Un homme très recherché

Un Homme très recherché : Affiche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

de  Anton Corbijn

Philip Seymour Hoffman, Rachel McAdams, Robin Wright, Willem Dafoe, Grigori Dubryguine

3.5/5

A Hambourg, Gunther Bachman fait partie d’une agence d’espionnage allemande clandestine. Alors qu’il surveille les activités du milieu islamique, son chemin croise celui de Issa, un tchétchène qui vient d’arriver en ville et qui semble suspect à son équipe. Aidé par des gens qui le prenne en pitié, il contact une avocate, Annabel Richter, pour l’aider à contacter un grand banquier qui fut autrefois en contact avec son père. Gunther comprend vite que Issa n’est pas un futur terroriste, mais il décide se servir de lui pour atteindre un suspect intéressant. Il n’a donc aucun scrupule pour atteindre son objectif, ni envers les innocents ni envers les autres organismes d’espionnage, allemand et surtout américain.

Un Homme très recherché : Photo Philip Seymour Hoffman

Je n’ai jamais lu les romans de John Le Carré, mais il faut dire que les films adaptés de ces romans sont en générale très bons. J’avais apprécié the constant gardener, j’avais beaucoup aimé le tailleur de panama, mais surtout j’avais adoré La taupe.

A l’instar de La taupe, plus que l’histoire en elle même , ce sont surtout les personnages qui sont très intéressants, ce sont eux qui sont mis en avant. Et contrairement à la taupe, ici l’histoire reste bien moins compliqué, il fallait quand même suivre et pas se disperser devant la taupe!

Un Homme très recherché : Photo Philip Seymour Hoffman, Robin Wright

Un Homme très recherché : Photo Philip Seymour Hoffman

Évidemment, Philip Seymour Hoffman est le grand intérêt du film. Il joue Gunther, cet espion qui se retrouve à Hambourg à surveiller le milieu islamique, un vieux loup de mer, qui a rouler sa bosse à travers le monde, qui possède un recul précieux dans la lutte anti terroriste, qui sait doser les actes répréhensibles pour atteindre son but tout en sachant rester humain, notamment quand il faut savoir faire la différence entre les innocents, et les véritables cibles. J’ai beaucoup aimé son personnage, blasé, sans illusion, qui connait trop bien le monde de l’espionnage et qui malgré des trahisons passées par les américains, retombe dans les même pièges. Philip Seymour Hoffman est excellent dans ce film, surtout dans la scène finale où les dernières illusions s’envolent.

Un Homme très recherché : Photo Grigoriy Dobrygin, Rachel McAdams

Les seconds rôles sont aussi intéressants, avec Issa, ce Tchétchène qui hérite de plusieurs millions d’euros de son père russe et qui n’en veut pas le considérant comme sale, Annabelle (MacAdams) la jolie avocate aux principes pacifistes mais qui devra mettre de l’eau dans son vin ou encore Sullivan (Robin Wright), en agent de liaison avec la CIA qui derrière un visage d’ange cache ses véritables intentions comme dans son rôle de Claire Underwood dans House of cards d’ailleurs.

Un Homme très recherché : Photo Rachel McAdams, Willem Dafoe

Un Homme très recherché : Photo Philip Seymour Hoffman

En bref, un film d’espionnage réaliste et loin des scènes d’action ébouriffantes. Le film dénonce l’absurdité des décisions des organismes d’espionnage, leur manière de se marcher dessus, une lutte inter agence, plus qu’une lutte réelle contre le terrorisme, juste un besoin d’arrêter n’importe qui pour faire plaisir aux supérieurs hiérarchiques, sans chercher à véritablement régler les vrais problèmes. Un système absurde tenu par ce qui reste être de simples fonctionnaires au final. Le film n’est pas sans lenteur, mais il vaut vraiment le détour ne serait-ce que pour la présence de Philip Seymour Hoffman vraiment excellent, quel dommage qu’il soit parti si tôt…

Advertisements

6 thoughts on “Un homme très recherché

  1. Je commence à avoir lu quelques Le Carré et avec le recul je trouve qu’il est presque impossible de se rater un film (encore que ne lançons pas le défi) avec ces récits comme base. 1) La trame est toujours solide 2) il y a un vrai travail autour de la construction des personnages et si tu dis qu’on le ressent dans le film, c’est juste le bonheur 3) même ancré dans une époque comme La Taupe ou L’espion qui venait du froid, les récits parviennent à être intemporels et peuvent être exportés dans une époque contemporaine en conservant les enjeux et bcp de force.

    Ceci dit, je ne suis toujours pas parvenue à lire La Taupe jusqu’au bout… le récit est d’une de ces complexification.

    • j’avaus entendu dire que le roman La taupe n’était pas facile à lire! ce que tu dis me donnes très envie de lire un de ces romans, lequel tu conseillerais? que tu as préféré?

      • Je confirme que La Taupe n’est pas simple à lire. D’ailleurs, je pense que je vais finir par faire l’inverse de mes habitudes et d’abords regarder le film avant de reprendre le roman.

        Pour débuter, je conseillerais l’espion qui venait du froid. Il n’est pas très long, mais on est en plein dans du roman d’espionnage sacrément bien ficelé.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s