The lost city of Z de James Gray

The Lost City of Z : Affiche

de James Gray

Charlie Hunnam, Robert Pattinson, Sienna Miller

4/5

L’histoire vrai de l’explorateur anglais, Percy Fawcett. Au début du 20e siècle, Percy Fawcett, membre de l’armée britannique, marié et père d’un petit garçon, est en manque de gloire et de reconnaissance de ces pairs. Son père ayant commis certaines erreurs morales, il espère obtenir médailles et récompenses pour redorer le blason familiale. Il voit l’occasion de briller quand il est détaché à la royal geographic society. On lui confie la mission d’aller en Bolivie afin d’établir la carte géographique plus précise du pays et surtout la frontière exacte avec le Brésil en remontant le fleuve Amazone. Une mission de deux ans, difficile et éprouvante, dont Fawcett reviendra persuadé que l’Amazonie renferme les traces d’une civilisation millénaire, oubliée et perdue qu’il aimerait mettre à jour.

The Lost City of Z : Photo Sienna Miller

J’ai beaucoup aimé le dernier film de James Gray, très différent de ce qu’il nous propose d’habitude (beaucoup aimé La nuit nous appartient, bien aimé the yards, pas du tout aimé two lovers). L’histoire débute au tout début du 20e siècle, et Percy Fawcett a tout pour être heureux. Une situation correcte, une belle épouse qu’il adore et qui l’adore, et un petit garçon qui sort à peine de ses couches. Mais Percy est rongé par l’absence de reconnaissance de la part de ces pairs, qui se sont arrêtés aux fautes passées d’un père disparus depuis longtemps. Il rêve de gloire et de reconnaissance, être admirer, récompenser.

The Lost City of Z : Photo Charlie Hunnam, Robert Pattinson

Les scènes se déroulant en Amazonie sont vraiment belles tout en gardant un coté réaliste. On est pas dans la forêt enchantée, mais plutôt dans une jungle riche mais qui donne peu aux voyageurs, pleines de dangers, de la part des animaux locaux ou des indiens. Percy découvre un peuple réduit à l’esclavage par les occidentaux, les indiens sont vu comme des inférieurs. La remontée du fleuve lors du premier voyage de Percy est prenante, hypnotisant, on ne décroche pas une seconde de l’histoire et des péripéties. Le second voyage de l’explorateur avec son acolyte devenu ami, est encore plus palpitant, plus prenant, plus hypnotique encore. J’ai adoré la relation entre Fawcett et son ami Costin.

The Lost City of Z : Photo

Ces deux voyages long et éprouvants sont entrecoupés de scènes se déroulant en Angleterre,  lors du retour de Fawcett, puis de son obligation de se battre pendant la première guerre mondiale. On prend le temps de nous montrer la relation du couple Fawcett, notamment sa femme, qui l’encourage, le supporte, prend sur elle de vivre sans lui pour élever ses enfants, le temps de ses voyages. On nous montre une femme courage, déterminée, qui participe aux recherches concernant cette fameuse city mais dont le mari ne cédera jamais à la volonté de sa femme de l’accompagner dans ses périples. Et quand on voit l’enfer que ce fut parfois, on peut le comprendre.

Résultat de recherche d'images pour "the lost city of z"

Un beau film sur une quête devenue obsession. Fawcett part pour trouver gloire et reconnaissance, il repart par obsession pour un lieu qui l’a envouté, une quête quasi impossible. Une histoire de famille également magnifiquement réalisé, dans des décors incroyables et dont la fin reste assez mystique.

Advertisements

One thought on “The lost city of Z de James Gray

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s