Comancheria de David Mackenzie

Comancheria : Affiche

De David Mackenzie

Chris Pine, Ben Foster, Jeff Bridges

4.5/5

Dans le fin fond du Texas de l’ouest, les deux frères Howard, Toby et Tanner, viennent d’hériter du ranch de leur mère. Les Howard ont toujours été pauvres et ce sur des générations, et le maigre ranch familiale ne rapporte plus un centime depuis longtemps. Avec la mort de leur mère, la banque saisiront la propriété d’ici la fin de la semaine si ils ne remboursent pas les dettes accumulées. Pour Toby, hors de question de céder ce ranch à la banque responsable de tous leurs malheurs, surtout qu’on vient de découvrir des gisements de pétrole dans les sous sol. Alors Toby et son grand frère, récemment sorti de prison, décident de braquer les agences de la banque qui les menace d’expulsion, afin de réunir la somme nécessaire. Le ranger Marcus Hamilton, à quelques jours de la retraite se lance sur les traces de ces deux étranges braqueurs de banque qui n’ont pas l’air de chercher à voler de grosses sommes.

Comancheria : Photo Gil Birmingham, Jeff Bridges

Comancheria nous emmène dans l’Amérique profonde, celle des grands espaces, celle qui donne l’impression qu’on n’est pas du tout au 21e siècle, qu’on est plutôt encore au début du 20e. Bien sur, la crise est passée par là, ce qui donne l’impression d’être au lendemain de la crise de 29. Toutes les maisons sont à vendre, vendues ou saisies par les banques, les publicités pour des organismes de crédit et de rachat de crédit sont partout, les policiers ressemblent à des cow boys sortis d’un western, et toute la population est armée et n’attend qu’une occasion pour dégainer les pistolets.

Comancheria : Photo Ben Foster, Chris Pine

C’est dans ce contexte qu’on fait connaissance avec les frères Howard. Chacun des deux frères est malin ou intelligent à sa façon, mais n’ont pas du tout le même caractère. Tanner, l’ainé, au tempérament violent qu’un séjour à la prison locale n’a pas arrangé, à la répartie facile, sait parler à son prochain, sait convaincre, et joue son rôle protecteur de grand frère à merveille. Toby, le plus jeune, est plus posé, calme, déteste la violence, mais ne peut se résoudre à transmettre à ses deux fils, qui vivent avec leur mère depuis le divorce, que misère et pauvreté et veut que ses fils aient une vrai chance de changer le destin. Avec la découverte du pétrole dans les sous sol de leur ranch, qui ne valait pas de quoi rembourser leur dette jusque la, les frères Howard on une vraie carte à jouer.

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

J’ai adoré l’ambiance du film, cet Amérique loin des images de rêve, excitante et pleine de vie que véhiculent les séries et les films. Ici, ni de grandes mégapoles où tout est possible, pas de grands espaces verts romanesques où tout est paisible. C’est champs à perte de vue, décharges, maisons mal entretenues, bâtiments saisis par la banque, propriété agricole à l’abandon. Quelques vrais cow boy vivent encore là , à élever du bétail, mais on nous fait bien comprendre qu’ils sont probablement les derniers de la région…Et puis le réalisateur n’oublie pas d’écorcher à vif l’image des banques qui participent grandement à l’appauvrissement des gens et qui n’hésitent pas à frôler la malhonnêteté.

Advertisements

4 thoughts on “Comancheria de David Mackenzie

  1. Bonjour trillian, j’ai aimé le fait que le réalisateur (britannique) montre une Amérique “d’en bas” où la vie est dure, sans concession, sans pitié, cruelle. On est loin des “paillettes” d’Hollywood. Bonne journée.

    • oui c’est une vision très réaliste, loin de la technologie de pointe des séries policières US grand public. Ici, même les banques n’ont pas toutes une surveillance vidéo! c’était très intéressant.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s