Avant première – Snowden d’Oliver Stone

Snowden : Affiche

d’Oliver Stone

Joseph Gordon Levitt, Rhys Ifan, Shailene Woodley, Melissa Leo, Zachary Quinto

4/5

Mardi soir j’ai eu l’occasion d’aller voir en avant première Snowden, le dernier film d’Oliver Stone, et cerise sur le gâteau, le réalisateur américain est venu présenter son film en restant après la séance pour discuter, répondre à quelques questions du journaliste Lavoignat et de quelques spectateurs inspirés.

Le film reprend la véritable histoire d’Edward Snowden, analyste informaticien qui a travaillé pour la CIA puis la NSA. Grand patriote, il s’engage à la CIA en tant que petit génie de l’informatique, après que sa condition physique ne lui ait pas permis de finir sa formation de marine. Petit à petit, il se rend compte de l’énorme système de surveillance de masse que les États Unis exerce dans le monde entier, sous couvert d’une autorité juridique secret défense. Mais bientôt Snowden comprend que ce système de surveillance de masse espionne beaucoup plus les citoyens américains que les étrangers, et de manière illégale…

Snowden : Photo Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley

Le film dans sa forme, est assez classique. Snowden est enfermé dans une chambre d’hôtel à Hong Kong avec trois journalistes qui enregistrent son témoignage sur caméra. Il citera des noms, des agences, des logiciels, des méthodes, pour dénoncer la surveillance de masse par son pays, avec preuve à l’appui. Durant son témoignage dans cette chambre d’hôtel, Snowden se remémore son passé.

Sur le fond, l’histoire est prenante. Je suis allée voir le film un mardi soir, après une longue journée de travail, je n’avais pas vraiment envie d’aller au cinéma, et je pensais que j’allais m’endormir devant le film alors que pas du tout. Le film nous raconte comment Snowden, patriote, amoureux transi de son pays, aveugle devant ses défauts, est devenu le petit génie de l’informatique pour la CIA et la NSA, comment il a découvert la surveillance de masse par son pays, surveillance à l’étranger mais surtout une surveillance des citoyens américains. Il découvre comment les logiciels qu’il crée servent à tuer à distance des personnes suspectées d’être des “méchants”, comment il découvre que la surveillance de masse sert à beaucoup de chose mais pas uniquement à la lutte contre le terrorisme.

Snowden : Photo Joseph Gordon-Levitt

Snowden découvre la désillusion. De patriote aveugle, il remet en question certaines choses et comprend que son pays a été bâti sur un principe disparut, celui de la possibilité pour le peuple de remettre en question l’autorité, de demander des comptes. Désillusion aussi concernant son mentor, joué par Rhys Ifans. Snowden qui l’admirait, finit par comprendre la vraie nature du monsieur. La scène de vidéo conférence entre Snowden et son mentor est impressionnante, on a l’impression de voir l’empereur Palpatine essayer de faire basculer le jeune Anakin Skywalker vers le coté obscur de la force, sauf qu’ici, Snowden ressemble plus à Luke.

Snowden : Photo Joseph Gordon-Levitt, Scott Eastwood

Comme beaucoup de gens, je connaissais un peu l’histoire de Snowden, mais je n’en connaissais pas vraiment les détails. Le film éclair parfaitement et clairement sur l’histoire de Snowden, la révélation de son témoignage par les médias, les détails de la surveillance de masse. J’avais vu il y a des années de ça, un documentaire très intéressant et aussi très inquiétant, sur le programme d’écoute mondiale, échelon.

Snowden : Photo Rhys Ifans

Finalement, on ne retient pas Snowden pour son casting (les acteurs font le job), on ne retient pas Snowden pour l’originalité de sa mise en scène, mais on retient Snowden pour son sujet, pour cet homme qui croyait en son pays, qui était patriotique comme peut l’être un enfant, et qui se réveille dans un monde différent, et qui décide de faire la différence.

Snowden : Photo Melissa Leo

Après le film, Oliver Stone est donc venu nous rencontrer. Il nous parle de la surveillance de masse fait sans garde fou, sans cadre légale, il nous parle de liberté individuelle, du droit à la vie privée, de la sécurité, de l’excuse terroriste pour faire n’importe quoi. Il parle des médias de masse, pour lui la télé est toujours le média le plus influent, derrière internet qui est au final, moins pervers, car moins contrôlé. Il nous parle de Snowden qu’il a rencontrer plusieurs mois pour pouvoir faire son film de manière juste. Il nous parle de 1984 de George Orwell, il nous parle de la nouvelle génération qui est moins attachée à sa vie privée  que ne l’est les autres générations et que ça peut être inquiétant, il nous parle du financement de son film, pratiquement européen, car les grandes boites de productions de films aux États Unis appartiennent dorénavant à de gros groupes d’entreprises dont les intérêts sont ailleurs que dans celui de servir le 7e art.

Snowden : Photo Zachary Quinto

Il nous parle de la surveillance de masse, des États Unis qui utilisent les données non pas pour lutter contre un terrorisme, mais pour l’argent, le pouvoir, la domination, pour pouvoir gagner un nouveau marché, éliminer un concurrent, évincer des leaders indésirables.

C’est toujours intéressant, agréable et juste d’entendre Oliver Stone parler de ses sujets préférés, il a généreusement partagé ses arguments et ses idées. Dommage que le traducteur prenait trop de temps pour traduire les paroles du réalisateur, allant parfois jusqu’à broder ses réponses, rajoutant des petites choses par ci par là. On a du partir quelques minutes avant la fin, histoire de ne pas rater notre train. Une très bonne soirée. Snowden reste donc un film à voir, un film d’utilité publique.

Sortie le 1er novembre 2016.

Advertisements

2 thoughts on “Avant première – Snowden d’Oliver Stone

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s