Tel père tel fils

Tel père, tel fils : Affiche

de Hirokazu Kore Eda

Masaharu Fukuyama, Machiko Ono, Lily Francky, Yoko Maki, Keita Ninomiya, Shogen Hwang

4.5/5

https://leschoixdetrilliandotcom.files.wordpress.com/2013/11/untitled-2.jpg

Ryota et Midori forment un couple très aisé à Tokyo. Lui est un homme d’affaire très occupé, elle est la parfaite mère au foyer. La seule inquiétude dans leur vie réside dans le fait que Ryota aimerait bien que son fils Keita soit plus combatif et ambitieux. Tout bascule le jour où l’hopital dans lequel Midori a accoucher leur annonce que leur enfant a été échangé à la naissance. Leur véritable fils est élevé par une autre famille. Ryota et Midori rencontre donc Yudai et Yukari Saiki, un couple de commerçants plutôt modeste qui ont deux autres enfants. Durant les mois qui s’écouleront, les deux familles vont apprendre à se connaitre, et ils devront alors décidés si ils procèdent à un échange ou non.

Tel père, tel fils : Photo

J’aime énormément le cinéma de Hirokazu Kore Eda, de lui j’ai vu Nobody Knows, Air Doll, I wish et mon favori  du monsieur l’excellentissime Still walking. Alors quand UGC  a annoncé qu’il venait présenter son nouveau film en avant première j’ai pas hésité!

Tel père, tel fils : Photo Machiko Ono, Masaharu Fukuyama

Le réalisateur est tout étonné de voir son film projeté dans une si grande salle, et de voir autant de monde, il nous raconte qu’il était hier au festival de Marrackech, et qu’il avait eu la chance de diner avec Juliette Binoche. Bref, le monsieur nous dit à plusieurs reprise qu’il a l’impression d’être dans un rêve. Il nous explique aussi qu’il a eut l’idée de faire ce film en réalisant qu’il ne voyait pas beaucoup sa fille de 6 ans, à force de trop travailler. Il s’est alors interrogé sur la notion de paternité, est ce un lien de sang ou de temps?

Tel père, tel fils : Photo Masaharu Fukuyama

Quant est il du film , et bien j’ai adoré je pense tenir mon coup de cœur de l’année. Je pense aussi que Still walking reste légèrement au dessus, mais Tel père tel fils m’a énormément plut.

On suit le regard de ce couple riche et privilégié, la découverte de cet échange d’enfant 6 ans plus tôt, leur rencontre avec la famille qui élève leur fils biologique et qui n’ont rien à voir avec eux ou avec leur mode de vie. La froideur du père homme d’affaire qui prend tout le problème comme dans le cadre de son travail, avec détachement et professionnalisme; la tendresse de la mère qui ne veut pas renier celui qu’elle a élevé et qui se demande si elle ressentira quelque chose pour cet inconnu, et qui culpabilise, elle la mère, aurait du sentir et savoir.

J’ai adoré faire connaissance avec ces deux familles, leurs défauts, leurs faiblesses, on s’attache très vite à eux, aux enfants, aux deux couples, aux grands parents. Ce qui est bien et agréable avec Hirokazu Kore Eda, c’est que malgré un sujet dramatique, l’humour n’est pas absent et on rit plus d’une fois.

Et comme souvent chez le réalisateur japonais, on a droit à de vrais scènes de la vie quotidienne japonaise, l’importance du bain, qu’il soit pris tout seul ou en famille, l’importance du coucher le soir, l’importance des repas en famille, et des obligations familiale.

En bref, un film magnifique, tout en douceur, on est pris par l’intrigue et on attend de voir comment tous ça va finir. C’est magnifiquement interprété par d’excellents acteurs tout en subtilité, et pas du tout cliché. A voir absolument!

Sortie le 25 décembre

Advertisements

4 thoughts on “Tel père tel fils

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s