Derniers films vus: L’ombre d’un doute – Le 7e juré – Pain, amour et fantaisie – La belle équipe- Zootopie – Compartiment tueur – The homesman – L’étoffe des héros – Gold

Afficher l'image d'origine

L’ombre d’un doute

d’Alfred Hitchcock

Avec Teressa Wright, Joseph Cotten, Macdonald Carey, Patricia Collinge

4/5

C’est l’histoire de charlotte, une jeune fille qui vient de terminer ses études avec brio. Elle vit chez ses parents avec ses deux jeunes frères et sœurs et ensemble ils forment une famille heureuse et unie. Un jour, oncle Charlie, le jeune frère de sa mère, vient leur rendre visite et pour Charlotte c’est le bonheur totale car elle a toujours eu une relation très forte avec son oncle. Elle l’a toujours idolâtré mais ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’il est aussi recherché pour avoir assassiné 3 veuves riches pour leur prendre leur argent. Petit à petit Charlotte va apprendre les sombres secrets de son oncle.

Afficher l'image d'origine

Il parait que c’est le film préféré d’Hitchcock parmi sa filmographie. Au début, je n’étais pas plus emballée que ça par l’histoire. Charlotte est trop excitée, trop souriante, trop joyeuse, on dirait presque un personnage de dessin animé et elle en est un peu agaçante. Elle aide sa mère en cuisine, ne râle jamais, adore ses petits frères et sœurs, ménage son père, est toujours de bonne humeur, toujours gaie, trop parfaite. Mais le film reste assez envoutant à regarder dès les premières minutes. Comme le spectateur sait dès le départ que l’oncle Charlie n’est pas un homme honnête, c’est intéressant de le suivre dans la famille du bonheur, de le voir charmer les membres de la maison pour se les mettre dans la poche, de cacher tout ce qui pourrait le trahir, et surtout de voir charlotte qui doute et remet en cause son amour inconditionnel pour son oncle. Car la petite fille qui était sous le charme de l’oncle parfait est devenue grande et voit avec d’autre yeux.

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

J’ai donc beaucoup aimé ce film, beaucoup aimé la relation entre Charlotte et son oncle, voir leur duo se déformer et se dissoudre à coup de vérité et de révélations. Joseph Cotten qui incarne l’oncle Charlie est très bon et très charismatique, il a su insuffler ce charisme malsain à son personnage.

Afficher l'image d'origine

Les deux enfants sont aussi attachants, la petite sœur notamment qui passe son temps à lire, ou encore le père qui apporte beaucoup d’humour, et qui passe tout son temps libre à essayer de mettre au point le meurtre parfait avec son ami le voisin. Un film noir, avec ses scènes devenues cultes (comme la fin dans le train), qui contient beaucoup d’humour noir et une belle touche de cynisme.

Afficher l'image d'origine

Le 7e juré

de George Lautner

Avec Bernard Blier, Danièle Delorme, Francis Blanche,

4.5/5

Début des années 60, Grégoire Duval, pharmacien, père de famille, bien implanté dans le monde sociale de sa petite ville de province, vient de commettre un meurtre. Alors qu’il se baladait le dimanche sur les bords du fleuve, il tombe sur une jeune femme à moitié nue qui bronze seule. Grégoire qui a toujours été très sage, craque et se jette sur la jeune femme. Quand elle se met à crier, Grégoire panique et l’étrangle pour la faire taire. Le lendemain, il est étonné de ne ressentir ni culpabilité ni peur. Très vite, le petit ami de la victime est inculpé du meurtre et envoyé aux assises. Grégoire à la mauvaise surprise d’être intégré au jury qui devra juger l’accusé. Mais finalement, il voit là l’occasion de faire en sorte d’innocenter le malheureux grâce à ses interventions.

Afficher l'image d'origine

Un film qui réunit Bernard Blier et George Lautner, je ne pouvais pas dire non, même si je connaissais déjà l’histoire, puisque j’avais vu un téléfilm remake avec Jean Pierre Daroussin. Mais alors que le téléfilm s’intéressait plus sur les regrets du personnage principal et sur les répercussions personnelles, le film de Lautner va plus loin. Ici le sujet n’est pas l’enquête policière ni la culpabilité que pourrait ressentir le personnage principal, mais plutôt une introspection sur le sens de la vie, son intérêt, ses regrets de jeunesse, les routes que l’on a prise et sur lesquelles on aimerait rebrousser chemin pour tourner dans le sens inverse.

Afficher l'image d'origine

Grégoire est un homme qui se laisse vivre et dont les jours passent sans qu’il ne s’en rende compte. Dans sa petite ville de province, il y a sa pharmacie, sa femme qu’il trouve froide et sans émotion, ses enfants qui commencent à vivre leur vie et qui n’ont plus beaucoup besoin de lui, ses amis, toujours les même, avec qui il joue au bridge, toujours le même jeu, à la même table du même café, à faire les même gestes.

Afficher l'image d'origine

Mais il faudra que Grégoire commette un acte odieux pour qu’il s’interroge enfin sur sa vie. Au lieu de regretter son acte, de s’angoisser, de se torturer, de s’interroger sur la vie de sa victime, de se sentir coupable, Grégoire pense plutôt à sa vie perdue, à son amour de jeunesse auquel il a renoncé par peur, à son regret d’avoir épousé sa femme pour qui il ne ressentait pas autant d’amour mais qu’il épouse parce qu’il « en avait marre de s’embrasser dans le froid de l’hiver ». Il a de temps en temps quelques sentiments de culpabilité, mais sans plus.

Afficher l'image d'origine

Les dialogues brillant de Lautner et le jeu de Blier donne toute sa valeur au film, on entend des choses bien juste, bien vraie, sans jamais que ça soit déprimant ou dramatique et la fin vient mettre un terme aux misères de ce personnage paumé.

Afficher l'image d'origine

Pain, amour et fantaisie
de Luigi Comencini
Avec Vittorio De Sica, Gina Lollobrigida

3.5/5

Dans l’Italie d’après guerre, dans un village perdue au milieu de nulle part, le maréchal des logis Antonio Carotenuto vient de prendre ses nouvelles fonctions. Il n’est plus un jeune premier, mais il n’est toujours pas marié à son grand désespoir. Il tombe très vite sous le charme de la jeune et sauvage Maria, une jeune fille pauvre, vivant dans une petite bicoque avec ces jeunes frères et sœurs ainsi que sa vieille mère. Mais Maria est amoureuse de Pietro, un jeune carabinier très timide qui n’ose pas avouer ses sentiments.
Afficher l'image d'origine
Je suis tombée par hasard sur ce film, diffusé dans la séance du cinéma de minuit, sur france 3. L’émission diffuse très souvent des films intéressants, mais difficile de les voir un dimanche soir à minuit…Et bien j’ai beaucoup aimé, l’histoire est simple, c’est une comédie romantique sans grande ambition, mais on passe un excellent moment à regarder les quiproquos amoureux. On est dans le début des années 50, Maria est pauvre et jeune, et tous les hommes célibataires, du plus jeune au plus vieux aimerait en faire son épouse. Le maréchal Antonio ne fait pas exception, il joue les romantiques à fond, espérant tomber sur le grand amour au détour d’une rue.
Afficher l'image d'origine
J’ai beaucoup aimé voir la vie de village aussi, tout se sait, tout se raconte, les vieilles dames sont pleines de superstitions et de croyances, les ragots vont bon train mais ici, toujours avec une bonne intention. La scène du “miracle de saint Antoine” est très drôle, car le film est avant tout une comédie, et les dialogues bien écrits.
Afficher l'image d'origine
Gina Lollobrigida est pleine d’énergie et très convaincante dans le rôle de la sauvageonne Maria, qui n’a pas sa langue dans sa poche, mais j’ai surtout adoré Vittorio De Sica, avec son sourire ultra bright, son brushing, son envie de tomber amoureux et de trouver sa future épouse, son personnage est très attachant et en même temps plein d’humour. Il est excellent dans ce rôle.
Afficher l'image d'origine
La belle équipe
de Julien Duvivier
Jean Gabin, Charles Vanel

3.5/5

5 ouvriers parisiens au chômage ont la chance de gagner au loto. Après avoir tous acheté des petites choses qu’ils ne pouvaient pas se permettre, Jean propose de mettre tout l’argent en commun afin d’acheter un vieux lavoir en ruine sur les bords de marne, afin de le retaper et d’en faire une guinguette. La bonne entente entre les hommes et leur solidarité font qu’ils travaillent dure, chacun dans son domaine, pour faire de la ruine une vraie maison confortable. Bientôt, avec le retour des beaux jours, ils pourront ouvrir leur guinguette. Mais les aléas de la vie viennent séparer certains des compagnons, et surtout Gina, la femme de l’un d’entre eux, refait surface pour essayer d’extorquer de l’argent à son mari.
Afficher l'image d'origine
J’ai beaucoup aimé la belle équipe. Le film nous raconte surtout une amitié solide entre cinq hommes. Jean le meneur, Charles influençable, ou encore Mario, un réfugié espagnole qui est menacé d’expulsion par la police et qui est le seul à être en couple avec son grand amour, Huguette. Ils ont la chance de gagner à la loterie une jolie somme qui leur permet de s’acheter ce qui sera leur futur guinguette. Bricolage, dure labeur, solidarité, entraide, les choses commencent à se casser la figure quand petit à petite, la vie fait que certains membre du groupe disparaisse, laissant seul Jean et Charles. Et les choses s’approchent dangereusement du gouffre, quand Gina, la femme de Charles qui l’avait quitter, revient pour toucher sa part du magot.
Afficher l'image d'origine
J’ai beaucoup aimé donc, on s’attache aux personnages et l’histoire est doucement ternie par les aléas de la vie, tout change, rien ne peut rester statique. A noter que la fin lors de sa sortie cinéma, a été changé à la demande des producteurs. Ces derniers souhaitaient une fin heureuse et optimiste. Mais Arte, qui a diffusé le film, nous montre le film dans la version voulue par le réalisateur, avec une fin bien plus pessimiste, et qui donne tout son sens et sa valeur au film je trouve.

Zootopie : Affiche

Zootopie

de Byron Howard, Rich Moore

4.5/5

Judy Hopps est une lapine qui a toujours rêvé de devenir policière.  Mais dans son monde, les lapins et autre petits animaux ne deviennent pas flics. Malgré des parents qui tentent de la dissuader de suivre son rêve, Judy intègre l’académie de police de Zootopie, la grande capitale, grâce à une politique d’ouverture et de discrimination positive. Judy sort très bien notée, mais dès son premier jour elle est affectée aux contraventions. Elle rencontre alors Nick, un renard quelque peu arnaqueur et voleur, comme souvent le sont les renards. Judy qui aimerait bien résoudre l’affaire de la disparition de certains animaux à travers la ville, se voit obliger de s’allier à Nick pour l’aider dans son enquête.

Zootopie : Photo

Zootopie : Photo

J’ai adoré zootopie. La ville qui rassemble tous les animaux, que l’on soit petit ou gros, prédateurs ou non. J’ai adoré les personnages, la très attachante Judy qui rêve de devenir flic et le très malicieux Nick, le renard débrouillard. J’ai adoré leur duo, l’enquête policière, la plongée dans la ville, qui change en fonction des habitats des animaux qui y vivent. Il y a tout un message classique, celui de se battre pour réaliser ses rêves et d’y croire, de ne pas avoir peur de la différence, et de ne pas croire les préjugés. Ici, Nick a toujours souffert de la méfiance des autres, uniquement parce que c’est un renard, Judy n’a jamais été prise au sérieuse, parce que les lapins ça cultivent les carottes et c’est gentils.

Zootopie : Photo

Zootopie : Photo

Il y a aussi pas mal de chose pour satisfaire le public plus adultes, comme une dose de cynisme, une louchette d’humour plus noire, c’est très drôle, il y a pas mal de petites références notamment au Parrain ou surtout à la série Breaking bad, ou de petites touches sarcastiques, comme le discours des parents de Judy en début de film “tu vois Judy si ta mère et moi on est si heureux c’est qu’on a abandonné tous nos rêves!”   ou encore les désillusions de la vie dans une grande ville, avec la relation distante de Judy et ses voisins.

Compartiment tueurs

de Costa Gavras

Catherine Allegret, Jacques Perrin, Yves Montant, Jean Louis Trintignant, Charles Denner, Simone Signoret, Pierre Mondy

4/5

Dans un train de nuit reliant Marseille à Paris, 8 passagers se partagent un compartiment. Parmi eux, Bambi une jeune fille qui va à Paris pour travailler, Eliane une comédienne entre deux âges, ou encore Daniel, un passager clandestin. Mais au matin, alors que tous les passagers débarquent, on découvre le cadavre d’une des voyageuses du compartiment, morte étranglée. L’inspecteur Grazziani mène l’enquête et essaye de retrouver tous les voyageurs du compartiment.

Résultat de recherche d'images pour "compartiment tueur"

J’ai beaucoup aimé ce film policier. Quand je vois de quoi était capable le cinéma français dans les années 40, 50, 60, 70 et même 80 et que je vois ce qu’on nous sort comme film maintenant, ça fait peur et c’est bien triste…

Résultat de recherche d'images pour "compartiment tueurs catherine allegret"

Compartiment tueur c’est donc un film policier aux allures classiques. Un huit clos, un meurtre, une enquête, un inspecteur, des interrogatoires, un suspense. On ne découvre l’identité du coupable et le pourquoi du meurtre qu’à la toute fin. J’ai adoré Montant dans le rôle de l’inspecteur calme qui enquête méthodiquement, le commissaire joué par Pierre Mondy qui ne pense qu’à son avancement ou encore Bambi jouée par la jolie Catherine Allegret. On ne voit pas le temps passé, les dialogues sont bien écrits, les rebondissements présents sans être absurdes, un dénouement bien ficelé, tout comme l’enquête. Un film de genre très réussi.

The Homesman : Affiche

The homesman

de Tommy Lee Jones

Tommy Lee Jones, Hilary Swank, Miranda Otto, Meryl Streep

3/5

Au 19e siècle, dans l’ouest américain, Mary Bee Cuddy est une femme célibataire qui a très bien su gérer sa terre et sa ferme, mais qui cherche maintenant désespéramment un mari pour l’aider dans l’exploitation et avec qui fonder une famille. Mais si tout le monde respecte Mary, aucun homme ne veut l’épouser. Au village, 3 femmes sont devenues folles suites à des traumatismes ou des vies horribles, chacune ayant son histoire. Abandonnées par leurs époux, elles sont confiées au pasteur du village. Un pasteur et sa femme, installée dans une grande ville, acceptent de les prendre en charge et de les renvoyer dans leurs familles respectives, à l’est. Mais encore faut il trouver des volontaires pour les y emmener, car la ville en questions se situe à plusieurs semaines de voyages. Mary décide alors de se porter volontaire. Très pieuse, Mary estime que c’est son devoir. Juste avant de partir, elle sauve la vie à George Briggs, laissé pendu à une corde. Elle lui propose alors 300 dollars pour l’aider dans son voyage.

The Homesman : Photo Hilary Swank

J’aime bien les westerns modernes en générale, et j’aime beaucoup le cinéma de Tommy Lee Jones. Ici, tous les personnages sont destinées à leur perte. On découvre l’histoire des trois femmes folles, comment ces trois femmes ont perdu la raison suite à des traumatismes pour certaines, ou à une vie horrible pour d’autre, ces scènes sont assez horribles à voir, glauques et dures. Pas difficile de comprendre comment elles sont devenues folles.

The Homesman : Photo Meryl Streep, Tommy Lee Jones

Et puis il y a Mary, une femme forte, déterminée, qui a su s’installer seule sur des terres sauvages, qui a su les exploiter dans une région difficile et à les rendre rentables. Mary est à l’abri du besoin, mais elle est aussi très pieuse et estime que son devoir de femme c’est de se marier pour avoir des enfants. Elle aussi commence à perdre la boule dans cette vie dure, isolée, sans personne pour l’épouser.

The Homesman : Photo Hilary Swank, Tommy Lee Jones

Le périple à travers les paysages désertiques, violent, dramatiques de l’ouest des États Unis est parfois beau, parfois agressif, parfois flippant. La fin m’a surprise, je ne m’y attendais pas. Un film dure et assez déprimant au final.

Résultat de recherche d'images pour "l'étoffe des héros"

L’étoffe des héros

de Philip Kaufman

4/5

Le film raconte l’histoire de la conquête spatiale américaine, du point de vue des pilotes, de 1945 à la mission Mercury. Du premier vol qui dépassera le mur du son jusqu’aux premiers astronautes américains qui ont volés dans l’espace en orbite au dessus de la terre, avec en fond, la pression des dirigeants américains face à l’avance que prenait dans ce domaine l’URSS.

L'Etoffe des héros : Photo Sam Shepard

J’ai toujours voulu voir ce film, vu que j’en entends parler depuis petite, mais j’ai jamais eu l’occasion. Au départ, j’avais peur de m’endormir devant, car il dure tout de même 3h! Mais finalement, si les toutes premières minutes ne sont pas les plus palpitantes, j’ai regardé jusqu’au bout sans m’endormir, le film devenant de plus en plus passionnant.

L'Etoffe des héros : Photo

L’étoffe des héros ne parle que de personnages qui existent réellement. Yeager au début du film qui passera le mur du son, dans une ambiance années 50 avec bar spéciale pilote dans le désert californien, les années 50 avec les avions qui deviennent de plus en plus puissants, de plus en plus rapides, et Yeager qui aura de nouveaux pilotes venu le défier sans jamais l’égaler. Puis le début de la conquête spatiale, on voit comment les ingénieurs partent de rien pour la conception des fusées, des navettes, des capsules de retour, des combinaisons, des casques, des détails qui ont leur importance comme faire pipi dans sa combinaison, les premiers pilotes sélectionnés pour passer des tests interminables et en sélectionner qu’une poignée qui aura la chance de partir dans l’espace. On nous montre que la plupart des ingénieurs du programme spatiale sont d’anciens allemands, on voit les russes battre de vitesse plusieurs fois les américains, on voit la pression médiatique.

L'Etoffe des héros : Photo Dennis Quaid, Ed Harris, Lance Henriksen, Scott Glenn

On suit ces pilotes qui ont marqué l’histoire, Alan Shepard, John Glenn, Gordon Cooper, Virgil Grissom. Et Yeager qui lui préfèrera battre des records en ne sortant pas de l’atmosphère terrestre, et qui préfère laisser la conquête spatiale à d’autre. J’ai beaucoup aimé la partie dans laquelle on voit le programme Mercury et suivre chaque astronaute faire son essai les uns après les autres, partir voler en orbite autour de la Terre.

L'Etoffe des héros : Photo Philip Kaufman

Plus le film déroule et plus ça devient passionnant à suivre, il y a aussi pas mal d’humour et puis le casting est en or, à commencer par le charismatique Sam Shepard, suivi de Scott Glen, Ed Harris, Fred Ward et un tout jeune Dennis Quaid. J’ai aussi beaucoup aimé la fin, avec les astronautes accueillis en héros par Lyndon Johnson, après la fin du programme Mercury, avec en conclusion Yeager qui bat un nouveau record, petit clin d’œil à celui qui est peut être au finale, le meilleur pilote.

Gold : Affiche

Gold

de Thomas Arslan

Nina Hoss, Marko Mandic, Lars Rudolphe

4/5

Au 19e siècle au Canada, Emily jeune allemande se joint à un groupe d’émigrés allemand dirigé par un homme d’affaire dont le but est de se rendre dans les Klondike pour faire fortune en profitant de la ruée vers l’or. Un couple de cuisinier d’un certains âge, un homme embauché pour les aider à passer les obstacles et à s’occuper des chevaux, un journaliste qui aimerait écrire un article sur ce voyage. Le petit groupe finance chacun sa partie du voyage en espérant faire fortune à l’arrivée, mais trouver l’or n’est pas chose facile, surtout lorsque le responsable du groupe s’avère ne pas connaitre le chemin comme il l’avait prétendu.

Gold : Photo Nina Hoss

J’étais curieuse de voir ce film surtout parce que l’héroïne est une femme. J’ai beaucoup aimé son personnage, Mary ne se laisse ni effrayée ni intimidée, elle est courageuse, déterminée, ne laisse rien transparaitre et supporte beaucoup de choses. Dans le groupe elle détonne un peu car c’est la seule à être une femme, jeune et en plus jolie et célibataire, mais Mary n’est pas là pour trouver l’amour ou un mari, elle est là pour trouver son filon d’or et faire fortune.

Gold : Photo Marko Mandic, Nina Hoss

On est embarqué dans ce petit groupe de fortune, des gens biens avec leur lots de défauts qui seront exacerbés par les épreuves qu’ils vont endurer dans une nature qui ne pardonne rien, dans un isolement qui peut rendre fou.

Un très bon film interprété par une très bonne actrice.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s