Prince au zénith, ça valait le coup mais…

Waouh, 10 jours sans rien poster du tout sur ce blog, je crois que c’est mon record, même quand je pars en vacances je poste plus souvent! Quelques contretemps et désagréments…

Je reprends contact avec la blogosphère en vous parlant du concert de Prince, dimanche dernier, qui a enchainé deux concerts l’un derrière l’autre, 18h et 21h30. Une annonce en début de semaine, une mise en vente deux jours plus tard, pour un concert en fin de semaine, ça laisse peu de temps pour se décider, surtout que le prix des places n’était pas donné, avec un 77€ pour la fosse. Après avoir été convaincu par une amie, j’ai pris ma place pour le concert de 18h, parce que c’est un dimanche et parce que contrairement au chanteur des Foo Fighters, je ne peux pas me vanter d’être ” une rock star”, et de pouvoir faire la grasse matinée un lundi matin.

Prince au zénith, photo trouvé ici, vu que le monsieur ne voulait pas qu’on le prenne en photo, on se demande pourquoi puisque les journalistes y avaient droit…

Alors bien sur, pas la peine d’être devin pour deviner que le second concert, celui de 21h30, sera le meilleur des deux, puisqu’ on peut être sur que le monsieur va en profiter pour déborder et enchainer les bis alors que pour le premier concert il n’y a pas eu de rallonge faute de temps.

Bien évidemment, je ne regrette pas mon choix, ni celui d’avoir été voir Prince, ni celui d’avoir choisi celui de 18h. Je savais pertinemment que le second serait plus long mais je ne voulais pas rester coincée sur Paris, sans pouvoir rentrer faute de transport. Et puis si j’adore Prince je ne suis pas une spécialiste et une fan absolue, donc, j’étais contente d’entendre quelques gros tubes et le voir danser, sourire, exprimer sa joie.

Du coup, arrivée vers 17h30 les portes s’ouvrent, et la fosse comme les gradins se remplissent doucement mais surement. Vers 18h, je me retourne et je suis surprise de voir le zénith bien rempli alors que le concert n’est pas afficher complet. Évidemment, le show début une demi heure en retard, avec les musiciennes qui nous demandent gentillement de ne pas filmer ni prendre de photos car elles préfèrent “voir les visages des gens et communiquer avec le public”, gentille manière de nous dire de ne pas prendre de photos. Donc ce sera un billet sans photo…

Prince et ses musiciennes arrivent enfin sur scène et là je dois dire que je ne fus pas déçu! Les demoiselles sont excellentes, aussi bien à la guitare qu’à la batterie, on sens la technique. Quant à Prince il est en grande forme, il danse, il chante à la perfection, il sourit on sent qu’il est très content d’être là. Avec Prince on sent le passionné de musique, le spécialiste de la guitare, et ça fait de bien à voir et à entendre.

Il enchaine les gros tubes comme Kiss, When doves cry, et bien sur il termine par Purple rain sous un déluge de confettis violet. Donc sacrée ambiance, sacrée musique, plaisir un peu gâché par les vigiles américains, intransigeant avec les personnes filmant la scène, les obligeant à effacer les photos prises, ou les éclairant à l’aide de lampe torches. Je trouve ça un peu limite, après tout c’est devenu une habitude maintenant, chacun prenant un petit souvenir avec quelques photos ou quelques minutes filmées, je ne vois pas où est le mal, surtout que les spectateurs payent pour ça, et pas qu’un peu, les prix des concerts étant devenus de plus en plus cher ces dernières années, et être flasher par des vigiles qui ressemblent à des men in black comme si ils avaient affaire à des criminels, c’est vraiment limite.

Autre point négatif, c’est la durée du concert. 1H30 c’est vraiment juste surtout au prix de la place en fosse (77€). Bien évidemment, je savais à l’avance que ce serait le second concert qui serait le plus rentable, que c’est pour ce concert là que Prince offrirait de nombreux rappels, mais vu à l’heure à laquelle il commençait la deuxième session, je ne pouvais pas me le permettre. Ceci dit, je ne regrette pas le détour, Prince est un guitariste impressionnant, et même si le concert était court, ça valait le coup ne serait-ce que de le voir virevolter sur scène dans une tenue seventies, jouer de la guitare comme un virtuose, mélangeant funk et rock.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s