Les enquêtes de Murdoch

Séries canadienne

créée par Maureen Jennings

Yannick Bisson, Thomas Craig, Hélène Joy, Jonny Harris, Georgina Reilly

1895, à Toronto, on suit les enquêtes policières de l’inspecteur Murdoch, un homme féru de sciences et passionné par les nouvelles technologies. Avec l’aide du capitaine Brackenreid, son supérieur,  du sergent Crabtree, et de la jolie Julia, médecin légiste, Murdoch s’applique à résoudre les crimes de la ville, tout en appliquant les méthodes d’enquêtes les plus modernes possibles.

J’ai découvert la série comme beaucoup de monde en France, grâce aux diffusions de france 3 et j’ai tout de suite apprécié. Au départ, c’est sur la série semble classique, un meurtre, une enquête, un inspecteur assidue, quelques personnages secondaires, une romance platonique avec la belle Julia Ogden. Là où la série se démarque un peu des autres, c’est son coté historique. Murdoch rencontre pas mal de célébrités intellectuelles de son époque, Tesla, HG Wells, Jack London, Arthur Conan Doyle, Thomas Edison, pour mettre en lumières les évolutions de la société de l’époque, aussi bien politique que scientifique. Murdoch à l’occasion de tester, d’améliorer, découvrir ou utiliser des technologies toutes nouvelles (parfois de manière anachronique mais c’est pas bien grave), comme le télégramme, la télécopie, les empreintes digitales, les tests de sang, les portraits robots, les détecteurs de mensonges, les ondes, les sonars…Les épisodes font souvent références aussi à une invention, une évolution, un tournant et c’est toujours assez rigolo de voir Murdoch en parler comme lorsqu’il imagine qu’un jour les hommes marcheront sur la lune.

L’autre élément intéressant qui fait que la série sort du lot, ce sont ces personnages. Il suffit de quelques épisodes pour que le spectateur s’attache terriblement à Murdoch, sa passion pour la science et la technologie, son coté vieux jeu voir coincé, (l’épisode où il doit se faire passer pour un homosexuel pour infiltrer une société secrète était assez drôle). Mais on s’attache aussi énormément voir plus, aux personnages secondaires, comme Crabtree, le sergent quelque peu naïf, trop gentil, droit et loyale, qui apporte souvent un peu d’humour, tout comme Brackenreid, le capitaine, qui boit un peu trop et qui teste certains “médicament de l’époque”, comme la cocaïne pour soulager les douleurs dentaires.

Et puis bien sur, l’élément féminin, très en avance sur son temps, le docteur Ogden. Déjà, une femme médecin dans une grande ville comme Toronto en 1895 on a du mal à y croire (même si c’était effectivement possible) mais qui se trouve être à la tête de la médecine légale, on y croit plus trop. Julia reste une femme douce, gentille, attachante, et son coté scientifique finira par charmer et séduire le célibataire Murdoch. Mais le passé de Julia mettra un frein à leur possible relation malgré leur attachement réciproque, puisqu’elle révèle avoir déjà eu des relations avec des hommes, qu’elle en serait même tomber enceinte et aurait eu recours à un avortement pour ne pas perturber ses études de médecine, déjà très difficile. Depuis, la pauvre Julia est devenue stérile, à cause de son avortement clandestin fait dans des conditions douteuses, ce qui bien sur choque Murdoch, fervent catholique et quelque peu coincé. D’autant que l’inspecteur aimerait un jour fonder une famille.

J’aime beaucoup son personnage très en avance sur son temps, sans pour autant en avoir fait quelqu’un d’enragée, elle reste très douce très calme. Une autre figure féminine forte viendra rejoindre les rangs, Emily Grace, qui remplacera Julia comme médecin légiste, quand elle décidera de se spécialiser dans la médecine psychiatrique. Emily est aussi un personnage attachante, plus jeune que Julia et donc un peu plus révoltée et passionnée, qui deviendra vite amie avec Julia et avec qui elle rejoindra un club de féministe qui milite pour le droit des femmes, le vote, ou encore la contraception.

La série aborde souvent des phénomènes paranormaux, mais contrairement à  X files, Murdoch finit toujours par prouver qu’il ne s’agit en rien d’élément paranormal, comme pour l’existence des vampires, des loups garous, les voyages dans le temps, des extraterrestres, même si parfois certaines expériences restent dans le flou comme l’épisode dans lequel Murdoch est confronté à un groupe de médecins, qui voyage dans la vie après la mort grâce à un procédé de réanimation violente.

Une série que j’apprécie de plus en plus, des personnages auxquels je suis de plus en plus attachés, même si la relation un pas en avant deux pas en arrière entre Ogden et Murdoch peut parfois lassée. Une reconstitution de l’époque fin 19e et début 20e très bien faite et très intéressante, même si le ton de la série, optimiste et légère, ne montre pas forcément les difficultés ou les réalités parfois dures de l’époque. Un très bon divertissement en somme!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s