Fruitvale station

Fruitvale Station : Affiche

de Ryan Coogler

Michael B Jordan, Octavia Spencer, Melonie Diaz

3.5/5

Oscar Grant est un jeune homme de 22 ans, une copine, une famille très présente, une petite fille qu’il adore. Oscar est sorti de prison il y a quelques temps et doit décider du genre de vie qu’il souhaite vivre désormais. Pour le nouvel an, sa copine veut faire la fête en ville, avec leurs amis, et il décide de prendre le métro, après que sa mère l’ait prié de ne pas conduire. Mais le soir du réveillon ne va pas aller comme il l’espérait.

Fruitvale Station : Photo Michael B. Jordan

J’en ai entendu parler surtout parce que ce film fait parti des préférés de l’année 2013 de Quentin Tarentino. Je ne savais pas à quoi m’attendre et je ne savais pas que c’était une histoire vraie.

C’est l’histoire d’Oscar Grant, un jeune homme qui n’est ni un saint ni un diable, qui a ses défauts et ses qualités et qui fait de gros efforts pour avoir une vie honnête et décente et qui va se retrouver victime du racisme et de l’abus de pouvoir de la police de Los Angeles.

Fruitvale Station : Photo Michael B. Jordan

Le film est court, le temps de nous présenter la vie d’Oscar lors de cette dernière journée 2008, sa relation avec sa copine, sa relation avec sa mère, quelle est sa vie, ses difficultés, et surtout sa relation fusionnelle avec sa fille, puis la soirée du nouvel an. Je ne savais pas l’histoire de cet homme, mais pendant tout le film, on sent une tension, une gravité, une certaine terreur qui vous tient l’estomac, je m’attendais à ce qui lui arrive une grosse tuile, un drame personnel.

La scène du réveillon est vraiment dure à voir, la tension, les passagers du métro qui assiste impuissant, cette sensation de confinement, d’abords dans la rame de métro ensuite sur le quai de la station, la révolte de ces amis, le choc des passagers, tout le monde qui sort ces téléphones portables pour filmer la scène dans l’espoir de dissuader les flics de recourir à la violence et de se défouler sur des hommes déjà maitrisés. Car c’est une partie du drame, Oscar Grant, flingué à bout portant par un flic qui faisait du zèle, alors qu’il est allongé à plat ventre, les mains menottées dans le dos, maitrisé par un autre flic zélé à force de genou dans la nuque. C’est dure, c’est filmé de manière réaliste, on sent qu’on a voulu reproduire les images filmés par les témoins sans fioriture, avec les tremblements des mains en moins.

Fruitvale Station : Photo Octavia Spencer

C’est donc très pénible à voir, on pouvait sentir une tension dans la salle, presque la touchée, on passe plus d’une heure avec cet homme avant de le voir lynché, purement et simplement par des personnes qui se croit toutes puissantes et qui se sentent autorisées à user de leur pouvoir comme ils l’entendent. Une fois le crime accomplit, les conséquences leur tombent dessus instantanément mais il est déjà trop tard pour se contrôler. Mais si le message est important et si pouvoir faire connaitre cette tragédie au reste du monde reste important, le film en lui même reste assez tire larme, on sent que le réalisateur a voulu absolument choquer et émouvoir les spectateurs sur le sort réservé à Oscar Grant. Le film et la scène finale n’est pas faite de manière sentimentaliste, au contraire, c’est même assez froid et documentaire comme style. Mais la suite, les scènes se déroulant à l’hôpital, l’annonce de la mauvaise nouvelle ou encore les scènes tirés des reportages dans lesquelles on voit vraiment la fille de Grant, sont poussifs dans le souhait de faire d’émouvoir à l’amércaine.

En bref, impitoyable, dure, Oscar Grant et son destin tragique ne nous lâchent pas pendant un bon moment une fois sortie de la salle.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s