Dear white people

Dear White People : Affiche

de Justin Simen

Tyler James Williams, Tessa Thompson, Kyle Gallner, Teyonah Paris, Brandon Bell, Dennis Haysbert,

4/5

A WInchester, université américaine réputée, les étudiants sont tous bien formatés pour rentrer dans des catégories précises: les gays, les afro américains, les bobo, les fils de riches familles, les fashion victimes…chaque catégorie ayant leurs règles, leurs lois, leurs lieux de vies, et leurs résidences. Sam White, étudiante en média, membre de la résidence réservée aux afro américains, fait sensation sur le net avec son émission de radio “dear white people”, dans laquelle elle critique les préjugés racistes des blancs face aux noirs. Mais les différentes catégories bien délimitées s’avèrent impraticable, car en réalité, personne n’est aussi simple, chaque personne est trop complexe pour entrer dans une case aussi étroite.

Dear White People : Photo Ashley Blaine Featherson, Brandon Alter, Jemar Michael, Tessa Thompson

Dear white people tient les promesses que la bande annonce avait fait. On suit quelques étudiants, de différents horizon, dans le cadre de ce campus de privilégiés. Chacun se trouve dans des catégories bien définies,  chaque étudiant doit trouver sa place sous peine d’être rejeté de la société, de ne pas pouvoir se définir en tant qu’étudiant, et de devenir transparent aux yeux de tous. Et pourtant, aucun personnage ne rentre en réalité dans ces petites cases, chaque étudiant est bien plus complexe. Lionel est afro américain, mais ne veut pas s’inscrire à la résidence des afro américain, car il est aussi homosexuel, et que sa communauté l’a toujours rejeté jusque là. Troy est le chef de la résidence afro américaine, mais il est aussi fan de star trek, chose qu’il n’avoue à personne. Quant à Sam White, elle est pro active dans le droit des noirs américains, acharnée quand il s’agit de ne pas accepter les blancs à la cafétéria de sa résidence, alors qu’elle est elle même métisse, et qu’elle sort avec un étudiant blanc.

Dear White People : Photo Ashley Blaine Featherson, Naomi Ko, Tessa Thompson, Tyler James Williams

Dear white people, c’est drôle, c’est fun, c’est pop, j’ai adoré le fond et j’ai adoré la forme. Sous des accents d’humour acerbes, on nous fait réfléchir, on nous présente une réalité, une facette de l’amérique, celle des clivages, celles des castes, chacun à sa place, et chacun devant connaitre sa place dans la société. Le film montre les limites de ces cases étroites d’esprit face à la complexité et la diversité des personnalités.

J’ai beaucoup aimé les personnages aussi, leurs défauts, leurs points faibles, leurs sensibilités. Coco qui rêve de célébrité, et qui se rend compte de l’absurdité de son comportement, Sam qui mettra de l’eau dans son vin, Troy, qui se détachera enfin de l’autorité paternelle, Kurt qui verra les choses avec plus de recul et de clarté, ou encore Lionel qui finit par comprendre que choisir une résidence ne signifie pas couper les ponts avec les autres. J’ai aimé qu’il n’y ai ni héros, ni gentils, ni méchant, chacun des personnages a un peu de chaque en lui.

Dear white people, c’est drôle, intelligent, bourré de références culturelles, c’est intéressant et riche aussi bien sur le fond que sur la forme et les trente dernières secondes résument bien la société américaine avec cynisme (les blancs, les noirs, et au milieu le pouvoir de l’argent, qui l’emportera toujours). A voir!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s