Dernière séance: 3000 ans à t’attendre

De George Miller

Tilda Swinton, Idris Elba

2/5

Alithéa, anglaise spécialiste dans l’art de la narration et des histoires, est en Turquie pour une conférence. Après avoir acheté une fiole ancienne en cristal, elle découvre qu’elle renferme un djinn, enfermé depuis plus d’un siècle. Il lui explique qu’elle a droit à 3 vœux mais Alithéa connaît les nombreuses histoires des djinns et des vœux qui se retournent souvent contre ceux qui les formules. Le djinn se met alors à raconter son histoire personnelle qui commença 3000 ans plus tôt, au temps de la reine de Saba.

Une histoire de djinn, de vœux, Idris Elba qui raconte son histoire, un djinn coincé dans sa bouteille, ses rencontres avec la reine de Saba et Soliman le magnifique, Tilda Swinton en conteuse professionnelle qui a envie de boire les paroles du djinn mais qui reste en même temps sur ses gardes. Tout ça aurait pu énormément me plaire, me parler, me charmer mais la mayonnaise ne prend jamais vraiment.

La première moitié m’a assez plut, j’ai aimé me plonger dans les histoires du djinn, que ce soit au royaume de la reine de Saba ou à l’époque du royaume ottoman en Turquie au temps des sultans, bien qu’au bout d’un moment les choses deviennent un peu répétitives. Les décors, les costumes, le souci du détails avec ces très nombreux objets, les mosaïques, les vitraux, les tapis, les tissus…C’est visuellement réussi et beau dans ces reconstitutions historiques.

Je pensais vraiment que l’histoire allait quelque part, qu’il y aurait une chute, une révélation, une surprise, un rebondissement dans le scénario, mais en fait rien. A la moitié du film les choses changent, voilà que Alithéa, qui ne pensait rien vouloir, se découvre un désir, un souhait, celui d’aimer et d’être aimée et pourquoi pas par le djinn lui même. Alithéa c’est une femme solitaire, sans famille, peu d’amis. On découvre qu’elle a été mariée mais que ça n’a pas marché et que sa vie telle qu’elle est lui convient très bien. Et voilà que d’un coup, sortie de nulle part, elle décide qu’elle aussi veut découvrir l’amour passionnel et pourquoi pas avec son nouvel ami le djinn qu’elle ne connait que depuis 10 minutes. Et ça je n’ai pas compris. Le véritable sens de la vie c’est l’amour, on se serait cru dans un disney des années 90, on s’attend presque à voir Ariel la petite sirène ou Belle se mettre à chanter une chanson mièvre. Le message reste naïf, facile, presque enfantin, j’ai même failli me lever et quitter la salle mais j’espérais quand même un revirement vers la fin, quelque chose qui donne sens, sans jamais le voir arriver et c’est dommage.

La 2e moitié du film n’est pas mieux, le djinn accompagne Alithéa qui repart en Angleterre pour vivre leur nouvelle histoire d’amour (enfin histoire d’amour si on veut…) mais malheur, l’électromagnétisme de Londres (les antennes relais, la 5G etc etc) perturbe les « chakras » du djinn qui se sent se déliter dans ce pays. J’ai soufflé tout l’air de mes poumons et mes yeux ont roulé dans leurs orbites. Parce que à Istanbul, il n’y a pas de technologie, d’antennes relais ou de 5G bien sur…et d’un coup à l’aide de deux mini séquences, on nous explique que les djinns sont fait d’électromagnétisme….Honnêtement plus les jours passent et plus je trouve des défauts à ce film étrange qui ne charme jamais. On ne s’attache absolument pas aux personnages qui sont bourrés de clichés et l’histoire est absurde. L’impression que George Miller a fumé la moquette avant de tourner son film. Je suis sortie du cinéma déçue.

Publicité

2 réflexions sur “Dernière séance: 3000 ans à t’attendre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s