Interstellar “N’entre pas docilement dans cette douce nuit”

Interstellar : Affiche

de Christopher Nolan

Matthew McConnaughey, Anne Hathaway, Jessica Chastain, Micheal Caine, John Lithgow, Casey Affleck

4.5/5

https://leschoixdetrilliandotcom.files.wordpress.com/2013/11/untitled-2.jpg?w=660

Dans un avenir plus ou moins proche, les conditions de vie sur Terre se dégradent lentement mais surement. L’atmosphère terrestre s’est dégradée, des tempêtes de poussière deviennent le nouveau quotidien des habitants. Cooper, ancien ingénieur et pilote de l’air, s’est comme presque tout le monde, reconvertie en agriculteur, puisque la Terre n’a plus besoin d’appareils électroniques, mais de nourriture, la plus grande menace étant la faim. Il élève seul son fils ado et sa fille de 10 ans Murphy. Cooper est sollicité par la NASA pour participer à une mission spatiale, afin de trouver une nouvelle planète pour l’espèce humaine. Grâce à la découverte récente d’un trou de ver, les astronautes se retrouvent dans une autre galaxie. S’offre à eux, trois possibilités de mondes viables.

Interstellar : Photo Mackenzie Foy, Matthew McConaughey

Je suis depuis quasiment le début la carrière de Christopher Nolan. Je n’ai pas vu son premier film (following), mais j’ai vu tous ces autres films depuis Memento (Memento, Insomnia, Batman begins, Le prestige, Batman dark knight, Inception, Batman Dark knight rises). J’ai adoré tous ces films, je suis fan du travail de Nolan sur le plan visuel mais aussi sur le plan du scénario, même si parfois ce n’est pas toujours un sans faute.

Interstellar, je l’attends depuis longtemps, la bande annonce m’avait époustouflé, et j’en attendais beaucoup. Je suis tellement en manque de très bons films et de coup de cœur, (va falloir réduire le top 10 à un top 3 cette année tellement les films vu sont moyens), que j’étais excitée et énervée par la séance d’interstellar, je n’ai pas attendu le week end pour le voir (la motivation était bien présente, ça faisait longtemps) et malgré les 2h49 de film, je n’ai pas pu attendre et j’y suis allée mercredi soir, après mon travail.

Interstellar : Photo Anne Hathaway

Nolan nous montre une Terre malade, les humains ont épuisé ses ressources, l’a usé jusqu’à la corde, et est maintenant en perdition. Les gadgets, la technologie importent peu dorénavant, les industries et les économies se sont effondrées, seul l’agriculture importe, seul l’alimentation intéresse, dans un monde où les ressources alimentaires sont difficiles à maintenir, les champs de céréales tombant malade les uns après les autres, seul  le maïs se porte bien. J’ai trouvé un peu dommage de ne pas approfondir sur les raisons de cet état particulier, mais surtout sur le fait qu’on reste concentré sur les États Unis alors que le phénomène est mondiale.

Interstellar : Photo

Dès les premières minutes, je suis dedans, je suis dans cette histoire, dans ce monde. J’ai beaucoup aimé la relation si fusionnelle entre le père et sa fille, le déchirement qu’ils ressentent lors du départ de Cooper. Mais bien sur, le film prend toute son envergure une fois que les astronautes s’envolent pour l’espace. Le décollage, les différentes étapes, le voyage vers saturne. Et puis surtout le voyage à travers le trou de ver, l’approche d’un trou noir énorme appeler Gargantua. Aucun film n’a filmé avec autant de précision, autant de beauté menaçante, autant de réalisme, la galaxie et ces phénomènes, les étoiles, la réalité d’un trou noir, la traversée d’un trou de ver. Nolan filme l’univers comme jamais personne ne l’a fait avant lui et le résultat est grandiose. L’univers, c’est froid, c’est dangereux, c’est effrayant, c’est plus qu’immense, c’est infini, c’est visuellement magnifique. La traversée du trou de ver pour atteindre une autre galaxie est impressionnante, on a vraiment cette impression d’être avec eux, dans la navette spatiale, enfermé dans cette immensité sombre, on pourrait presque ressentir un sentiment de claustrophobie.

Tout est impressionnant dans ce film, le voyage intergalactique, les visites des différents mondes entre planète couverte de vagues géantes, et planète de nuages de glaces. Nolan se lance dans des théories sur la relativité, sur les effets des trous noirs, sur le temps comme dimension propre, qui serait la clef de tout. Sans rien dévoilé, c’est un mélange pure de science (voyage dans la galaxie, utilisation du trou de ver, planètes à explorer) et fiction, (la traversée du trou noir, l’énigme du temps dans l’espace).

Le cinéma de Nolan dans Interstellar c’est aussi la réussite de mêler de magnifiques scènes visuelles dans l’espace et des scènes plus intimistes, les conversations entre le père et sa fille de 10 ans, les messages envoyés par Murphy à son père, pleins de rancœur et de misère, les conversations entre Cooper et le professeur Brand, perdus dans une autre galaxie, la réaction et la solitude de Cooper face aux messages envoyés par sa famille.

Il y en aurait des choses à dire sur ce film, mais pour faire court, de très bons acteurs, de très belles scènes humaines, l’humanité dans tout ses états, un visuel époustouflant. Une manière de filmer les voyages dans l’espace juste hypnotisant. J’ai été happé, emporté, j’ai voyager avec eux, c’est d’un réalisme impressionnant. La musique sublime le tout, et sait se taire complètement pour laisser la place au silence totale, définition correcte de l’espace, là où le bruit n’existe pas. Et le silence de certaines scènes est parfois plus puissante que la musique du film. Visuellement parlant, filmer l’espace comme il l’a fait me rappelle Gravity qui me fait  l’effet d’une pauvre blague à coté d’Interstellar, et ici pas besoin de gadget comme la 3D pour impressionner le spectateur et le clouer à son siège. Et là où je trouvait le fond de Gravity vide, Interstellar aborde des sujets et des thèmes qui m’ont toujours passionnés, et les met en image. Bien sur le film n’est pas dénué de défaut,  à commencer par l’absence totale de mondialisation. On ne voit  que les Etats Unis, on a l’impression que les terriens ne sont que américains, et seule la bannière étoilée est présente sur les planètes visitées. Ou encore la fin (SPOILER; bien trop optimiste, bien trop heureuse comme fin, même si ça fait plaisir que tout finisse bien c’est pas tout à fait crédible, mais pourquoi pas après tout?!).

Advertisements

12 thoughts on “Interstellar “N’entre pas docilement dans cette douce nuit”

  1. Comme toi, je trouve Gravity bien en dessous d’Interstellar, j’ai beaucoup aimé malgré quand même des incohérences, mais je suis restée scotchée dans mon siège!

    • J’attendais beaucoup de gravity, mais le souci c’est qu’il n’y avait pas de fond, pas d’histoire, c’est un simple film catastrophe de survie, transposé dans l’espace et j’ai trouvé ça bien dommage; interstellar par contre est un coup de coeur! un très bon mélange de science et de fiction!

  2. Quelle belle critique ! Même si tu sais que je ne suis pas entièrement d’accord. Mais tu as raison sur beaucoup de points: la façon de filmer l’espace est unique, le rapport à la science (sur la relativité, sur la modélisation du Trou Noir, sur les explications du Trou de Ver) est remarquable, le jeu d’acteurs impressionnant, la façon de filmer évidemment est superbe, les paysages, les effets dans l’espace, le silence de certaines scènes . Par contre, contrairement à toi j’ai trouvé la musique énervante, trop forte, trop mielleuse, hors de propos très souvent. Le happy end aussi… ça ne m’a aucunement surpris et ça c’est un mauvais point (pour moi). Le personnage de Matt Damon… c’était si évident ! Pour conclure, oui ce n’est pas un mauvais bien sûr (qui pourrait dire le contraire ne connaîtrait pas grand chose au cinéma) mais juste décevant sur pas mal de points. Mais en même temps en lisant ta critique bien construite, je me dis aussi comme toi que dans ce désert cinématographique (je parle de la SF) et assez piètre (en effet on s’extasie sur Gravity avec son scénario assez mauvais), ce film est tout de même un bon film.

    • oui pas mal de défauts, c’est vrai, et aussi la fin trop positive, c’était un peu trop, mais bon je peux pas m’empêcher d’adorer ce que j’ai vu! et oui aussi, pour le désert cinématographique, chaque année est plus pauvre que la précédente, depuis au moins 6 ou 7 ans, et ça m’attriste de ne plus me sentir emporter aussi souvent au cinéma, c’est devenu une exception et c’est bien dommage.

      • Sans trop réfléchir, et par curiosité, quel serait ton top 3 (par exemple) des films de SF vu ces dernières années (même si c’est au delà de 7 ans) ?

      • Wouuh vaste question! SF space opéra ou SF tout genre confondu? là comme ça, si je ne dois choisir que parmi les plus récents, je pense à Sunshine de Danny Boyle, Alien ressurection, starship troopers, j’ai beaucoup aimé stargate (sans prétention), mais celui là remonte à 95 ça fait loin! j’ai bien aimé les derniers star trek aussi. Sinon en SF qui ne serait pas du space opéra, j’ai adoré Donnie Darko, Bienvenue à Gattaca, Dark city, j’ai bien aimé l’effet papillon et j’ai bien apprécié plus récemment Daybreakers.

    • C’est là où vous vous trompez ! Je viens de voir le film une deuxième fois et la fin n’est pas celle que vous voyez à l’écran … Nolan le dit dans son interview ” pour comprendre mon film une seule vision ne le permet pas “. Cooper meurt à la fin du film …

      • Waouh je suis toute choquée devant mon ordi! je l’ai vu deux fois et je n’ai pas compris que cooper mourrait à la fin…ceci dit il est prévu que j’aille le voir une 3e fois!

  3. Voici mon explication de la fin du film, je peux me tromper mais cela reste une hypothèse que je priviligie. (j’ai donné mon explication sur un autre site je vous la copie colle)
    Les deux grandes questions du film sont de savoir si Cooper meurt ou pas et de savoir qui tire les ficelles.
    Pour la première question je pense que Cooper meurt après avoir transmis les données de l’équation manquant à sa fille pour sauver l’humanité une fois que le tesseract est refermé par » les êtres du bulk « . Lors de la visite de la planète de Mann, ce dernier explique à Cooper qu’avant de mourir le cerveau s’efforce de vivre pour voir une dernière fois nos enfants. Et c’est le cas à la fin du film le cerveau de Cooper lui joue des tours et lui fait croire voir sa fille une dernière fois. Se pose alors la question » Mais pourquoi ne la voit-il pas étant plus jeune lorsqu’il la quittée ? » Si Nolan nous avait montrés Cooper voyant sa Murphy jeune on aurait compris tout de suite qu’il était mort et du coup plus aucune réfléxion possible. Or ce n’est pas le cas ici, Nolan nous montre Murphy comme si Cooper la voyait à ce moment même avant qu’il meurt. Je pense que cela confirme l’interview de Nolan qui dit que » dans son film rien n’est fait pour tromper le spectateur et rien n’est laissé au hasard j’ai une fin bien précise en écrivant mon scénario je sais où je vais … et mon film n’est pas fait pour être compris en un seul visionnage » Je ne pense donc pas que la fin du film est la simple fin que nous voyons à l’écran elle serait trop simpliste pour Christopher Nolan ainsi que son chef d’oeuvre. Et puis pourquoi Mann insisterait alors plusieurs fois sur le fait qu’on voient ses enfants avant de mourir si ce n’est pas le cas à la fin du film ? Autre petit indice pour moi, le poème : » N’entre pas docilement dans cette douce nuit .. » On l’entend plusieurs fois au début du film et le père d’Amélia le dit avant de mourir. Et je pense qu’il y’a un lien avec ça car lorsque Rommily explique à Cooper qu’il y’a une chance pour l’humanité en tentant le trou noir pour que le robot puisse transmettre les données à l’humanité il utilise le mot » douce » et pour moi en quittant le tesseract il entre dans cette » douce nuit « . Cet argument est maigre mais je le prend en compte quand même. J’apprécie votre optimisme mais je ne pense pas que Nolan nous servent une fin aussi » visible « . Ensuite pour ce qui est de la deuxième question je ne pense pas que les êtres du bulk soit des extra terrestres ou des humains évolués. Je rejoins complètement l’avis d’un ancien commentaire posté ici qui dit que ce sont les âmes des être humains mort qui ont permis à cooper d’être sauvé dans le trou noir et de rentrer dans le tesseract. Il le dit à la fin du film » Tu ne comprend donc pas ? C’est nous « . Et puis au milieu du film Amélia nous parle de » l’amour pour nos mort, seul l’amour peut traverser le temps et l’espace » et Nolan le précise bien dans son interview la clef du film c’est l’amour. Je pense donc ici que les êtres du bulk qui ont accès à la 5ème dimension ce sont les âmes des êtres morts qui par amour souhaitent sauver l’humanité et pour cela, ils se servent de la gravité pour communiquer avec Cooper et l’aider pour qu’il puisse à son tour aider sa fille avant de mourir.

    Et puis d’ou sort cette station cooper si ce n’est de son esprit ? Murphy vieille le dit » pars retrouver NOTRE monde »
    Voila ma version de la fin du film après deux visionnages 🙂 je n’ai pas évoqué le reste du film qui pour moi est une boucle temporel, un lien infinie entre le passé le présent et le futur et c’est pour cela que lorsqu’il sort du tesseract Cooper serre la main d’amélia .. cela explique beaucoup de choses.

    • et bien cette hypothèse ne m’a pas effleuré une seconde l’esprit je dois dire! pour moi le film de Nolan n’est pas aussi complexe que ça, je pense qu’il a voulu faire simple dans la mesure du possible et ne pas faire de fin ambigue ou complexe comme pour inception par exemple. Je pense que le film reste simple, le trou noir et la solution à l’équation est donné par les hommes, quand Cooper dit, “c’est nous”, il veut dire que c’est la race humaine et pas une entité extraterrestre ou un Dieu (désigné par “eux” quand les astronautes parlent de ces phénomènes étranges). Je pense qu’ensuite il arrive tout simplement sur la station spatiale, qu’il rencontre vraiment sa fille qui est sur le point de mourir de vieillesse , et elle comme Cooper savent que le monde sur cette station n’est pas faite pour Cooper, ce n’est pas son monde, il a raté toute son évolution et se sentira toujours en décalé, d’où sa décision de repartr par le trou de ver retrouver Anne Hataway restée seule sur cette planète pour fonder la nouvelle colonie, là bas il sera utilie et aura un but autre que de se laisser vivre sans but sur la station spatiale, qui n’a visiblement pas besoin de lui ou de son aide.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s