très très ému de nous raconter cette anecdote, et verse même quelques larmes, c’était assez touchant!

de7

de5

de4

Le spectacle en lui même est très classique. L’orchestre, excellent, et les chœurs, nous jouent en live les musiques les plus connues des films de Burton/Elfman, de Batman à Alice au pays des merveilles, en passant par Sleepy hollow, Edward aux mains d’argent, Les noces funèbres, l’étrange noël de monsieur Jack, Pee Wee, et j’en passe.

de9

J’adore les musiques de Danny Elfman, donc ce fut une très bonne soirée! d’abord l’orchestre et les chœurs sont excellents, aucune fausse note, les écrans nous diffusent des story board, puis des extraits des films joués, et vers la fin du show, on a droit à Danny Elfman en personne qui vient chanter en live les chansons de L’étrange noël de monsieur Jack, et le monsieur est plein d’énergie,  d’enthousiasme, j’ai presque l’impression de voir Jack en personne prendre vie sur scène!

ef2

de1

J’ai surtout apprécié les moments de musiques de Sleepy hollow, d’Edward aux mains d’argent qui possède tout de même l’une des plus belles musiques de films de l’histoire du cinéma, et bien sur l’étrange noël de monsieur Jack, que beaucoup attendait.

de2

Petit bémol, je n’ai pas pu rester jusqu’à la fin, j’ai donc raté Alice aux pays des merveilles, et probablement, (mais je ne sais pas) Charlie et la chocolaterie. Peut être y a t-il eut des surprises à la toute fin (si y’en a qui ont assisté à ce show le samedi soir…), mais nous avons du partir avant la fin, le show ayant commencé trop tard, on a du se dépêcher pour ne pas rater le dernier train de la soirée pour rentrer chez nous!

Autre petit bémol, la salle. Je n’avais pas remis les pieds aux grand rex depuis le lycée (il me semble). La salle n’a absolument pas changé depuis ces temps reculés, toujours aussi jolie, mais par contre les sièges trop petits qui finissent par faire mal aux genoux, et la chaleur étouffante de la pièce, n’ont pas contribué à me faire apprécier le spectacle!

Advertisements

Une journée à Gerberoy

En juin dernier, je me suis rendu avec une amie dans le nord, à l’ouest de Beauvais, pour visiter le village de Gerberoy, un village classé parmi les plus beaux de France. En voiture depuis Paris, il faut environ 1h30. Gerberoy est connue pour ses jolies maisons et surtout pour ses fleurs, le village étant recouvert de rosiers, hortensias, iris, selon les saisons!

g18 g19 g20

Il faut laisser sa voiture sur un parking à l’entrée de la ville, le village essaye de réduire un maximum la circulation à l’intérieur du village. Gerberoy est un village dont la première construction remonte au 9e siècle. C’était au départ une place forte avec forteresse et remparts qui fut le lieu d’une bataille pendant la guerre de cent ans. Le peintre français Henri Le Sidaner, qui cherchait un lieu tranquille où se reposer à la campagne, acheta une demeure dans le village de Gerberoy. Il créa un magnifique jardin dans les hauteurs de la ville, sur les anciens remparts.

g22 g23

Depuis, la ville est connue pour son jardin mais aussi pour ses fleurs, la ville croule littéralement sous les rosiers de toutes sortes, de toutes couleurs, de tout parfums. Les vieilles bâtisses, les maisons à colombages, les briques rouges, tout se mélangent, et les rosiers grimpants, les fleurs de toutes sortes décorent les murs, les portes, les fenêtres.

g24 g25 g26 g27

On peut rapidement faire le tour du village, on admire les façades des maisons, les portes magnifiques, on respire le parfum de chaque rosiers qu’on croise, on prend en photos tous ce qu’on peut, y’a du rose, du rouge, du jaune, du orange, du violet, du bleu, du blanc, toutes sortes, des fleurs qu’on avait jamais vu avant. On passe devant le puits du village, on passe sous les halles, on croise des hirondelles, puis on part visiter le jardin Henri Le Sidaner. L’entrée du jardin est de 5€ mais ça valait le coup d’œil, on a pas regretté! On est accueilli par un vieux monsieur, passionné par les lieux et très accueillant. Il y a d’abord le jardin blanc, avec glycine blanc, géranium blanc, rosiers blancs et j’en passe, puis on grimpe, le jardin est construit en terrasse, un peu comme les iles Borromée  sur le lac majeur, notamment l’ile de Isola Bella. Sur la terrasse, un jardin bleu a été crée, juste magnifique, l’endroit que j’ai préféré de ma visite, un petit banc entouré de chèvrefeuille parfume les lieux, des massifs de roses violettes et de fleurs bleues dont je ne connais pas le nom enchantent les visiteurs, c’est magnifique! Un fin sentier permet de contourner le jardin suspendu pour nous donner une vue sur les toits du village. On sort du jardin complètement enchantées!

g12 g13 g14 g15 g16 g17  g21

On fait ensuite une pause sur le sommet d’une petite colline qui fait face aux jardins puis on repart pour un petit tour dans le village. Pour faire des pauses, il y a quelques petits salon de thé, de petit restaurants. On se décide pour un salon de thé qui se situe à proximité des jardins de Le Sidaner mais au bout de cinq minutes, personnes ne vient vers nous, et en regardant les autres tables, on comprend que les quelques personnes présentes attendent depuis un bon moment d’être servi. Il n’y a pourtant pas foule à cette heure ci et la plupart des gens ne viennent que pour prendre un verre et un gouter. Une dame interpellera le serveur avec un “j’ai soif!” sonore! Donc on attends pas plus longtemps et on change de crémerie, on finit sur la terrasse d’un café à proximité de notre parking, bien plus fréquenté que l’autre café, et en cinq minutes, on a eut la carte, on a fait notre choix et on a passer commande, que demander de plus? diabolo violette et glace framboise pour se rafraichir avant de repartir et avec le sourire!

g1 g2 g3 g4 g5 g6 g7 g8 g9 g10 g11

Un très beau village donc, pas trop loin de Paris, à ne pas rater pour les amoureux des fleurs ou des vieux villages! A noté, le 3e dimanche du mois de juin, c’est la fête des roses!

Tea time au Meurice

A l’occasion de la fête des mères, je me suis rendu au Meurice, avec ma mère donc, et ma belle sœur, pour déguster le tea time , cette habitude typiquement british, du restaurant Le Dali.

Le Meurice est vraiment un endroit magnifique, le hall, la réception, et surtout l’accueil et le service sont vraiment parfait, amical, polis, agréable, ce qui n’arrive pas aussi souvent que ça sur Paris.

meurice 1

Pour la formule tea time, on nous apporte un plateau de trois étages, avec d’abord les fameux fingers sandwiches. Il y a cinq fingers sandwiches, un à la tomate, pesto et mozzarella, un autre au thon, un au bœuf et roquette, un au saumon et un au foie gras et confitures de figues.

Le second plateau c’est deux scones, un surmonter d’amandes effilées et fourré à la confiture de framboise, l’autre nature, accompagné de clotted cream, de confitures de framboises et de confitures d’oranges amères.

meurice7.

meurice4

Et enfin, dernier plateau avec les pâtisseries, une tartelette à la pomme verte, une tartelette citron meringuée, un financier à la framboise et amande, un autre aux agrumes, un éclair chocolat vanille, un biscuit chocolat gingembre. Les sandwichs étaient légèrement toastés, tous délicieux, mais gros coup de cœur pour celui au bœuf et roquette, celui à la mozzarella aussi, un peu moins emballée par le foie gras et confiture figue, mais ça c’est parce que je ne suis pas fan du foie gras, et que le mélange sucré/salé ne m’a jamais énormément plut.

meurice3meurice5

Les deux scones étaient aussi très bons, peu sucré. Quant aux pâtisseries, là aussi ce fut très réussie, notamment la tartelette surmonté d’une coque de pomme verte, que l’on casse pour révéler la gelée et autre couche mystérieuse à la pomme, une vraie pièce d’orfèvre. On sent très bien le gout de la pomme verte, c’est peu sucrée aussi, tout comme la tartelette citron, très citronnée, un peu acide. J’ai adoré le financier aux agrumes, un délice, un peu moins celui à la framboise et amande. Et j’ai adoré le biscuit très chocolaté, un peu coulant, un délice, tout comme l’éclair chocolat, très fort en chocolat. En voyant le plateau, on peut se dire que ça ne sera pas suffisant, mais en fait, j’étais plus que blindée!

meurice 8meurice6

En comparaison avec le tea time du shangri la, que j’avais testé, le Meurice fait de meilleurs pâtisseries, de véritables bijoux, et leurs sandwiches étaient un peu au dessus, mais j’ai préféré les scones et le thé du shangri la. Les scones du shangri la sont plus aériens, plus briochés, un vrai  délice, et les thés proposés sont bien meilleurs, ceux du meurice sont assez fades, presque une impression de boire de l’eau chaude!

meurice2

Le service, le cadre, l’ambiance feutrée du Meurice sont vraiment très appréciables, j’ai adoré y passer quelques heures au calme, c’est vraiment un endroit qui vaut le détour! Et le tea time se termine par le pâtissier qui vient en salle présenté aux clients une madeleine au miel de pollen, tout juste sortie du four, un vrai délice pour bien terminer l’après midi!

Dans le cadre du Mois anglais !

Soirée à l’opéra Garnier

Samedi soir, j’ai enfin pu assister à mon premier ballet de danse classique. Les places sont prises depuis décembre dernier, et j’avais le choix à l’époque entre plusieurs ballet, notamment le lac des cygnes, mais pour une première je voulais surtout que ça se passe à l’opéra Garnier. Avec ce monument parisien je n’ai jamais eu vraiment de chances, puisque le jour où j’ai voulu le visiter, le 12 septembre 2001, les musées parisiens avaient fermés après les évènements du 11 septembre 2001, puis quelques années plus tard, alors que je devais aller voir un ballet, l’opéra garnier s’est mis en grève!

opera 8 opera 7 opera 10

Cette fois ci fut la bonne, on se rend à l’opéra tranquillement, vers 19H30, on croise tout un groupe habillé avec des tenues fin 19e et début 20e, ça fait tout drôle, on se croirait dans un roman d’Edith Warthon! Pas besoin de faire la queue, pas besoin d’arriver des heures à l’avance, ça change des concerts!

opera 9 opera 5 opera 4 opera 3

On visite enfin l’intérieur de l’opéra Garnier, de magnifiques couloirs, de superbes plafonds, dorures, peintures, c’est somptueux.

Nous sommes placées au 3e étage, face à la scène, légèrement dans le tournant. Une hôtesse nous fait pénétrer dans une petite loge, tapissée de rouge, avec de toutes petites chaises raffinées, pas si inconfortables que ce qu’on m’avait raconté, même si ça reste assez étroit. Nous sommes au second rang, devant nous trois personnes aperçues plus tôt devant l’opéra, un homme et deux dames habillés avec de magnifiques robes fin 19e. Entre le décor de l’opéra, et les deux dames en grandes tenues devant nous, on a l’impression d’avoir fait un saut dans le passé, on a presque l’impression qu’on va apercevoir Lili Bart dans la loge d’en face, ou que madame de Merteuil est en train de cancaner dans la loge d’à coté!

opera 2 opera 6 opera 1 opera 12

Les personnes devant nous font des efforts gentils pour nous permettent de mieux voir la scène et nous décalons nos chaises pour s’intercaler dans les espaces vides et d’avoir finalement une vue parfaitement dégagée sur la scène. Je m’attendais à une visibilité plus réduite et finalement j’ai parfaitement vu le spectacle. Je peux aussi admirer le rouge dominant de l’opéra, les dorures, les sculptures, le magnifique lustre au centre du plafond peint par Chagall, les gens qui prennent place entre ceux habillés en tenues de soirées, et d’autre habillés simplement, les musiciens qui règlent leurs instruments.

opera 15 opera 14 opera 13 opera 12 opera 18

Puis dernière sonnerie, les portes se ferment derrière nous, le chef d’orchestre fait son entrée, le rideau se lève…Paquita se déroule dans l’Espagne du 19e siècle. Une jeune fille orpheline, Paquita, élevée par des gitans, rencontre un bel officier Lucien d’Hervilly qui tombe sous le charme de cette dernière. Elle sauve in extremis Lucien d’un complot meurtrier contre lui, et découvre par la même occasion, ses véritables origines.

opera 22 opera 20 opera 19 opera 16

L’histoire est simple, gentillette, ici pas de romantisme dramatique ou sombre, pas de lyrisme parfois morbide, c’est léger, c’est jolie, ça finit bien et on a droit à un tableau vraiment très drôle, durant lequel Paquita s’acharne à faire comprendre à Lucien qu’il est sur le point de se faire assassiner, le tout devant le bandit qui tente d’en venir à bout.

La chorégraphie, le talent des danseurs, l’histoire sympathique, c’est vraiment un beau spectacle, et les costumes sont justes sublimes, en particulier dans le dernier acte.

opera 17

J’ai profité de l’entracte et de la loge qui s’est entièrement vidée pour me rapprocher du bord, qui donne quand même le vertige, pour mieux voir le plafond. J’ai donc passé une belle soirée, j’en ai pris plein les yeux, j’ai eu l’impression de faire un saut dans le passé, notamment avec nos voisins de loge habillés début 20e! Belle vue sur la scène, belle vue sur l’orchestre, à refaire!

 

Fich, ça change de la viande!

Samedi fut une belle journée! balade autour du bassin de la villette, séance ciné avec le film Chronique indienne dont je reparlerais bientôt, balade sur les quais de la mégisserie pour voir ce que proposait les fleuristes, le tout sous un beau soleil et un vent rafraichissant. Mais avant tout ça, direction boulevard Beaumarchais pour déjeuner chez Fich, une adresse de fish and chips et de burger au poisson.

resto fich paris restaurant fish and chips bon plan

resto fich paris restaurant fish and chips bon plan

Source

source

Pas de photos prise par mes soins, car pas d’appareil photo sur moi ce jour là. La salle est petite et heureusement il y a quelques tables de libre. On se choisit des burgers navy et wave. Le mien est composé de délicieux pains buns, de deux filets de poissons panés, d’une sauce cream cheese, d’avocat de pousse d’épinards frais, d’un filet de jus de citron et d’oignons frits. On se prend en accompagnement des frites de patates douces délicieuses. J’ai adoré, c’était vraiment très très bons, très savoureux, et les frites très réussies, et le tout est bien copieux, on est calé! En dessert, on ne résiste pas à prendre un de leur pot de crème au chocolat pour deux et on a pas regretté, c’était trop trop bon! Ajoutez à ça un accueil sympathique et un service rapide. On s’est régalé, c’est sur que j’y reviendrais!

Sorties gourmandes sur Paris

Voilà les dernières adresses que j’ai testé ces derniers mois sur Paris, entre salon de thé, déjeuner sur le pouce, pâtisseries, et autre cafés parisiens. Il y a eu des bonnes choses, de bonnes surprises mais aussi de sacrées déceptions!

Tout d’abord il gelato del marchese, ou le glacier de la marquise, un salon de thé spécialisé dans les glaces. Le salon est joliment décoré, lumineux et agréable, et se situe dans le quartier de Odéon. Le salon propose quelques pâtisseries, mais j’avoue qu’elles ne me tentaient pas trop, on préfère tester les glaces qui sont la spécialité des lieux. Les parfums changent selon les saisons, et pour cet hiver, on se choisit café, noisette, noix de pécan, et une glace aux amandes sésames et miel. Il y avait d’autre parfums proposés, pistache, chocolat, châtaigne, des sorbets aussi, tout est tentant. Les glaces sont servis dans de jolies coupes. Qu’en est t-il des glaces? et bien elles valent leurs prix d’or! C’est vraiment le plaisir de manger de la glace artisanale excellente, raffinée et très fin en gout. Elles sont peu sucrées, très forte en gout, un gros coup de cœur pour la noisette, excellente!

sortie1 sortie4 sortie3

Les prix ne sont pas donnés, il faut compter environ 4€ par boule, donc c’est vraiment la glace de luxe. Elles valent leurs prix, mais ça reste un plaisir qu’il faut s’offrir une fois dans l’année! Ou alors prendre la glace à emporter, leur cornet sont fait maison et les prix sont plus petits.

Belle découverte avec Le café Sterne. Discrètement situé dans le passage des panoramas, qui se situe entre les grands boulevards et la bourse, et tenu par des italiens, vous pourrez y boire l’un des meilleur café de Paris. Pour ma part j’ai gouter à leur mini cappuccino, le Li per li, un cappuccino parfaitement dosé en café, pas trop de lait, et une mousse de lait nuageuse et aérienne, la perfection! Le meilleur café que j’ai pu boire sur Paris, sans hésité, le meilleur restant celui que j’avais bu à Vienne. On accompagne nos boissons d’une brioche à la confiture, et d’un croissant à la crème de noisette. Ici, les brioches et croissant ne sont pas aussi gras que leurs équivalents français, et n’ont pas la même texture, c’est tout de même plus léger à manger!

sortie77 sortie8 sortie7

Le tout est délicieux et surtout pas cher! Les cappuccinos coutent dans les 3.50€ et 4€ selon le genre de cappuccino, pas plus cher que dans n’importe quel café de la capitale, et les croissants et autre brioches, 2.50€ on peut difficilement faire mieux! En tout cas, c’est une adresse que je retiens! Je conseille tout de même de vous y rendre en semaine, les lieux sont désertés ou presque, y’a de la place et le service n’est pas débordé alors que le week end, c’est quand même beaucoup plus difficile de trouver une table et d’être correctement servis!

Naan

Voilà une adresse qui me tentait énormément, rue des petites écuries. Les lieux sont ouverts de 12h à 15h puis ensuite à 19h. A emporter ou sur place, Naan propose une sorte de sandwich à base de pain indien, le naan. Préparer le jour même, la pâte est ultra fraiche comme tous les ingrédients qui compose ce “wrap” à l’indienne. Je goute le naan bœuf agneau, la viande est épicée comme il faut, et le naan est garni très généreusement de mesclun, de betterave, d’une sauce au concombre, de coriandre, c’est délicieux et généreux! Nous avons pris nos naan en formule, ce qui nous donnait droit à une entrée, ce sera le feuilleté de légumes, délicieux tout comme la soupe au lentille corail, coriandre, ail, gingembre, courgette et pomme de terre, une délicieuse soupe! Pour 12€ vous avez donc une entrée, un naan au choix et une boisson, je trouve que pour la qualité des produits qui sont proposées et la quantité, on en a pour son argent, un excellent rapport qualité/prix. Si vous n’avez pas envie d’un naan, il y a aussi le plat du jour. Ce jour là c’était riz curry aux noix de cajou et cardamome, et ça avait l’air délicieux! J’y suis retournée une seconde fois, un samedi. En week end il n’y a pas de formule, mais j’ai pu testé le naan végétarien, que j’ai trouvé encore meilleure que celui au bœuf et agneau. L’accueil est toujours aimable et souriant ce qui est assez rare à Paris, pour le souligner! La déco est simple mais sympa et on peut s’installer pour manger confortablement sans problème.

  fleurs 575 fleurs 576

Mori Yoshida

J’avais repéré cette pâtisserie il y a quelques temps déjà mais je n’avais pas encore eu l’occasion de m’y rendre! Il faut dire que le quartier des invalides n’est pas un quartier dans lequel je me rends souvent. Vendredi je me suis donc rendu dans sa boutique, avenue de Breteuil. On est reçue par la vendeuse, très gentille et on aperçoit rapidement le pâtissier Monsieur Yoshida en personne qui passe rapidement dans la boutique. On commande un entremet à la vanille, un baba aux fruits exotiques, un éclair au chocolat, et un M, un gâteau chocolat noisette. On se rend ensuite à Costa café pour déguster les pâtisseries accompagné de cappuccino et de cortado bien serré. D’ailleurs, je conseille fortement cette chaine de café, originaire de Londres, et qui s’est installée depuis peu sur Paris. Les cafés sont excellents, et ils proposent des pâtisseries simple mais bonnes comme le carotte cake ou les muffins (le noix de pécan sirop d’érable est excellent). Pour en revenir aux pâtisseries de Mori Yoshida, on déguste et on fond avec la douceur de l’entremet à la vanille, on est surpris par la légèreté de l’éclair au chocolat, on adore le M qui est très gourmand, et on dévore le baba aux fruits exotiques, frais et juteux. En bref, gros coup de cœur pour ces pâtisseries, j’y retournerais surement tester d’autres gâteaux!

source (pas d’appareil photo ce jour là!)

Bob’s bake shop

source (pas d’appareil photo non plus ce jour là!)

Dernière adresse testée, Bob’s bake shop, esplanade Nathalie Sarraute. Ce qui nous tentait le plus, c’est le babka, une sorte de brioche. Mais quand nous arrivons après moult détours, on est déçue. Difficile de ne pas cacher notre déception, car pour un vendredi à 15h, la vitrine des desserts est quasiment vide. La salle est surchauffée, sombre, et ne nous donne pas du tout envie de nous y installer, même si la terrasse semble bien sympa. En terme de douceurs, il ne reste plus qu’une part de tarte au citron, une part de carrot cake, des cookies au thé vert matcha,  des cookie plus classiques, et de la tarte au miel. L’accueil n’est ni chaleureux, ni froid pour autant, et nous commandons donc un carrot cake, une part de tarte au miel et un cookie thé matcha/pépite de chocolat. On décide de prendre à emporter, l’atmosphère sombre et tristounette ne nous donne pas envie de s’attarder. La chose que je reprocherais au service, c’est d’avoir attendu un sacré long moment alors qu’il n’y avait qu’une personne devant nous et surtout c’est de voir notre serveur prendre les pâtisseries à la main, sans gant ni pincette. Alors ça fait peut être un peu obsédée de l’hygiène, mais j’avoue avoir tiquée…Une fois installées, on commence la dégustation. La tarte au miel, est un peu fade, elle a surtout le gout du sucre, et la pâte de la tarte manque de cuisson. Le cookie thé vert matcha présente les même défauts, un gout de sucre, et donc assez fade. Mais le pire reste le carrot cake. Présentée sous forme d’un cupcake, et surmonté de crème, je plonge ma cuillère dans le gâteau mais le cake n’est pas du tout moelleux, ni fondant, mais très compact, j’ai du mal à découpé un morceau avec ma cuillère. Je finis par le prendre a deux mains, et je coupe en deux une pâte qui reste très élastique et qui ne me donne absolument pas envie de croquer dedans. Ce sera là encore un gout assez fade, on ne sent pas les épices si caractéristiques du carrot cake. Bref, une grosse déception et nous ne finirons même pas nos parts. Sommes nous tombées un mauvais jour? peut être, mais bon, je ne compte pas redonner une autre chance à Bob’s Bake shop! L’avis de Ori qui a testée les bagels.

Chocolate bar Jean Paul Hévin

1

2

Enfin pour finir, je suis partie tester les pâtisseries de Jean Paul Hévin, dans son nouveau chocolate bar rue de bretagne. J’avais déjà testé plus d’une fois son salon de thé, dans lequel j’avais pu gouter son délicieux chocolat chaud, mais coté pâtisserie, les choix étaient souvent limités. Au chocolate bar, c’est tout petit, il n’y a que deux ou trois tabouret posés au fond de la pièce, pour ceux qui veulent boire le chocolat chaud du chocolatier, mais les pâtisseries sont plus nombreuses, et je repars avec un tonka, un gâteau fort en chocolat, et un éclair chocolat classique, et on part déguster le tout au costa café. Les pâtisseries sont délicieuses, très chocolatées. Les prix sont pas légers, environ 5/6€ pour les pâtisseries plus complexes, et 4.50€ pour les pâtisseries plus classiques. Mais la qualité est là, alors de temps en temps ça vaut le coup!

L’heure du thé au Shangri la

J’avais déjà testé l’année dernière l’afternoon tea au shangri la, de délicieux sandwichs, les meilleures scones que j’ai jamais mangés, et de petites pâtisseries peu sucrées et légères, le tout accompagné d’un merveilleux thé.

noel 4

J’avais très envie d’y retourner pour gouter leurs pâtisseries, autres que celles présentées pour l’afternoon tea (qui sont légères mais qui ne m’ont pas laissé un souvenir impérissables). En ce jour froid et pluvieux, j’y suis donc retournée, et nous avons pris chacune une pâtisserie et une boisson chaude. Le Shangri la ce n’est pas donné, mais c’est tout de même beaucoup moins chers que le meurice. Leur afternoon tea est de très bonne qualité, et le prix est plutôt raisonnable comparé aux autres palaces parisiens. 35 euros par personne si vous êtes deux à prendre la formule (par contre pour le mois de décembre, c’est un afternoon tea de noël qui est proposé 45€ par personne, je ne sais pas si le prix va redescendre à 35€ après noël…).

noel5 noel 77

Le sapin de noël dans l’entrée du shangri la, très beau sapin!

Ici, les pâtisseries individuelles coutent 12€ pièces et 12€ la théière de thé. On se décide pour L’or noir, chocolat noir, biscuit chocolat et frangipane chocolat noir, parfait pour les amoureux de chocolat. Et on prend le mille feuille à monter soi même. Il est présenté de manière démonté, une pâte feuilleté couverte d’une très fine plaque en chocolat, un pot de crème vanillée, un tube de caramel, et un pot de noix de pécan caramélisée. La serveuse m’explique que c’est à moi de créer mon mille feuille. Découpée la pâte feuilletée s’avère beaucoup plus facile que ce à quoi j’avais pensé, je le découpe en trois partie, j’ajoute la crème entre les étages, quelques noix caramélisées, et un peu de caramel issu du tube, le résultat est délicieux, la crème est très légère, les noix peu sucrées, le caramel délicieux, et la pâte feuilleté, légère, aérienne et tellement fraiche qu’on sent tout de suite qu’elle a été cuite sur commande, un délice!

noel10

Le sapin dans le salon de l’afternoon tea, avec lumière tamisée

noel9 noel 8

Le mille feuille avant montage, et après montage par moi même!

Pour accompagner les pâtisseries, ce sera du thé litchi, framboise et amande, le meilleur thé que j’ai bu, et que j’avais déjà choisi lors de mon précédent passage. Les pâtisseries sont très bonnes, même si je garde une préférence pour celle que l’on avait gouté au Meurice, alors que la carte des thé est bien meilleure et riche au Shangri la. Le cadre est aussi très agréable, j’aime beaucoup la décoration de cet hôtel et pour noël, ils ont installé un magnifique sapin. On passe donc une très agréable après midi, et on verra passer dans le salon, le pâtissier en chef François Perret en tenue.

noel2 noel3

Le sapin des galeries lafayettes

noel11 noel 1 noel12

Le sapin du Printemps par Burberry

J’ai fini la journée en allant voir les deux sapins des grand magasins du boulevard Haussmann, le sapin inversé des galeries Lafayette, et le sapin burberry sur le thème de londres pour le Printemps.