Dernières lectures: Une odeur de gingembre et The expanse

Afficher l'image d'origine

Une odeur de gingembre

de Oswald Wynd

4.5/5

https://leschoixdetrilliandotcom.files.wordpress.com/2013/11/untitled-2.jpg?w=300&h=40

1903, la jeune mary âgée de 20 ans, quitte son Édimbourg natale pour se rendre en Chine afin d’épouser Richard, un anglais qui l’a demandé en mariage lors de son précédent séjour en écosse. Après une longue traversée, et un périple interminable, Mary arrive enfin en Chine. Le mariage est une déception pour Mary qui découvre un Richard froid, pingre, qui ne fait aucun effort pour apprendre à connaitre sa femme, et qui ne communique jamais sur rien, même pas sur son travail et ses déplacements. Mary, perdu dans cet univers inconnu, entourée d’expatriés et de servants chinois, rencontre Kentaro, un officier de haut rang de l’armée japonaise, souvent invité dans les diners mondains des expatriés. Mary et Kentaro finiront par être amants durant quelques jours, avant que ce dernier ne parte pour la guerre. Mary se découvre enceinte, et sera finalement renvoyée du domicile conjugale, avant de partir pour le Japon où Kentaro met à sa disposition une maison et de quoi vivre confortablement.

J’avais lu l’avis de Adalana sur ce bouquin et aussi l’avis de certaines autres blogueuses avant elle, et comme j’avais envie de voyager au Japon…et bien j’ai adoré, un coup de cœur pour ce roman. J’ai adoré suivre Mary, cette jeune écossaise au tout début du 20e siècle, probablement trop jeune et trop naïve pour se marier et partir vivre dans un pays dont elle ne connait rien. En 1903, impossible de téléphoner à sa maman pour demander des conseils sur le mariage ou sur sa façon de se comporter, les lettres mettent des mois à arriver et les réponses deux fois plus. Mary est toute seule dans cette Chine en plein bouleversement, qui se relève tout juste de la révolte des Boxers. Mais Mary n’est pas non plus une oie blanche innocente, elle a été élevée dans le but de devenir une bonne épouse et une bonne maitresse de maison, mais c’était sans compter Richard. Car si Mary est plutôt indulgente avec lui, c’est surtout parce qu’il ne lui inspire aucun sentiment, ni amour ni haine. Il ne l’aide en rien pour s’adapter à sa nouvelle vie, il ne lui communique jamais rien sur sa vie d’émissaire pour le gouvernement, Mary est déçue d’apprendre que les autres expatriés en sachent autant sur les déplacements de Richard, alors que elle, son épouse, n’est au courant de rien. Quant à leur vie de couple, Mary reçoit les visites nocturnes de son mari dans le noir, et à l’impression qu’il remplit son devoir comme pour une mission, sans envie ni plaisir. En plus, il est radin, et ne lui laisse aucune marge, ni pour s’approprier la maison, ni pour la décorer à son gout, devant se contenter des meubles des précédents occupants. Mary a donc l’impression d’être simple invitée dans sa propre maison, contrairement aux autres épouses d’expatriés.

Elle dira du mariage : “Pourquoi faut-il que nos prenions des décisions aussi graves pour notre vie entière quand nous sommes trop jeunes pour savoir ce que nous faisons ? Les grandes fautes vous pèsent sur la nuque et on doit les supporter pour toujours

pas étonnant donc qu’elle finisse par se laisser aller après deux ans de mariage, en devenant la maitresse de Kentaro, durant l’absence de plusieurs mois d’un mari fantomatique. En réalité, Mary n’est pas une romantique du tout. Elle se sent attirée par Kentaro, par sa présence, il en impose, mais en réalité, si vous pensez trouver une histoire d’amour romanesque passez votre chemin, ce n’est pas le cas. Mary trouvera avec Kentaro une sensualité qu’elle n’a pas connu avec son mari mais surtout un vrai partage, un échange de sentiments, une alchimie, qui fait que Mary se sent vivante; mais plus que tout, comme elle le dira elle même, elle est devenue la maitresse de Kentaro uniquement dans le but de se secouer, de secouer sa destinée. Mary avait compris que si elle ne faisait rien de radicale, elle finirait sa vie sans avoir rien fait ni vécue, vieille et triste en compagnie de richard, déjà triste par nature, et qu’elle finirait par ressembler à sa belle mère. Si Mary tombe enceinte, ce n’est pas par envie, mais au finale, elle prend cette nouvelle sans surprise, comme le moyen inéluctable de changer sa destinée et de partir vers l’inconnue.

Au fil des ans et des épreuves, on voit Mary évoluée, devenir plus prudente, puis oser prendre de gros risques, elle saisit les opportunités, travail dure, fait son chemin, dans un Japon qui lui deviendra familier, qu’elle ne voudra plus quitter, entre envie de modernité et poids des traditions ancestrales. Mary vivra de lourdes épreuves, des pertes terribles, mais tiendra toujours bon. Depuis les premières pages, on comprend que Mary est un personnage qui ne se laisse pas aller à ses émotions, en bonne écossaise du début du siècle, elle est intelligente, et sans s’en apercevoir, c’est une personne indépendante et moderne. Elle sait encaisser, et est assez courageuse au finale. Je ne m’en suis jamais fait pour elle, au fil des décennies qui passent, on devine que Mary arrivera toujours a reprendre le dessus.

Le roman est écrit à la façon d’un journal intime, parfois quasiment toutes les semaines, parfois sans nouvelle pendant plusieurs années. Les pages tournent toutes seules, c’est très bien écrit, les personnages très bien dessinés au travers des descriptions de Mary, que ce soit sa copine française Marie et son mari Armand, Aiko son amie japonaise subversive et féministe, ou le couple américain installé à Tokyo avec qui elle sympathisera.

Afficher l'image d'origine

The expanse, tome 1: l’éveil du léviathan

de S.A. Corey

3.5/5

Dans un future très lointain, les hommes ont colonisés le système solaire. La Terre, Mars, et beaucoup de satellites naturels ou non, transformés pour accueillir des êtres humains. Mais les hommes ne savent pas vivre dans l’unité, il faut toujours qu’ils se divisent, qu’ils s’organisent en faction, en peuple, en groupe. Les terriens et martiens se considèrent différents des autres humains vivant sur les satellites, où la gravité est différente, ce qui a eu une incidence sur le physique et les valeurs de ceux qu’on appellent désormais les ceinturiens. Des tensions politiques, commerciales, existent donc, comme toujours dans l’histoire de l’humanité. L’inspecteur Miller est un ceinturien et vit sur Cerès, un satellite. Il a toujours connu l’air en boite, la nourriture recyclée, et l’absence de ciel extérieur. Miller est divorcé, en fin de carrière, blasé, désabusé, efficace mais pas apprécié à sa juste valeur par ses supérieurs. On lui confie d’ailleurs la mission de retrouver et de ramener auprès de ses parents, Juliette Mao, l’héritière d’une des plus grosses fortunes du système solaire. Juliette étant majeure, il s’agit plutôt d’un enlèvement officieux. Miller découvre très vite que Juliette, terrienne qui aurait pu avoir une belle vie dorée, à préférée fuir le confort pour explorer la ceinture, attirée par l’aventure et la liberté. Il découvre également qu’elle aurait rejoint les rangs de l’APE, un partie qui défends les intérêts des ceinturiens face à la dominance Terre-Mars. Le capitaine Holden lui est un vrai terrien. Il est second d’un vaisseau de transport d’eau et d’air, un poste simple, facile, qui lui laisse tout le temps de profiter de son temps. Mais quand il croise la route d’un vaisseau à l’abandon, Holden voit son destin bouleversé et sa route va croiser celle de Miller. Les deux hommes vont affronter un danger qui pourrait bien détruire l’humanité entière où qu’elle se trouve dans le système solaire.

J’en avais entendu en bien sur plusieurs blog et les avis m’avaient donnés envie. L’histoire est bien menée, on suit en alternance, le point de vus de Miller et de Holden. Miller, l’inspecteur de police désabusé, que personne ne prend au sérieux, mais qui a un bon instinct et un cerveau qui fonctionne mieux que la majorité. Holden, le terrien mélancolique de son enfance sur Terre, qui adore son boulot de capitaine, entouré de son équipe réduite.

Le roman alterne les points de vue de Miller sur Cerès et de Holden sur son vaisseau. J’ai beaucoup plus apprécié les chapitres consacrés à Holden et sa petite équipe réduite, Alex, Amos et surtout Naomi avec son sang froid et son professionnalisme à toute épreuve. Pour ce qui est des chapitres consacrées à Miller, la lecture reste intéressante, mais c’est surtout à partir du moment où Miller quitte Cerès et croise la route de Holden que son personnage devient très intéressant, et qu’il prend toute son importance. L’univers décrit par les auteurs est très bien décrit, les conflits, les alliances, les problèmes politiques. J’ai surtout apprécié les chapitres consacrés aux voyages spatiaux, donc surtout les chapitres consacrés à Holden et une fois que Miller l’a rejoint sur son vaisseau. Les accélérations qui nécessitent des drogues particulières pour que le corps résiste à la puissance du vaisseau, les altercations avec d’autre vaisseaux, les stratégies de combats, je pouvais facilement visualisé Holden et son équipe s’agiter pour échapper à des poursuivants, ou gagner une bataille dans l’espace, j’avais l’impression de voir un épisode de star trek!

Le roman n’est pas dénué d’humour non plus, et j’ai beaucoup aimé les derniers chapitres. Le tome 1 ne termine pas sur un gros suspense, on peut très bien se contenter que de ce tome, mais bien il ouvre aussi d’autre perspectives, et l’univers crée est assez vastes pour de multiples aventures. Je lirais probablement le second tome, dès qu’il sortira en poche.

Advertisements

2 thoughts on “Dernières lectures: Une odeur de gingembre et The expanse

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s