Dernières séances: zombieland 2 – Proxima

Retour à Zombieland : Affiche

de Ruben Fleischer

3.5/5

Emma Stone, Abigail Breslin, Woody Harelson, Jesse Eisenberg

10 ans de passées depuis que les zombies ont envahi le monde et changé la société. Talahasse, Colombus, Wichita et Little rock continuent leur road trip interminable à travers les Etats Unis dévastés par les zombies mangeurs de cervelles. Le petit groupe prend plaisir à parcourir la route en tuant les monstres qu’ils croisent. Alors qu’ils veulent s’installer dans un “chez soi”, ils décident que la Maison blanche conviendra très bien pour s’établir. Mais Little rock ne s’y plait pas, elle n’est plus la petite fille d’il y a dix ans et elle aimerait enfin rencontrer d’autre gens de son âge, tomber amoureuse peut être. Sur un coup de tête Wichita et sa petite soeur Little rock décident de prendre la route sans Talahassee et Columbus.

Retour à Zombieland : Photo Rosario Dawson

J’avais beaucoup aimé le premier volet de zombieland, suivre Columbus qui malgré son physique de maigrichon qui n’a jamais participé à une bagarre a su rester en vie grâce à des règles bien précises comme travailler le cardio, toujours avoir ses clés de voiture dans la main, toujours tirer deux fois dans un cadavre juste pour être sur…

Retour à Zombieland : Photo Emma Stone, Jesse Eisenberg, Woody Harrelson, Zoey Deutch

Cette fois ci, le mode zombie s’est installé, ce n’est plus une surprise, les survivants font avec. Si Talahassee considère ses compagnons de route comme sa famille et que ça lui suffit amplement, ce n’est pas le cas de Little rock qui comprend qu’en restant avec eux, elle ne pourra jamais faire sa vie, elle cherche à rencontrer des gens de son âge.

Retour à Zombieland : Photo Emma Stone, Jesse Eisenberg, Woody Harrelson

C’est toujours aussi drôle, leur installation à la maison blanche est réussie, on découvre tout les trésors cachés, les zombies sont plus organisés pour certains, ils s’adaptent et les hommes doivent évolués également. La présence du personnage de Madison, une blonde écervelée qui a survécu par simple miracle et qui rejoint la petite bande, apporte pas mal d’humour. Une bonne comédie qui détend, fait rire, les dialogues fusent toujours autant que dans le premier volet, et le générique apporte une apparition très drôle de Bill Murray.

Proxima : Affiche

de Alice Winocour

Eva Green, Zelie Boulant-Lemesle, Matt Dillon

4/5

Sarah a toujours voulu devenir astronaute, depuis l’enfance c’est son rêve. Un rêve qui est sur le point de se réaliser. Brillante, Sarah vient d’être désigner comme 3e membre de l’équipe d’astronautes qui va partir pour la station spatiale internationale. La mission proxima consiste à partir durant une année dans l’espace. Vont s’enchainer plusieurs semaines de protocoles et de procédures scientifiques à apprendre par cœur mais aussi de longues heures d’entrainement intenses durant lesquelles Sarah va pousser à la limite son corps et son énergie. Mais le plus dure est ailleurs, il s’agit de laisser derrière elle sa fille Stella, une séparation difficile et culpabilisante.

Proxima : Photo Eva Green

J’aime beaucoup Eva Green et ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu au cinéma. Eva Green + film d’astronaute et d’espace = banco, je n’ai pas hésité et j’en suis bien contente!

Proxima : Photo Eva Green

On suit Sarah, intelligente, brillante, forte, déterminée, qui fait tout pour réaliser son rêve de petite fille, celui de partir dans l’espace. Séparé du père de sa fille Stella, elle s’occupe sans problème de la fillette de 8 ans avec qui elle vit une relation fusionnelle, mais lorsqu’elle est désignée pour partir dans l’espace pour un an, c’est aussi la vie de Stella qui se trouve bouleversée. Elle va devoir changer d’école, changer de ville, s’installer avec son père, un brillant physicien. Stella angoisse, sa mère reviendra t-elle en vie?

Proxima : Photo Eva Green, Matt Dillon

De son côté Sarah doit tout assumer, montrer qu’elle est forte et aussi compétente que ces deux partenaires de mission, ne pas lésiner sur les entrainements, les efforts physiques jusqu’à l’épuisement, elle doit assumer aussi vis à vis de sa fille, montrer qu’elle ne doute pas, qu’elle n’a pas peur, la rassurer, essayer de rester présente avant le départ malgré un emploi du temps surchargé.

Proxima : Photo

J’ai beaucoup aimé le parti pris de la réalisatrice, ici pas d’histoire métaphysique, pas de scène dans l’espace, c’est beaucoup plus réaliste, beaucoup moins romantique. Les blessures, les simulateurs qui vous font vomir, les entrainements épuisants, la séparation familiale. En plus des même contraintes que ces collègues, ici Sarah, en tant que mère, doit aussi gérer sa fille, contrairement à Mike son coéquipier américain dont la femme gère tout ce qui concerne leurs enfants.

Proxima : Photo Eva Green

La réalisatrice décrit un monde d’hommes, dans lequel les femmes sont très minoritaires. Sarah va parfois faire face à des hommes machistes, qui n’auront au mieux pas confiance en elle pour partir dans l’espace, au pire condescendant vis à vis de son sexe. Des questions, des remarques qu’aucun hommes astronautes n’aura à subir. Heureusement pour Sarah, l’équipe technique et médicale est mixte et beaucoup plus professionnelle. Mais surtout Sarah sentira la désapprobation de la société, elle une mère, qui laisse sa fille de 8 ans, angoissée et triste, pour partir dans l’espace une année, est-ce raisonnable? est-ce digne d’une mère? On pensait que le temps où la femme devait choisir entre une famille et une carrière était révolue, mais en fait pas du tout. Et comme le dira Sarah avec le sourire dans le film, en laissant sa fille chez son père pour partir plusieurs semaines à l’entrainement, “on est moderne, on fait tout bien et avec la bonne humeur”.

Proxima : Photo

Un très beau film sur le métier d’astronaute, sur la place de la femme dans ce métier, sur la relation mère-fille. Les dernières 20 minutes sont très belles, poétiques et puissantes.

2 thoughts on “Dernières séances: zombieland 2 – Proxima

  1. Je comptais voir déjà le 1 bienvenue à Zombieland… pas facile de faire de bonnes comédies. Donc ça me tentait, comme je n’ai toujours aps pris le temps de voir le 1, j’ai laissé passer le 2.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s