Mustang / Vice versa / La loi du marché

Mustang : Affiche

Mustang

de Deniz Gamze Erguven

Güneş Nezihe Şensoy, Doğa Zeynep Doğuşlu, Tuğba Sunguroğlu, Elit İşcan, İlayda Akdoğan

 

 

4.5/5

Dans un petit village de Turquie, à 1000 kilomètres d’Istanbul, Lale, Sonay, Ece, Nur et Selma sont cinq sœurs élevées par leur grand mère depuis la disparition de leurs parents. Avec leur grand mère, les 5 jeunes filles sont libres, joyeuses, pleines de vie, épanouies. Après le dernier jour d’école avant les vacances scolaires, les 5 sœurs rentrent à pied et s’amusent avec des garçons de leur classe. Jeux dans la mer, balade sur la plages. Mais à leur retour, la grand mère punit sévèrement les filles, après avoir reçu le coup de fil d’une voisine qui dénonce le comportement des filles avec des garçons. Dès lors, les oncles et tantes viennent plus souvent surveillés les filles, la maison se transforme peu à peu en bunker, les filles sont interdites de sorties, les ordinateurs et téléphones sont confisqués, la cuisine et le ménage sont les seules matières qu’elles étudient entre deux contemplations de plafond, histoire de passer le temps. Jusqu’au jour où la famille décide d’organiser des mariages arrangés, histoire de se débarrasser des jeunes filles.

La presse a décrit le film comme une sorte de Virgin suicides turc, c’est tout de même très réducteur comme comparaison. Mustang nous montre le quotidien de ces 5 filles, des filles comme toutes les autres, qui aiment le rose, les petits gadgets, sentir leurs long cheveux sur leurs épaules, se sentir jolies. Elles aiment sortir, se promener, se dorer au soleil, nager dans la mer, jusqu’au jour où une vieille voisine décide de dénoncer leur comportement. La peur du qu’en dira t-on est le plus fort pour la grand mère qui ne supporte pas que les critiques et les rumeurs fusent sur ses petites filles, empêchant peut être de futur mariages, à cause de réputations salies.

On nous montre le quotidien de ses filles après ce terrible coup de fil qui marque le début du calvaire. La maison est bouclée, les filles ne sortent plus, elles sont constamment surveillées, et elles commencent à apprendre le ménage et la cuisine, pour devenir de futur parfaites épouses. C’est assez terrible de voir ces filles si pleines de vie et de joie devenir de véritables prisonnières, même la tenue du détenu est imposé quand elles reçoivent de la visite ou lors de leur rare sortie. Qu’on t-elles fait pour mériter pareille sort?

Je n’en dis pas plus sur l’évolution lors de leur captivité, j’ai tout simplement adoré le film, on s’y perd jusqu’au bout. Il y a un vrai suspens aussi, concernant la destinée de ces cinq sœurs, notamment la plus petite, débrouillarde, rebelle, dont la colère la fera réagir plus que ces sœurs, plus grande et moins prompt à la rébellion.

Malgré un sujet difficile, et quelques moments dures, le film ne manque pas de scènes drôles et de quelques moments plus légers, qui allègent l’atmosphère, notamment la fameuse scène du match de foot retransmis à la télé, qui est très drôle. Les cinq jeunes actrices jouent toutes très bien, de belles surprises, notamment la petite dernière. Allez voir ce film sans hésiter, vous ne le regretterez pas, c’est vraiment un excellent film, surtout que la programmation du moment n’est pas terrible!

Vice versa

de Pete Docter

4/5

L’histoire de Riley, 11 ans, qui vient de déménager. Nouvelle maison, nouvelle chambre, nouvelles habitudes, et nouvelle école, pas facile pour Riley qui était si heureuse dans le Minnesota. Dans son cerveau, les choses commencent à changer, mélancolie, coup de colère, sans le savoir Riley subit des changements psychologiques qui l’amènent doucement vers la puberté. Dans son cerveau, les émotions Joie, Tristesse, Colère, Peur et Dégout, voient leur quotidien chamboulés aussi quand Joie et Tristesse sont propulser loin des commandes des émotions de Riley. Et tandis que Joie et Tristesse tente tout pour revenir dans le QG, Riley elle, déprime, et plus rien ne va…

Jolie surprise que le nouveau Pixar! Les émotions du cerveau de Riley ont toujours été bien définie. Joie dirige tout dans la bonne humeur, Tristesse est garder le plus loin possible des émotions de Riley. Sous couverts d’émotions personnifiés, le nouveau Pixar nous fait un cour sur les changements psychiques et psychologiques, chez une enfant pré ado. Riley à 11 ans, elle n’est pas encore une ado, mais est sur le point de le devenir. Le film nous montre que les émotions et les perceptions psychologiques, qui sont simples et clairs chez une enfant, deviennent de plus en plus complexes à l’approche de la puberté. C’est vraiment très bien fait, la séparation entre joie et tristesse dans l’enfance, sont entremêlés à l’adolescence. Là où les choses sont tout noir ou tout blanc dans l’enfance, les choses deviennent grises en grandissant.

Le film nous montre aussi le fonctionnement de la mémoire et des souvenirs. Comment certains souvenirs de l’enfance qui sont cher à l’être, sont rangés pour certains, jeter aux oubliettes pour d’autre, sans aucun moyen de se ré-souvenir (l’exemple de l’ami imaginaire de Riley dans sa petite enfance, dont elle ne se souviendra jamais, la mémoire l’ayant jugé inutile et relégué aux oubliettes). C’est drôle, notamment quand on voit les interfaces émotionnelles des deux parents. C’est divertissant, drôle, intelligent, et vice versa pourrait même avoir une suite avec une Riley adolescente, il y aurait de quoi faire!

 

La loi du marché

de Stéphane Brizé

Vincent Lindon

4/5

Thierry, la cinquantaine, est chômeur depuis la fermeture de son usine, il y a plus d’un an. Il enchaine les rendez vous à l’ANPE, les formations qui ne débouchent sur rien, les entretiens impersonnels qui ne donnent rien. Avec un fils handicapé qui passe son bac, et le crédit de l’appartement, les choses ne sont pas facile pour Thierry. Il finit par retrouver un emploi d’agent de sécurité dans un supermarché. Il doit alors surveiller les clients et interpeller les éventuels voleurs. Mais très vite, Thierry découvre qu’une grosse partie de son travail est de surveiller les caissières, la moindre faute étant prétexte aux licenciements.

C’est sur que La loi du marché n’est pas le film le plus gai, mais  c’est d’un réalisme presque documentaire. A travers Thierry, on peut voir le vrai quotidien d’un chômeur longue durée qui est plus proche de l’âge de la retraite que de la vingtaine. Beaucoup de monde peuvent se reconnaitre en Thierry, qui gravit les échelons de son usine pendant une bonne vingtaine d’années, avant de se faire licencier. La période de chômage qui s’éternise, les entretiens d’embauche bidons, les rendez vous à l’ANPE qui ne servent à rien, les formations qui servent plus à occuper les chômeurs qu’à les former réellement, la banque qui met la pression en voyant les revenus de leur client diminué, plus tous les soucis qu’une personne chef de famille peut avoir.

Mais le film ne tombe jamais dans le pathos ou le mélodrame. On suit l’évolution de Thierry dans son nouveau boulot, et on passe de la problématique du chômeur à la difficulté de bosser dans un supermarché. Les caissières sont épiées, interrogées, humiliée et traitées comme de petites voleuses prise la main dans le sac, et peu importe qu’elles ont 20 ans d’ancienneté et qu’elles ont toujours eu un comportement irréprochable; badger sa carte de fidélité une fois de trop, ou ramasser des coupons réductions abandonnés par les clients leur vaut humiliation, réprimande et licenciement. La scène dans laquelle le DRH essaye de convaincre les employés que le suicide d’une caissière licenciée pour trois fois rien n’a rien à voir avec son licenciement mais probablement à d’autre soucis personnel, (et le fait qu’elle se soit suicider dans le supermarché ne prouve rien) est à vomir.

Un film très réaliste, mais très intéressant et prenant, on constate l’état des lieux du marché du travail et c’est pas beau à voir. Vincent Lindon est excellent dans ce rôle, il n’a pas voler sa récompense cannoise.

Advertisements

6 thoughts on “Mustang / Vice versa / La loi du marché

  1. Que de belles découvertes! j’ai entendu parler du dernier Pixar, qui a plein de bonnes critiques, mais pas des deux autres. Et ils me tentent bien… Surtout Mustang.

  2. J’ai vu La Loi du marché à sa sortie. J’ai vraiment été touchée par ce film et la prestation de Lindon est sans nul doute remarquable.
    J’ai prévu de voir les 2 autres à la Fête du cinéma à partir de dimanche !

    • La loi du marché est très intéressant et très vrai (j’ai pu tester l’ANPE et ses formations qui servent à rien, aussi); Mustang est très fort, j’ai beaucoup aimé ce film, pour l’instant probablement l’un de mes préférés parmi les films vu cette année!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s